was successfully added to your cart.

Italie : interdiction du chant de Noël à l’école. Ecoutons ce chant barbare, à proscrire tant il est brutal, laid, agressif, nauséabond et chanté dans la plus rugueuse, la plus laide des langues. Pauvres, pauvres gosses de Rimini !

By 18 décembre 2016Monde

PUBLIÉ PAR ROSALY LE 17 DÉCEMBRE 2016

 

 

Délicieuse trouvaille, l’intégration des réfugiés africains passe aussi par la suppression des chants de Noël, aussi étrange que cela puisse paraître.

A Rimini, les enfants de deux écoles ne chanteront plus : «Tu descends des étoiles oh Roi du ciel pour venir dans une grotte glaciale…» jugé trop chrétien, mais sera remplacé par un chant africain, et ce, pour favoriser l’intégration.

Mais l’intégration de qui, sommes-nous en droit de nous demander. Des enfants italiens aux migrants africains évidemment ! Quelle question.

Ce phénomène étrange est devenu la norme dans notre Europe toute dévouée au multiculturalisme.

Aucune note, aucune parole de ce chant de Noël tant aimé ne résonnera bientôt plus. Telle est la décision prise par la direction de deux écoles primaires de Rimini. Décision qui efface sans état d’âme nos racines chrétiennes devenues une tare pour les tarés de l’UE et leurs serviteurs zélés.

Les cultures étrangères trouvent grâce auprès de nos disciples du multiculturalisme, à l’exception de la nôtre, obsolète, indésirable, minable et terne— et ils pensent : suprémaciste, raciste et colonialiste.

Ce choix de remplacer un chant chrétien par un africain fait partie d’un projet sur la fraternité entre les peuples visant à l’intégration de toutes les cultures. Je dirais plutôt, visant à l’intégration de la culture européenne aux cultures arabo-musulmane et africaines, afin de la diluer et la faire disparaître dans le néant.

Perplexité, incompréhension et protestations de la part des parents à propos de ce choix qui représente une attaque directe aux racines chrétiennes de Noël. «Pourquoi ne pas faire chanter aux enfants les deux chants ?» demandèrent les parents.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Et les responsables de répondre : «le chant chrétien a été interdit, car il pourrait heurter la sensibilité des enfants et des parents qui appartiennent à une autre religion.»

Hypocrites, ils n’osent même pas désigner cette «autre religion».

En raisonnant de la sorte, nous faisons perdre à nos enfants nos valeurs et nos traditions.

Outre les traditions, Noël perd aussi un peu de sa magie, celle de l’émotion des parents, qui les yeux humides et attendris écoutent leurs enfants entonner les chants de Noël qui émerveillèrent notre enfance.

En supprimant les chants de Noël, on efface nos racines et notre culture.

Il ne peut y avoir d’intégration par la désintégration de nos traditions, seulement un abus du pouvoir qui tôt ou tard incitera à la révolte.

D’autres écoles primaires, voire même des maternelles, dans un même souci de respect de la si délicate sensibilité musulmane, ont décidé de supprimer le doux nom de «Jésus» des chants de Noël.

«Jésus» serait-il désormais devenu le nom le plus dangereux, le plus effrayant, le plus sacrilège de la terre, au point d’interdire aux petits enfants de le prononcer ?

Si l’on veut demeurer dans l’absurde le plus abyssal, à quand les chants de Noël halal à la gloire de Mahomet ?

Leave a Reply

Restez informés

Restez informés

Get a daily email of all new posts.

Email address