was successfully added to your cart.

La nuit dernière (la nuit qui suit le 1er janvier) je fus transporté dans un songe étrange…par Haim Goel

La nuit dernière je fus transporté dans un songe étrange. Haim Goel

Chers tous,
La nuit dernière je fis un songe ou plutôt je fus transporté dans un songe étrange. Avec mes 68 ans je suis entré dans la catégorie que la Bible nomme les vieillards et l’Ecriture nous dit que les vieillards auront des songes. La parole de D.ieu est véritable et je fais de plus en plus de songes profonds et troublants.
En voici un, celui que je fis la nuit dernière, juste dans la nuit du 1er au 2 janvier 2017. Dans la nuit du 1er au 2 janvier 2017, ce n’est bien entendu pas un hasard.
Je me trouvais en un lieu important d’une oeuvre chrétienne et y vaquais à diverses occupations dont la remise en état jamais complète de divers locaux. Il semblait toujours manquer quelque chose, murs à moitié tapissés, etc., nombreuses plaies (image du travail de surveillance des anciens et ministères dans toute oeuvre de D.ieu, mais ici, le travail semblait vain et continuellement insatisfaisant, image de l’apostasie pour beaucoup et des efforts vains de serviteurs).
C’est alors qu’intervint un personnage étrange dans ce lieu insatisfaisant, très frustrant. C’était « Jésus », du moins il se présentait sans un mot mais comme dans une évidence comme Jésus. Et tous l’acceptaient comme tel en ces lieux-là. Il était vêtu de sa longue tunique traditionnelle mais elle était noire. Un noir profond et nul ne semblait y attacher de l’importance, le réaliser même, car c’était un Jésus acceptable pour l’Eglise en maints lieux et pour les hommes de ce temps. 
« L’évidence ambiguë » de ce Jésus s’installa tout d’abord dans mon songe et peu à peu je me mis à le fréquenter, m’en approcher, car sa présence en ce lieu insatisfaisant, s’il était vraiment Jésus, devait logiquement apporter quantité de réponses et solutions. En échangeant avec ce personnage d’apparence calme et paisible, je réalisai peu à peu qu’il était humain, très humain, juste humain, avec seulement une apparence « déclarée », silencieusement, mais comme d’une évidence d’être Jésus. Il semblait lui-même avoir au fond bien du souci et y songeait en permanence. Je réalisai alors avec un profond chagrin spirituel que nous étions-là  si loin du Yeshoua triomphant qui amène la réalisation dans nos coeurs de ce commandement : « soyez toujours joyeux » !
C’est à ce moment-là que je réalisai que quelque chose d’éminemment trompeur venait avec ce personnage, car il était apparu avec la conviction, transportée par sa présence, d’être Jésus. La séduction a une force d’apparence qui s’impose « naturellement ». C’est ce que toute son allure et son silence même exprimaient. Au réveil je fus vraiment troublé par ce songe et il m’apparut très clair que ce personnage était l’Antichrist et Satan déguisé de façon très puissante pour venir séduire et surtout s’imposer « naturellement », régner sans difficulté au sein de l’Eglise apostate, l’Eglise de la fausse paix charnelle et ce monde en général (il était en tunique noire et pourtant sa présence disait : je suis le Messie, le Sauveur, votre sauveur). Il n’avait nul besoin de s’imposer car il était comme invité par la faiblesse de nombreux chrétiens et de l’humanité. Sa tunique noire me fait songer qu’il apporte la mort et le deuil, la désillusion la plus tragique pour plusieurs. 

Au passage, une remarque, les serviteurs que nous suivons nous libèrent-il pour le service du Seigneur où nous placent-ils sous leur joug juste humain?  Et nous tous, cherchons-nous des hommes (ou des femmes du type Jézabel) qui pensent, décident, ont du courage, de l’amour à notre place ? Morts ou vivants ? Que sommes-nous ?

 

Veillons, repentons-nous là où il le faut et réagissons tant que cela se peut encore et n’hésitez pas à remercier le Seigneur là où D.ieu vous donne de vrais serviteurs qui ont encore le courage de nommer les choses telles qu’elles sont et quand il le faut, même et surtout quand cela « fait mal ». La véritable amitié ne craint pas la vérité.

 

Meilleur shalom ! 
Attention à 2017. Il est là l’esprit de l’impie et sans doute l’impie en personne.  
Non le vrai Yeshoua, mais le faux que beaucoup ont déjà implicitement accueilli sans même le réaliser, par faiblesse, complaisance, lâcheté, orgueil non brisé, etc.
Haïm Goël

Leave a Reply