A DIFFUSER SANS MODERATION ! La baisse alarmante du niveau de la mer Morte.Prétexte au MESSAGE LE PLUS JOYEUX QUI SOIT ! H. Goel

By 17 mai 2019 Le mot du jour
Jérusalem, 16/05/19

Chers frères et sœurs,

Je travaille actuellement sur l’édition de Kéhila III. Un ensemble de textes très divers. Ce jour, j’ai mis en page ce texte tonique déjà ancien.

Je le dédie à ceux qui sont découragés. Bonne lecture !

Haim Goel

La baisse alarmante du niveau de la mer Morte.

Prétexte au MESSAGE LE PLUS JOYEUX QUI SOIT ! H. Goel

La baisse constante de la Mer Morte d’année en année est une évidence brutale pour qui parcourt Israël comme moi depuis plus de 30 ans. Le promeneur se désole et les autorités s’alarment… Des solutions sont envisagées, comme la construction de ce fameux canal depuis la mer Rouge via le territoire jordanien. Canal, construction pharaonique censée compenser le manque d’eau croissant de cette mer si spéciale. Spéciale, parce que le touriste y flotte en lisant son journal, parce que l’on extrait de cette mer les produits AHAVA célèbres dans le monde entier?

Non, il y a quelque chose de spécial bien plus profond (et c’est sans jeu de mots concernant ce point le plus bas de la terre) et bien plus porteur de joyeuse espérance. Pour nous réjouir et de façon exaltée. Lisons EZEZCHIEL 47 V1 à 12 :

« Il me ramena vers la porte de la maison. Et voici, de l’eau sortait sous le seuil de la maison, à l’orient, car la face de la maison était à l’orient; l’eau descendait sous le côté droit de la maison, au midi de l’autel.47.2Il me conduisit par le chemin de la porte septentrionale, et il me fit faire le tour par dehors jusqu’à l’extérieur de la porte orientale. Et voici, l’eau coulait du côté droit.47.3Lorsque l’homme s’avança vers l’orient, il avait dans la main un cordeau, et il mesura mille coudées; il me fit traverser l’eau, et j’avais de l’eau jusqu’aux chevilles.47.4Il mesura encore mille coudées, et me fit traverser l’eau, et j’avais de l’eau jusqu’aux genoux. Il mesura encore mille coudées, et me fit traverser, et j’avais de l’eau jusqu’aux reins.47.5Il mesura encore mille coudées; c’était un torrent que je ne pouvais traverser, car l’eau était si profonde qu’il fallait y nager; c’était un torrent qu’on ne pouvait traverser.47.6Il me dit: As-tu vu, fils de l’homme? Et il me ramena au bord du torrent.47.7Quand il m’eut ramené, voici, il y avait sur le bord du torrent beaucoup d’arbres de chaque côté.47.8Il me dit: Cette eau coulera vers le district oriental, descendra dans la plaine, et entrera dans la mer; lorsqu’elle se sera jetée dans la mer, les eaux de la mer deviendront saines.47.9Tout être vivant qui se meut vivra partout où le torrent coulera, et il y aura une grande quantité de poissons; car là où cette eau arrivera, les eaux deviendront saines, et tout vivra partout où parviendra le torrent.47.10Des pêcheurs se tiendront sur ses bords; depuis En Guédi jusqu’à En Églaïm, on étendra les filets; il y aura des poissons de diverses espèces, comme les poissons de la grande mer, et ils seront très nombreux.47.11Ses marais et ses fosses ne seront point assainis, ils seront abandonnés au sel.47.12Sur le torrent, sur ses bords de chaque côté, croîtront toutes sortes d’arbres fruitiers. Leur feuillage ne se flétrira point, et leurs fruits n’auront point de fin, ils mûriront tous les mois, parce que les eaux sortiront du sanctuaire. Leurs fruits serviront de nourriture, et leurs feuilles de remède.

Notons encore l’extraordinaire similitude entre le v 12 ci-dessus et les versets 1 à 2 d’Apocalypse 22 (mais lisons aussi le reste, les versets 3 à 5).

Le message à peine voilé ici est si clair :

1/ Cette Mer Morte (morte, c’est déjà tout un thème, car ce qui est mort n’est-il pas condamné à disparaître, et Yeshoua n’a-t-il pas vaincu la mort ?), cette mer morte,, témoignage d’un des plus terribles jugements de D.ieu (Sodome et Gomorrhe), ne doit-elle pas disparaître au profit de ce qui est annoncé dans Ézéchiel 47 ?

D.ieu qui déclara se repentir du déluge du temps de Noé n’a-t-Il pas éternellement le dessein d’effacer un jour les marques du jugement au profit du dévoilement de Son amour ?

Ézéchiel 47 se fera et ce sera grandiose.

Autre signe, jadis quand vous descendiez de Jérusalem vers la Mer Morte, vous suiviez une route classique, assez étroite, à deux bandes (j’ai connu cela).

Aujourd’hui, vous empruntez une incroyable autoroute large comme presque dix fois (voire bien plus en certains endroits) ce qui existait il y a peu finalement.

Relisons Ézéchiel 47 cité plus haut et nous comprendrons que nos divers gouvernements israéliens ont creusé (sans le savoir…) au fil de quelques années un canal d’une largeur époustouflante pour charrier des eaux d’assainissement immenses vers… la Mer Morte.

Conclusion : laissons là mourir cette Mer Morte ancien témoignage d’un cauchemar jugé, Sodome. Car elle est en train de se préparer à accueillir la réalisation d’une extraordinaire prophétie donnée par ce cher Ezéchiel voici des siècles.

N’est-ce pas plus exaltant de lire Ezéchiel plutôt que de creuser un canal de secours (sans doute inutile et impuissant au final) pour ce qui doit disparaître ? Inutile, car c’est évident, et il y a aussi là une parole d’immense sagesse qui se dégage pour l’humanité entière.

Car l’homme tente de creuser des canaux, moraux, religieux, humanistes, etc., pour sauver ce que D.ieu veut justement détruire en nous pour le remplacer par du neuf EXALTANT ; ainsi en est-il du projet de D.ieu qui veut assécher nos mers mortes pour les assainir en Yeshoua notre Sauveur.

Ne luttons plus, livrons-nous au Créateur renouvelant tout en Yeshoua ! Et si nous avons déjà été « recréés » en Lui au travers du sacrifice sanglant et de la résurrection de notre Messie, cessons de contempler les lacs salés de nos amertumes, échecs, souffrances passés et frustrations de toutes sortes. Cessons de souffrir de nos canaux ensablés qui ne conduisent qu’à nos lacs salés. D.ieu a pour nous un boulevard de foi élégante, exaltée et saine pour mener aux eaux paisibles d’Ezéchiel 47 et puis d’Apocalypse 22.

Demandons-Lui aujourd’hui de vivre en osmose avec le nouveau canal et de nous ouvrir l’accès à la mer neuve de Ses promesses et guérisons. Elle existe, là à ton côté, cher lecteur. Elles n’attendent que ton consentement pour se déverser en toi.

Soyez bénis !

Haïm Goël

Leave a Reply

Translate »