Skip to main content

Bénédiction du père, bénédiction des pères de Haïm Goël / Extrait N° 8 : Ce genre de réaction apparaît quelquefois, et c’est tout simplement de l’orgueil. Il m’a semblé que cela se produit plus souvent chez des hommes que chez des femmes. Je n’ai pas eu l’occasion de suivre de près ces adolescents dont quelques-uns avaient déjà accepté Jésus comme Sauveur, mais je parierais gros que, de la même manière que cela s’est passé pour moi il y a plus de vingt ans, l’introduction de cette bénédiction paternelle dans leur vie les a renforcés dans leur relation avec le Seigneur ou les a conduits à une conversion. Voyez-vous, je suis convaincu que l’énorme manque de pères bibliques aujourd’hui (et c’est un phénomène particulièrement dangereux dans nos sociétés dites avancées) est un obstacle majeur à des conversions en profondeur et à des conversions tout court, dans des milliers de cas. Ou nous les réconcilierons avec la notion de père et nous les amènerons plus sûrement à Yeshoua (Jésus en langue hébraïque) ou nous souffrirons des douleurs de leur rébellion toujours plus extrême.

By 21 juillet 2021Lève-toi !

Ce genre de réaction apparaît quelquefois, et c’est tout simplement de l’orgueil. Il m’a semblé que cela se produit plus souvent chez des hommes que chez des femmes. Je n’ai pas eu l’occasion de suivre de près ces adolescents dont quelques-uns avaient déjà accepté Jésus comme Sauveur, mais je parierais gros que, de la même manière que cela s’est passé pour moi il y a plus de vingt ans, l’introduction de cette bénédiction paternelle dans leur vie les a renforcés dans leur relation avec le Seigneur ou les a conduits à une conversion. Voyez-vous, je suis convaincu que l’énorme manque de pères bibliques aujourd’hui (et c’est un phénomène particulièrement dangereux dans nos sociétés dites avancées) est un obstacle majeur à des conversions en profondeur et à des conversions tout court, dans des milliers de cas. Ou nous les réconcilierons avec la notion de père et nous les amènerons plus sûrement à Yeshoua (Jésus en langue hébraïque) ou nous souffrirons des douleurs de leur rébellion toujours plus extrême.

J’ai la conviction que la diffusion de cette bénédiction des pères va être, pour cette génération qui précède le retour du Seigneur, un des plus puissants outils de réveil.

En voici une preuve au chapitre suivant. Voici la reproduction de notre lettre de nouvelles de juillet 2001.

Chapitre 6

La bénédiction des pères commence à se répandre avec puissance

L

ettre de nouvelles de l’œuvre : « Lève-toi, le Mashiah[1] vient ! » de juillet 2001.

Que toute la gloire revienne à l’Éternel, prions, intercédons en faveur de ce mouvement qui est un mouvement favorisé par l’Esprit.

Entre le 21 mai et le 6 juin 2001, nous avons vécu au Refuge, en France, une rencontre de serviteurs de Dieu venus de diverses nations. Le frère Hoover qui avait eu primitivement l’idée de cette rencontre au Refuge, m’avait déclaré avec beaucoup d’honnêteté qu’il n’avait pas reçu de sujet, de projet particulier pour ces moments. Il avait juste à cœur la rencontre.

Chacun est donc venu, disponible et avec certaines attentes personnelles. Pour ma part, ce qui brûlait et brûle toujours dans mon cœur est cette bénédiction des pères au travers de laquelle j’ai vu déjà depuis deux ou trois ans de puissants miracles.

Les orphelins (au sens large), voire les païens, la reçoivent avec un cœur reconnaissant et beaucoup se convertissent dans la foulée. Les chrétiens et les serviteurs de Dieu la reçoivent, car ils ont très souvent un besoin resté sans réponse dans ce domaine. Quelquefois leur ouverture n’est hélas qu’apparente, du fait d’un orgueil spirituel ou d’une vie de la foi calcifiée (par un ronron religieux, par exemple) qui se révèle parfois à cette occasion.

Au cours de la rencontre au Refuge, certains ont reçu, pour la première fois et avec un cœur humble, affamé, cette bénédiction.

Mike Quinn, missionnaire dans les pays de l’Est, visite le plus souvent des contrées horriblement dévastées à tous niveaux (économique, moral, etc.). Mike est un de ceux qui ont reçu avec un cœur droit, simple, ouvert, en reconnaissant son besoin, cette bénédiction des pères, au Refuge.

Je n’oublierai jamais Mike me demandant la prière. Les mots qui sont sortis étaient forts : « Je t’établis sur la terre des hommes, je relâche sur toi mon héritage paternel comme je le ferais pour mes propres fils. J’ouvre les portes de ta destinée. En Yeshoua, sois béni, Mike. » Mike fut visité des pieds à la tête par une onction puissante.

Avec son autorisation, je vous transmets un peu plus bas le témoignage de ce qu’il a vécu dès son retour en Ukraine où il œuvre en ce moment. Que D.ieu soit loué !

Il y a trois ans, lors d’un voyage en Ukraine à Bérégovo (relisez la lettre de nouvelles de l’époque), nous avions visité un orphelinat pour enfants tsiganes où des bébés marinaient littéralement dans l’urine de leurs couches non renouvelées pendant des jours.

J’avais hurlé publiquement ma douleur et prié avec un cœur déchiré dans cette chambrette où une trentaine de nouveau-nés étaient en fait condamnés à mort dans leurs petits lits aux barreaux rouillés. Une bonne moitié périt effectivement dans les deux semaines qui suivirent. Les infirmières et le personnel de cette terrible « nursery » eurent là à leur tour leurs premières larmes depuis des lustres. À force, hélas, de manque de moyens, on s’habitue à l’horreur dans une certaine hébétude. On s’anesthésie… Le personnel hospitalier n’était même pas payé… Les locaux de cet hôpital étaient dans un état de délabrement atroce, indescriptible, mais les avortements s’y pratiquaient toujours, eux, à grande échelle…

De telles occasions sont en fait des moments d’intercession forts, et je ne sais jusqu’à quel point cela a un rapport avec ce qui est arrivé à Mike Quinn ces derniers jours en Ukraine, mais je veux y voir un encouragement.

Les cris de ces enfants ne restent pas sans écoute ni effet dans le cœur de notre PÈRE.

Prions, crions à notre Père par Jésus-Christ face à des besoins authentiques (si vous êtes en manque, nous avons des tiroirs pleins de sujets…).


[1] MASHIAH : terme hébreu originel pour « Messie ».

Leave a Reply

Translate »