Skip to main content

Ce Shabbat, je vais apporter un complément au message de Shabbat dernier, message sur la foi, message que je n’hésite pas à nommer majestueux, puisqu’il va me permettre d’évoquer ce temps inouï de félicité qui est bien proche, le fameux Millenium de paix, abondance et justice inauguré par le retour en gloire de Yeshoua. Mais, soyez à l’écoute, je l’aborderai sous un angle qui fait de la foi une « quasi obligation » spirituelle à vivre MAINTENANT dans la plus grande des jubilations, afin de plaire à notre Roi Eternel (Or sans la foi il est impossible de Lui plaire : Hébr. 11.6). Un message, un simple défi (réalisable !) aux antipodes de la sinistrose actuelle qui va son train, non de sénateur, mais de peste, de chars et autres avatars infernaux. Et ce matin, comme pour confirmer qu’il nous faut relever la tête, absolument, mon épouse me transmet l’article suivant… A lire attentivement car il semble que pour certains la découverte de cet artefact annonce la venue imminente du Mashia’h, en ce qui nous concerne : Jésus ! Shabbat Shalom,

By 25 mars 2022Lève-toi !

 

 
                                                       ETZ BETZION / LÈVE-TOI INTERNATIONAL / SOUCCAH MESHI’HIT 
                                                         etzbetzion@yahoo.fr / angothaim@aol.com
                                              » L’amour de la vérité mène à l’amour vrai » H.Goël    
                                             » Juif messianique, simple homme sauvé et rendu, brisé devant Toi, Ô D.ieu en Majesté, Seigneur de ma paix « 
                                             
                                            » LE MOT DU JOUR: LA PAIX DE D.IEU EST LE BIEN LE PLUS AIMABLE  POUR L’ÂME SINCERE !  » H. Goël
                                                                                         
                                                   « Un jour, un maître demanda à ses disciples : quelle est, selon vous, la plus grande catastrophe qui est arrivée au peuple juif dans son histoire ? Les quatre cents ans d’esclavage en Egypte, dit un premier disciple. Non ! dit le maître. La destruction du Temple, dit un deuxième disciple. Non ! dit le maître. L’exil, tenta un troisième. Non ! dit le maître. La Shoah, dit encore un quatrième. Non, dit le maître. Ce n’est ni la Shoah, ni l’exil, ni la destruction du Temple, ni l’esclavage. Nous ne voyons pas, déclarèrent en choeur les disciples. La plus grande catastrophe qui arriva au peuple  juif, dit le maître (rav, rabbin),c’est quand la Thora est devenue une religion !« 
                                                              
Assemblées messianiques Lève-toi / Etz beTzion, 2022. Année juive 5782
Le 25/03/22
 
Bien chers tous,
 
Ce Shabbat, je vais apporter un complément au message de Shabbat dernier, message sur la foi, message que je n’hésite pas à nommer majestueux, puisqu’il va me permettre d’évoquer ce temps inouï de félicité qui est bien proche, le fameux Millenium de paix, abondance et justice inauguré par le retour en gloire de Yeshoua. Mais, soyez à l’écoute, je l’aborderai sous un angle qui fait de la foi une « quasi obligation » spirituelle à vivre MAINTENANT dans la plus grande des jubilations, afin de plaire à notre Roi Eternel (Or sans la foi il est impossible de Lui plaire : Hébr. 11.6).
 
Un message, un simple défi (réalisable !) aux antipodes de la sinistrose actuelle qui va son train, non de sénateur, mais de peste, de chars et autres avatars infernaux.
 
Et ce matin, comme pour confirmer qu’il nous faut relever la tête, absolument, mon épouse me transmet l’article suivant… A lire attentivement car il semble que pour certains la découverte de cet artefact annonce la venue imminente du Mashia’h, en ce qui nous concerne : Jésus !
 
Shabbat Shalom,
 
Haïm Goël
 
 

Le Grand Nom de Dieu retrouvé

C’est un tremblement de terre dans l’étude biblique: une « malédiction » vieille de 3 200 ans dans la vallée de Eyval  » a été exposée.

Une inscription en hébreu ancien, avec le nom du dieu explicite, a été découverte sur le mont Eyval en Samarie et date du XIIIe siècle avant notre ère. Le professeur Gershon Galil de l’Université de Haïfa dit qu’il s’agit de la plus ancienne inscription hébraïque trouvée à ce jour – preuve de l’utilisation de la langue hébraïque à l’époque biblique.
Une découverte archéologique rare du mont Eyval : une petite plaque de plomb pliée vieille de 3 200 ans jette un nouvel éclairage sur l’étude biblique – et a été dévoilée aujourd’hui (jeudi). À l’intérieur – une ancienne malédiction en écriture hébraïque ancienne (« Proto-Canaanite »), avec le nom de Dieu explicite. Le professeur Gershon Galil, de l’Université de Haïfa, qualifie cette découverte de « tremblement de terre dans les études bibliques ». Il a dit: « La nouvelle découverte faite aujourd’hui est la plus ancienne inscription hébraïque trouvée à ce jour. »
Le professeur Galil dit qu’à ce jour, avec la découverte de l’inscription du 13e siècle av. J.-C., la plus ancienne inscription en hébreu a été datée du Xe siècle av. J.-C.. « C’était une inscription trouvée dans les ruines de Kiafa, près de la vallée d’Ella, par le professeur Yossi Garfinkel de l’Université hébraïque, et c’est moi qui l’ai déchiffrée », dit-il.
La nouvelle découverte est un coup mortel pour tous les négationnistes bibliques », souligne le professeur Galil. « De nombreux critiques bibliques ont soutenu qu’au XIIIe siècle avant notre ère, le peuple d’Israël ne savait ni lire ni écrire, et ne pouvait donc pas écrire la Bible. Ainsi les négationnistes prétendaient que la Bible avait été écrite très tard, à l’époque persane ou hellénistique.
Le professeur Gershon Galil,

« Un travail de haut niveau »

La petite tablette de plomb, du 13e siècle avant notre ère, a été découverte sur le mont Eyval en Samarie, connue sous le nom de « montagne des malédictions » biblique – et à l’intérieur elle était maudite :
On ne sait pas qui a écrit l’ancienne malédiction, mais selon le professeur Galil, il s’agit d’un travail de haut niveau : « Quiconque sait écrire un texte avec une réception chiastique peut tout écrire », dit-il. « A ce stade, malheureusement, il n’est pas encore possible de révéler toutes les informations qui ont été révélées, car elles sont en attente d’examen par les pairs et de publication académique.
L’ancien autel de Josué

Ancienne référence au Dieu d’Israël

Le professeur Galil estime que le fait que la nouvelle découverte ait été effectivement découverte sur le mont Eyval revêt une importance historique. Dans le livre du Deutéronome (chapitre 27), Moshé Rabbeinou ordonne au peuple de tenir une cérémonie spéciale après son entrée dans le pays. Cette cérémonie consistait à partager le peuple une partie sur le Mont Guérizim pour énoncer les bénédictions et une partie sur le Mont Eyval pour énoncer les malédictions. Le fait donc de trouver justement sur le Mont Eyval la trace d’une des malédictions avec le Nom de Dieu que les juifs n’ont pas le droit de prononcer, qui est le Grand Nom est une chose d’une très grande importance. Il faut savoir que le Kaddish que l’on récite à la mémoire des défunts invoque le retour de la connaissance de ce Grand Nom comme étant l’imminence de la rédemption messianique.
L’ancien autel de Josué
Vous trouverez ci-dessous d’autres avertissements, communs à tous – qu’ils ouvrent avec le mot « maudit ». « Ce ne sont pas des malédictions », souligne le Pr Galil. « Le sens de l’expression « maudit » est que la personne subit un châtiment divin et non un châtiment humain. C’est un texte légal qui avertit que quiconque ne fait pas la mitsva là-dessus, sera maudit. Dans la relation entre Israël et Dieu, il y a une relation informelle dans laquelle Dieu déclare qu’il aime le peuple, et il y a un élément formel et légal. Mais, dans chaque contrat, il y a des bénédictions ainsi que des malédictions qui s’appliqueront à celui qui a amélioré l’alliance, et cela est également décrit dans Jérémie II.
Selon le professeur Galil, « A cette époque, le contrat légal comprenait un objet, avec la même adresse à l’extérieur et à l’intérieur. Lorsqu’il y avait un différend, ils cassaient et voyaient ce que le texte était écrit à l’intérieur.

Comment savez-vous que c’est un document légal des Juifs ?

« À cause de la référence au Dieu d’Israël. Pour un homme cananéen, le nom ‘Yahweh’ ne signifie rien, parce qu’il ne connaît pas du tout le Dieu d’Israël. »

Un contrat légal ou un type de mascotte

Le 6 avril 1980, une équipe dirigée par le professeur Adam Zertel, expert en archéologie de la Terre d’Israël à l’Université de Haïfa, a découvert un site rituel sur le mont Eyval. Par la suite, des fouilles ont été menées, à la suite desquelles un certain nombre d’érudits ont déterminé qu’il s’agissait de « l’autel de Josué, fils de Nun ». Le lieu où la cérémonie solennelle a eu lieu et l’alliance renouvelée entre Dieu et le peuple d’Israël qui est entré dans le pays, après avoir quitté l’Égypte après quarante ans d’errance dans le désert. Mais un nombre important d’universitaires ont insisté sur le fait qu’il s’agit d’un lieu de culte cananéen, qui n’a rien à voir avec le judaïsme.
Yossi Dagan
La mascotte a été découverte lors d’une filtration de la saleté laissée par les fouilles précédemment effectuées par Zertel. Le professeur Zertel est décédé en 2015, mais ceux qui continuaient à croire qu’il s’agissait de l’autel de Joshua Ben-Nun étaient membres de l’organisation Associates for Biblical Research du Texas. En décembre 2019, l’archéologue Dr Scott Strippling a dirigé une équipe, dans le but d’effectuer un criblage spécial de la terre excavée dans la zone « Joshua Altar » par Zertel et son équipe, dans les années 1982-1989.
La méthode qu’ils ont utilisée était le « tamisage humide », de la même manière que les archéologues Yitzhak (Tzachi) Dvira et le Dr Gabriel Barkai ont pu découvrir des découvertes étonnantes dans le cadre du projet de filtration de la saleté du mont du Temple . Il a consulté un certain nombre d’experts, y compris le professeur Galil de l’Université de Haïfa.
Strippling, se référant aux trouvailles comme à une sorte d’amulette, explique : « Ces types d’inscriptions sont bien connus aux périodes hellénistique et romaine, mais la poterie fouillée par Zertel date de l’âge du fer et de l’âge du bronze tardif. Tablette est dérivée de l’une de ces premières périodes. Une inscription de la fin de l’âge du bronze – m’a étonné.  » Strippling a noté qu’un article académique comprenant un examen par les pairs devrait être publié plus tard cette année.

Comment le peuple d’Israël, revenu des siècles passés en Égypte, a-t-il composé un texte en hébreu ?

Prof. Galil : « Pensez aux Israéliens revenant de New York. Ils connaissent peut-être l’anglais, mais ils parlent l’hébreu, ils ont une conscience nationale et une croyance en un seul Dieu. « Mais ‘Yahweh’, le nom explicite du Dieu d’Israël, n’était pas connu des autres peuples, et bien sûr n’était pas utilisé.
L’importance de cette découverte pour le peuple d’Israël pour ses générations et pour l’État d’Israël ne peut être surestimée », a déclaré Yossi Dagan, chef du Conseil régional de Samarie. « Nous avons reçu un salut de Yehoshua ben Nun et du peuple d’Israël pendant la période biblique, preuve supplémentaire du lien inséparable entre le peuple d’Israël et de la Samarie et la Terre d’Israël. Nous, en tant que conseil, continuerons à travailler pour préserver le lieu, et exigerons que les autorités soient tenues de régler le problème et de veiller à le protéger. »
Moshe Gutman, directeur de l’organisation Eternal Preservation, ajoute que « la découverte sensationnelle comporte un grand risque pour le site, et nous le définissons donc comme un site à risque – au plus haut niveau de risque. La découverte prouve également que cela n’est pas un « intérêt local », « L’objet d’intérêt de centaines de millions de personnes dans le monde. Il n’est pas possible pour le gouvernement israélien d’enlever la responsabilité et de ne pas entretenir le site. » Il a déclaré : « Le Premier ministre a promis que la loi de l’autel est la loi du mur Occidental. Il est maintenant temps de s’en rendre compte – de préserver notre histoire.
JForum – Ynet

 

 

 

(L’apparition des sous-titres dysorthographiques n’est pas de mon choix. Nous en recherchons l’origine …)

 

A son retour, le Seigneur trouvera-t-il encore la foi ? Pourquoi ? – Haïm Goël – 19/03/22

 
 
Bonne écoute !
Haim Goel
///////////////////////////////////////////////////////

 

ATTENTION, information importante portée à l’attention des frères et soeurs qui soutiennent le ministère de Haïm Goël.

 
Changement de numéro de compte !  
C’est désormais via Sylvie Le Gac et non plus Samuel Le Gac que vos chèques ou versements sur compte peuvent désormais transiter. 
Voici les nouvelles coordonnées. Merci de bien vouloir les enregistrer.
 
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 
Vous souhaitez soutenir le ministère de Haïm Goël ?
 
Par chèque (LAISSER AU PORTEUR) à envoyer à Sylvie Le Gac.
Adresse : Sylvie Le Gac, le Revers 4, 1345 Le Lieu – Suisse
 
Sur compte SYLVIE LE GAC c/o Albert Le Gac, 5 rue de Frainiau, 25560 Frasne – France – IBAN : FR76 1080 7000 5972 4198 0751 586  
BIC CCBPFRPPDJN
Code banque 10807 –  Code guichet 00059 –  N° de compte72419807515 – clé RIB86
Domiciliation BPBFC HOPITAUX NEUFS
 
//////////////////////////////////////////////////////////////////
Je termine cet envoi en exprimant toute ma reconnaissance aux personnes qui fidèlement, depuis longtemps parfois, apportent leur soutien à mon ministère. Vos contributions sont notre bénédiction et nous prions l’Eternel de vous bénir en retour en de multiples occasions et moyens. l’Eternel sait, l’Eternel voit… Sans jamais prêcher la doctrine de la prospérité, nous avons cependant vérifié si souvent combien D.ieu bénit le coeur ouvert.
 
Shalom, 
Haïm Goël
Contact : etzbetzion@yahoo.fr 

Leave a Reply

Translate »