De 7 milliards…. à 500 millions de personnes ! – Le programme de contrôle de la population par l’élite mondiale…Non ce n’est pas conspirationniste.

By 4 avril 2020Le mot du jour

Nouvel article sur La Lumière du monde

par La Lumière

Par Michael Snyder

27 octobre 2011

Les Nations Unies ont officiellement désigné le 31 octobre comme la Journée des 7 milliards. Ce jour-là, les Nations unies estiment que la population de la terre atteindra 7 milliards pour la toute première fois. Mais au lieu de célébrer ce que représente cette étape importante de 7 milliards de personnes, le Fond des Nations Unies pour la population (UNPF) cherche plutôt à utiliser le 31 octobre comme une occasion de sensibiliser sur la « durabilité » et sur le « développement durable ». En d’autres termes, les Nations Unies déclarent une fois de plus qu’il y a beaucoup trop d’habitants sur la planète et que nous devons prendre des mesures plus directes pour réduire la fécondité. Ces dernières années, les Nations Unies et d’autres organisations internationales sont devenues plus audacieuses en essayant de faire avancer le programme de contrôle des populations malades de l’élite mondiale. La plupart du temps, les organisations telles que l’ONU se contentent de parler de « stabilisation » de la population mondiale, mais comme vous le verrez dans cet article, nombreux sont ceux parmi l’élite mondiale qui n’ont pas peur de parler ouvertement d’un objectif de réduction de la population mondiale à 500 millions (ou moins.) Pour vous et moi, cela peut sembler de la folie de vouloir se débarrasser de plus de 90 % de la population mondiale, mais il existe un consensus croissant au sein de l’élite mondiale sur le fait que cela est absolument nécessaire pour le bien de la planète.

À l’approche du 31 octobre, des dizaines d’articles paraissent dans les journaux du monde entier, qui déclarent que c’est une chose horrible que nous soyons jusqu’à 7 milliards de personnes.

En fait, ce n’est sûrement pas un hasard si les Nations Unies ont placé la Journée des 7 milliards exactement le même jour qu’Halloween. Peut-être veulent-ils souligner à quel point il est « effrayant » que nous ayons 7 milliards d’habitants sur la planète, ou peut-être essaient-ils de nous envoyer un message en faisant coïncider la Journée des 7 milliards avec la « fête de la mort ».

Quoi qu’il en soit, il semble que ce soit une trop grande coïncidence que la Journée des 7 milliards tombe le même jour qu’Halloween.

Aujourd’hui, le « développement durable » est devenu l’un des principaux mots à la mode que les membres du mouvement environnemental radical aiment utiliser, mais la plupart des Américains ne se doutent pas le moins du monde de ce que l’un des éléments clés du « développement durable » est le contrôle de la population.

Alors, quelle est précisément la population idéale pour la Terre selon les partisans du « développement durable » ?

Bien sûr, il y a beaucoup de désaccords sur cette question, mais beaucoup sont très ouverts sur le fait qu’ils pensent que la Terre ne devrait avoir que 500 millions d’habitants (ou moins.)

Par exemple, le premier des « 10 nouveaux commandements » sur les tristement célèbres Pierres angulaires de la Géorgie stipule ce qui suit :

« Maintenir l’humanité en dessous de 500 000 000 en perpétuel équilibre avec la nature. »

Le fondateur de CNN, Ted Turner, irait encore plus loin :

« Une population totale de 250-300 millions de personnes, soit une baisse de 95 % par rapport aux chiffres actuels, serait idéale. »

Dave Foreman, le co-fondateur de Earth First, affirme que la réduction de notre population à 100 millions d’habitants est l’un de ses trois principaux objectifs :

« Mes trois principaux objectifs seraient de réduire la population humaine à environ 100 millions dans le monde, de détruire l’infrastructure industrielle et de voir revenir la nature vierge dans le monde entier, avec son plein effectif d’espèces. »

Malheureusement, ce genre de bêtises est même enseigné dans les grandes universités américaines. Par exemple, le professeur de biologie de l’université du Texas à Austin Eric R. Pianka a écrit un jour ce qui suit :

Je n’ai aucune rancune envers les gens. Cependant, je suis convaincu que le monde, y compris l’humanité tout entière, se porterait nettement mieux sans un si grand nombre d’entre nous.

Mikhaïl Gorbatchev pense que réduire la population mondiale de 90 % serait tout à fait justifié :

« Nous devons parler plus clairement de la sexualité, de la contraception, de l’avortement, des valeurs qui contrôlent la population, car la crise écologique, en somme, est une crise démographique. Réduisez la population de 90 % et il n’y a plus assez de gens pour faire beaucoup de dégâts écologiques ».

Mais la plupart du temps, la façon dont l’élite mondiale parle du contrôle de la population est beaucoup plus « politiquement correcte ». Ils ont tendance à utiliser des termes tels que « développement durable », « réduction des taux de fécondité » et « qualité de vie » lorsqu’ils parlent de la nécessité de réduire notre population.

À l’approche de la Journée des 7 milliards, des articles ont été publiés dans les principales publications du monde entier, qui préconisent des mesures de contrôle de la population plus importantes. Bien sûr, dans le monde occidental, ces mesures sont toujours présentées comme étant « volontaires », mais c’est toujours de cette manière que des choses semblables sont introduites. Une fois qu’un nombre suffisant de personnes auront adhéré aux mesures « volontaires » de contrôle de la population, elles deviendront « obligatoires ».

Maintenant que vous connaissez certains des mots à la mode qui sont utilisés, regardez ce qui a été écrit récemment sur certains des plus grands sites d’information du monde.

Jeffrey D. Sachs, le directeur de l’Earth l’Institute de l’Université de Columbia, a récemment déclaré ce qui suit dans un article pour CNN :

« L’arrivée de la 7 milliardième personne suscite une profonde inquiétude dans le monde entier. Elle est porteuse d’un défi : que faudra-t-il pour maintenir une planète sur laquelle chaque personne a une chance de vivre pleinement, de manière productive et prospère, et sur laquelle les ressources seront maintenues pour les générations futures ?

Comment, en somme, pouvons-nous bénéficier d’un « développement durable » sur une planète très peuplée ?

Pour Sachs, l’une des « clés » du développement durable est la « stabilisation » de la population mondiale :

« La deuxième clé du développement durable est la stabilisation de la population mondiale. Cela se produit déjà dans les pays aux revenus élevés et même dans certains pays aux revenus moyens, car les familles choisissent d’avoir un ou deux enfants en moyenne. La réduction des taux de fécondité devrait être encouragée dans les pays les plus pauvres également. »

Dans un article récent pour le Guardian, Roger Martin a déclaré que tous les problèmes auxquels l’humanité est confrontée seraient plus faciles à résoudre si moins de gens couraient autour de la planète :

« …tous les problèmes environnementaux (et de nombreux problèmes économiques et sociaux) sont plus faciles à résoudre avec moins de personnes, et en fin de compte impossibles [à résoudre] avec toujours plus de personnes. »

Il dit aussi que si nous réduisons la population, cela signifiera une vie meilleure pour tous les autres :

« Sur une planète finie, la population optimale offrant la meilleure qualité de vie pour tous est clairement beaucoup plus petite que la population maximale permettant la simple survie. Plus nous sommes nombreux, moins il y en a pour chacun ; moins de gens signifie une vie meilleure. »

Mais est-ce vraiment le cas ?

Bien sûr que non.

Il y a eu d’énormes souffrances humaines tout au long de l’histoire. Si nous éliminions 90 % de la population mondiale, cela n’ouvrirait pas soudainement une sorte d' »âge d’or ».

Mais beaucoup parmi l’élite mondiale sont vraiment convaincus que nous abîmons « leur planète » et ils ne veulent plus de nous. Grâce à la technologie, ils n’ont besoin que de quelques centaines de millions de personnes pour faire fonctionner leur système, et ils considèrent le reste d’entre nous comme des « mangeurs inutiles ».

Tout cela peut sembler assez bizarre pour beaucoup d’entre vous, mais c’est le genre de choses qui sont enseignées dans les collèges et les universités du monde occidental.

En fait, vous commencez à voir un nombre croissant de personnes dans le monde occidental qui suggèrent réellement que nous adoptions une « politique de l’enfant unique » comme l’a fait la Chine. Par exemple, ce qui suit est tiré d’un article d’opinion paru dans le National Post :

Une loi planétaire, telle que la politique chinoise de l’enfant unique, est la seule façon de renverser le désastreux taux de natalité mondial actuel, qui est d’un million de naissances tous les quatre jours.

L’auteur de l’article d’opinion estime qu’une telle « politique de l’enfant unique » réduirait la population mondiale à 3,43 milliards d’ici 2075 :

La raison derrière tout cela est la suivante :

-Si un seul enfant par femme naissait dès maintenant, la population mondiale passerait de 6,5 milliards actuellement à 5,5 milliards d’ici 2050, selon une étude réalisée pour l’Institut de démographie de l’Académie des sciences de Vienne.

-En 2075, il y aurait 3,43 milliards d’humains sur la planète. Cela aurait des effets positifs immédiats sur les forêts, les autres espèces, les océans, la qualité de l’atmosphère et les niveaux de vie dans le monde.

C’est le genre de choses auxquelles beaucoup de ces gens pensent tout au long de la journée.

Ils sont obsédés par la mort et par la nécessité de réduire la population le plus rapidement possible. Ils nous voient comme un « fléau » qui ravage la planète et ils croient qu’en se débarrassant de nous, ils sauveraient en fait la Terre.

En raison de l’opinion publique, les partisans du contrôle de la population doivent marcher à pas de velours dans le monde occidental. Mais lorsqu’ils peuvent s’en tirer, ils n’ont pas peur d’être très énergiques.

J’ai déjà parlé de l’horrible politique de l’enfant unique en Chine. Comme l’a récemment noté l’Epoch Times, l’application de cette politique peut être absolument brutale :

« Les femmes enceintes sans autorisation de naissance sont traquées comme des criminelles par la police de la planification démographique en Chine et sont avortées de force ».

Si vous ne croyez pas que quelque chose comme cela puisse jamais arriver dans le monde occidental, vous devriez peut-être y repenser.

Les limitations des naissances d’enfants apparaissent déjà dans les émissions de télévision populaires. Par exemple, une nouvelle émission de la Fox intitulée Terra Nova dépeint l’avenir de la Terre comme un enfer vivant dû à la surpopulation. Les gens de demain pourront difficilement respirer l’air en raison de la pollution massive et une « politique des deux enfants » stricte est appliquée de manière rigide.

La famille présentée dans Terra Nova est capable de passer par un portail vers un monde préhistorique qui remonte à 85 millions d’années. Dans ce « nouveau monde », les humains ont mis en place une merveilleuse nouvelle société socialiste où les besoins de chacun sont pourvus et où la « technologie verte » les aide à éviter de faire les « erreurs » du passé.

Malheureusement, les utopies socialistes telles que celle dépeinte sur Terra Nova n’existent que dans les œuvres de fiction.

Au lieu de cela, ce qu’il se passe la plupart du temps dans la vie réelle est que les « bonnes intentions » des planificateurs sociaux se transforment en tyrannie absolue lorsqu’elles sont mises en pratique.

Par exemple, il suffit de voir ce qu’il s’est passé, selon un article récent du National Geographic, lorsque les planificateurs sociaux en Inde ont essayé de réduire agressivement le taux de natalité dans les années 1970 :

Le gouvernement indien a déjà essayé une fois de pousser les vasectomies, dans les années 1970, alors que l’anxiété concernant la bombe démographique était à son comble. La Première ministre Indira Gandhi et son fils Sanjay ont utilisé les pouvoirs conférés par l’état d’urgence pour imposer une augmentation spectaculaire des stérilisations. De 1976 à 1977, le nombre d’opérations a triplé, pour atteindre plus de huit millions. Plus de six millions d’entre elles étaient des vasectomies. Les agents du planning familial ont été contraints de respecter des quotas ; dans quelques états, la stérilisation est devenue une condition pour bénéficier d’un nouveau logement ou d’autres avantages gouvernementaux. Dans certains cas, la police a simplement arrêté les pauvres et les a amenés dans des camps de stérilisation.

Comment vous sentiriez-vous si vous étiez arrêté et emmené dans un camp de stérilisation ?

Les programmes de stérilisation (la plupart du temps, ils sont « volontaires ») sont en vigueur dans le monde entier. La plupart du temps, ils sont parrainés et financés par les Nations unies. L’élite mondiale est absolument obsédée par l’idée d’inciter les femmes à avoir moins de bébés.

C’est l’une des raisons pour lesquelles l’avortement est si important pour eux.

Récemment, Al Gore a fait la déclaration suivante concernant le contrôle de la population :

« Une des choses que nous pourrions faire à ce sujet est de changer les technologies, de réduire cette pollution, de stabiliser la population, et une des principales façons d’y parvenir est d’autonomiser et d’éduquer les filles et les femmes. Il faut que la gestion de la fécondité soit omniprésente pour que les femmes puissent choisir le nombre d’enfants qu’elles souhaitent avoir, l’espacement des naissances. »

L’élite aime utiliser des termes tels que « gestion de la fécondité » et « planification familiale », mais ce qu’elle souhaite réellement, c’est qu’il y ait moins de grossesses et plus d’avortements afin que la population n’augmente pas aussi rapidement.

Ils n’ont certainement pas l’intention de donner aux femmes les moyens d’avoir plus d’enfants.

Ce programme a également été très bien reflété dans la note de politique générale de la Division de la population des Nations Unies de mars 2009 qui posait cette question choquante :

« Que faudrait-il pour accélérer la baisse de la fécondité dans les pays les moins avancés ? »

Qui a donné à l’ONU le droit d’essayer d' »accélérer la baisse de la fécondité » pour les femmes des pays pauvres ?

Mais pour de nombreux membres de l’élite mondiale, essayer de faire en sorte que les femmes aient moins de bébés a tout son sens. Dans un récent éditorial du New York Times intitulé « The Earth Is Full », Thomas L. Friedman a fait la déclaration suivante :

Il faut vraiment se demander si, dans quelques années, l’on se penchera sur la première décennie du XXIe siècle – lorsque les prix des denrées alimentaires auront explosé, que les prix de l’énergie auront grimpé en flèche, que la population mondiale aura explosé, que des tornades auront déferlé sur les villes, que des inondations et des sécheresses auront établi des records, que des populations auront été déplacées et que des gouvernements auront été menacés par la confluence de tout cela – et se demander : à quoi pensions nous ? Comment n’avions-nous pas paniqué alors que les faits étaient si évidents que nous avions franchi d’un seul coup certaines lignes rouges de croissance, climatiques, de ressources naturelles et démographiques ?

Ces gens croient honnêtement et sincèrement tout cela.

Malheureusement, ce programme est même représenté au plus haut niveau de notre propre gouvernement.

Le principal conseiller scientifique de Barack Obama, John P. Holdren, a écrit un jour ce qui suit :

« Un programme de stérilisation des femmes après leur deuxième ou troisième enfant, malgré des difficultés relativement plus grandes de l’opération que pour la vasectomie, pourrait être plus facile à mettre en œuvre que d’essayer de stériliser les hommes.

Le développement d’une capsule stérilisante à long terme qui pourrait être implantée sous la peau et retirée lorsqu’une grossesse est souhaitée ouvre des possibilités supplémentaires de contrôle coercitif de la fertilité. La capsule pourrait être implantée à la puberté et pourrait être retirée, avec une autorisation officielle, pour un nombre limité de naissances ».

Holdren pense également que l’avortement obligatoire serait parfaitement légal en vertu de la Constitution américaine :

« En effet, il a été conclu que les lois de contrôle démographique obligatoire, incluant même des lois exigeant l’avortement obligatoire, pourraient être maintenues sous la Constitution existante si la crise démographique devenait suffisamment grave pour mettre en danger la société ».

Voici huit autres citations qui montrent l’état d’esprit dans lequel se trouvent beaucoup de ces défenseurs du contrôle de la population.

1. Bill Gates de Microsoft :

« Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards d’habitants. Ce chiffre augmente et va atteindre environ 9 milliards. Maintenant, si nous faisons un excellent travail sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, les services de santé reproductive, nous pourrions réduire ce chiffre de 10 ou 15 % ».

2. Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême des États-Unis :

« Franchement, j’avais pensé qu’au moment où la décision concernant Roe a été prise, l’on s’inquiétait de la croissance démographique et en particulier de la croissance des populations que nous ne voulons pas avoir en trop grand nombre. »

3. David Rockefeller :

« L’impact négatif de la croissance démographique sur tous nos écosystèmes planétaires devient effroyablement évident ».

4. Jacques Cousteau :

« Pour stabiliser la population mondiale, nous devons éliminer 350 000 personnes par jour. »

5. Prince Phillip, le Duc d’Edimbourg :

« Si j’étais réincarné, je souhaiterais être renvoyé sur terre en tant que virus tueur pour réduire la population humaine. »

6. David Brower, premier directeur exécutif du Sierra Club :

« La procréation [devrait être] un crime punissable contre la société, à moins que les parents ne détiennent une autorisation du gouvernement … Tous les parents potentiels [devraient être] tenus d’utiliser des produits chimiques contraceptifs, le gouvernement délivrant des antidotes aux citoyens choisis pour procréer. »

7. La fondatrice du Planning familial, Margaret Sanger :

« La chose la plus clémente qu’une famille puisse faire à un de ses membres est de le tuer. »

8. La fondatrice du Planning familial, Margaret Sanger :

« Le contrôle des naissances doit conduire en fin de compte à une race plus pure » (Woman, Morality, and Birth Control. New York : New York Publishing Company, 1922. Page 12.)

Quand l’on croit que la Terre compte beaucoup trop d’habitants, la vie humaine devient dévaluée, et l’avortement devient un moyen de se débarrasser des indésirables.

Selon un récent article du Daily Mail, des milliers de bébés « anormaux » sont maintenant avortés de manière sélective au Royaume-Uni chaque année :

Des milliers de grossesses ont été avortées l’année dernière en raison d' »anomalies », dont 500 pour le syndrome de Down, révèlent de nouveaux chiffres.

Au total, il y a eu 2 290 avortements en raison de problèmes médicaux au niveau du fœtus, dont 147 ont été pratiqués après 24 semaines.

Dans un monde « surpeuplé », les bébés qui ne sont pas « parfaits » deviennent plus « jetables » que jamais.

En fait, la vérité est que le programme de contrôle de la population et le « mouvement pour le droit à l’avortement » sont inséparablement liés depuis des décennies. Ceux qui sont obsédés par la « surpopulation » considèrent l’avortement comme une méthode fortement nécessaire de contrôle des naissances, et l’un de leurs principaux objectifs est d’étendre l’accès aux « soins de santé reproductifs » au plus grand nombre possible de femmes dans le monde.

Mais en fin de compte, nos actions « volontaires » ne suffiront pas à réduire la population et la plupart des défenseurs du contrôle de la population en sont conscients. Nombre d’entre eux appellent ouvertement à la mise en place d’une autorité mondiale « bienveillante » pour nous guider dans la transition « nécessaire » qui nous attend.

Dans un article précédent, j’ai décrit le type de monde que les partisans radicaux du contrôle de la population voient pour notre avenir :

Imaginez que vous vous endormiez une nuit et que vous vous réveilliez plusieurs années plus tard dans un monde totalement différent. Dans ce monde futuriste, littéralement tout ce que vous faites est étroitement surveillé et contrôlé par des bureaucrates obsédés par le contrôle au nom du « développement durable » et dans le but de promouvoir « l’agenda vert ». Un organisme international a centralisé le contrôle mondial de toutes les activités humaines. Ce que vous mangez, ce que vous buvez, l’endroit où vous vivez, la température de votre maison et la quantité de carburant que vous pouvez utiliser sont déterminés par eux. Quiconque est en désaccord ou tente de se rebeller contre le système est envoyé en « rééducation ». La population humaine est inférieure de 90 % à ce qu’elle est aujourd’hui dans cette société futuriste, et tous les êtres humains restants ont été rassemblés dans des villes très étroites qui sont gérées comme des prisons.

C’est là le but final de l’agenda vert radical. Pour sauver la Terre, ils ont le sentiment qu’ils doivent réduire considérablement notre nombre et contrôler très étroitement nos activités.

Mais est-ce là le genre d’avenir dans lequel l’on voudrait vraiment vivre ? Est-ce que quelqu’un choisirait réellement de vivre dans un avenir où les bureaucrates gèrent nos vies dans les moindres détails pour le bien de l’environnement ?

Personnellement, je pense que les 7 milliards de personnes sur terre se porteraient très bien si l’on leur donnait beaucoup plus de liberté et la liberté de vivre leur propre vie comme ils l’entendent.

Mais laisser les gens décider de la manière dont ils veulent vivre leur vie est un anathème pour ceux qui ont adhéré au programme de contrôle de la population de l’élite mondiale.

Ils croient en fait qu’ils sont plus intelligents que nous tous et qu’ils doivent nous dire ce qu’il faut faire pour le bien de l’humanité et pour le bien de la planète.

Cette approche condescendante devrait vraiment écoeurer tous les Américains épris de liberté.

Alors que pensez-vous du programme de contrôle de la population de l’élite mondiale ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire exprimant votre opinion ci-dessous…

Source : http://endoftheamericandream.com/archives/from-7-billion-people-to-500-million-people-the-sick-population-control-agenda-of-the-global-elite

Leave a Reply

Translate »