Départ de guerre au Moyen-Orient…..Soleimani, Muhandis, Naim Qasem pulvérisés dans une frappe. / Attention des images dures !

By Marc

Jan 3, 2020

A cette heure, les forces Al Quds d’Iran sont décapitées (et reconnues officiellement comme telles) par un raid surprise des forces israélo-américaines.

On peut considérer que, techniquement, les Etats-Unis, Israël, d’un côté, l’Iran et le Hezbollah, de l’autre sont, techniquement, entrés en guerre.

Selon nos sources JForum, Naem Qassem n°2 du Hezbollah, a également été éliminé lors de la même décapitation de l’Etat-Major terroriste iranien à l’étranger !

Le général de division Yahya Rahim Safavi, commandant en chef des Gardiens de la Révolution islamique (Islamic Revolutionary Guards Corp – IRGC) de l’Iran (à gauche), salue le cheikh Naim Qassem, secrétaire général adjoint du Hezbollah libanais, lors d’une cérémonie religieuse à Téhéran, Iran, le 18 août 2007. (AP Photo/Hasan Sarbakhshian)

Deux sources de la milice ont déclaré que les deux invités avaient également été tués dans l’attaque, mais ont refusé de les identifier. On suppose que Soleimani était l’un d’eux, tandis que le chef adjoint du Hezbollah Naem Qasm était l’autre. Cependant, aucun rapport officiel n’a été confirmé.

Un responsable de la sécurité, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’Al-Muhandis était arrivé à l’aéroport en convoi avec d’autres personnes pour recevoir Soleimani (et Naïm Qassem), dont l’avion était arrivé du Liban ou de Syrie. La frappe aérienne a eu lieu près de la zone de cargaison, après que les “invités” ont quitté l’avion pour être accueillis par al-Muhandis et d’autres.

Deux responsables des Forces de mobilisation populaire irakiennes ont déclaré que le corps de Suleimani avait été mis en pièces lors de l’attaque alors qu’ils n’avaient pas trouvé le corps d’al-Muhandis. Un politicien de haut rang a déclaré que le corps de Soleimani avait été identifié par la bague qu’il portait.

L’ancien chef du CGRI, Mohsen Rezaee, a tweeté en réponse à l’attaque, selon laquelle “une vengeance vigoureuse contre l’Amérique” serait poursuivie après la mort de Suleimani.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a averti vendredi qu’une vengeance sévère attend les “criminels” qui ont tué Soleimani et que l’attaque doublera la motivation de la résistance contre les États-Unis et Israël.
Khamenei a appelé à trois jours de deuil en Iran pour Soleimani.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré vendredi que la liquidation du chef de la Force iranienne Qods Qassem Soleimani était “une escalade extrêmement dangereuse et stupide“.

“Les États-Unis sont responsables de toutes les conséquences de leur aventures de voyous”, a-t-il déclaré dans un message sur Twitter.

Zarif a déclaré plus tard que l’élimination ciblée de Soleimani ne ferait que renforcer la résistance dans la région, selon la télévision d’État iranienne.

Vendredi matin, Tsahal a annoncé que le site du mont Hermon serait fermé aux touristes après une évaluation de la situation sécuritaire. Des roquettes tirées de Syrie ont visé le site dans le passé.

Les partisans des groupes paramilitaires irakiens soutenus par l’Iran ont pris d’assaut l’ambassade américaine à Bagdad mardi après des raids aériens américains dimanche contre les bases des milices du Kataï’ib Hezbollah en représailles aux attaques de missiles qui ont tué un entrepreneur américain dans le nord de l’Irak la semaine dernière.

Les tensions entre les États-Unis et l’Iran se sont intensifiées dans la région à propos des sanctions économiques américaines qui nuisent à l’économie iranienne. Les deux parties ont échangé la responsabilité des attaques contre les installations pétrolières, les dépôts d’armes des milices ainsi que les bases militaires hébergeant les forces américaines.

Les résultats de l’enquête ADN actuellement en attente ont une “forte probabilité” d’identifier les deux hommes comme cibles, a rapporté Newsweek .

Soleimani, qui a dirigé la branche étrangère des Gardiens de la révolution et a joué un rôle clé dans les combats en Syrie et en Irak, a acquis le statut de célébrité au pays et à l’étranger.

Il a contribué à la propagation de l’influence iranienne au Moyen-Orient, que les États-Unis et les ennemis régionaux de Téhéran, l’Arabie saoudite et Israël, ont du mal à maîtriser.

Il a survécu à plusieurs tentatives d’assassinat contre lui par des agences occidentales, israéliennes et arabes au cours des deux dernières décennies.

La Force Quds de Soleimani, chargée de mener des opérations au-delà des frontières de l’Iran, a renforcé son soutien au président syrien Bachar al-Assad alors qu’il semblait proche de la défaite dans la guerre civile qui sévit depuis 2011 et a également aidé les miliciens à vaincre l’État islamique en Irak.

Soleimani est devenu chef de la Force Quds en 1998, poste dans lequel il a gardé un profil bas pendant des années, tout en renforçant les liens de l’Iran avec le Hezbollah au Liban, le gouvernement du président syrien Bashar al-Assad et les milices chiites en Irak.

Le personnel du Jerusalem Post a contribué à ce reportage.

jpost.com

Le commandant iranien Qassem Soleimani tué lors d’une frappe aérienne américaine

Une frappe aérienne américaine à l’aéroport international de Bagdad a tué le commandant iranien du Moyen-Orient, le général Al Qods du CGRI, Qassem Soleimani, 62 ans, et le chef de la milice irakienne du PMU, Abu Mahdi al-Muhandis.

Le raid a été effectué par des hélicoptères d’assaut américains vendredi matin 3 janvier et aurait tué sept personnes. Les Unités de mobilisation populaire (PMU) sont l’organisation coordinatrice des milices chiites irakiennes pro-iraniennes, dont le Kata’ib Hezballah, qui a été chargé par Soleimani de mener des attaques majeures sur des bases américaines. Ses dirigeants étaient à l’aéroport de Bagdad pour recueillir des «invités de haut niveau».

Les sources militaires et de renseignement de DEBKAfile révèlent que la mort de Soleimani représente un exploit extraordinaire du renseignement opérationnel américain dans lequel le renseignement israélien peut être présumé avoir grandement aidé. Il fait grimper le conflit américano-iranien au niveau de la guerre ouverte entre les forces américaines servant en Irak – au nombre de 5000 – et les unités des Gardiens de la révolution iraniens opérant dans le pays, jusqu’à présent sous le commandement de Soleimani.

Il s’agissait de la deuxième frappe américaine en Irak cette semaine. Dimanche 29 décembre, l’US Air Force a frappé cinq bases de Kataib Hezballah en Irak et en Syrie, tuant environ 25 combattants.

C’était aussi la réponse du président Donald Trump à la remarque moqueuse du chef suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, selon laquelle «il ne peut rien faire à l’Iran».

Jeudi, le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a commenté la situation en Irak: «Le jeu a changé. Les actes violents des milices chiites soutenues par l’Iran en Irak se heurteront à la force militaire américaine. »

L’opération aurait été menée entièrement sous les ordres du Président Donald Trump, selon le Pentagone

Qassem Soleimani, le chef de l’élite iranienne Quds Force, a été tué jeudi soir lors d’une frappe aérienne américaine qui visait un convoi près de l’aéroport de Bagdad.

Le commandant de la milice irakienne, Abu Mahdi al-Muhandis, est également décédé lors de la frappe aérienne, Ahmed al-Assadi, porte-parole du groupe de coordination des milices soutenues par les Forces de mobilisation populaire irakiennes, a confirmé à ABC News.

Le département américain de la Défense a confirmé dans une déclaration à ABC News qu’il était responsable de l’attaque.

“Sous la direction du président, l’armée américaine a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel américain à l’étranger en tuant Qasem Soleimani, le chef de la Force iranienne des gardiens de la révolution-Quds Force, une organisation terroriste étrangère désignée par les États-Unis”, indique le communiqué.

“Le général Soleimani élaborait activement des plans pour attaquer les diplomates américains et les militaires en Irak et dans toute la région.”

Soleimani et la Force Quds, selon le ministère de la Défense, “étaient responsables de la mort de centaines de militaires américains et de membres de la coalition et de milliers de blessés. Il avait orchestré des attaques contre des bases de la coalition en Irak au cours des derniers mois – y compris l’attaque du 27 décembre – qui a abouti à la mort et des  blessures de 4 nouveaux membres du personnel américain et irakien. “

 

La frappe “visait à dissuader les futurs plans d’attaque iraniens”, poursuit le communiqué. “Les États-Unis continueront de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger notre peuple et nos intérêts où qu’ils soient dans le monde.”

Reuters avait précédemment rapporté la mort de Soleimani et al-Muhandis, citant al-Assadi.

abcnews.go.com

L’Iranien Soleimani et l’Irakien Muhandis tués dans une frappe aérienne : selon un porte-parole de la milice Hashd al-Shaabi

PHOTO DE FICHIER: Abu Mahdi al-Muhandis et Qassem Soleimani, un commandant des Forces de mobilisation populaire, assiste à un cortège funèbre de membres de Hashd al-Shaabi (forces paramilitaires). REUTERS / Thaier al-Sudani / File Photo

BAGDAD (Reuters) – Le major-général iranien Qassem Soleimani, chef de la force d’élite Quds, et le commandant de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis ont été tués jeudi soir dans une attaque aérienne contre leur convoi à l’aéroport de Bagdad, a déclaré à Reuters un porte-parole de la milice irakienne.

L’ennemi américain et israélien est responsable de la mort des moudjahidines Abu Mahdi al-Muhandis et Qassem Soleimani”, a déclaré Ahmed al-Assadi, porte-parole du groupe de coordination des Forces de mobilisation populaire irakiennes, composé de milices soutenues par l’Iran.

Reportage d’Ahmed Rasheed et Ahmed Aboulenein; Montage par Christian Schmollinger

reuters.com


L’une des figures militaires les plus importantes de l’Iran, le major-général Qassem Soleimani, chef de la force d’élite Quds, a été tuée dans une attaque à la roquette à l’aéroport de Bagdad, ont annoncé des responsables, une frappe que les milices ont imputé aux États-Unis.

Dans un événement qui s’est immédiatement répercuté dans toute la région, des responsables ont déclaré que le commandant en chef des milices irakiennes, Abu Mahdi al-Muhandis, avait également été tué lors d’une frappe de leur convoi à l’intérieur de l’aéroport.

“L’ennemi américain et israélien est responsable de la mort des moudjahidines Abu Mahdi al-Muhandis et Qassem Soleimani”, a déclaré Ahmed al-Assadi, porte-parole du groupe de coordination des Forces de mobilisation populaire irakiennes, composé de milices soutenues par l’Iran.

Soleimani, 62 ans, était une figure militaire légendaire en Iran et au-delà, ayant d’abord fait sa réputation en tant que commandant lors de la longue et sanglante guerre de l’Iran avec l’Irak, dans les années 1980, un conflit au cours duquel les États-Unis se sont rangés du côté des forces du dirigeant irakien Saddam Hussein.

En tant que chef de la Force iranienne Quds, il était chargé de superviser ses forces terroristes d’opérations spéciales hautement qualifiées.

Si l’attaque a été menée par les États-Unis, cela aggraverait immédiatement les tensions, quelques jours seulement après une attaque de milices contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad. Le New York Times a souligné que jeudi après-midi, avant que ces attaques ne soient signalées, le secrétaire à la Défense Mark Esper, a déclaré que l’armée américaine frapperait de manière préventive les forces soutenues par l’Iran en Irak et en Syrie s’il y avait des signes que des groupes paramilitaires prévoyaient de nouvelles attaques.

«Si nous entendons parler d’attaques, nous prendrons également des mesures préventives pour protéger les forces américaines, protéger les vies américaines. Les règles du jeu ontchangé », a-t-il déclaré.

L’attaque de l’aéroport de Bagdad aurait fait cinq morts au total, alors qu’elle a touché deux véhicules distincts. Il s’agissait de la deuxième attaque à l’aéroport en quelques heures, et selon certaines informations, Mohammed Ridha Jabri, porte-parole des milices, a également été tué.

Il a été signalé qu’un haut responsable politique irakien et un responsable de la sécurité de haut niveau ont tous deux confirmé que Soleimani et al-Muhandis faisaient partie des personnes tuées dans l’attaque.

Ils ont dit qu’al-Muhandis était arrivé à l’aéroport en convoi pour recevoir Soleimani dont l’avion était arrivé du Liban ou de Syrie.

Des manifestants se rassemblent devant l’ambassade américaine en Irak

Soleimani, qui était considéré comme l’une des personnes les plus importantes impliquées dans la propagation de l’influence régionale de l’Iran ces dernières années, avait survécu à plusieurs tentatives d’assassinat contre lui menées par des agences occidentales, israéliennes et arabes au cours des deux dernières décennies.

Les attaques surviennent dans un contexte de tensions croissantes en Irak, où on a assisté à des attaques des membres des milices nationales, qui ont encerclé et tenté d’envahir l’ambassade des États-Unis, située dans la zone verte, une zone normalement restreinte.

Les miliciens protestaient contre les frappes aériennes lancées par les forces américaines sur trois sites de la milice du Khataib Hezbollah près de Qaim en Irak et sur deux sites en Syrie. Ces frappes aériennes sont, à leur tour, intervenues après que les États-Unis ont affirmé qu’une milice soutenue par l’Iran était responsable du tir de 31 roquettes sur une base dans la province de Kirkouk, tuant un entrepreneur américain et blessant plusieurs soldats américains et irakiens.

Donald Trump a accusé l’Iran et a menacé de se venger de l’attaque contre l’ambassade américaine, tandis que le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que Washington ne pouvait pas “faire ce genre de putain de chose”.

 

Le propagateur de guerre au Moyen-Orient semble cette fois avoir été servi.

Rapports supplémentaires par les agences

independent.co.uk

Leave a Reply

Translate »