was successfully added to your cart.

Le documentaire d’Arte n’a pas été censuré parce qu’il montre l’antisémitisme musulman. La réalité est bien pire / Dreuz

By 13 juin 2017Le mot du jour
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 12 juin 2017

Arte a déclenché une polémique après avoir censuré un reportage sur l’antisémitisme qui dérange, payé par les contribuables français et allemand. Soyons plus précis, c’est Alain Le Diberder, le directeur des programmes d’Arte, qui a fait interdire la projection du documentaire car pas assez antisioniste.

Des bruits ont rapidement circulé que ce reportage, qui était censé exposer l’antisémitisme de l’extrême droite, a été censuré par Arte parce qu’il révélait surtout l’antisémitisme des musulmans. La réalité est bien plus grave.

Le journaliste Luc Rosenzweig soutient notamment que la chaîne germano-française a censuré le documentaire parce qu’ « on y met trop en lumière la haine antijuive qui progresse dans la sphère arabo-musulmane et dans une certaine gauche obsédée par l’antisionisme ». Rosenzweig a suivi la logique la plus vraisemblable, mais c’était la mauvaise piste.

Le reportage décrit surtout la propagande anti-israélienne des médias et des élites européens

Si Arte a finalement refusé de le programmer, c’est parce que le reportage décrit la propagande anti-israélienne des médias et des élites européens, qu’il détruit les mensonges antisionistes en filmant la réalité sur le terrain, et surtout qu’il démontre que ce sont les Européens qui alimentent et excitent l’antisémitisme des arabes palestiniens. Dans son puissant livre témoignage, Catch the Jew!*, l’auteur Tuvia Tenenbom, qui s’était infiltré parmi les ONG antisionistes en se faisant passer pour un journaliste allemand, démontre brillamment la pernicieuse implication de l’Europe dans l’incitation active et indirecte à la haine des juifs, au travers des ONG radicales qu’elle finance.

Jean Patrick Grumberg – Tuvia Tenenbom

« L’Europe finance des ONG pour qu’elles espionnent les juifs en train de faire des fautes », m’avait expliqué Tenebom.

Ironie insupportable, Arte, qui a commandé le reportage, fait partie des médias qui diffusent cette propagande et est un des relais de la haine.

  • Le reportage met en lumière que les attaques contre l’Etat d’Israël sont l’une des formes contemporaines les plus importantes de la haine des juifs, et il documente les activités antisémites des associations et ONG qui dénigrent systématiquement Israël, tout en recevant des fonds européens. Afin de mettre en perspective que les accusations contre l’Etat juif sont d’ordre antisémite, les réalisateurs sont allés filmer ce qu’il se passe vraiment en Israël et dans les territoires palestiniens.
  • Arte ne s’attendait pas à ce que les réalisateurs fassent si bien leur travail, qu’ils interrogent les bonnes sources, qu’ils enquêtent sur le terrain, creusent le sujet et aillent au fond des problèmes au lieu de les traiter en surface en questionnant uniquement les habituels « témoins » anti-israéliens (la gauche et l’extrême gauche israélienne pour représenter la partie pro Israël, les ONG antisionistes, les Palestiniens et les boycotteurs côté anti) comme le font la plupart des journalistes.
  • Arte ne pensait absolument pas que le reportage de 90 minutes « Haine des juifs en Europe » de Joachim Schröder et Sophie Hafner exposerait que la forme moderne de l’antisémitisme a pris les habits de l’antisionisme pour se parer d’une apparence acceptable, et que les réalisateurs iraient vérifier si les accusations des antisionistes sont étayées par la réalité, ou nourries par cette vieille haine anti-juive européenne que l’on pensait disparue à la sortie de la Seconde Guerre mondiale.

La chercheuse allemande sur l’antisémitisme Monika Schwarz-Friesel dénonce un vrai cas de censure dans le fait que le reportage, en prouvant l’antisémitisme, en montrant une réalité très loin des clichés de BDS, des Communistes et des Verts antisionistes, tourne au témoignage beaucoup trop pro-israélien pour le goût d’Arte France.

Les réalisateurs ont par exemple filmé des extrémistes anti-israéliens appartenant à la Communauté catholique Pax Christi, dont la branche allemande soutient le boycott d’Israël, ainsi que l’Eglise protestante « Brot für die Welt » (“du pain pour le monde”), qui reçoivent des fonds du gouvernement allemand, mais aussi l’ONG « World Vision » (« vision du monde »), financée par l’Europe, dont le directeur des opérations à Gaza, Mohammed al-Halabi, a siphonné des millions d’euros au profit du Hamas dans la bande de Gaza.

Et ironiquement, ce sont leurs images factuelles, c’est cette réalité du terrain, que le directeur de la programmation d’Arte France Alain Le Diberder avance comme la raison principale de la non-diffusion du film.

Dans son communiqué, Le Diberder affirme que les réalisateurs ne se sont pas conformés au cahier des charges qui consistait à produire un documentaire sur l’antisémitisme en Europe, parce qu’ils ont inclus trop d’images d’Israël et trop peu des pays européens.

Evoquant le vote négatif du comité France des programmes sur la diffusion du film, Le Diberder parle de « manque d’équilibre dans le film » (on songe ici à cette phrase de Jean-Luc Godard : « l’objectivité ce n’est pas 5 minutes pour Hitler, 5 minutes pour les Juifs »).

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Alain Le Diberder, d’Arte France, sur la sellette

Le Diberder prétend que le film manque de « diversité de perspectives » ? C’est l’inverse qui est vrai

Le journaliste allemand Götz Aly qui a vu le film, explose dans Berliner Zeitung la vision militante de Le Diberder (Source : berliner-zeitung.de), et va en réalité même bien plus loin :

« J’ai vu le film. Il gagne en force parce qu’il y a une recherche intensive et un changement dans la façon de parler du sujet. Il y a par exemple des scènes avec des événements impliquant la Droite et la Gauche radicales en Allemagne et en France, des interviews avec des protestants activistes pour la paix, des séquences du Parlement européen, des concerts de rock, et des vidéos de rap. Le film documente la corruption financière au sein de l’administration de l’UNRWA contrôlée par le Hamas à Gaza.

Et Le Diberder prétend que le film manque de « diversité de perspectives » ?

C’est l’inverse qui est vrai.

  • Les auteurs permettent à des étudiants pragmatiques de l’université de Gaza de s’exprimer, lesquels disent que la haine des juifs par le Hamas les dégoûte.
  • Un maire socialiste d’une banlieue de Paris déclare être perdu, abandonné par l’Etat dans sa lutte contre l’antisémitisme des militants arabes, cause de l’exode des juifs de ces communautés.

L’historien Michael Wolffsohn partage mon impression positive du documentaire. Mais l’éditeur du film, Sabine Rollberg n’a rien pu faire contre le blocus d’Arte France. »

Le documentaire provoque les antisémites cachés qui se sentent subitement démasqués

« Grâce à son excellente recherche et sa clarté, le documentaire provoque, en fait, les antisémites cachés, qui se sentent subitement démasqués. Et tous ceux qui empêchent le film d’être montré au public ont un fond de lâcheté, ou de ressentiment … ‘antisioniste’, » conclut Götz Aly dans un allusion à peine dissimulée contre Le Diberder et l’équipe d’Arte France qui ont bloqué la diffusion du reportage.

  • « [La décision de Le Diberder] est grotesque », a déclaré Serap Güler, un membre du conseil de la chaîne WDR et du Conseil exécutif du CDU, le Parti de la chancelière Merkel.
  • Michaela Engelmeier, un membre social démocrate du Bundestag (le parlement fédéral allemand), a qualifié la déclaration de Le Diberder “d’incompréhensible.”

“Un documentaire qui entend présenter le problème de l’antisémitisme de façon honnête doit examiner la relation entre l’antisémitisme et la critique d’Israël. Et pour cela, il est nécessaire de se référer à la situation au Moyen-Orient,” ajoute la députée, plaçant Le Diberder dans une position difficilement défendable.

  • Volker Beck, député du Parti Vert et président de l’Amitié germano-allemande au Bundestag, met carrément les pieds dans le plat et dénonce le pot aux roses, expliquant que la décision de ne pas montrer le film est « encore plus dérangeante quand on considère que Arte et la WDR ont diffusé des programmes qui peuvent être considérés comme biaisés contre Israël.”
  • L’historien Michael Wolffsohn a déclaré au Frankfurter Allgemeine Zeitung que le documentaire “est de loin le meilleur, le plus intelligent et le plus profond historiquement, sur ce sujet, tout en étant très à jour et très vrai.”
  • L’expert de l’islam berlinois et auteur Ahmad Mansour a lui aussi dit du film qu’il “était temps qu’un tel film existât et qu’il était exceptionnel.”
  • « Le documentaire soulève l’idée que les Européens, et spécialement les élites, excitent l’antisémitisme chez les musulmans [dans les territoires occupés] ». Et cela, explique l’auteur, acteur et metteur en scène Gerd Buurmann, qui par ailleurs tient un blog où il tient une longue liste des fausses rumeurs anti-israéliennes diffusées les chaînes de télévision, « les gens chez WDR et Arte ne veulent pas l’affronter. »
  • Ce que confirme Richard Herzinger, journaliste à Die Welt qui insiste sur l’existence des “accusations mensongères et des distorsions contre Israël dans les médias.”
  • Charlotte Knobloch, la directrice de la Communauté juive de Munich, et survivante de l’Holocauste, a écrit sa réprobation à Le Diberder, disant que « ARTE est sur une voie dangereusement mauvaise.”

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Conclusion 

  • Arte, WDR et Alain Le Diberder ne veulent pas que les spectateurs apprennent que l’Europe déverse des centaines de millions d’euro par an pour financer des Associations et ONG antisémites qui militent pour inciter les Palestiniens à haïr les juifs, ce qui les encourage à commettre des attentats.
  • Arte, WDR et Alain Le Diberder ne veulent pas que les spectateurs apprennent que les accusations formulées contre Israël par Arte, WDR et Alain Le Diberder sont des mensonges que dénoncent, preuves à l’appui, le documentaire.
  • Arte, WDR et Alain Le Diberder ne veulent pas qu’on sache que BDS et les antisionistes sont en réalité des antisémites.
  • Arte, WDR et Alain Le Diberder sont profondément dérangés que le reportage, en démasquant les antisémites, fasse perdre aux antisionistes et à ceux qui critiquent Israël leur confortable apparence de militantisme moral.
Alain Le Diberder

Pour protéger ce privilège de pouvoir draper leur haine des juifs derrière une façade présentable, voire saluée – un atout immense pour les antisémites – Arte, WDR et Alain Le Diberder feront tout ce qui est en leur pouvoir pour que ce reportage ne voit jamais le jour.

Pour moi, cette histoire plonge aux racines de l’antisémitisme européen. Dans ma très longue recension des actes antisémites commis en Europe depuis 2000 ans, j’écrivais en introduction : « 2000 ans de persécutions n’ont aucune raison cohérente de s’arrêter subitement. A elles seules, elles pourraient expliquer l’acharnement international contre Israël, seul pays des Juifs. »

Je n’irai pas jusqu’à dire que derrière chaque antisioniste se cache un antisémite, car il y a parmi eux beaucoup de communistes et de néo-communistes Verts, et qu’il faut avoir un sérieux pet dans le cerveau pour être communiste.

Cependant, je n’ai encore jamais croisé personne qui hait les juifs et aime le sionisme et Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Leave a Reply