Skip to main content

EN LISANT DANS LE TEXTE EN HEBREU ET EN GREC / Extrait N° 21 : Luc 20.34, etc. « Les fils de ce siècle. » (Nouvelle Edition de Genève) « Les fils de ce monde. » (TOB et Bible en français courant) « Les fils de cette ère – ou du temps présent. » (en grec) En grec, il est écrit : « Oi uioi tou aiônos toutou ». Aiôn = le temps.

By 23 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

Luc 20.34, etc.
« Les fils de ce siècle. » (Nouvelle Edition de Genève)
« Les fils de ce monde. » (TOB et Bible en français courant)
« Les fils de cette ère – ou du temps présent. » (en grec)
En grec, il est écrit : « Oi uioi tou aiônos toutou ». Aiôn = le temps.
Luc 21.6
« Les jours viendront où, de ce que vous voyez, il ne restera pas
pierre sur pierre qui ne soit renversée. » (Nouvelle Edition de
Genève)
En grec, il est écrit ce qui est traduit ainsi : « De ce que vous
contemplez, viendront des jours dans lesquels ne sera pas
laissée pierre sur pierre qui ne sera détruite » (katalutèsetaï).
Le sens premier de kataluô est dissoudre.
Ensuite :
⎯ détruire ;
⎯ renverser quelqu’un du pouvoir ;
⎯ laisser aller, congédier ;
⎯ faire cesser, mettre fin à, terminer.
On peut donc, à la limite, accepter les deux traductions
(renverser et détruire). Mais le mot « détruite » est très fort et
certainement plus proche de la réalité, car, effectivement, le
terrible incendie provoqué par les Romains a détruit le Temple,
et les pierres ont éclaté sous l’effet de la chaleur.
Jean 1.1-2
« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec D.ieu,
et la Parole était D.ieu. Elle était au commencement avec
D.ieu. » (Nouvelle Edition de Genève)
53
Pros en grec, signifie auprès de, de la part de (lorsqu’utilisé
avec l’accusatif, ce qui est le cas ici : ton Théon – D.ieu) ou bien
vers.
Voyons la traduction de la TOB : « Au commencement était le
Verbe, et le Verbe était tourné vers D.ieu, et le Verbe était D.ieu.
Il était au commencement tourné vers D.ieu ».
Il semble néanmoins que la traduction auprès de soit la plus
adéquate.
Jean 1.12-13
« … lesquels sont nés, … » (Nouvelle Edition de Genève)
En grec : « … lesquels furent engendrés de D.ieu… »
(égennèthèsan).
C’est D.ieu Lui-même qui les a engendrés. Ici, dans le texte, Jean
parle du point de vue de D.ieu et non de l’homme, c’est-à-dire
selon la pensée juive biblique et non grecque qui met l’homme
au centre.
Jean 1.14
« Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine
de grâce et de vérité… » (Nouvelle Edition de Genève)
En grec : « … elle a dressé sa tente parmi nous. »
J’aime cette image que je trouve très belle, car elle nous donne
une idée claire concernant le fait que Yeshoua a vécu de manière
provisoire, comme un voyageur sur la terre, dans un corps
d’homme, jusqu’à ce qu’Il meure sur la croix, ressuscite et
ensuite retourne auprès de Son Père dans le séjour céleste, une
fois glorifié.
54
Jean 1.42
« … Tu es Simon, fils de Jonas… » (Nouvelle Edition de
Genève)
En grec, ainsi que dans la traduction de la TOB et la traduction
en français courant, il est écrit ; « … fils de Jean… » (Yôannou,
génitif de Yôannès).
Matthieu 16.17 dit qu’il est fils de Jonas (Simôn bariôna, iôna
ici avec un « o » surmonté d’un accent circonflexe). (Notons que
Matthieu reprend ici le terme hébreu bar, qui signifie fils de.)
Lisons aussi Matthieu 12.39 et 40 qui parle du prophète Jonas
(iona, ici avec un omega). Nous voici donc dans la confusion, car,
d’un côté Matthieu parle de Simon fils de Jonas, et de l’autre Jean
parle de Simon fils de Jean (Yôannès en grec).
On retrouve d’ailleurs le même patronyme dans Jean 21.16 qui
confirme qu’il est bien fils de Jean, en grec, de même que dans
la TOB et la Bible en français courant, alors que dans la Nouvelle
Edition de Genève on lit toujours la traduction : fils de Jonas.
Certaines choses sont inexpliquées dans la parole de D.ieu, mais
comme il ne s’agit pas de doctrine essentielle, nous n’allons pas
y attacher un intérêt trop important. Il est d’ailleurs possible que
Matthieu ait utilisé le nom du grand-père de Simon et Jean le nom
de son père… Ou le contraire ! Qui sait ?!
Jean 3.3
« Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de
D.ieu. » (Nouvelle Edition de Genève)
« Si quelqu’un n’est pas engendré d’en haut… » (Traduction du
grec.)
Gennètè anôten signifie engendré d’en haut (ou du ciel).
Jusqu’au verset 7, il est fait mention constamment du fait d’être
engendré et non de naître.
55
Par exemple (verset 7) : « Ne sois pas étonné que je t’aie dit : il
vous faut être engendrés d’en haut. » Verset 8 : « Ainsi est tout,
ayant été engendré de l’Esprit ».
Il est regrettable que le texte original soit tellement parlant
concernant le fait que personne ne peut voir le royaume de D.ieu
s’il n’est ENGENDRÉ D’EN HAUT et que l’on n’ait pas conservé
cette traduction…
Ce que l’on nomme nouvelle naissance est bien plus qu’une
nouvelle naissance en réalité.
Il s’agit d’une nouvelle vie créée par D.ieu Lui-même, portant en
elle la marque parfaite du divin. Et cela ne peut être vécu que par
le don de Yeshoua à la croix et Sa résurrection.

Leave a Reply

Translate »