Skip to main content

Gilles-William Goldnadel : « Le genre à l’école : les apprentis sorciers sont devenus fous »

By 13 octobre 2021AVERTISSEMENT
PUBLIÉ PAR GAIA – DREUZ LE 12 OCTOBRE 2021

Une circulaire du ministre de l’Éducation nationale concernant l’accueil des élèves transgenres à l’école a été publiée fin septembre. Pour l’avocat Gilles-William Goldnadel, Jean-Michel Blanquer ne fait que poursuivre la déconstruction entamée par Najat Vallaud-Belkacem.

La lecture du quotidien Sud Ouest du 24 septembre ne nous rassure pas dans notre conviction que le temps est à la folie et que notre société ne peut plus être envisagée que sous un angle quasi psychiatrique. C’est ainsi qu’un collège inauguré en Gironde dans la commune de Marsas, a décidé, à l’instigation du Conseil Général socialiste, de «dégenrer» l’école communale. Les toilettes deviendront «mixtes», les urinoirs masculins supprimés et la cour de récréation perdra son terrain de football. Il paraît que le maire, esprit simple, est dubitatif.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Jean-Michel Blanquer ne fait que poursuivre la construction – ou plutôt la déconstruction – idéologique de Najat Vallaud-Belkacem.

Gilles-William Goldnadel

Voilà qui nous invite à tenter fort immodestement d’arbitrer l’aigre polémique ayant opposé cette semaine sur cette question du genre à l’école, Jean-Michel Blanquer à Eric Zemmour. Pour épargner au lecteur un insupportable suspense, écrivons d’ores et déjà que nous donnons raison au premier sur la forme et au second sur le fond. Bien qu’il soit, à l’accoutumée, peu sensible au conformisme et à l’idéologie gauchisante, le ministre le plus estimable de ce gouvernement a bel et bien cédé, ainsi que l’en accuse son contradicteur, aux sirènes stridentes du militantisme LGBT s’agissant des transgenres. Il suffit de lire la Circulaire parue le 30 septembre au Bulletin Officiel pour s’en convaincre et s’en lamenter. Morceaux choisis: «La transidentité est un fait qui concerne l’institution scolaire. Celle-ci est en effet confrontée, à l’instar de leur famille, à des situations d’enfants, parfois dès l’école primaire, ou d’adolescents qui se questionnent sur leur identité de genre»…

Répondre aux demandes de changement de prénoms, mais aussi aux normes vestimentaires et l’usage de lieux d’intimité, comme les toilettes, vestiaires et chambres d’internat : le ministère tente de fixer un cadre pour que recteurs, inspecteurs, directeurs d’école, chefs d’établissements ou encore enseignants puissent répondre à ces questions sur le terrain ( Courrier Picard 1/10/21). Bref ce sera bientôt Marsas dans toute la France.

En réalité, Jean-Michel Blanquer, ne fait que poursuivre la construction – ou plutôt la déconstruction – idéologique de Najat Vallaud-Belkacem en la matière. En 2012, la ministre du droit des femmes voulait que la question qui fâche soit abordée dès l’âge le plus tendre: «La cible des enfants de moins de trois ans se doit d’être au cœur des politiques publiques dans la mesure où les assignations à des identités sexuées se jouent très précocement».

Pour se convaincre du bien-fondé de la critique acerbe d’Éric Zemmour, je recommande les pétitions publiées dans Marianne et l’Express par d’éminents psychiatres qui mettent en garde contre la dangerosité psychologique pour les enfants d’entériner précocement socialement un questionnement à présent obsessionnel qui ne procède dans l’existence que par tâtonnements progressifs.

Zemmour, plus qu’un autre, devait laisser à l’extrême gauche le procédé dégradant de la nazification de l’adversaire.

Gilles-William Goldnadel

Je recommande également la lecture édifiante de l’article de Didier Desrimais dans le Causeur de ce mois «Giulia Fois (journaliste de France Inter), l’idéologie du genre pour les nuls»: «De la même manière que certains soixante-huitards ébranlèrent le tabou de l’inceste en promouvant ardemment la sexualité partagée avec les enfants et le plaisir obligatoire – avec les résultats que l’on sait – les croyants de la théorie du genre et du féminisme le plus bête ne conçoivent pas les bouleversements à venir … Des expérimentations tout aussi douteuses dont les résultats sont déjà perceptibles : les catastrophes médicales, psychiatriques et juridiques consécutives à la propagation genrée commencent à poindre aux États-Unis et au Royaume Uni, pays qui, après avoir vu exploser le nombre de consultations pour dysphorie de genre et de transitions de leurs très jeunes concitoyens voient aujourd’hui se multiplier les consultations psychiatriques et les demandes de détransition Même l’ultra- progressiste Suède commence à s’inquiéter sérieusement pour ses adolescents dressés à tous les dégenrages possibles et inimaginables ; psychiquement (et parfois physiquement) dévastés…»

On rappellera, dans ce cadre insensé, que Judith Butler, la papesse féministe des luttes intersectionnelles, dont le combat pour le genre choisi, n’a pas craint d’écrire que les femmes afghanes qui refusaient la burqa sous le régime taliban étaient «complices du préjugé culturel américain»…

Dès lors, comment donner tort à Eric Zemmour sur le fond, lui qui, avec une sévérité justifiée a mis en garde contre les apprentis sorciers de l’Éducation Nationale, coupables de jouer avec la santé de nos enfants ? Mais comment dans le même temps lui donner raison sur la forme, dès lors où il a cru devoir fort inutilement enrôler dans sa démonstration le fantôme du Dr Mengele. Lui, plus qu’un autre, devait laisser à l’extrême gauche le procédé dégradant de la nazification de l’adversaire. Ce faisant, il a offert à Jean-Michel Blanquer une balle immanquable au filet, tout en lui permettant de botter en touche en évitant de répondre sur le fond.

Puisque nous en sommes à Éric Zemmour, comme souvent actuellement, deux remarques d’actualité: la gaffe de l’éditorialiste de France Info, Gilles Bornstein qui a avoué, avant de tenter maladroitement de se reprendre, que le journaliste était interdit d’antenne sur cette télévision de service public. Le plus tristement farce, est que cette déclaration était faite pour apaiser l’ire d’Ian Brossat, de l’extrême gauche communiste, qui se plaignait démocratiquement présence de l’intéressé dans les médias. Mentionnons également la «plaisanterie» de l’humoriste du théâtre du Point Virgule Gaëtan Matis: «Si j’avais une machine à remonter le temps , je bookerai le Bataclan pour la soirée du 13 novembre 2015 afin d’y organiser une soirée rencontre entre Eric Zemmour et son public». Voilà un humoriste qui satisfait pleinement aux qualités requises pour œuvrer dans l’audiovisuel public.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel pour Dreuz.info

Join the discussion One Comment

  • Alexandre dit :

    Très intéressant d’écouter l’avocat Gilles-William Goldnadel, il est souvent sur les plateaux de CNews, nous le
    suivons depuis quelques mois, il est toujours calme, posé et recadre souvent intelligemment ce que dit Zemmour.
    Shabbat Shalom lekoulam

Leave a Reply

Translate »