La Cour Européenne interdit l’abattage Casher. Un des signes par lesquels D.ieu parle à son peuple parmi les nations: « REVENEZ AU PAYS ! » Parlant hier dans mon salon avec un juif hollandais, homme posé, profond et sage, nous fûmes d’accord pour déclarer que la prochaine persécution violente des juifs se fera prochainement aux USA, là où une communauté juive s’assimile toujours plus, tournant le dos à son D.ieu et à l’Alliance. C’était exactement la situation des juifs allemands dans les années 20 et 30, assimilation galopante et le discours des nazis, bien avant la terrible « solution finale » était: « Retournez en Palestine » ! Prions en conséquence.

By 17 décembre 2020Le mot du jour

L’abattage Casher interdit en Belgique

La Cour européenne de justice a confirmé l’interdiction de l’abattage casher dans le pays et a rejeté la démarche des communautés juive et musulmane de Belgique, dirigée par la communauté juive. L’ambassadeur d’Israël en Belgique: « C’est un coup dur pour la vie juive en Europe. » Pour le rabbin de Belgique: « cette discrimination qui sent l’antisémitisme. » Pour les rabbins européens: « On nous a donné une gifle retentissante. La décision a déjà un effet dévastateur sur le terrain. »

 

Pas d’abattage casher en Belgique: la Cour européenne de justice a décidé de maintenir l’interdiction de l’abattage casher dans le pays, à la suite d’une procédure des communautés juive et musulmane de Belgique, dirigée par la communauté juive. « C’est une décision catastrophique », a déclaré l’ambassadeur d’Israël en Belgique, Emanuel Nachshon. « C’est un coup dur pour la vie juive en Europe. La tolérance et le pluralisme sont probablement des paroles creuses aux yeux de certaines personnes. »

La Cour de justice de l’UE s’est réunie pour la première fois en juillet pour discuter de la légalité de l’interdiction imposée par deux provinces de Belgique – la Wallonie et la Flandre – sur l’abattage casher, qui nécessite de donner un choc électrique aux animaux avant l’abattage, contrairement à la halakhah.

Selon l’arrêt de principe de la Cour, les États membres de l’UE sont plus susceptibles de promulguer des lois interdisant l’abattage casher, et ces lois ne violent pas en elles-mêmes les droits à la liberté de religion consacrés dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. La décision est contraire à un avis rendu début septembre 2020 par le procureur général de l’Union pour les droits de l’homme dans l’Union.

Les communautés juives européennes sont désormais sérieusement préoccupées par les conséquences pour un certain nombre de pays européens, qui interdiront également les abattages casher suite à la décision de la Cour de justice.

L’Union européenne a un règlement de 2009 réglementant l’abattage des animaux et stipule que les animaux ne doivent pas être abattus sans étourdissement, à une exception près: l’abattage pour des raisons religieuses (casher pour les juifs ou halal pour les musulmans). L’Union a également laissé une exception selon laquelle les États membres sont autorisés à imposer des restrictions supplémentaires au-delà de celles énoncées dans la réglementation européenne, afin d’assurer une meilleure protection des animaux.

Suite à la réglementation, un certain nombre de pays en Europe interdisent déjà l’abattage quotidien, notamment le Danemark, la Slovénie, la Suède et depuis janvier 2019 – même deux provinces de Belgique . La communauté juive du pays a adressé une requête à la Cour constitutionnelle belge, arguant que la législation en Wallonie et en Flandre est contraire à la réglementation européenne et même aux autres conventions européennes sur les droits de l’homme et la liberté de religion, en ce qu’elle stérilise la légitimité accordée à l’abattage religieux.

« Décision anti-démocratique »

Le rabbin de Belgique et le représentant de la Conférence rabbinique européenne auprès des institutions de l’UE, le rabbin Avraham Gigi, qui faisait partie des pétitionnaires , ont déclaré que « c’est une discrimination qui sent l’antisémitisme. Si la Cour constitutionnelle de Belgique adopte, comme prévu, la décision À Strasbourg. «

 הרב מנחם מרגולין

« Déterminer comment nous sommes attaqués par une ingérence flagrante dans la vie juive, et le fait qu’ils nous dirigent vers d’autres pays pour consommer de la viande casher est à la fois scandaleux et désobligeant », a-t-il ajouté. Le rabbin Gigi a exprimé sa profonde déception face au fait que contrairement à la croyance populaire, le tribunal a choisi d’ignorer l’opinion de Gérard Hogan, le conseiller juridique de la Cour européenne des droits de l’homme à Luxembourg. Hogan a jugé que la décision du parlement belge était contraire aux lois de l’UE sur la liberté religieuse.

Le CCOJB, l’organisation faîtière des organisations juives de Belgique, a déclaré que l’UE ne défend plus les droits religieux des minorités. La Cour de justice est allée jusqu’à approuver l’interdiction de l’abattage casher.

Johan Benizri, président du COOJB et vice-président du Congrès juif européen, a déclaré que « la décision d’interdire l’abbatage casher est non seulement décevante mais aussi antidémocratique. Aucune démocratie ne peut exister lorsque ses citoyens sont privés de leurs droits de l’homme et de leurs droits civils fondamentaux ». . Il a ajouté que l’organisation avait l’intention de faire appel à tout moyen légal pour réparer l’injustice.

« Triste jour pour les Juifs d’Europe »

Le rabbin Menachem Margolin, président de l’Association des organisations juives d’Europe (EJA), qui mène de nombreuses années de luttes contre les tentatives législatives contre les abattages casher à travers le continent, a précisé que l’association qu’il dirige examinera toutes les voies légales et parlementaires possibles pour protéger les droits des juifs partout en Europe.

« C’est un triste jour pour la communauté juive européenne », a-t-il déclaré. << Pendant des décennies, et même si l’on parle de droits des animaux, l’abattage casher a fait l’objet d’un flot d’attaques incessantes et de tentatives répétées pour l’interdire. Toute la base des attaques repose sur la prémisse complètement fausse que l’abattage casher est plus cruel que l’abattage ordinaire, alors que la chasse est autorisée. « En Europe, à des fins sportives par respect pour … la tradition des générations. Le gouvernement place le bien-être animal au-dessus du droit fondamental des minorités à la liberté de religion et constitue une grave violation de la démocratie. »

Le rabbin Margolin a averti que « la décision a un potentiel destructeur pour les communautés juives d’autres pays européens, car elle permet à d’autres pays de traiter le principe de la liberté religieuse comme » négociable  » et de suivre la Belgique. Si un pays européen le fait, il n’aura plus de viande casher disponible en Europe.  » .

Il a ajouté: « Le tribunal a envoyé un terrible message aux Juifs d’Europe: vous et vos coutumes n’êtes pas les bienvenus ici. C’est un déni de nos droits fondamentaux en tant que citoyens de l’Europe. Nous ne pouvons pas lui donner un coup de main, et nous continuerons à agir de toutes les manières pour que cela ne se produise pas. »

« Grande hypocrisie »

La «Conférence rabbinique européenne» rejette avec dégoût ce qu’elle appelle «l’intervention grossière du tribunal luxembourgeois dans le droit juif». Le président de la conférence, le rabbin Pinchas Goldschmidt, a déclaré qu’il est impudent pour eux de déterminer pour nous comment l’abattage casher est effectué selon la loi juive ». « C’est une décision de grande portée qui est une claque retentissante face aux déclarations récentes des institutions européennes selon lesquelles la vie juive doit être respectée et la liberté de religion doit être combattue. L’hypocrisie est particulièrement grande lorsque les usines de viande ont un permis de tuer des animaux et que la chasse n’est pas interdite. »

הרב אברהם גיגי בוועידת רבני אירופה

La Conférence rabbinique européenne a déclaré que « la décision de la Cour européenne d’appliquer l’interdiction des abattages casher en Flandre et en Wallonie a de graves conséquences pour les communautés juives à travers le pays. L’interdiction d’abattage a déjà eu un effet dévastateur sur la communauté juive belge, provoquant une pénurie de fournitures pendant la pandémie actuelle . »

Ils ont ajouté que « c’est un précédent qui porte atteinte à nos droits de déterminer comment notre mode de vie est conduit selon la religion juive. Historiquement, les interdictions d’abattage religieux ont toujours été liées à l’extrême droite et au contrôle de la population, comme en Suisse pour empêcher l’immigration juive de Russie, et comme en Allemagne nazie. Des années à essayer d’interdire l’abattage rituel aux Pays-Bas. Et dans d’autres pays, sous prétexte que c’est la méthode sert à arrêter la propagation de l’islam dans le pays.

«La contradiction dans l’attitude de la loi envers les entreprises agricoles et industrielles de transformation de la viande et de chasse est intolérable et repose sur une grande hypocrisie. La liberté religieuse est un droit de l’homme. « A cette époque, des centaines de milliers d’animaux ont été tués par des méthodes cruelles, sans parler de la chasse cruelle autorisée par la loi. »

« Violation de la liberté religieuse et du culte en Europe »

Les rabbins européens ont déclaré que « Morning News nous dit que les dirigeants européens se battront résolument pour que les communautés juives vivent et réussissent en Europe, mais ils ne font rien pour protéger notre mode de vie. L’Europe doit indiquer quel type de continent qu’elle veut être. Si des valeurs comme la religion font partie intégrante. À partir de là, le système juridique actuel ne le reflète pas et il doit être examiné d’urgence. «

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré en réponse à la décision de la Cour européenne de justice: « La Cour européenne de justice a aujourd’hui donné un coup de main à l’interdiction actuelle de l’abattage casher en Belgique, envoyant ainsi un message dur à la communauté juive européenne dans son ensemble. « Au-delà du fait que la décision viole la liberté de culte et de religion en Europe, qui est une valeur fondamentale des droits de l’homme, elle signale aux communautés juives qu’elles ne sont pas les bienvenues en Europe. »

Ils ont ajouté qu’il est important de trouver un moyen de changer la décision et de permettre aux citoyens de l’Union juive de continuer à observer les préceptes de la religion juive. Toute autre décision est contraire aux valeurs de liberté religieuse que les citoyens européens défendent à juste titre. »

Jforum Ynet

Publié: 17.12.20, 14:32

Leave a Reply

Translate »