Skip to main content

LA SOUVERAINETÉ JUIVE EST SUR LE BULLETIN DE VOTE…Un point de vue lucide ! Ce qui se joue avec ces élections est CAPITAL !

  926 vues

Le véritable problème qui divise la société israélienne n’est pas l’ancien premier ministre Benjamin Netanyahu ou l’économie, mais quelque chose de bien plus fondamental : la société israélienne est déchirée par la question de la souveraineté nationale.

JNS )  La plupart des commentateurs israéliens insistent sur le fait que les élections à la Knesset de mardi – les cinquièmes en moins de quatre ans – portent sur la même chose que les quatre dernières : Benjamin Netanyahu. Si vous votez pour le parti Likud de Netanyahu, ou pour les trois autres partis de son bloc religieux de droite, alors vous êtes pour Netanyahu. Si vous votez pour le parti Yesh Atid du Premier ministre intérimaire Yair Lapid, ou pour l’un des membres de son bloc arabe de gauche, alors vous êtes contre Netanyahu. Rien d’autre n’est à gagner.

L’idée que la politique en Israël peut se résumer à savoir si une personne aime ou déteste Netanyahu n’a jamais été vraie, du moins pour les électeurs. Naftali Bennett, Ayelet Shaked, Gideon Sa’ar et leurs collègues des partis Yamina et New Hope qui ont renversé la droite et formé l’actuel gouvernement arabe de gauche sont à juste titre considérés comme ayant trahi leurs électeurs. En mai dernier, ils ont placé leur haine et leur envie de Netanyahu au-dessus de leur idéologie professée et de leurs électeurs pour évincer leur camp du pouvoir et donner à Israël son premier gouvernement post-sioniste.

Aujourd’hui, il n’y a pas de droit « Jamais Bibi ». Bennett ne court pas. Shaked est sur le point d’être anéanti dans les urnes. Saar a rejoint le Parti de l’unité nationale de gauche du ministre de la Défense Benny Gantz.

La vie en Israël a également changé depuis mai 2021. À l’époque, il était encore crédible de traiter Netanyahu – dont le procès pour corruption en était à ses débuts – d’escroc. Mais au cours des 18 mois qui ont suivi, le dossier de l’accusation contre Netanyahu s’est complètement désintégré.

De même, le bloc arabe de gauche a montré qu’il est incompétent pour diriger le pays. Netanyahu a donné à ses successeurs un pays avec une économie à croissance rapide, alors même que l’économie mondiale était plongée dans une profonde récession à la suite des fermetures de Covid-19. Aujourd’hui, l’économie est sur une trajectoire fortement descendante. L’inflation galope sans fin en vue. Et la classe moyenne s’efforce de se maintenir au-dessus de l’eau alors que les prix dépassent les salaires.

Ensuite, il y a la position internationale et régionale d’Israël. Lorsque Netanyahu a été envoyé dans le désert politique il y a un an et demi, Israël était au sommet de sa puissance régionale et de sa stature mondiale.

Aujourd’hui, les intérêts nationaux fondamentaux d’Israël sont menacés à un degré que nous n’avons pas vu depuis des années. Les positions régionales et mondiales d’Israël sont plus faibles aujourd’hui qu’à n’importe quel moment depuis 2002. L’annonce par l’Australie la semaine dernière qu’elle annule la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël était une expression du mépris croissant dans lequel les nations du monde tiennent maintenant Israël.

Si « Seulement Bibi » ou « Jamais Bibi » était le leitmotiv des quatre premiers tours des élections, cette question a été remplacée par ce qui divise vraiment notre société. Ce n’est pas l’économie, c’est quelque chose de beaucoup plus basique. La société israélienne est déchirée par la question de la souveraineté nationale.

Dans les affaires étrangères, la question de la souveraineté s’est posée le plus évidemment en relation avec l’administration Biden. Dans les semaines qui ont précédé l’arrivée au pouvoir du gouvernement Lapid-Bennett-Gantz, Lapid, Bennett et Gantz ont tous promis à l’administration Biden que leur gouvernement ne « surprendrait » pas l’administration dans ses actions contre l’Iran.

Ils ont rempli leur promesse, et plus encore. Sous leur direction, Israël a renoncé à son indépendance opérationnelle. Ils ont donné à l’administration Biden un droit de veto sur les efforts d’Israël pour bloquer la voie de l’Iran vers un arsenal nucléaire. Le nombre de rapports concernant le sabotage des sites nucléaires iraniens a chuté de façon spectaculaire dès que les trois hommes ont remplacé Netanyahu au pouvoir.

Ce veto américain sur les prérogatives étrangères et de défense d’Israël s’est depuis étendu aux relations d’Israël avec le Hezbollah et les Palestiniens. Dans le cadre de l’accord maritime signé par Lapid avec le Liban contrôlé par le Hezbollah, Lapid et Gantz ont cédé les eaux territoriales et les ressources naturelles souveraines d’Israël à l’État terroriste situé au nord. Les termes de l’accord étaient les termes du Hezbollah. Et la capitulation d’Israël a été dictée par l’administration Biden.

Quant aux Palestiniens, les rapports des dernières semaines ont révélé que l’administration Biden interfère dans les opérations militaires d’Israël en Judée-Samarie jusqu’au niveau de l’entreprise et de l’escouade via son ambassade à Jérusalem.

Cet état de choses, dans lequel une administration américaine qui a fait peu d’efforts pour cacher son hostilité et l’hostilité de sa politique envers l’Etat juif a pris le contrôle effectif de la politique étrangère d’Israël, est sans précédent. Il a dévasté la position régionale d’Israël et contraint Israël à adopter des politiques et des positions qui sapent ses intérêts nationaux et sa sécurité.

Dans les affaires intérieures, le différend sur le maintien de la souveraineté de l’État juif se manifeste par trois différends principaux. Le premier concerne le sens et la nature de la démocratie. Le bloc de droite soutient l’idée que la démocratie signifie que les électeurs élisent des dirigeants qui reflètent leurs opinions et leurs valeurs. Les élus ont à leur tour le devoir de diriger la nation d’une manière qui reflète les positions des électeurs.

En revanche, le bloc arabe de gauche soutient que le pouvoir du peuple est le pouvoir de la foule. La vraie démocratie est « substantielle ». La «démocratie substantielle» est une forme de gouvernement où des membres non élus et «éclairés» du pouvoir judiciaire et de la bureaucratie permanente décident du cours d’Israël. Le devoir des dirigeants élus est d’obéir à la bureaucratie.

Le Parti de l’Union nationale de Gantz a fait de la « démocratie substantielle » son cri de ralliement. Mais tous les partis du bloc arabe de gauche le soutiennent parce que les juges de la Cour suprême, les procureurs et les généraux israéliens auto-sélectionnés partagent leur vision du monde progressiste et post-nationaliste. Cette vision post-nationaliste évite la force nationale pour l’apaisement ; intérêts nationaux pour « être du bon côté de l’histoire ». Le concept de «souveraineté», comme le concept de «victoire», est considéré comme archaïque et sombre.

Le deuxième différend principal porte sur le droit d’Israël d’affirmer sa souveraineté sur ses frontières nationales. Israël a à la fois des intérêts permanents et des droits souverains en Judée et en Samarie. L’administration par Israël des zones, qui comme Jérusalem sont le berceau de l’histoire et de la civilisation juives, est légale en vertu du droit international. Ce à quoi ressemblera finalement la frontière orientale d’Israël est un sujet de litige, tant au niveau international que national. Mais jusqu’à ce que ce différend soit réglé, c’est le droit et le devoir du gouvernement israélien d’administrer la Judée et la Samarie conformément aux intérêts nationaux et aux exigences de sécurité d’Israël.

Plutôt que de remplir ses devoirs, qui incombent presque exclusivement à Gantz en tant que ministre de la Défense, le gouvernement a mis en danger tous les intérêts et les impératifs de sécurité d’Israël dans son administration abandonnée de la Judée et de la Samarie. La construction palestinienne illégale a augmenté de 80 % dans la zone C, où vivent 500 000 citoyens israéliens et où se trouvent les installations militaires d’Israël, y compris la frontière orientale. Ce vol de terres met en péril la vie des citoyens israéliens et entrave la capacité de Tsahal à s’acquitter de ses fonctions.

En facilitant l’accaparement des terres, Gantz élimine la nécessité d’un règlement négocié avec les Palestiniens. Gantz établit un État palestinien de facto, tout en mettant en danger les intérêts stratégiques fondamentaux d’Israël et la vie du demi-million d’Israéliens qui vivent dans les régions et des millions d’autres qui travaillent et voyagent à travers la Judée et la Samarie. Gantz fait cela pour faire avancer sa vision du monde, qui abjure les droits et intérêts nationaux d’Israël en faveur de la définition des intérêts de sécurité nationale d’Israël comme ce que l’administration Biden dit qu’ils sont.

À l’intérieur des frontières souveraines d’Israël, la vision post-nationaliste et post-souveraine du gouvernement a mis en péril la souveraineté d’Israël dans le Néguev et la Galilée. Bennett, Gantz, Lapid et leurs collègues ont convenu d’accorder une autonomie effective à la minorité bédouine et musulmane rétive d’Israël. Pour faire plaisir à leur partenaire de la coalition des Frères musulmans Ra’am, Lapid, Bennett et Gantz ont donné le feu vert aux Bédouins d’Israël pour poursuivre leur vol massif de terres gouvernementales et étendre leurs zones autonomes illégales dans le Néguev. A Jérusalem, Haïfa, Lod, Akko, sur les routes du Néguev et de la Galilée, la loi israélienne est à peine appliquée contre les transgresseurs arabes, y compris – et surtout – ceux qui se sont livrés à des violences terroristes contre leurs compatriotes juifs. Au lieu de cela, les policiers israéliens qui ont combattu les irrédentistes,

Cela a vidé le concept même de souveraineté, en particulier la souveraineté juive dans l’État juif.

Et cela nous amène au troisième différend sur la souveraineté, qui est à la base de la rupture entre la droite et la gauche en Israël, alors que nous allons aux urnes mardi : le différend sur le caractère juif d’Israël.

Depuis un an et demi, le gouvernement a rejoint la fraternité juridique progressiste et politisée dans sa guerre de longue date contre le caractère national juif d’Israël. Le gouvernement a commencé à s’effondrer lorsque le ministre de la Santé Nitzan Horowitz a décidé de mettre fin à l’interdiction du  hametz  dans les hôpitaux publics pendant la Pâque. L’implication de l’acte était que les Juifs qui gardent casher pour la Pâque ne pourraient pas suivre les restrictions de la loi juive s’ils étaient hospitalisés.

Cette décision a convaincu Yamina MK Idit Silman d’arrêter. Mais ce n’était pas le seul effort anti-juif ou antisioniste du gouvernement. Loin de là. Le ministre de l’Education Yifat Shasha-Biton a mis fin à l’enseignement biblique et aux modules d’histoire juive pré-moderne dans les écoles publiques non religieuses. L’enseignement de l’Holocauste a effectivement pris fin lorsque le gouvernement a annoncé qu’il mettait fin aux voyages dans les camps de la mort en Pologne.

Shasha-Biton a également annulé les examens de fin d’études en histoire et en littérature. Étant donné que les programmes d’études secondaires sont construits autour des examens d’inscription, en termes pratiques, Shasha-Biton a mis fin à toute instruction juive dans les écoles. Si elles sont laissées intactes, comme elles le seront sous un gouvernement arabe de gauche, ses réformes condamneront une génération de Juifs israéliens à l’ignorance et au vide, les rendant incapables de comprendre pourquoi leur pays mérite d’être défendu.

Au lieu de l’éducation juive et sioniste, Shasha-Biton a introduit des études de genre et d’autres remèdes progressistes, dès le préscolaire.

En tant que ministre des Affaires religieuses, le lieutenant de Bennett, Matan Kahana (maintenant un membre fidèle du parti de Gantz), a promulgué des réformes pour détruire les tribunaux rabbiniques d’État, les certifications casher et les conseils religieux.

Le ministre des Communications, Yoaz Hendel, s’est attaqué à la capacité de la communauté ultra-orthodoxe à se tenir à l’écart des smartphones, et le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a dirigé la plupart de ses efforts pour diaboliser et appauvrir les Israéliens ultra-orthodoxes.

Lapid et Gantz ont tous deux exprimé leur désir de saper la loi fondamentale d’Israël, qui définit Israël comme l’État-nation du peuple juif. Leur position, soutenue par les partis travaillistes post-sionistes et Meretz ainsi que par les partis arabes, n’est rien de moins qu’un désaveu des fondements du sionisme moderne, et des documents fondateurs d’Israël remontant à la déclaration Balfour.

Ces dernières années, le fossé entre la droite et la gauche en Israël et dans le monde est devenu infranchissable. La gauche aime présenter la disparité comme un simple désaccord sur le caractère des dirigeants politiques de droite. En enterrant les questions de fond, voire existentielles, qui divisent les camps, la gauche a pu diviser ses adversaires de droite. Ils ont réussi à séduire une fraction suffisamment importante de la droite pour abandonner leur camp politique et porter la gauche au pouvoir. Mais leur succès n’a fait que rendre le différend plus indéniable et infranchissable.

Ce n’est pas Netanyahu qui sépare les Israéliens de leurs compatriotes. Notre débat national tourne autour d’une question : croyons-nous en notre État-nation et souhaitons-nous le préserver et le défendre, ou rejetons-nous notre identité nationale et nos droits nationaux, et aspirons-nous à les remplacer par une identité mondialiste et progressiste, dépourvue de sionisme et de de la souveraineté juive ?

C’est la question à laquelle nous répondrons lorsque nous irons aux urnes mardi.

Join the discussion One Comment

  • Danielle25 dit :

    Merci Seigneur, les Israéliens ont fait le bon choix. J’espère que l’élection de M. Netanyahu apportera un peu de stabilité en Israël.

Leave a Reply

Translate »