Les politiciens berlinois ont sciemment envoyé des enfants vivre avec des PEDOPHILES pendant des décennies, révèle un nouveau rapport.

By 20 juin 2020Le mot du jour

par La Lumière

Publié le 20 juin 2020

Les autorités berlinoises ont orchestré un plan démentiel pour placer des enfants en famille d’accueil sous la garde de pédophiles connus, selon un nouveau rapport. Imaginé par un célèbre défenseur de la pédérastie et soutenu par des politiciens, il n’a pris fin que récemment.

Le Parti des Verts de Berlin a demandé mardi une enquête sur un scandale de maltraitance d’enfants qui porte sur des enfants placés en familles d’accueil chez des pédophiles pendant plus de 30 ans – jusqu’en 2003. Selon un nouveau rapport publié lundi, les autorités éducatives de la ville et le Sénat savaient ce qui se passait, et la pratique a été « acceptée, soutenue, [et] défendue » par les politiciens et les universitaires de gauche tout au long des années 1970, 1980 et 1990. »Il y avait et il y a encore des réseaux », a déclaré la responsable politique des Verts Marianne Burkert-Eulitz au Berliner Zeitung mardi, appelant les partis de gauche SPD et FDP à assumer leur responsabilité dans le scandale.

Burkert-Eulitz et ses collègues du parti savent probablement une chose ou deux à propos de ce décloisonnement. Le prédécesseur du parti, la Liste alternative, était un centre d’échange pour les idéologies libératrices lunatiques des années 70 et 80. Lors du congrès du parti en 1985, un groupe dissident se faisant appeler « Gays et pédérastes » a demandé la légalisation des relations sexuelles entre adultes et enfants. Les Verts ont passé près d’une décennie à répudier cette tranche sordide de leur histoire, mais selon le rapport de lundi, leur activité n’était que la partie visible de l’iceberg.

Maison des horreurs

Fritz H. était un pédophile condamné qui vivait seul à Berlin-Ouest. Malgré son casier judiciaire, les services de protection de la jeunesse de la ville ont placé à plusieurs reprises des enfants sous sa garde. Les premiers sont arrivés au début des années 1970, les derniers sont partis en 2003. Les enfants, dont certains n’avaient que six ou sept ans, ont subi des horreurs indicibles. Au moins neuf d’entre eux ont été violés et maltraités, et un garçon handicapé est mort sous la garde de Fritz.

Deux des victimes de Fritz ont poursuivi l’État pour les traumatismes subis, mais le Sénat de Berlin – où le SPD gouverne toujours dans le cadre d’une coalition – leur a jusqu’à présent refusé un procès, arguant que le délai de prescription pour les abus présumés de Fritz est expiré.

Fritz n’était pas le seul pédophile à se voir littéralement offrir des enfants vulnérables par les autorités berlinoises. Le rapport – compilé par des chercheurs de l’université de Hildesheim après que les deux victimes de Fritz se sont manifestées – a révélé qu’au moins trois pédophiles avaient reçu des enfants à garder, tandis qu’un réseau de membres haut placés de l’Institut Max Planck, de l’Université libre de Berlin et de l’école Odenwald en Hesse – où des enfants ont été abusés sexuellement pendant des décennies – supervisait le programme.

Les chercheurs ont décrit le projet comme un « réseau reliant des établissements d’enseignement » et un cercle étendant ses tentacules au-delà de Berlin. Le nombre exact de victimes est encore inconnu, et de nombreux dossiers relatifs au réseau restent classés par les autorités de la ville et de l’État, mais les chercheurs affirment que les services sociaux ont permis aux pédophiles de chasser leurs proies en toute impunité « dans toute l’Allemagne ».

Le médecin dépravé

Au cœur du scandale se trouve Helmut Kentler, un psychologue dont le centre pédagogique de Berlin a été chargé de placer les enfants. L’institution de Kentler a été soutenue à la fin des années 1960 par le maire Willy Brandt, et a bénéficié des recommandations du sénateur de l’éducation et de l’enseignement Carl-Heinz Evers, du sénateur de la jeunesse et du sport Kurt Neubauer, et du sénateur du travail et des affaires sociales Kurt Exner. Tous sont membres du SPD, et Brandt deviendra plus tard chancelier de l’Allemagne, lorsque les premiers enfants arriveront chez Fritz.

Dans des lettres au Sénat, Kentler se porte garant de Fritz en tant qu' »expert » en matière de garde d’enfants. Il rendait aussi régulièrement visite aux enfants confiés à la garde de Fritz et d’autres pédophiles.

Kentler peut difficilement être accusé d’avoir trompé les politiciens qui lui faisaient confiance. Le psychologue était un défenseur ouvert de la « pédosexualité », qui a passé toute sa carrière professionnelle à plaider pour la normalisation des relations sexuelles avec les enfants. La pédophilie, a-t-il déclaré en 1999, « peut avoir un effet très positif sur le développement de la personnalité d’un garçon ». Dans un livre de 1970 intitulé « Education sexuelle », il a fait valoir que les parents ont la responsabilité de satisfaire les « besoins sexuels » de leurs enfants.

De plus, Kentler savait que ses pères adoptifs pédophiles auraient probablement « une relation sexuelle » avec les enfants qu’il leur envoyait, ce qui a été explicitement déclaré dans un rapport au Sénat. Il a également défendu cette horreur lors d’une audition organisée par le parti libéral FDP en 1981, en disant que les pères ont supporté les « garçons idiots » parce qu’ils « sont tombés amoureux d’eux ». Sa déclaration n’a pas été remise en question par les libéraux.

La « révolution sexuelle » des années 1960 a vu les universitaires du monde occidental remettre en question les normes sociales rigides de l’époque. Cependant, l’ère de l’amour libre et de la libération des femmes a également donné naissance à des idées véritablement dégénérées, comme celle de Kentler. Les politiciens qui ont soutenu Kentler et son institution auraient pu mettre un cran d’arrêt à ces activités à tout moment. Au lieu de cela, comme le rapport de l’université d’Hildesheim le décrit avec force détails, ils ont aidé, encouragé et défendu ses pires excès.

Kentler et Fritz – ainsi que les politiciens qui les soutenaient – sont maintenant morts. Les dossiers détaillant l’étendue des abus – qui, selon Burkert-Eulitz, se chiffrent par milliers – sont toujours sous clé dans les archives de l’administration de l’éducation de Berlin. Le législateur vert a exigé mardi qu’ils soient rendus accessibles, et que le scandale des abus soit rendu public dans toute sa dépravation.

« Nos vies ont été ruinées », a déclaré cette semaine à DW un survivant, âgé de 40 ans, des abus de Fritz. « On ne peut jamais vraiment s’en remettre », a ajouté un autre.

Kentler, en revanche, était impénitent. Dans un rapport au département de la famille et de la jeunesse du Sénat en 1988, il a décrit le procès de Fritz qui n’a pas eu lieu comme « un succès complet ».

Source : https://www.rt.com/news/492170-berlin-pedophiles-foster-children/. Article originellement publié sur RT le 17 juin 2020.


Note de La Lumière :
Pour comprendre l’infiltration des réseaux pédophiles dans les instances dirigeantes à travers la stratégie de sexualisation précoce des enfants et de promotion des idées LGBT mise en œuvre par l’OMS et l’Éducation nationale, lire le livre d’Ariane Bilheran L’imposture des droits sexuels disponible sur Amazon. Une présentation du livre peut être lue ici. Nous sommes ici au comble de la perversité.

Autres articles recommandés :

La Lumière | 18 juin 2020 à 6 h 22 min

Leave a Reply

Translate »