Lettre publique de Mike Pence, Vice President des USA, President du Sénat et du Congrès.

By 8 janvier 2021Le mot du jour

Lettre publique de Mike Pence, Vice President des USA, President du Sénat et du Congrès.

par La Lumière

Note de La Lumière :

C’est par les mots doucereux suivants frappés au coin d’un beau langage trompeur et aux fières allures de sagesse « démocratique », mais d’une naïveté et d’une duplicité incroyables que Mike Pence, le 6 janvier 2020, a trahi Dieu, la Constitution, la loi, l’Amérique et Donald Trump, en jetant délibérément le sort de ce dernier et de l’Amérique tout entière à la vindicte haineuse des démocrates et des républicains compromis par le progressisme, à la manière d’un homme qui, voyant un assassin pénétrer dans sa maison avec l’intention ferme de tuer les membres de sa famille, lui dit que son devoir d’aimer les hommes le contraint à ne pas l’arrêter dans un acte de violence, mais à discuter avec lui, en lui laissant, au final, le choix d’agir selon la raison et son libre arbitre éclairé. Judas Iscariot avait également agi de la sorte avec Jésus-Christ, en ajoutant un baiser. Notons toute la peine et la longueur que s’est données le vice-président pour expliquer qu’il ne prendrait pas de décision unilatérale, en fort contraste avec sa mention furtive des fraudes électorales scandaleuses qui détruisent l’intégrité des élections.

LE VICE-PRÉSIDENT

WASHINGTON

6 janvier 2021

Cher collègue :

Aujourd’hui, pour la 59e fois dans l’histoire de notre nation, le Congrès se réunira en session conjointe pour compter les voix électorales pour le Président des États-Unis. En vertu de notre Constitution, il sera de mon devoir, en tant que vice-président et président du Sénat, d’assurer la présidence.
Après une élection marquée par d’importantes allégations d’irrégularités de vote et de nombreux cas où des fonctionnaires ont annulé les lois électorales des états, je partage les préoccupations de millions d’Américains quant à l’intégrité de ces élections. Le peuple américain choisit le président américain et a le droit, en vertu de la loi, d’exiger des élections libres et équitables et une enquête complète sur les irrégularités électorales. En tant que président, je ferai mon devoir de veiller à ce que ces préoccupations soient entendues de manière équitable et ouverte au Congrès des États-Unis. Les objections seront entendues, des preuves seront présentées et les représentants élus du peuple américain prendront leur décision.
Nos fondateurs ont créé le Collège électoral en 1787, et il s’est réuni pour la première fois en 1789. Avec l’avènement des partis politiques, le Collège électoral a été modifié en 1804 pour prévoir que les électeurs votent séparément pour le président et le vice-président. À la suite d’une élection contestée en 1876, avec de nombreuses allégations de fraude et de malversation, le Congrès a passé une décennie à établir des règles et des procédures pour régir le comptage des votes électoraux et la résolution de toute objection.
Au cours des 130 années qui se sont écoulées depuis l’adoption de la loi sur le décompte des voix, le Congrès a, sans exception, utilisé ces procédures formelles pour compter les votes électoraux tous les quatre ans.
Compte tenu de la controverse qui a entouré l’élection de cette année, certains abordent la tradition quadriennale de cette année avec beaucoup d’espoir, et d’autres avec un dédain dédaigneux. Certains pensent qu’en tant que vice-président, je devrais pouvoir accepter ou rejeter les votes électoraux unilatéralement. D’autres pensent que les votes électoraux ne devraient jamais être contestés lors d’une session conjointe du Congrès.
Après une étude approfondie de notre Constitution, de nos lois et de notre histoire, je pense qu’aucun de ces points de vue n’est correct.
Le président est le chef de l’exécutif du gouvernement fédéral en vertu de notre Constitution, et il possède un pouvoir immense pour influencer la vie du peuple américain. La présidence appartient au peuple américain, et à lui seul. Lorsque des différends concernant une élection présidentielle surviennent, en vertu de la loi fédérale, ce sont les représentants du peuple qui examinent les preuves et résolvent les différends par un processus démocratique.
Nos fondateurs étaient profondément sceptiques à l’égard des concentrations de pouvoir et ont créé une République fondée sur la séparation des pouvoirs et les freins et contrepoids en vertu de la Constitution des États-Unis.
Doter le vice-président du pouvoir unilatéral de décider des concours présidentiels serait tout à fait contraire à cette conception. En tant qu’étudiant en histoire qui aime la Constitution et qui vénère ses auteurs, je ne crois pas que les fondateurs de notre pays aient eu l’intention d’investir le vice-président du pouvoir unilatéral de décider quels votes électoraux devraient être comptés lors de la session conjointe du Congrès, et aucun vice-président dans l’histoire américaine n’a jamais affirmé un tel pouvoir. Au contraire, les vice-présidents qui ont présidé les sessions conjointes ont suivi uniformément la loi sur le décompte des voix, en conduisant les procédures de manière ordonnée même lorsque le décompte a entraîné la défaite de leur parti ou de leur propre candidature.
Comme l’a écrit le juge de la Cour suprême Joseph Bradley à la suite de l’élection contentieuse de 1876 :

« les pouvoirs du président du Sénat sont simplement ministériels… Il n’est investi d’aucun pouvoir d’investigation en dehors de la Réunion conjointe des deux chambres… Si un quelconque examen doit être effectué, ou un quelconque jugement exercé en relation avec les votes reçus, il doit être effectué et exercé par les deux Chambres ».

Joseph Bradley

Plus récemment, comme l’a fait observer l’ancien juge de la Cour d’appel des États-Unis J. Michael Luttig,

la seule responsabilité et le seul pouvoir du vice-président en vertu de la Constitution est de compter fidèlement les votes du Collège électoral tels qu’ils ont été exprimés », ajoutant que « la Constitution du Nil ne donne pas au vice-président le pouvoir de modifier de quelque manière que ce soit les votes qui ont été exprimés, que ce soit en rejetant certains votes ou autrement.

J. Michael Luttig

J’estime que mon serment de soutenir et de défendre la Constitution m’empêche de revendiquer le pouvoir unilatéral de déterminer quels votes électoraux doivent être comptés et lesquels ne doivent pas l’être.
Si mon rôle de président est essentiellement cérémoniel, le rôle du Congrès est bien différent, et la loi de 1887 sur le décompte des voix établit une procédure claire pour traiter les controverses électorales lorsqu’elles surviennent lors du décompte du vote du Collège électoral. Étant donné les irrégularités de vote qui ont eu lieu lors de nos élections de novembre et le mépris des lois électorales des états par certains fonctionnaires, je salue les efforts des membres du Sénat et de la Chambre qui ont fait un pas en avant pour utiliser leur autorité en vertu de la loi afin de soulever des objections et de présenter des preuves.
En tant que président de séance, je veillerai à ce que toute objection parrainée à la fois par un représentant et un sénateur soit dûment prise en considération et que tous les faits à l’appui de ces objections soient portés à la connaissance du Congrès et du peuple américain. Ceux qui suggèrent que soulever des objections dans le cadre de la loi sur le décompte des voix est inapproprié ou antidémocratique ignorent plus de 130 ans d’histoire, et ne reconnaissent pas que les démocrates ont soulevé des objections au Congrès chacune des trois dernières fois où un candidat républicain à la présidence a prévalu.
Aujourd’hui, il sera de mon devoir de présider lorsque le Congrès se réunira en session conjointe pour compter les votes du Collège électoral, et je le ferai de mon mieux. Je demande seulement que les représentants et les sénateurs qui se réuniront avant moi abordent ce moment avec le même sens du devoir et un esprit ouvert, en mettant de côté la politique et les intérêts personnels, et qu’ils fassent leur part pour s’acquitter fidèlement des devoirs qui leur incombent en vertu de la Constitution. Je prie également pour que nous le fassions avec humilité et foi, en nous souvenant des paroles de John Quincy Adams, qui a dit :

Le devoir est le nôtre ; les résultats sont ceux de Dieu

John Quincy Adams

Leave a Reply

Translate »