Plan Trump: déclarations américaines rassurantes…

By 4 février 2020 Israël & Moyen Orient

478

VUES

Depuis l’annonce du Plan Trump, les avis sont partagés à droite et surtout parmi la population juive de Judée-Samarie. L’acceptation de ce plan, avec ses acquis historiques n’ouvre-t-il pas également la porte à la création d’un Etat « palestinien » avec tout ce que cela implique? Est-ce un piège de miel? Faut-il faire un affront au président américain le plus pro-israélien qu’il y ait eu en refusant son plan?

Les déclarations toutes récentes de trois personnages-clé peuvent nous éclairer:

Après avoir soufflé le froid, Jared Kushner souffle le chaud:

Photo  Shlomi Cohen/Flash 90

Le gendre et proche conseiller du président Trump avait provoqué un embarras en Israël en faisant comprendre que l’extension de la loi israélienne sur la vallée du Jourdain et les localités juives de Judée-Samarie n’était pas pour tout de suite et que le Plan Trump avait aussi pour objectif de stopper la construction juive dans les zones prévues pour un Etat « palestinien ». Mais dans une interview accordée ensuite à la CNN, Jared Kushner a tenu des propos très clairs: « Si les Palestiniens ne remplissent pas toutes les conditions énoncées dans le plan, Israël n’aura aucune obligation de reconnaître un Etat palestinien ».

Rappelons quelles sont ces conditions qui sont au nombre de huit: 1. Reconnaissance de l’Etat d’Israël comme patrie du peuple juif; 2. Aucun juif ne sera expulsé de chez lui; 3. Reconnaissance du Jourdain comme frontière orientale de l’Etat d’Israël; 4. Suppression du droit du ‘retour’ à l’intérieur des frontières de l’Etat d’Israël; 5. Arrêt total de l’incitation à la haine et à la violence, et cessation de versement de salaires aux terroristes ou à leurs familles; 6. Jérusalem une et indivisible restera sous souveraineté israélienne y compris la Vieille ville et le Mont du Temple; 7. Démilitarisation de la bande de Gaza avec désarmement des organisation terroristes (Hamas, Jihad Islamique etc. 8. Les Etats-Unis reconnaîtront toutes les localités juives dans les zones restées sous souveraineté israélienne.

Autant de conditions déjà catégoriquement rejetées par Abou Mazen, tout comme son prédécesseur Yasser Arafat et qui ferment définitivement la porte à la création d’un Etat pour le « peuple palestinien » factice.

Jared Kushner a été précis: « Si les Palestiniens souhaitent avoir une vie normale ils ont désormais une cadre pour le faire, et s’ils ne veulent pas remplir les conditions requises nous ne pourrons pas les reconnaître comme Etat et mettre ainsi Israël en danger ». Il a également dénoncé l’attitude de refus systématique des Arabes palestiniens depuis le Plan de partage de l’ONU en 1947.

Mike Evans suggère d’être patient

Dr. Mike Evans – Photo site Friends of Zion

Le Dr. Mike Evans, conseiller auprès du président Trump pour le mouvement évangeliste pro-israélien est conscient du scepticisme qui s’exprime dans la droite israélienne et il réagit aux appels à une extension de la loi israélienne encore avant les élections. Il conseille: « Il ne faut surtout pas exercer de pressions sur le président américain mais au contraire le remercier pour ce plan. Il faut être patient. Israël a aujourd’hui une occasion qui ne s’est jamais présentée et Donald Trump continuera à soutenir Israël. Il ne faut en aucun cas s’inquiéter(…)Il s’agit d’un plan qui vient à peine d’être dévoilé, tout le monde doit donc prendre une bonne respiration ». Dr. Mike Evans est entre autres le fondateur du musée des Amis non-juifs d’Israël à Jérusalem, « Friends of Zion Museum ».

David Friedman: « La clé des Palestinien est dans leur mains »

 Photo by Matty Stern/US Embassy Tel Aviv 

Le propos tenus par l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël confirment le virage à 180° que le Plan Trump a opéré dans le conflit israélo-palestinien: ce sont ces derniers qui sont maintenant – à juste titre – au pied du mur et doivent dévoiler leurs cartes.

David Friedman a indiqué que l’avenir des ‘Palestiniens’ est dans la main de leurs dirigeants et a justifié les conditions draconiennes imposées à l’Autorité Palestinienne pour bâtir un éventuel Etat: « Il est primordial qu’Israël garde la haute main exclusive sur ce qui se passe en Judée-Samarie. Cette région est la plus explosive du monde et la dernière chose qu’il lui faut est l’apparition d’un Etat palestinien qui s’écroulera rapidement et tombera sous la coupe de Daech, d’Al-Qaïda, du Hamas, du Hezbollah ou de tout autre Etat ou organisation terroristes ». L’ambassadeur a rajouté qu’il n’y a aucune raison que l’Etat juif se retire de zones imprégnées de son passé biblique.

Et tout comme Jared Kushner ou Jason Greenblatt, David Friedman a dénoncé le leadership ‘palestinien’ qui dit « non » depuis des décennies au mépris des intérêts de la population qu’il dirige.

Photo Kobi Gideon / Flash 90

Leave a Reply

Translate »