Trump s’apprête à déclassifier trois documents qui ENTERRERONT «l’héritage» d’Obama. par Christocentré

By 29 décembre 2019Le mot du jour

Trump-and-Obama-e1576352716302

Avec la déclassification de trois documents, le président Trump s’apprête à consigner l’héritage de son prédécesseur Barack Obama au fond d’une poubelle.
John Solomon, journaliste d’investigation primé à The Hill, rapporte que le président Trump a presque terminé le processus de déclassification de trois documents accablants qui, selon ses mots, « sont restés cachés au public depuis trop longtemps ».
Selon Solomon, les trois séries de documents de l’ère Obama « changeront fondamentalement la compréhension du public de l’histoire » et identifieront des moyens spécifiques d’assurer la transparence dans la manière dont nous sommes gouvernés.
Les trois séries de documents concernent : Rosatom (le géant nucléaire russe) et ses efforts pour acquérir une activité uranifère aux États-Unis, la correspondance d’Obama avec le chef suprême iranien Ali Khamenei concernant l’accord nucléaire de Washington-Téhéran en 2016 et des documents hautement classifiés que les agents du FBI considérèrent comme vitaux à son enquête sur la question de savoir si Clinton a violé la loi en utilisant un serveur privé non sécurisé pour transmettre des courriels classifiés.

L’achat d’uranium One de Rosatom

À l’automne 2010, le Comité sur l’investissement étranger aux États-Unis (CFIUS) – composé de la secrétaire d’État de l’époque, Hillary Clinton, et de huit autres membres a approuvé l’achat par Rosatom des actifs américains de la société minière Uranium One.
Le CFIUS est, selon la page Web officielle du Département américain du Trésor, « un comité interinstitutionnel chargé d’examiner certaines transactions donnant lieu à des investissements étrangers aux États-Unis afin de déterminer l’effet de ces transactions sur la sécurité nationale des États-Unis ».
Clinton et CFIUS ont approuvé cette vente, bien que le FBI soit toujours en train de rassembler des preuves dans son enquête. L’enquête du FBI aurait montré que la société russe s’était livrée à des extorsions, des dessous-de-table et des pots-de-vin.
Salomon a rapporté cette bombe : « Sous Obama, les acquisitions étrangères sensibles étaient presque systématiquement approuvées par le CFIUS, et le processus d’approbation était parfois délégué par des fonctionnaires du Cabinet sur le CFIUS à des aides de rang inférieur. »
Clinton prétend qu’elle a permis à un adjoint de décider de l’achat d’Uranium One. Ceci malgré le fait que la Fondation Clinton a collecté des millions de dons venant de groupes ayant un intérêt direct dans la transaction. Au cours de la même période, son mari, l’ancien président Bill Clinton, a récolté 500 000 $ d’honoraires pour un discours à Moscou.

Steve Mnuchin a supervisé de profonds changements administratifs et législatifs depuis sa nomination au poste de secrétaire au Trésor par le président Trump. Selon Solomon, les changements « resserreront le processus CFIUS ». Il note également le pourcentage d’acquisitions étrangères qui ont été rejetées en raison de « contrôles de sécurité nationale plus agressifs ».
Malgré ces améliorations de notre sécurité nationale, des sources bien informées affirment que les évaluations déclassifiées de Rosatom par les services de renseignement peuvent encore améliorer le processus.

Correspondance d’Obama avec le chef suprême de l’Iran

Une correspondance privée d’Obama avec le guide suprême iranien le 7 octobre 2014 a fixé les conditions de ce qui pourrait s’avérer l’acte le plus négligent et le plus traître de l’administration Barack Obama dite « sans scandale ».
Des sources révèlent que ce document déclassifié contredit l’histoire que l’administration Obama racontait au public américain alors qu’elle tentait de vendre l’accord politiquement. Solomon rapporte ce qui suit : « Mes sources me disent qu’Obama a promis que l’Iran … pourrait être rétabli comme une nation ‘en règle’ en vertu du traité international de non-prolifération nucléaire, même si les renseignements américains avaient corroboré la découverte d’un vaste programme d’armements qui violait ce traité depuis des années. »
On sait maintenant que cette lettre de 2014 a été précédée d’au moins trois autres communications privées entre Obama et des responsables à Téhéran, dont une en 2012 et une autre en 2009.
Trump a annulé l’accord avec l’Iran en 2016 tout en imposant de nouvelles sanctions paralysantes. Les promesses faites dans le cadre de l’accord d’Obama d’origine restent secrètes.

Courriels de Hillary Clinton

Selon Salomon, les agents du FBI n’ont jamais eu l’occasion d’examiner certains documents avant que le directeur du FBI, James Comey, ait inexplicablement décidé de ne pas chercher de chefs d’accusation contre Clinton.
En 2018, le chien de garde interne du ministère de la justice a déclaré au Congrès que le FBI avait l’intention d’examiner ces preuves, mais il ne l’a jamais fait. Encore une fois, des sources révèlent que la déclassification de ces documents garantira des « révélations explosives ».
Depuis plusieurs années maintenant, l’accent exagéré placé sur l’histoire fabriquée de collusion entre Donald Trump et les agents russes a dominé le cycle des nouvelles 24/7.
Entre-temps – Uranium One, l’accord avec l’Iran et les courriels de Clinton ont échappé à une redevabilité publique complète. Cela est sur le point de changer, car le président Trump donne à Washington une occasion sans précédent de trouver une solution à ces controverses.
Il est grand temps, car notre sécurité nationale est en jeu.

Source : https://www.freedomnewsreport.com/2019/12/14/trump-moves-to-declassify-three-documents-that-will-bury-obamas-legacy/

Leave a Reply

Translate »