Skip to main content

Ukraine: des Israéliens combattent avec le régiment Azov, affirme Moscou. JUSQU’Où le torchon va-t-il brûler entre Moscou et Jérusalem ? EZECHIEL 38 ET 39, Gog et Magog se rapproche ?

AFP

2 min

Entraînement au combat pour les civils organisé par l'unité des forces spéciales Azov de la Garde nationale ukrainienne, à Marioupol, le 13 février 2022
AP Photo/Vadim GhirdaEntraînement au combat pour les civils organisé par l’unité des forces spéciales Azov de la Garde nationale ukrainienne, à Marioupol, le 13 février 2022

Moscou continue d’alimenter la polémique née des propos de Sergueï Lavrov sur le prétendu « sang juif » d’Hitler

Des « mercenaires israéliens » combattent en Ukraine aux côtés du régiment Azov, que Moscou qualifie de « nazi », a affirmé mercredi la diplomatie russe, dont une sortie sur le prétendu « sang juif » d’Hitler a déclenché une virulente polémique.

« Je vais dire quelque chose que les politiciens israéliens ne veulent sans doute pas entendre, mais peut-être que cela les intéressera. En Ukraine, des mercenaires israéliens sont aux côtés des militants d’Azov », a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova dans une interview à la radio Spoutnik.

Fondé en 2014 par des militants d’extrême droite avant d’être intégré dans les forces régulières, le régiment ukrainien Azov s’est imposé comme l’un des plus farouches adversaires des forces russes qui mènent une offensive militaire contre l’Ukraine depuis le 24 février.

Ses membres, avec d’autres combattants ukrainiens, ont notamment refusé de déposer les armes dans le port assiégé de Marioupol (sud-est), où les derniers défenseurs de la ville sont retranchés dans l’usine métallurgique Azovstal contre laquelle les forces de Moscou ont lancé mardi l’assaut.

Héros pour beaucoup d’Ukrainiens, les membres d’Azov sont en revanche présentés par la Russie comme des « fascistes » et des « nazis » commettant des exactions.

En affirmant que des Israéliens combattent à ses côtés, Moscou continue donc d’alimenter une polémique née après que le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé dimanche qu’Adolf Hitler avait du « sang juif », une théorie démentie par les historiens.

Ces propos ont suscité la colère d’Israël, qui les a qualifiés de « scandaleux, impardonnables » et d' »horrible erreur historique ».

Mardi soir, le ministère russe des Affaires étrangères avait déjà soufflé sur les braises en accusant Israël de « soutenir le régime néonazi de Kiev ».

Leave a Reply

Translate »