154 nations rejettent le lien biblique d’Israël avec le mont du Temple

By 28 novembre 2019 Israël & Moyen Orient

shutterstock_148478216-1.jpg

Vue du mont du temple et du mur des lamentations à Jérusalem. (Shutterstock.com)

SENTINELLE SAPS, 21 novembre 2019

Les Nations unies ont donné leur accord préliminaire à une résolution qui appelle le mont du Temple exclusivement par son nom musulman: Haram al-Sharif rapporte le JPost.La résolution a été adoptée de façon écrasante à la Quatrième Commission des Nations unies à New York, par 54 voix contre 8. Le vote comportait 14 abstentions et 17 absences. C’était l’une des huit résolutions anti-israéliennes approuvées la semaine dernière. Quinze autres résolutions anti-israéliennes devraient être également approuvées. L’Assemblée générale des Nations unies commencera son vote final sur la résolution le mois prochain.

Ironiquement, la résolution réaffirmait «la signification particulière des lieux saints et l’importance de la ville de Jérusalem pour les trois religions monothéistes».

Bien que seuls Israël et les États-Unis aient été les seuls à voter contre les huit résolutions, l’Australie, le Canada, le Guatemala, les Îles Marshall, la Micronésie et Nauru se sont joints à eux pour voter contre les textes de Jérusalem.

Les vingt-huit états membres de l’Union Européenne ont tous soutenu la résolution.

Certaines des résolutions relatives aux ambitions passées et futures d’Israël d’annexer un territoire en Judée-Samarie se lisent ainsi : «L’occupation d’un territoire doit être une situation de facto, temporaire, où la puissance occupante ne peut ni revendiquer la possession ni exercer sa souveraineté sur le territoire qu’elle occupe,» a déclaré une résolution. Cette même résolution a rappelé «le principe de l’inadmissibilité de l’acquisition de terres par la force et, partant, de l’illégalité de l’annexion de toute partie du territoire palestinien occupé.» Elle déclarait également «être sérieusement préoccupée par les récentes déclarations appelant à l’annexion par Israël de zones du territoire palestinien occupé.»

Cherith Norman Chalet, représentant par intérim des États-Unis auprès des Nations unies, a répondu à la résolution en disant : «Nous sommes déçus de voir que, malgré le soutien apporté à la réforme, les états membres continuent de distinguer de manière disproportionnée Israël dans ces types de résolutions». Elle a ajouté qu’« il est déplorable que l’ONU – une institution fondée sur l’idée que toutes les nations doivent être traitées sur un pied d’égalité – soit si souvent utilisée par les états membres pour traiter un état en particulier, Israël, de manière inégale.»

Leave a Reply

Translate »