Dans la foulée de l’article La médisance, maladie de notre siècle / Israël Magazine / Une étude qui va aux profondeurs de ce problème terrible de conséquences pour tous ! LE FRERE LAURENT NOUS ECRIT: Merci pour ce texte qui me permet de réaliser l’étendue des dégâts que j’ai fait par le passé.

By 6 janvier 2016 Uncategorized

Dans la foulée de l’article La médisance, maladie de notre siècle / Israël Magazine / Une étude qui va aux profondeurs de ce problème terrible de conséquences pour tous !

LE FRERE LAURENT  NOUS ECRIT:

Merci pour ce texte qui me permet de réaliser l’étendue des dégâts que j’ai fait par le passé. Que le Seigneur Yeshoua me donne la grâce de ne plus me plaire avec les diffamateurs et de tous ces « chrétiens » spécialisés en médisance.
Un proverbe africain dit » Le mensonge a beau courir mais la vérité le rattrape TOUJOURS…. »
Jusqu’à la mort en Yeshoua leMessie, le Roi des juifs et de tous ceux qui ont placés leur espérance en Lui. Amen.

///////////////////////////////////////////////

Haïm, en réponse à LAURENT

Bravo pour votre franchise et votre courage! Refuser de coeur la médisance et fuir les fameux cercles « spécialisés » en la matière est ABSOLUMENT REQUIS car ce sont le plus souvent les bouches de l’enfer et du mensonge camouflant leurs vrais crimes qui sortent de là (vérifiés cent fois ! Ce sont les plus compromis dans le péché, le crime, qui se muent toujours en criminels de haine vers autrui par…la bouche habile et noire).
35 ans de vie avec LUI et 32 ans de ministère me l’ont largement confirmé. COMME LE DIT L’AUTEUR DE L’ARTICLE CE SONT CES CRIMINELS LA QU’IL FAUT TRAQUER ET SORTIR DE LA COMMUNION FRATERNELLE ET DU PEUPLE DE D.IEU. QUAND LE PEUPLE DE L’EGLISE SE LEVERA-T-IL POUR LE DIRE QUAND L’OCCASION FERA NON LE LARRON MAIS LE BON SAMARITAIN? QUAND, QUAND? Mais comme cela peut même accidentellement nous concerner tous, ne serait-ce qu’une fois, contentons-nous déjà de nous méfier (de nous en priorité), d’aimer (et en priorité le diffamé) comme l’ecriture nous le demande (avec une gestion biblique…). Ne pas prendre parti à l’audition d’une rumeur et avertir la personne diffamée est déjà un pas excellent qui peut porter du fruit. Car lorsque l’on connaît l’auteur du propos diffamateur et que le diffamé s’adresse à lui, très souvent il se « dégonfle » et s’excuse, ou lâchement mais « vrai » (car il le faut alors pour esquiver), déclare qu’il l’a entendu de X, qui le recevait de Y. Cette démarche impressionne souvent les bavards car ils se savent alors sous projetcteur, loin du sale et misérable et confortable anonymat. Sombres sont les salons cotonneux des diffamateurs, sombres !

NB: pas inutile de faire rappel: « les lâches n’entreront pas dans le royaume des cieux »…et c’est encore heureux car que faire d’eux ce jour-là et là? Alors, menteurs, haineux, diffamateurs,…un beau geste pour  sauver au moins votre peau!
Shalom
Haim

Leave a Reply

Translate »