was successfully added to your cart.

3 ados israéliens kidnappés, le nouveau président, et la guerre des médias contre Israël

By 14 juin 2014Etz Be Tzion

__447477-01-08_76_851039_large

Trois adolescents, étudiants d’une école religieuse, dont un américain, ont été enlevés avant hier soir jeudi 12 juin à une station de bus à Gush Etzion. L’armée israélienne a organisé une opération d’envergure dans toute la région d’Hévron pour les retrouver. Tous les détails, et les mises à jour se trouvent sur cette page.

L’enlèvement a été revendiqué par un groupe terroriste palestinien, « Dawlat al islamiyya », affilié à ISIS, lui-même affilié à al Qaïda, mais Israël étudie toutes les pistes, et craint, avant tout, que les adolescents soient emmenés en otage à Gaza.

Cet enlèvement n’est pas une surprise.

L’Autorité palestinienne, par la décision de Mahmoud Abbas, a choisi de constituer un gouvernement d’union terroriste avec le Hamas, et cet enlèvement est ce que font normalement les terroristes, lorsqu’ils ne tuent pas.

Mais cela, les médias ne le diront pas.

LCI ce matin accuse implicitement les trois adolescents enlevés d’être responsables de leur sort

LCI ce matin accuse implicitement les trois adolescents enlevés d’être responsables de leur sort, car ce sont « trois colons ». Les médias français avaient déjà qualifié les bébés de la famille Fogiel, égorgés dans leur sommeil, de colons.

L’idée qu’il puisse exister des terroristes palestiniens, pour les journalistes français et l’AFP, est tout simplement impossible. Il n’y a de terroristes qu’au Nigéria et au Mali. A Gaza, en Judée Samarie, ce sont des « militants ».

Le camp de vacances annuel pour les jeunes palestiniens terroristes vient d’ouvrir à Gaza. Cela non plus, les médias ne le diront pas. Car cela ne doit pas exister, pas pour les journalistes français. A Gaza, c’est bien connu, il n’y a que de terribles victimes d’un drame humanitaire, enfermées dans une prison à ciel ouvert.

Camp de vacance terroriste - Gaza 2014

En réalité, la plupart des journalistes français ont déclenché une guerre psychologique de grande envergure et de longue haleine contre Israël.

Dans les médias libanais, en guerre contre Israël, la désinformation est moins violente et moins agressive que dans les médias français

Dans les médias libanais, pays techniquement en guerre contre Israël, la désinformation sur l’état hébreu est moins violente et moins agressive que dans les médias français noyautés par la CGT du livre et toute une clique d’extrémistes qui dissimulent mal leur haine des juifs sous un antisioniste ressassé. Un comble. C’est à se demander si ce n’est pas la France, et non le Liban qui est en guerre contre Israël.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ainsi, alors qu’en France le nouveau président israélien Reuven Rivlin est présenté comme un radical extrémiste de droite, voici ce qu’écrit de lui le quotidien libanais l’Orient le jour du 10 juin :

« Le nouveau président [Rivlin] « préfère accepter les Palestiniens comme citoyens d’Israël que de diviser Israël ». A lire l’inculte politique de service Laurent Zecchini, dans Le Monde, on croirait qu’il va faire un apartheid, suivi d’un nettoyage ethnique, et qu’Israël va voler des terres qui ne sont pas à elle !

L’Orient le jour : « Dans le passé, il [Rivlin] a exprimé avec force son opposition au retrait unilatéral israélien de la bande de Gaza en 2005. » JPG : rappelons que la presse française, dans sa totalité, a également dénoncé le retrait unilatéral de Gaza.

L’Orient le jour : « Mais ces prises de position ne l’ont jamais amené à attaquer ouvertement la minorité arabe d’Israël, qui représente 20% de la population, contrairement à d’autres partisans de la colonisation tous azimuts. »

L’Orient le jour : « Dans cette optique, cet ancien officier du renseignement militaire a fait du rapprochement avec les Arabes israéliens, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création d’Israël en 1948, sa marque de fabrique politique. »

L’Orient le jour : « Son premier geste, dès qu’il a été élu au perchoir, a été d’organiser une visite dans la grande ville arabe d’Oum el-Fahm, en Galilée (nord d’Israël), accompagné par plusieurs députés arabes. »

L’Orient le jour : « Il s’est aussi opposé à la demande de l’extrême droite de limoger la députée Hanin Zoabi, du parti nationaliste arabe Balad, après sa participation à la « Flottille de la liberté pour Gaza » en mai 2010″

L’Orient le jour : « En 2011, il s’insurge contre le projet de création d’une commission parlementaire visant à mettre sous contrôle de la Knesset les activités des ONG israéliennes de gauche, en particulier celles qui critiquent l’armée. »

L’Orient le jour : « Il s’en est également pris violemment à la députée de son parti Miri Régev pour avoir assimilé les clandestins africains en Israël à « un cancer qui prolifère ».

L’Orient le jour : « Grand amateur de football, Reuven Rivlin, ex-président de l’équipe du Beitar Jérusalem, un club toujours très marqué à droite, s’est taillé une belle popularité auprès des Israéliens grâce à sa jovialité, son coté bon enfant toujours prêt à blaguer. Il a d’ailleurs à un moment fait office d’humoriste à la télévision. »

A coté, les journalistes français, par leurs mensonges et leur déformation des faits, donnent l’impression d’être membres du Hamas.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

http://www.lorientlejour.com/article/871103/reuven-rivlin-faucon-debonnaire-de-la-droite-israelienne.html

Leave a Reply

Translate »