was successfully added to your cart.

DANIEL NASH, JOHN HYDE, REES HOWELL  ET LE RÉVEIL À VENIR – 2/3

By 11 janvier 2018Doctrine
DANIEL NASH, JOHN HYDE, REES HOWELL 
ET LE RÉVEIL À VENIR – 2/3
 
Steve Porter
 
Traduction Dominique François
 
 
Tout au long de l’histoire, des intercesseurs comme Daniel Nash expérimentèrent cette sorte de passion dévorante pour le Seigneur et pour leur prochain. Des hommes et des femmes qui, grâce à leur amour intense pour Jésus, devinrent des exemples étonnants de la puissance de la prière fervente.
 
Examinons brièvement deux autres d’entre eux.
 
John Nelson Hyde : « Le Guerrier de la Prière de Compassion »
 (9 Nov. 1865 – 17, 1912) fut un missionnaire américain qui prêcha dans le Pendjab en Inde.
 
John Hyde ou « l’Apôtre de la Prière » était la pure définition de ce qu’est un être « infatigable », passant des nuits et des nuits sans dormir. Il jeûnait souvent et en fait, la nourriture était une de ses moindres préoccupations.
 
Il passait d’innombrables nuits sombres face contre le sol froid et dur en prière, intercédant pour les perdus en Inde, et sa prière pour les autres portait des fruits remarquables. Au cours de la première année, une âme par jour vint à Christ et fut baptisée. Puis deux par jour, et finalement quatre âmes par jour venaient à Christ grâce à la ferveur de son intercession.
 
L’esprit d’intercession était si pesant sur lui que ceux qui l’entouraient ressentaient la même ferveur gémir au plus profond d’eux-mêmes. Si vous visitiez sa chambre pendant ses nombreuses réunions de réveil, vous trouviez son lit parfaitement fait, car plutôt que de dormir il passait ses nuits sur le sol à gémir dans l’esprit pour le salut des perdus. L’intercession le gardait dans la prière jusqu’au commencement des réunions. (Photo via Steve Porter)
 
« Donne-moi des âmes, Ô Dieu, où j’en mourrais », a dit John Hyde, en 1910, à la convention de Sialkot. John touchait les gens avec de ferventes supplications qui pouvaient paraître presque violentes à certains moments et les gens cherchaient son intercession pour Calcutta, Bombay et autres grandes métropoles indiennes, de façon que le nombre de croyants augmentait exponentiellement.
 
Mais sa santé était défaillante et à l’âge de quarante-cinq ans, on le persuada de consulter un médecin. Le diagnostic de ce dernier fut tout simplement stupéfiant. Son cœur s’était déplacé de sa position naturelle à gauche, à la droite de sa poitrine ! Certains pensent qu’il pria si fort que l’emplacement de son cœur avait changé !
 
Il fut clair que son temps en Inde arrivait à son terme et il retourna chez lui à Carthage, dans l’Illinois, où il vécut encore deux ans. Ses derniers mots avant de mourir furent : « Criez la victoire de Jésus-Christ ! »
 
Sa puissante intercession amena une vague de réveil qui balaya toute l’inde comme nulle part ailleurs.
 
Rees Howells : « La Sentinelle du Monde ».
« La prière d’intercession est la plus grande force sur terre ! » – Rees Howells, 1935.
Rees Howells (10 octobre 1879 -13 février 1950) fut le fondateur d’un collège biblique au Pays de Galles.
 
Rees naquit dans une famille pauvre du Pays de Galles. Il passa peu de temps à l’école pour aller travailler dans les mines de charbon afin de nourrir sa famille, mais Dieu avait des plans spéciaux pour sa vie. Il prêchait que la source du réveil était le Saint-Esprit, et lui et sa femme priaient ardemment pour que le Celui-ci vienne. Et des réveils se produisirent balayant des congrégations tout entières tel un raz de marée. Des milliers de gens reçurent Christ au travers de ces réveils, tout comme Rees Howells l’avait dit car le Seigneur lui avait montré dans une vision.
 
Rees fut finalement amené à construire le plus grand collège biblique du Pays de Galles. Au cours d’un de ces réveils, Howells commente : « Les employés du collège pleuraient devant Dieu pendant des heures, complètement brisés, reconnaissant le péché dans leur propre cœur, révélé par Sa lumière. Tandis que leurs prières s’intensifiaient, ils sentaient aussi la présence du Saint-Esprit augmenter parmi eux. »
 
POURRIONS-NOUS PAYER UN TEL PRIX POUR LE RÉVEIL ?
 
C’est à cette époque que la Première Guerre mondiale éclata, faisant une multitude de victimes, et leur équipe d’intercesseurs passionnés commença à prier avec ferveur pour les perdus. Rees Howells décéda en 1950, mais son travail inlassable, sa vision et son héritage durable, sont toujours l’exemple d’une vie dont le but était d’amener des âmes à Christ.
 
Steve Porter

Leave a Reply