Jérusalem, 29 décembre 2019
 
Chers tous,
 
Voici un excellent et profond prolongement de l’envoi fait hier sur le thème de  » Plus de grâce » (Chan). 
Merci à notre frère Claude pour son message, excellente introduction à l’an 2020. 
A méditer et… pratiquer !
 
Haïm Goël
ETZ BETZION / LEVE-TOI
LE MESSAGE: Dans cette idée de la grâce et de l’humilité, mettons-nous en pratique ce que Jésus dit du « lavement des pieds » !?
Il me semble que bien peu comprennent le sens spirituel de ce geste fort et de cet enseignement de Jésus qui occupe pourtant une moitié d’un chapitre (13) de l’Evangile de Jean.
Etant sacrificateurs, nous devrions tous pratiquer cela pour contribuer à garder ou à rendre le Corps de Christ bien plus pur qu’il ne l’est au fil des jours.
Car tous nous marchons dans un monde souillé, corrompu, ce qui nous affecte par la vue, les oreilles, voire en nous touchant par des ondes de divers ordres (physiques, psychiques, spirituelles).
Et nous avons d’autant moins la conscience de ce besoin d’être lavé spirituellement que nous en sommes atteints (pafois jusqu’à se sentir épuisés, notamment par certaines discussions avec des inconvertis), d’où cette exhortation à le faire les uns pour les autres.


Cela ne concerne pas les péchés – dont le traitement se fait par la confession, le sang de la croix et le pardon -, mais les souillures, ces conséquences secondes mais importantes de notre marche quotidienne dans ce monde. Comme il est écrit dans Jaques quand il parle de la « religion pure » :  » La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde. « 
Ce n’est plus alors le sang de la crucifixion qui est la base du traitement de ce mal spécifique, mais c’est l’eau sortie du côté percé par la lance du soldat romain. En quoi nous devons croire dans ce pouvoir de purification pour pouvoir être et/ou en placer d’autres à son bénéfice (à la fois acquis et potentiel).
Cette eau de la crucifixion est à la fois « l’eau lustrale » et l’eau de la cuve d’airain qui est près de l’autel des sacrifices dans l’alliance mosaïque.

Ainsi quand on sait, l’Esprit nous appelle parfois à intercéder ainsi pour des frères et soeurs connus, aimés, et maintenant pour ma part j’intercède ainsi parfois pour tout le Corps, pour toutes les pierres vivantes de l’Eglise née de Dieu…
Ce n’est pas un légalisme auquel le Seigneur nous astreint, mais c’est l’Esprit qui suscite ce type d’intersection quand on s’est rendus disponibles pour lui.  (Je pense que le Seigneur agit à ce sujet comme dans l’ancienne alliance où des tours de service étaient organisés pour les sacrificateurs)…
Bonne fin d’année en Jésus, et bonne nouvelle intercession à celles et ceux qui ne savaient et donc ne pratiquaient pas cela.
Claude T.

Leave a Reply

Translate »