Skip to main content

All For Gaia : Jour de la Terre et transformation totale pour un monde post-chrétien

By 23 avril 2022APOSTASIE

 

par  | 23 avril 2019 | Blogue | 0 commentaire

– Publicité –


              

Nous avons besoin de votre soutien.  Alors que la grande technologie poursuit sa répression des blogs conservateurs, nos jours sur ces plateformes sont comptés. Passez sans publicité et obtenez du contenu exclusif réservé aux membres en vous abonnant à nous sur Substack !  

De : Carl Teichrib

« Plus de 6 millions de Canadiens se joignent à 500 millions de personnes dans plus de 180 pays pour organiser des événements et des projets visant à résoudre les problèmes environnementaux locaux. Presque tous les écoliers du Canada participent à une activité du Jour de la Terre . »

– Jour de la Terre Canada [1]

« La Terre est plus qu’un simple vaisseau spatial. Elle est notre Mère. Elle nous a donné la vie. Il n’y a pas d’autre endroit où aller que de rester et de l’aimer.

– Commentaire d’un lecteur concernant le blog de John Kerry sur le Jour de la Terre. [2]

Tout comme autrefois, la Terre est devenue le point focal du culte. À l’époque grecque, la divinité suprême de la Terre était Gaïa, également connue sous le nom de Mère universelle. Des serments sacrés étaient prononcés en son nom et les fidèles accomplissaient des rituels en son honneur. [3] Un commentateur nous dit,

« La représentation artistique classique de Gaïa est une femme émergeant de la terre à hauteur de poitrine. La déesse surgit mais ne quitte jamais son corps planétaire. Des rites viscéraux, y compris des sacrifices humains de plantes, d’animaux et (vraisemblablement extatiques), ainsi que des cérémonies sexuelles sans vergogne, ont été organisés pour adorer la fécondité de la déesse. [4]

À notre époque contemporaine, le Jour de la Terre est devenu la célébration moderne de Gaïa. Les participants à cet événement, qu’ils en soient conscients ou non, jouent sur les anciennes croyances païennes d’une Mère Universelle. Comme les serments sacrés prêtés en son nom, les célébrants du Jour de la Terre d’aujourd’hui signent des pétitions environnementales, font des promesses et annoncent des résolutions en faveur de la Terre Mère. Et comme les anciens sacrifices à la divinité, les praticiens du Jour de la Terre d’aujourd’hui offrent des sacrifices de « bonnes œuvres » à la planète. Non seulement la Terre est une divinité à vénérer, mais la Terre elle-même – en tant que représentant et incarnation de la Déesse – est devenue une idole des temps modernes.

Tous ceux qui participent aux festivités du Jour de la Terre réalisent-ils les liens entre cet événement et l’ancienne divinité païenne ? Certains le font, en particulier ceux qui adoptent une position néo-païenne, mais beaucoup ne le savent pas, pensant que c’est une façon familiale de s’engager dans la conservation de l’environnement (beaucoup de bien est fait pendant le Jour de la Terre, comme nettoyer les lits des cours d’eau ou planter des arbres – mais ce n’est pas le sujet). Motivés par de bonnes intentions, des dizaines d’individus (y compris des chrétiens professants) participent sans jamais se soucier de ce qu’est réellement le Jour de la Terre ou des philosophies qui sous-tendent le mouvement.

James Coburn, l’acteur américain (décédé en 2002), a compris les liens païens manifestes. Considérez son interview de 1990 avec le journaliste Caryl Matrisciana lors du festival Malibu Beach, Jour de la Terre.

Caryl Matrisciana :

« M. Coburn, pourquoi devrions-nous nous soucier du Jour de la Terre ou de la Terre Mère ? »

James Coburn :

« La Terre Mère est notre Mère ! Elle est la Déesse Mère. C’est elle que nous devrions louer plutôt que violer.

Je veux dire que tous ces gens ici aujourd’hui sont ici pour une raison : parce qu’ils sont préoccupés par ce qui arrive à la Terre – ce que l’humanité fait à la Terre. Je veux dire que les émotions négatives que nous transportons, beaucoup d’entre nous, y contribuent également ; il nourrit la Lune. [Note de l’auteur : la Lune est importante dans les cercles païens.]

Ce que nous devons faire, c’est être fidèles à nous-mêmes, si nous sommes fidèles à nous-mêmes, nous serons fidèles à la Terre Mère. Mère Terre va être abondante; elle va nous donner tout ce dont nous avons besoin. Elle l’a depuis longtemps.

Nous avons perdu notre chemin. Les païens savaient comment le faire. Et les Indiens, certains d’entre eux se souviennent encore comment faire.

La Terre est un organisme vivant. On tue celle qu’on aime le plus, et elle nous aime. Nous devons louer notre Déesse Mère ! [5]

Lorsque le Jour de la Terre a été inauguré pour la première fois en 1970, Newsweek a qualifié l’événement de « danse de la pluie étrange à l’échelle nationale ». [6] Le New York Times , cependant, a déclaré qu’il s’agissait d’une idée « dont le temps est venu parce que la vie s’épuise ». La Terre et la race humaine devaient être sauvées « d’une détérioration intolérable et d’une éventuelle extinction ». [7]

Aujourd’hui, près de quarante ans plus tard, les commandites d’entreprises financent les événements communautaires du Jour de la Terre. Les gouvernements fédéral et locaux dépensent l’argent des contribuables pour promouvoir le 22 avril, et une myriade d’organisations locales ajoutent de l’énergie à la cause. C’est un événement qui capte l’attention des médias locaux et nationaux, des politiciens de tous bords et alimente l’imagination des écoliers du monde entier. Du géant de l’automobile Toyota [8] à tous les centres urbains d’Amérique du Nord, des Nations Unies au Conseil national des Églises [9] – le Jour de la Terre est bien plus qu’une bizarre danse de la pluie ; c’est une plate-forme pour la citoyenneté mondiale et les loyautés terrestres.

Le Jour de la Terre est né

L’idée du Jour de la Terre remonte à 1962 et au sénateur Gaylord Nelson du Wisconsin. Convaincu que les questions environnementales nécessitaient une plus grande visibilité, Nelson suggéra au président Kennedy de se lancer dans une « tournée nationale de conservation ». L’année suivante, Kennedy a fait une excursion de cinq jours pour promouvoir la conservation de l’environnement, mais cela n’a jamais suscité l’intérêt politique que Nelson espérait. Cependant, selon le sénateur, « c’était le germe de l’idée qui a finalement fleuri dans le Jour de la Terre ». [dix]

Quelques années plus tard seulement, au plus fort des manifestations anti-guerre du Vietnam, le sénateur Nelson a eu l’idée d’un événement éducatif national pour sensibiliser à l’environnement; le « premier enseignement national sur l’environnement ». Cet événement, prévu pour le 22 avril 1970, devait être inspiré du mouvement de protestation contre la guerre et visait à capter l’intérêt et l’énergie des jeunes – une génération qui traverse l’un des plus grands changements culturels de l’histoire des États-Unis. États. Sans surprise, le premier discours de Nelson pour le Jour de la Terre reflétait ce changement culturel, se vantant que le 22 avril devait être la « date de naissance d’une nouvelle éthique américaine qui rejette la philosophie de la frontière selon laquelle le continent a été mis ici pour notre pillage… » [11]

Des décennies après l’événement initial, l’assistant de Nelson qui a coordonné la campagne nationale d’enseignement du Jour de la Terre, Denis Hayes, a déclaré à un intervieweur que : « Nous avons consciemment entrepris de construire un mouvement pour rassembler l’Amérique et laisser tout le monde sous le parapluie avec un ensemble de valeurs partagées. [12]

Une nouvelle éthique et un ensemble de valeurs communes devaient guider ce mouvement et servir d’inspiration aux étudiants du collégial dans leur défense de l’environnement. Rappelez-vous, c’était en 1970, et les étudiants de cette époque représentent un large éventail de dirigeants politiques, commerciaux, universitaires et religieux d’aujourd’hui . Le sénateur Nelson a compris le pouvoir potentiel d’exploiter la jeunesse du pays.

Pour contribuer au succès de cette première Journée de la Terre, un livre spécial d’essais a été compilé par l’intermédiaire des Amis de la Terre et distribué dans tout le pays aux enseignants et aux professeurs. Intitulé The Environmental Handbook: Prepared for the First National Environmental Teach-In, 22 avril 1970 , ce volume a présenté un nouvel ensemble d’idéaux sociaux qui dirigeraient l’Amérique vers un monde meilleur. Des dizaines de milliers d’exemplaires ont été distribués et 20 millions de jeunes à travers les États-Unis ont célébré ce qui allait devenir un mouvement mondial : le Jour de la Terre.

Mais qu’en est-il de ces valeurs énoncées dans The Environmental Handbook ? Étaient-ils basés sur les principes fondamentaux judéo-chrétiens de la pensée et du droit occidentaux ? Ont-ils soutenu la conservation de bon sens : contrôle de l’érosion, maintien d’une population faunique équilibrée, réduction des polluants toxiques ou endiguer la vague d’espèces envahissantes ?

La pollution a été abordée, avec une touche de contrôle de la population. L’utilisation des terres a également été discutée, tout en dégradant «l’élevage de bétail conventionnel».

Paul Ehrlich, auteur de The Population Bomb , a contribué à un scénario apocalyptique pour enflammer les esprits impressionnables : en 1973, la pollution de l’air étoufferait les villes, provoquant des catastrophes de smog en un seul événement avec des centaines de milliers de morts – toutes annonçant l’avènement d’un climat mondial. effondrement de la qualité qui rendrait la «planète inhabitable» quelque temps avant 1990. Au milieu des années 70, la ceinture céréalière américaine se transformerait en un grand désert du Midwest, anéantissant les stocks de nourriture. Au cours de cette période, Ehrlich a spéculé que le secteur américain des ressources s’effondrerait et qu’un programme national de «planification familiale» devrait être mis en place parallèlement à un programme international pour freiner la population humaine. À l’été 1979, les océans du monde seraient morts et toute vie animale marine éteinte. [13]

Pour les élèves du secondaire et du collégial participant au premier Jour de la Terre, cette histoire futuriste aurait eu un effet dissuasif. Comme M. Ehrlich l’a expliqué; « Un scénario assez sombre. Malheureusement, nous en sommes déjà loin. » [14]

Est-ce que tout cela vous semble familier? « Le réchauffement peut déclencher un effondrement de l’agriculture », rapportait l’Inter-Press Service en 2007. [15] « Les stocks de poissons pourraient s’effondrer à cause du réchauffement climatique », annonçait un article de l’Associated Press en 2008. [16] Le professeur John Brignell, auteur et chercheur en sciences sociales, a publié ses observations sur le changement climatique et la peur.

« J’ai un problème? La faute au réchauffement climatique ! Des allergies aux pénuries de sirop d’érable en passant par la fièvre jaune : apparemment, tous les maux contemporains sont causés par les changements climatiques. » [17]

Le site Web de Brignell répertorie pas moins de 300 problèmes présumés, ou pseudo-problèmes, attribués au réchauffement climatique. Cette liste documentée comprend la digitaire sanguine, les calculs rénaux, l’inflation en Chine, les invasions de méduses et d’huîtres géantes, la mort du monstre du Loch Ness, la perte de poissons, une prochaine ère glaciaire, un conflit avec la Russie, des raisins aigres et du vin plus fort, des fermes qui coulent – et la production agricole a augmenté, l’Atlantique devenant plus salé – et moins salé, le smog, le terrorisme, les évanouissements et les cerveaux plus petits. J’ai tendance à croire ce dernier.

Le ciel tombe! Le ciel tombe! Est-ce une tactique alarmiste pour la transformation mondiale ? Considérez les citations suivantes,

« Au cours de tout « cycle d’attention au problème » dans une campagne environnementale, il y a une phase au cours de laquelle le problème doit être stratégiquement exagéré afin de l’établir fermement sur un programme d’action. » [18] – Institut international du développement durable.

« Nous devons proposer des scénarios effrayants, faire des déclarations simplifiées et dramatiques et faire peu mention des doutes que nous pourrions avoir. » [19] – Professeur Stephen Schneider.

« Peu importe si la science est fausse, il y a des avantages environnementaux collatéraux… le changement climatique [fournit] la plus grande chance d’instaurer la justice et l’égalité dans le monde. » [20] – Christine Stewart, ancienne ministre canadienne de l’Environnement.

« Bénéfices environnementaux collatéraux… ? » C’est au mieux discutable; à tel point que plus de 31 000 scientifiques ont signé une pétition contestant le réchauffement climatique causé par l’homme et suggérant ouvertement que l’augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique pourrait avoir des avantages. [21] En outre, la « justice » et « l’égalité » sont des questions juridiques et sociales – et non atmosphériques. Encore une fois, cela met l’accent sur le cœur du problème : la transformation sociale.

Mais les tactiques alarmistes sont efficaces. Ils laissent les masses se demander : comment la race humaine peut-elle inverser notre disparition environnementale imminente ? Que peut-on faire pour sauver la Terre Mère ?

Selon le premier Jour de la Terre et The Environmental Handbook , nous pouvons commencer par rejeter la faute sur le christianisme et les valeurs occidentales, puis adopter des solutions païennes et socialistes radicales. Considérez les citations suivantes de The Environmental Handbook . Gardez à l’esprit que ce texte a établi les idéaux éthiques d’une nouvelle réalité terrestre et a donné le ton pour le premier Jour de la Terre – et les célébrations suivantes.

Remarque : le nom de l’auteur et les numéros de page figurent à la fin de chaque citation, et toutes les fautes d’orthographe figurent dans l’original.

 Sur la Religion :

« Le christianisme, en contraste absolu avec l’ancien paganisme et les religions asiatiques… non seulement a établi un dualisme de l’homme et de la nature, mais a également insisté sur le fait que c’est la volonté de Dieu que l’homme exploite la nature à ses propres fins.

Au niveau des gens ordinaires, cela s’est déroulé de manière intéressante. Dans l’Antiquité, chaque arbre, chaque source, chaque ruisseau, chaque colline avait son propre génie loci, son esprit gardien. Ces esprits étaient accessibles aux hommes… Avant de couper un arbre, d’exploiter une montagne ou d’endiguer un ruisseau, il était important d’apaiser l’esprit responsable de cette situation particulière et de le maintenir apaisé. En détruisant l’animisme païen, le christianisme a permis d’exploiter la nature dans un esprit d’indifférence aux sentiments des objets naturels. [p.20-21, Lynn White Jr.].

« Ce que nous faisons de l’écologie dépend de nos idées sur la relation homme-nature. Plus de science et plus de technologie ne nous sortiront pas de notre crise écologique actuelle tant que nous n’aurons pas trouvé une nouvelle religion ou repensé l’ancienne… » [p.24, Lynn White Jr.].

« Aucun nouvel ensemble de valeurs fondamentales n’a été accepté dans notre société pour remplacer celles du christianisme. Par conséquent, nous continuerons à avoir une crise écologique qui s’aggrave jusqu’à ce que nous rejetions l’axiome chrétien selon lequel la nature n’a de raison d’être que de servir l’homme. [p.25, Lynn White Jr.].

« Notre science actuelle et notre technologie actuelle sont tellement teintées d’arrogance chrétienne orthodoxe envers la nature qu’aucune solution à notre crise écologique ne peut être attendue d’elles seules. Puisque les racines de notre mal sont si largement religieuses, le remède doit aussi être essentiellement religieux, que nous l’appelions ainsi ou non. [p.26, Lynn White Jr.].

« Qu’est-ce qui a permis aux esquimaux chamans, dont l’esprit est un produit de la taïga, de la toundra et de la banquise, de faire des voyages spirituels sous l’océan et de parler avec les poissons et les êtres puissants qui vivaient au fond ? Comment les shamanes ont-ils développé le pouvoir hypnotique qu’ils employaient dans leurs séances ? Que pouvons-nous apprendre des honteux qui survivent sur le transfert de pensée et l’ESP ? Les réponses se trouvent dans le désert arctique qui nous reste encore.

La nature sauvage est un repère, une pierre de touche… De nouvelles perspectives émergent de la nature sauvage. Jésus, Zoroastre, Moïse et Mahomet sont allés dans le désert et sont revenus avec des messages… Ce manuel, et l’enseignement qu’il sert, ont leurs débuts dans le désert. [p. 148, Kenneth Brower].

Sur Population :

« La liberté de se reproduire est intolérable. » [p.41, Garrett Hardin].

« Aucune solution technique ne peut nous sauver de la misère de la surpopulation. La liberté de se reproduire apportera la ruine à tous… La seule façon de préserver et de préserver la nature d’autres libertés plus précieuses est de renoncer à la liberté de se reproduire. [p.49, Garrett Hardin].

« … c’est un péché pour quiconque d’avoir plus de deux enfants. Il est depuis longtemps devenu évident qu’à moins que la croissance cancéreuse de la population de la terre ne puisse être stoppée, tous les autres problèmes – la pauvreté, la guerre, les conflits raciaux, les villes inhabitables et le reste – sont au-delà de la solution. [p.139, John Fischer].

« La stabilisation de la population américaine devrait être déclarée politique nationale. Des mesures immédiates doivent être prises pour : 1. Légaliser l’avortement volontaire et la stérilisation et fournir ces services gratuitement. 2. Supprimer toutes les restrictions sur la fourniture d’informations et de dispositifs de contrôle des naissances ; fournir ces services gratuitement à tous, y compris aux mineurs. 3. Rendre l’éducation sexuelle accessible à tous les niveaux appropriés, en insistant sur les pratiques de contrôle des naissances et la nécessité de stabiliser la population… » [pp.317-318, Keith Murray].

« Explorez d’autres structures sociales et formes de mariage, telles que le mariage de groupe et le mariage polyandre, qui permettent une vie de famille mais peuvent produire moins d’enfants. Partagez largement le plaisir d’élever des enfants, afin que tous n’aient pas besoin de se reproduire directement pour entrer dans cette expérience humaine fondamentale. Il faut espérer qu’aucune femme ne donne naissance à plus d’un enfant. [p.324, section Quatre changements ].

 Sur les nations et les économies :

« Les nations… doivent être éliminées aussi rapidement que possible et remplacées par des économies tribales ou régionales autonomes… » [p.6, Keith Lampe].

« L’interdépendance ne peut bien sûr être maintenue que dans un contexte de coopération, de sorte que la concurrence (le capitalisme) doit être progressivement supprimée et remplacée par des modèles économiques coopératifs. » [pp.6-7, Keith Lampe].

« En regardant au-delà de nos frontières, nos étudiants seront encouragés à poser des questions encore plus difficiles. Les États-nations sont-ils réellement réalisables, maintenant qu’ils ont le pouvoir de s’entre-détruire en un seul après-midi ? Pouvons-nous nous mettre d’accord sur quelque chose d’autre pour les remplacer, avant que l’équilibre de la terreur ne devienne instable ? Quel prix la plupart des gens seraient-ils prêts à payer pour un type d’organisation humaine plus durable – plus d’impôts, l’abandon des drapeaux nationaux, peut-être le sacrifice de certaines de nos libertés durement acquises ? » [p. 145, John Fisher].

Sur la transformation globale :

« Rien de moins qu’une transformation totale ne fera beaucoup de bien. Ce que nous envisageons, c’est une planète sur laquelle la population humaine vit harmonieusement et dynamiquement en employant une technologie sophistiquée et discrète dans un environnement mondial qui est «laissé naturel»… Un pluralisme culturel et individuel, unifié par une sorte de conseil tribal mondial. [p.330, section Quatre changements ].

« Il semble évident qu’il existe dans le monde certaines forces sociales et religieuses qui ont oeuvré à travers l’histoire vers une situation écologiquement et culturellement éclairée. Que ceux-ci soient encouragés : Gnostiques, marxistes branchés, catholiques Teilhard de Chardin, druides, taoïstes, biologistes, sorciers, yogins, bhikkus, quakers, soufis, tibétains, zens, chamans, bochimans, amérindiens, polynésiens, anarchistes, alchimistes… la liste c’est long. Toutes les cultures primitives, tous les mouvements communautaires et ashram. Puisqu’il ne semble pas pratique ni même souhaitable de penser que la force sanglante directe apportera beaucoup, il serait préférable de considérer cela comme une « révolution de la conscience » continue qui ne sera pas gagnée par des armes à feu mais en saisissant les images clés, les mythes, archétypes, eschatologies, et des extases pour que la vie ne semble pas valoir la peine d’être vécue à moins d’être du côté de l’énergie transformatrice. [p.331,Quatre changements ].

Le message est clair. Afin de sauver le monde, nous devons changer radicalement nos structures religieuses, politiques, économiques et sociales actuelles. Nous devons remodeler de manière significative la société vers une vision du monde New Age où la nature remplace tout, où les structures politiques et économiques se transforment en un type de communisme écologique, où le cancer de la croissance humaine subit une chirurgie radicale, et où l’éducation et la religion sont indélébiles modifié pour servir la Terre-Mère.

C’est l’essence même du Jour de la Terre. C’est l’adoption de changements religieux et sociaux massifs – le sacrifice de notre « arrogance chrétienne orthodoxe » afin que Gaïa puisse être guérie et l’humanité sauvée. C’est l’appel du clairon de One World. Gaia Rescue, un projet du Jour de la Terre 2008, met cela en évidence.

« Pour corriger ce problème, nous allons devoir agir en tant que planète, et non séparément en tant que groupes ou pays. Il faudra tous les enfants de Gaïa pour la sauver des erreurs que nous avons déjà commises. [22]

Gaïa est folle

Si nous ne corrigeons pas nos erreurs, si nous ne changeons pas nos valeurs, nos comportements, notre éthique et nos croyances, la Terre mère va prendre les choses en main. C’est la mode actuelle de l’éco-philosophie. Les êtres humains sont un fléau, et Gaïa va se purifier à moins que nous devenions de bons citoyens du monde et que nous respections la Mère Universelle.

C’est le message du Dalaï Lama.

« Jusqu’à présent… la Terre-Mère a en quelque sorte toléré les habitudes domestiques bâclées. Mais maintenant, l’utilisation humaine, la population et la technologie ont atteint ce certain stade où la Terre Mère n’accepte plus notre présence en silence. À bien des égards, elle nous dit maintenant : « Mes enfants se comportent mal. Elle nous avertit qu’il y a des limites à nos actions… » [23]

Pendant ce temps, des films tels que The Happening dépeignent la Terre Mère ripostant contre l’humanité – incitant chimiquement les humains à se suicider afin de résoudre le problème des personnes. Une autre pièce de propagande hollywoodienne, Le jour où la Terre s’arrêta , a des extraterrestres vigilants descendant sur la planète pour sauver la Terre mère défaillante du cancer de l’humanité. Au cours de la dernière partie du film, les personnages principaux se rendent compte qu’ils doivent évoluer au niveau mondial afin d’éviter un désastre planétaire. De nombreux autres films, documentaires et émissions de télévision présentent un message similaire. L’homme doit changer, sinon Gaïa nous traitera durement.

C’est aussi le pronostic du géophysicien britannique James Lovelock, qui a écrit le livre de 1979 Gaia : A New Look at Life on Earth (ce volume a rejeté la théorie pseudo-scientifique « moderne » de Gaïa sur la Terre en tant que construction vivante). Aujourd’hui, son livre de 2006, The Revenge of Gaia , dresse le portrait d’une planète souffrant d’une fièvre invalidante – le réchauffement climatique – et que la Terre Mère se bat pour son existence contre la capacité destructrice de l’humanité.

Sans surprise, cette ligne de pensée se retrouve dans toute la communauté en ligne de l’écologie profonde et de Gaia. Des blogs et des articles en ligne proclament que la Terre Mère devient de plus en plus folle de minute en minute.

« Les raisons pour lesquelles il y a tant de catastrophes naturelles et de changements météorologiques graves, c’est parce que la Terre Mère est en colère contre les gens. » [24]

« La terre est desséchée. Il n’y a pas assez d’eau. Les incendies feront rage. Certaines choses échappent au contrôle des humains. Mère Terre est en colère, nous montrant les limites de notre pouvoir. Apprenons d’elle. [25]

Hmmm… Peut-être qu’une petite fête la rendrait heureuse.

Une fête laïque ?

 Ironiquement, le Jour de la Terre est considéré comme « la plus grande fête laïque du monde ». [26] Pourtant, il y a peu de laïcité à ce sujet. Au contraire, une variété d’activités spirituelles a lieu; des rituels de la Terre Mère aux services multiconfessionnels du lever du soleil, des rassemblements interconfessionnels de la Terre aux méditations printanières et aux « prières de la Terre » – comme celle suggérée ci-dessous,

« Mère, Père, Dieu, Pouvoir Universel

Rappelle-nous quotidiennement le caractère sacré de toute vie.

Touchez nos cœurs avec l’unité glorieuse de toute la création

Alors que nous nous efforçons de respecter tous les êtres vivants de cette planète.

Pénétrez nos âmes de la beauté de cette terre,

Alors que nous nous adaptons au rythme et au flux des saisons.

Éveillez nos esprits avec les connaissances nécessaires pour créer un monde en parfaite harmonie

Et accorde-nous la sagesse de réaliser que nous pouvons avoir le paradis sur terre. [27]

Malheureusement, de nombreuses congrégations chrétiennes à travers l’Amérique du Nord ont sauté dans le train de la transformation du Jour de la Terre ; Certains par naïveté, d’autres avec plein consentement et complicité. Un exemple est la cathédrale Grace de San Francisco. Lors du Jour de la Terre 2001, Grace a organisé une célébration de la chanson interconfessionnelle pour la planète.

« La musique sera un mélange éclectique des traditions musicales du monde. Les cloches des temples tibétains se mêleront à l’orgue de la cathédrale. Les performances vocales iront des chants amérindiens et musulmans aux chants spirituels et choraux. Des représentants d’un large éventail de voies religieuses participeront aux festivités, notamment amérindiennes, islamiques, hindoues, juives, païennes et chrétiennes. [28]

Au fil des ans, Grace Cathedral a été un phare pour une transformation religieuse globale et a beaucoup fait pour promouvoir un modèle spirituel mondial contemporain, comme en aidant à donner naissance à l’Initiative des religions unies.

L’Église unie du Canada est un autre exemple. Au cours des vingt dernières années, la dénomination de l’Église Unie a été considérée comme un pionnier canadien de la pensée chrétienne « de gauche progressive ». Cette dénomination a également été considérée comme un pilier social par des universitaires, des personnalités politiques et d’autres personnalités de premier plan. Voici une partie d’une lecture réactive pour un service d’adoration centré sur la Terre.

« S’adressant à la Communauté de la Terre, nous disons : Frères et Sœurs dans la Création, nous faisons alliance en ce jour – avec vous, avec toute la Création à venir, et avec le Créateur. Avec chaque créature vivante et tout ce qui vous contient et vous soutient.

Tous : Avec tout ce qui est sur Terre – et avec la Terre elle-même. [29]

Il est alarmant de constater que peu importe si une église est « de droite » ou « de gauche » dans sa vision générale. Les congrégations et les dénominations qui ont été historiquement conservatrices se concentrent également sur la Terre en tant que point de service.

En février 2009, j’ai eu la chance de rendre visite à des parents qui fréquentent une église évangélique reconnue depuis longtemps pour sa position inébranlable dans la proclamation de l’Évangile. Mais les choses ont changé. Au lieu de messages axés sur les vérités de la Parole de Dieu, les sermons ont pris un avantage écologique manifeste. Bien qu’ils ne fassent pas la promotion de croyances centrées sur la Terre comme l’Église Unie – « nous faisons alliance aujourd’hui… avec la Terre elle-même » – les enseignements ont mis en évidence des thèmes environnementaux typiques : le réchauffement climatique, les problèmes écologiques supposément causés par l’homme et la nécessité de changer les modes de consommation. et les comportements sociaux. Cela vous rappelle-t-il quelque chose?

Comme des centaines d’autres pasteurs et églises à travers l’Amérique du Nord, la naïveté à l’égard de la véritable intention de l’écologie profonde et de son message de transformation mondiale sape les valeurs chrétiennes – jusque dans l’église elle-même.

Est-ce à dire que les chrétiens ne devraient pas se préoccuper de l’environnement ? Pas du tout. Cependant, une approche biblique saine est nécessaire – une approche qui reconnaît la place légitime de l’homme dans l’entretien, la gestion et l’utilisation de la Terre ; pas un dans lequel l’homme est le serviteur d’un maître planétaire créé à l’image des Nations Unies ou d’une autre agence environnementale d’inspiration mondiale. Malheureusement, les pasteurs et les congrégations du monde entier répètent le message du Jour de la Terre et les dirigeants de la gouvernance environnementale mondiale.

La quête pour impliquer la communauté chrétienne dans les célébrations du Jour de la Terre est particulièrement importante. Non seulement les églises individuelles promeuvent le Jour de la Terre en tant qu’événement spécial, mais le Réseau du Jour de la Terre (EDN) cible spécifiquement la «communauté religieuse» dans l’espoir que des chefs religieux influents feront avancer l’agenda mondial. Et EDN a du poids.

Le Earth Day Network est un groupe né du premier Jour de la Terre en 1970. Aujourd’hui, le Conseil international de l’organisation est composé de certains des mondialistes les plus influents au monde,

– Lester Brown, Worldwatch.

– Gro Harlem Brundtland, directrice de l’Organisation mondiale de la santé.

– Robert Kennedy Jr., avocat principal, Conseil de défense des ressources naturelles.

– Gus Speth, ancien fonctionnaire du Programme des Nations Unies pour le développement.

– Maurice Strong, président du Conseil de la Terre et ancien conseiller spécial de l’ONU.

– David Suzuki, le plus grand écologiste du Canada.

– Klaus Toepfer, directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement. [30]

Actuellement, EDN travaille dur pour promouvoir sa campagne sur le climat des communautés de foi, une plate-forme éducative sur le réchauffement climatique et le Jour de la Terre destinée aux groupes religieux. En fait, le site Web confessionnel d’EDN a pour devise « Jour de la Terre : Quelque chose en quoi nous pouvons tous croire ». [31]

En 2007, EDN a tendu la main aux communautés chrétiennes, juives et musulmanes en créant « 12 000 sermons et événements religieux » pour donner aux chefs religieux les moyens d’atteindre les objectifs du Jour de la Terre. EDN est allé encore plus loin lors du Jour de la Terre 2008 en activant « 500 000 paroissiens » pour soutenir la législation sur le changement climatique. De nombreuses églises se sont également engagées à se joindre à EDN pour le « Dimanche du Jour de la Terre » en 2008, en se concentrant sur le changement climatique et en sauvant la Terre pendant leurs offices du dimanche. [32]

En 2009, le Earth Day Network a lancé sa campagne Green Generation, qui a engagé les étudiants, les églises et les communautés à faire pression sur le monde pour qu’il adopte un nouveau traité mondial sur le climat. D’ailleurs, cette campagne s’est poursuivie jusqu’en 2010 avec le 40e anniversaire du Jour de la Terre.

Paradoxalement, ce qui a commencé à l’origine comme un mouvement visant à placer intentionnellement la Terre sur un piédestal tout en «diabolisant» le christianisme, le nationalisme et les populations humaines – tous axés sur la conduite de la jeunesse américaine vers une utopie païenne et socialiste – a maintenant été adopté par des églises de loin. large. De plus, en accueillant et en soutenant des services centrés sur la Terre et interconfessionnels, les églises contribuent en fait à l’attaque systémique contre les valeurs bibliques.

Gaïa doit sourire, après tout, la fête est en son honneur. CF

Carl Teichrib est rédacteur en chef de Forcing Change , une revue mensuelle en ligne sur le gouvernement mondial et le changement social mondial ( www.forcingchange.org ).

Notes de fin :

[1] FAQ Jour de la Terre Canada, www.earthday.ca/pub/resources/faqs.php . Le soutien économique à l’organisation du Jour de la Terre Canada provient d’un large éventail de commanditaires, tels qu’Environnement Canada (gouvernement), The Discovery Channel, Panasonic Canada, Sony et une foule d’autres groupes, y compris les plus grandes institutions bancaires du Canada.

[2] Site du blog de John Kerry et réponses, http://blog.johnkerry.com/2007/04/Please_take_care_of_spaceship.html.  

[3] Les livres consultés sur Gaïa incluent : La Vie de la Grèce par Will Durant ; Mythologie occidentale : Les masques de Dieu , Joseph Campbell ; Magick des dieux et des déesses par DJ Conway ; Mysteries of the Dark Moon , Demetra George (un aperçu du culte de la déesse du point de vue de la déesse noire – ce livre, comme Magick of the Gods and Goddesses , est une œuvre païenne); The Gods who Walk Among Us de Thomas R. Horn et Donald C. Jones (fait un parallèle entre les religions anciennes et le paganisme moderne – écrit d’un point de vue chrétien) ; Goddess Earth de Samantha Smith (un exposé chrétien de la déesse / mouvement environnemental); Invasion occultepar Dave Hunt (un exposé chrétien sur l’occultisme, y compris le mouvement Gaia). J’ai également consulté une foule de sites Web sur la mythologie grecque, le culte de la déesse et le mouvement Gaïa, ainsi que des ouvrages sur l’hypothèse Gaïa tels que Gaïa de James Lovelock (c’est le livre qui a donné le coup d’envoi à l’hypothèse « scientifique » Gaïa d’une Terre vivante. ); Gaia: The Growth of an Idea de Lawrence E. Joseph (sur l’histoire de Gaia et l’hypothèse Gaia); et Saviors of the Earth de Michael S. Coffman (exposé chrétien du mouvement écologiste, avec du matériel sur le concept Gaia).

[4] Lawrence E. Joseph, Gaia: La croissance d’une idée (St. Martin’s Press, 1990), p.226.

[5] Cette interview fait partie du documentaire Earth’s Two-Minute Warning , produit par Jeremiah Films et raconté par Caryl Matrisciana.

[6] Voir le livre de Bill Christofferson, The Man from Clear Lake: Earth Day Founder Senator Gaylord Nelson (University of Wisconsin Press, 2004), p.6.

[7] Ibid., p.6.

[8] Pour en savoir plus sur le programme Toyota, Canada, Jour de la Terre, rendez-vous sur http://www.earthday.ca/scholarship .

[9] http://www.ncccusa.org/news/080422earthday.html .

[10] Sénateur Gaylord Nelson, « Comment le premier Jour de la Terre est arrivé », EnviroLink , [http://earthday.envirolink.org/history.html]. Consulté le 11 avril 2007.

[11] L’Homme de Clear Lake , p.7.

[12] Ibid., p.305.

[13] Voir l’essai de Paul R. Ehrlich, « Eco-Catastrophe! », The Environmental Handbook: Prepared for the First National Environmental Teach-In (Ballantine/Friends of the Earth, 1970, édité par Garrett de Bell), pp.161 -176.

[14] Ibid., p.174.

[15] Abid Aslam, « Environnement : le réchauffement peut déclencher l’effondrement de l’agriculture », IPS, 12 septembre 2007.

[16] « Un rapport de l’ONU indique que les stocks de poissons pourraient s’effondrer à cause du réchauffement climatique et de la pollution », Associated Press, 22 février 2008.

[17] Le site Web du professeur John Brignell est http://www.numberwatch.co.uk .

[18] Empowerment for Sustainable Development: Toward Operational Strategies (Institut international du développement durable, 1995), p.51.

[19] Stephen Schneider, professeur de biologie et de changement global, Université de Stanford (tel qu’imprimé dans Trashing the Planet par Dixie Lee Ray, p.167).

[20] Christine Stewart, ancienne ministre canadienne de l’Environnement, Calgary Herald , 14 décembre 1998.

[21] Le documentaire, Global Warming or Global Governance , fournit des preuves très convaincantes concernant les avantages du dioxyde de carbone. Voir aussi le Petition Project (www.petitionproject.org) pour les noms des plus de 31 000 scientifiques.

[22] Gaia Rescue, http://www.gaiarescue.com [Consulté le 24 février 2009].

[23] Dalai Lama, tel qu’imprimé dans Only One Earth (Programme des Nations Unies pour l’environnement, 2000), p.61.

[24] http://rainbowmotherearth.ning.com .

[25] http://bluebanshee.wordpress.com/2008/07/28/earth-fire-and-water .

[26] EcoSmart, « Les origines du Jour de la Terre », Earth Love Movement, http://www.earthlovemovement.org/tag/secular-holiday [Consulté le 24 février 2009].

[27] Jo Poore, Earth Prayer [à utiliser le Jour de la Terre], Celebrations of Spring , Electronic Newsletter, 15 avril 2004, http://www.faith-commongood.net/news/letter.asp?ID=1

[28] Communiqué de presse de Grace Cathedral, « A Song of Creation: An Interfaith Earth Day Celebration at Grace Cathedral, San Francisco », http://www.ewire.com/display.cfm/Wire_ID/175

[29] Église Unie du Canada, Enough for All Worship Resource , p.10.

[30] Conseil international EDN, http://earthday.net/node/64 .

[31] Réseau du Jour de la Terre, Jour de la Terre : quelque chose auquel nous pouvons tous croire, http://earthday.net/node/73 .

[32] Idem.

Nous sommes activement censurés sur de nombreuses plateformes en raison de nos opinions conservatrices. Plus vous nous suivez d’endroits, plus nous avons de chances de faire passer notre message. Veuillez nous soutenir en nous suivant sur Facebook , en nous suivant sur Twitter , en nous suivant sur Parler , en nous suivant sur Instagram et en visitant notre magasin d’équipement et de vêtements . Aussi, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter . Si vous souhaitez nous soutenir financièrement, une contribution de n’importe quel montant est grandement appréciée.        

 

 

 

 

 

Join the discussion 3 Comments

  • Danielle25 dit :

    Quelle folie dans ce monde ! La Terre n’est pas ma mère, mais le Seigneur est mon Père. Il est le créateur de cette terre. Sa Parole nous dit clairement que notre planète va être détruite, non plus par l’eau, mais par le feu. Ce qu’on nous assène actuellement sur le réchauffement climatique et autres considérations mondialistes n’est fait que pour nous apeurer et nous programmer à accepter un futur terrible de privations et d’aliénation, nous faire nous confier en l’homme plutôt qu’en D.ieu.

  • Marlène dit :

    Où est D.ieu dans tout cela, Sa volonté, Sa parole et Ses valeurs. Consternant de voir les chrétiens rentrer aussi facilement dans cette manipulation qui les font tourner le dos au seul vrai D;ieu.!
    Il y a là le terreau préparé de longue date pour l’émergence du nouvel ordre mondial. On y voit toute la finesse, la construction et la subtilité qui conduit à l’adhésion JOYEUSE de beaucoup de consciences.
    Merci Haïm pour ce partage qui fait froid dans le dos

  • Brigitte Pelletier dit :

    On va se diriger de plus en plus vers cette idolâtrie de la terre, de la nature.
    Je trouve triste cet égarement. Greta Thunberg, une jeune fille qui convainc
    les jeunes qu’il faut qu’ils sauvent la planète.
    C’est seulement Dieu qui va sauver la terre (et les hommes).
    Une personne ne peut sauver la terre.
    Soyez-bénis.

Leave a Reply

Translate »