was successfully added to your cart.

Après avoir traité des israéliens de nazis, l’écrivain israélien Amos Oz se fait atomiser par le fils d’un survivant d’Auschwitz

By 13 mai 2014Etz Be Tzion

Tal Gilad

Tal Gilad

Amos Oz, israélien de l’extrême gauche en perdition (elle ne représente plus que 6% de l’opinion et des votes, mais c’est elle et elle seule que citent goulument les médias occidentaux) a déclaré que les “jeunes des collines” sont des “hébreux néo-nazis”.

Tal Gilad*, israélien et scénariste de l’émission satirique Latma, fils d’un célèbre survivant de l’Holocauste, a riposté à l’écrivain.

Sa page Facebook, dimanche, a été innondée de félicitations et largement partagée.

“Bonjour Amos Oz,

Le mot ”nazi», ou – dans sa forme considérée comme plus soft – «néo-nazi», est trop souvent utilisé comme une arme apocalyptique sur n’importe quel sujet, apparemment parce que les gens comme vous sont incapables de sonder la profondeur de l’horreur du nazisme.

Les gens essaient toujours de placer ce terme dans un moule compréhensible par notre conscience. Mais c’est impossible. Car un nazi n’est pas simplement quelqu’un de très mauvais, ou un nationaliste, ou un agent de la circulation. Un nazi, c’est autre chose, c’est une réalité différente.

Mon père est un survivant d’Auschwitz. Ses deux parents et sa jeune sœur ont été assassinés par les nazis, et il est resté, seul, jeune homme de 17 ans, sans personne au monde, dans le pire enfer que l’espèce humaine a produit.

Il a survécu malgré tout.

Pendant la marche de la mort, quand les Allemands ont forcé les survivants à marcher vers l’ouest dans l’hiver glacial, il a réussi à s’échapper avec deux camarades. Ensuite, il s’est caché dans un village jusqu’à l’arrivée des Russes. Puis il s’engagea dans l’armée rouge, et devint tankiste sur le front tchèque, où il à combattu les Allemands.

Vous avez peut-être entendu parler du 81e souffle – même si vous ne l’avez pas écrit.

C’est l’histoire de ce jeune qui a été puni de 80 coups de fouet, dans le ghetto de Pshemishel, parce qu’il cachait des livres. Il a survécu à cette terrible punition, au cours de laquelle il perdit conscience à plusieurs reprises. Une punition tellement cruelle que beaucoup en sont morts. Mais il a survécu, et a même réussi à se lever, et à reprendre ses livres.

Mon père est ce jeune. Michael Goldman. Il s’en est remis, et il a survécu aux horreurs d’Auschwitz, il a surmonté l’impensable.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Il tenait à la vie. Il est entré en enfer et en est sorti, et y est même y retourné pour se venger des démons, avec une détermination que des gens comme vous ne peuvent pas comprendre.

Quand il a fait son Aliya en Israël et a raconté cette histoire sur la flagellation dans le ghetto, personne ne le croyait. Alors il n’en a plus jamais parlé. Il a dit que pour lui, c’était le 81e coup de fouet.

Mon père a créé une famille, s’est enrôlé dans la police israélienne, a gravit les échelons, et lorsque le criminel nazi Adolf Eichmann a été capturé, il a été appelé au Bureau 06 pour être parmi les témoins du monstre, qui était devenu un prisonnier apeuré et pathétique.

Au cours du procès, un homme qui avait assisté à l’événement du ghetto de Pshemishel se tenait dans la tribune des témoins. Il a confirmé que mon père était le jeune garçon qui avait survécu aux 80 coups de fouet.

La chose la plus satanique qui ait jamais existé

Les nazis sont la chose la plus terrible et satanique qui a jamais existé. Les nazis ont anéanti les Juifs d’Europe avec un systématisme et une indicible cruauté pendant plusieurs années. Ils les ont affamés, torturés, réduits à un travail d’esclaves, les ont envoyés comme des bêtes à l’abattoir dans des trains ou l’on suffoquait, des voyages qui duraient des jours vers les camps de la mort où ils étaient assassinés, brulés, tués dans les chambres à gaz puis enterrés dans des fosses communes, six millions de Juifs, plus de 1,5 million d’enfants et de bébés, y compris ma tante que je n’ai jamais rencontrée parce qu’elle avait 11 ans quand elle a été assassinée d’une manière planifiée et intentionnelle et d’une façon inexplicable, parce qu’elle était juive.

Une personne qui “peint des graffitis » insultants ou ignobles n’est pas un nazi. Une personne qui blasphème contre les Arabes, ou qui pense que les travailleurs clandestins illégaux doivent être déportés, n’est pas un nazi. Il en est de même pour un soldat d’Hebron qui pointe son arme sur un palestinien armé d’un poing américain, ou pour un “colon” qui interfère lors de la récolte des olives. Ils ne sont pas nazis, ou néo-nazis, ou judéo-nazis, ou n’importe quelle autre inflexion. Ils sont même très très loin de ça.

Un nazi, c’est quelque chose de complètement différent.

Et vous, Amos Oz, vous pensez peut-être que vous êtes un homme de lettres, mais vous êtes un rustre ignorant, qui, pour son immense chance, n’a pas la moindre idée de ce dont il parle.

Il est trop dommage qu’il n’y ait pas de machine à remonter le temps pour vous envoyer, vous et vos amis dont les doigts sont si légers sur le clavier, à Auschwitz rien qu’une seule journée. Un seul jour suffirait. Un jour en enfer. Et après ça, vous pourrez ouvrir votre bouche, dire quelque chose de stupide pour obtenir un prix Nobel, et parler des nazis et des néo-nazis.

Les membres de votre camp politique aiment rabâcher : « nous n’avons rien appris de l’Holocauste.” En effet, vous êtes l’exemple concret que nous n’avons rien appris de l’Holocauste et de ce qu’il était en réalité. Au delà de ça, vous êtes la preuve ultime de ce que je dis souvent : “même un homme de lettres peut prononcer des insanités.”

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction et adaptation, Jean Vercors pour Dreuz.info.

Source : http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/180536#.U3DVu_l_tbd

* Tal Gilad est né en Israël en 1960. Il a étudié la programmation informatique, puis a passé un diplôme d’instructeur de sport à l’institut Wingate pour l’éducation physique et le sport. Il a travaillé plusieurs années comme rédacteur pour une agence de communication, puis comme éditeur d’un site internet satirique. En 1991, il commence à écrire pour la télévision ainsi que pour plusieurs magazines et livres pour enfants. Gilad a écrit les scénarios de shows satiriques, de pièces en un acte, de paroles de chansons et de scripts pour une douzaine de programmes télés populaires pour adultes et enfants. Son premier livre avait pour titre l’excitant voyage de Jack.

Leave a Reply

Translate »