Attaques d’églises, enlèvements, conversions forcées : Les Chrétiens sont persécutés par les Palestiniens, mais cela n’intéresse pas les médias français Déc 25, 20195

By 30 décembre 2019 Israël & Moyen Orient

 

Attaques d’églises, enlèvements, conversions forcées : Les Chrétiens sont persécutés par les Palestiniens, mais cela n’intéresse pas les médias français

En bref, les chrétiens palestiniens souffrent des mêmes schémas de persécution – y compris les attaques d’église, les enlèvements et la conversion forcée – que leurs coreligionnaires souffrent dans d’autres nations musulmanes. La différence, cependant, est que la persécution des chrétiens palestiniens « n’a reçu aucune couverture médiatique palestinienne ».
« La seule chose qui intéresse l’Autorité palestinienne est que les événements de ce genre ne soient pas divulgués aux médias. Le Fatah exerce régulièrement de fortes pressions sur les chrétiens pour qu’ils ne dénoncent pas les actes de violence et de vandalisme dont ils souffrent fréquemment, comme telle la publicité. pourrait nuire à l’image de l’Autorité palestinienne … Encore moins que l’Autorité palestinienne souhaite être décrite comme une entité radicale qui persécute les minorités religieuses. Cette image pourrait avoir des répercussions négatives sur l’aide internationale massive, et en particulier européenne, que l’Autorité palestinienne reçoit. » – Dr Edy Cohen, « La persécution des chrétiens dans l’Autorité palestinienne », Centre Begin-Sadat, 27 mai 2019.

Le pain et le beurre de l’Autorité palestinienne et de ses partisans, en particulier dans les médias, doivent dépeindre les Palestiniens comme des victimes d’agression injuste et de discrimination d’Israël. Ce récit serait compromis si la communauté internationale apprenait que les Palestiniens persécutent eux-mêmes leurs compatriotes palestiniens – uniquement en raison de leur religion.

« La persécution systématique des Arabes chrétiens vivant dans les zones palestiniennes rencontre un silence presque total de la part de la communauté internationale, des militants des droits de l’homme, des médias et des ONG … » – Justus Reid Weiner, avocat, « Palestiniens chrétiens: le sort des croyants sous la domination palestinienne « , Ambassade chrétienne internationale, Jérusalem.

Le christianisme est sur le point de disparaître sur le lieu de sa naissance, y compris à Bethléem (photo). Selon l’avocat et universitaire Justus Reid Weiner, « La persécution systématique des Arabes chrétiens vivant dans les zones palestiniennes est confrontée au silence presque total de la communauté internationale, des militants des droits de l’homme, des médias et des ONG … Dans une société où les chrétiens arabes ont aucune voix et aucune protection, il n’est pas surprenant qu’ils partent. » (Source de l’image: Daniel Case / Wikimedia Commons)
« Au moment où ils [le Hamas] ont pris le contrôle [de la bande de Gaza], ils ont commencé à nous persécuter, ruinant nos églises et forçant les chrétiens à se convertir à l’islam. »
Tels sont les souvenirs, rapportés récemment , de Kamal Tarazi, un chrétien de 60 ans originaire de Gaza, qui vit maintenant dans les rues de Nazareth. Avant de s’enfuir, il a tenté de résister à la prise de contrôle islamiste, notamment en appelant les musulmans et les chrétiens à s’unir contre le Hamas. En conséquence, « J’ai été emprisonné plusieurs fois. Savez-vous ce qu’est une prison du Hamas? C’est de la torture pure. »

Le rapport ajoute que « le groupe islamique a décidé de le garder en vie pour éviter de se présenter comme des persécuteurs de la population chrétienne locale, ce qui pourrait potentiellement irriter la communauté internationale ». Tarazi a finalement été relâché, a fui la région, est revenu, a été emprisonné à nouveau et s’est enfui de nouveau de façon permanente. « Je suis sûr qu’il ne reste plus que 500 chrétiens à Gaza », propose-t-il, « et cela ne fait que partie de la tendance générale ».

Son récit nous rappelle que, alors que des rapports sur la persécution des chrétiens émergent régulièrement d’autres régions à majorité musulmane du monde, peu de choses sont mentionnées sur les chrétiens vivant sous le règne du Hamas à Gaza et de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie.

Ce n’est pas parce qu’ils subissent beaucoup moins de persécutions que leurs coreligionnaires. Open Doors, un groupe de défense des droits de l’homme qui suit la persécution des chrétiens, note dans son dernier rapport que les chrétiens palestiniens souffrent d’un niveau de persécution « élevé », dont la source est, selon ses propres termes, « l’oppression islamique »:

« Cependant, ceux qui se convertissent au christianisme de l’islam sont confrontés à la pire persécution chrétienne et il leur est difficile de participer en toute sécurité aux églises existantes. En Cisjordanie, ils sont menacés et soumis à de fortes pressions, à Gaza, leur situation est si dangereuse que ils vivent leur foi chrétienne dans le plus grand secret … L’influence de l’idéologie islamique radicale augmente, et les églises historiques doivent être diplomatiques dans leur approche envers les musulmans. «

Il semble que la situation unique des chrétiens palestiniens – vivant dans une arène très disputée avec beaucoup de conflits politiques et médiatiques en jeu – explique le mieux le manque de nouvelles de cette région.

» La persécution des chrétiens dans l’Autorité palestinienne « , un rapport du Dr Edy Cohen, publié par le Centre Begin-Sadat d’études stratégiques au début de cette année, va un long chemin dans la validation de cette supposition.

Premièrement, il documente trois anecdotes sur la persécution des chrétiens, qui étaient toutes consécutives, et dont aucune n’a été rapportée par les soi-disant «grands médias». Les résumés comprennent:

25 avril: « [L] es habitants terrifiés du village chrétien de Jifna près de Ramallah … ont été attaqués par des hommes armés musulmans … après qu’une femme du village a porté plainte à la police pour le fils d’un éminent du Fatah- Un chef affilié avait attaqué sa famille. En réponse, des dizaines d’hommes armés du Fatah sont venus dans le village, ont tiré des centaines de balles en l’air, ont lancé des bombes à essence tout en criant des sorts et ont gravement endommagé les biens publics. C’était un miracle qu’il n’y ait pas eu morts ou blessés. «
13 mai: « Des vandales ont fait irruption dans une église de la communauté maronite dans le centre de Bethléem, l’ont profanée et ont volé du matériel coûteux appartenant à l’église, y compris les caméras de sécurité …. [C] est la sixième fois que l’église maronite à Bethléem a fait l’objet d’actes de vandalisme et de vol, y compris un incendie criminel en 2015 qui a causé des dégâts considérables et contraint l’église à fermer pendant une longue période. «
16 mai: «[C] était le tour de l’église anglicane du village d’Aboud, à l’ouest de Ramallah. Des vandales ont coupé la clôture, brisé les fenêtres de l’église et sont entrés par effraction. Ils l’ont profanée, ont cherché des objets précieux et a volé beaucoup d’équipement. «
Ces trois attaques , qui se sont produites en l’espace de trois semaines, correspondent au même type d’abus que les chrétiens des autres régions à majorité musulmane connaissent habituellement. Bien que la profanation et le pillage des églises soient répandus , il en va de même pour les foules musulmanes qui s’élèvent contre les minorités chrétiennes, chaque fois que ces dernières – perçues comme des dhimmis , ou des « citoyens » tolérés de troisième classe qui sont souvent censés être reconnaissants, ils sont tolérés du tout – oser défendre leurs droits, comme cela s’est produit le 25 avril dans le village chrétien de Jifna:

« [L] es émeutiers ont appelé les résidents [chrétiens] à payer le jizya – une taxe d’ entrée qui a été prélevée à travers l’histoire sur les minorités non musulmanes sous la domination islamique. Les plus récentes victimes du jizya étaient les communautés chrétiennes d’Irak et de Syrie sous Règle ISIS. «

En outre, comme cela arrive souvent lorsque des musulmans attaquent des chrétiens dans des pays islamiques, « Malgré les appels à l’aide des résidents [chrétiens] » à Jifna, « la police de l’Autorité palestinienne n’est pas intervenue pendant les heures de chaos. Elle n’a arrêté aucun suspect. » De même, « aucun suspect n’a été arrêté » lors des deux attaques contre l’église.

En bref, les chrétiens palestiniens souffrent des mêmes schémas de persécution – y compris les attaques contre les églises , les enlèvements et les conversions forcées – que leurs coreligionnaires dans des dizaines de pays musulmans. La différence, cependant, est que la persécution des chrétiens palestiniens « n’a reçu aucune couverture médiatique palestinienne ». En fait, explique Cohen , « un bâillon complet a été imposé dans de nombreux cas »:

« La seule chose qui intéresse l’Autorité palestinienne est que les événements de ce type ne soient pas divulgués aux médias. Le Fatah exerce régulièrement de fortes pressions sur les chrétiens pour qu’ils ne dénoncent pas les actes de violence et de vandalisme dont ils souffrent fréquemment, car une telle publicité pourrait endommager l’Autorité palestinienne. image comme un acteur capable de protéger la vie et les biens de la minorité chrétienne sous son règne. Encore moins l’Autorité palestinienne veut-elle être dépeinte comme une entité radicale qui persécute les minorités religieuses. Cette image pourrait avoir des répercussions négatives pour l’international massif, et en particulier Européen, l’aide que reçoit l’Autorité palestinienne. «

Considéré d’une autre manière, le pain et le beurre de l’Autorité palestinienne et de ses partisans, en particulier dans les médias, est de dépeindre les Palestiniens comme des victimes d’agression injuste et de discrimination d’Israël. Ce récit serait compromis si la communauté internationale apprenait que les Palestiniens persécutent eux-mêmes leurs compatriotes palestiniens – uniquement en raison de leur religion. Il pourrait être difficile de susciter de la sympathie pour un peuple soi-disant opprimé quand on se rend compte qu’il opère lui-même l’oppression des minorités au milieu d’eux, et pour aucune autre raison que le fanatisme religieux.

Parce qu’ils sont si sensibles à cette difficulté potentielle, « les responsables de l’Autorité Palestinienne exercent des pressions sur les chrétiens locaux pour qu’ils ne signalent pas de tels incidents, qui menacent de démasquer l’Autorité palestinienne comme un autre régime du Moyen-Orient redevable d’une idéologie islamique radicale », écrit Cohen dans un autre rapport. .

« Beaucoup plus important pour l’Autorité palestinienne que d’arrêter ceux qui agressent des sites chrétiens empêche de tels incidents d’être médiatisés. Et ils ont beaucoup de succès à cet égard. En effet, seule une poignée de petits médias locaux ont pris la peine de faire un rapport sur ces dernières vacances. -in. Les grands médias internationaux les ont complètement ignorés. «

Notamment, une dynamique similaire existe parfois concernant les réfugiés musulmans. Bien que les politiciens et les médias d’Europe occidentale les présentent comme persécutés et opprimés, ayant besoin d’une main accueillante, certains migrants musulmans eux-mêmes persécutent et oppriment les minorités chrétiennes parmi eux – que ce soit en les terrorisant dans les camps de réfugiés ou en les noyant en Méditerranée .

Les chiffres objectifs confirment que les chrétiens vivant sous le Hamas et l’Autorité palestinienne connaissent des désagréments que les musulmans ne sont pas: il y avait environ 3 500 chrétiens dans la bande de Gaza en 2007; aujourd’hui, il n’y en aurait plus que 500-1 300 .

Comme Justus Reid Weiner, un avocat et universitaire connaissant bien la région, explique :

« La persécution systématique des Arabes chrétiens vivant dans les zones palestiniennes rencontre un silence presque total de la part de la communauté internationale, des militants des droits de l’homme, des médias et des ONG … Dans une société où les chrétiens arabes n’ont ni voix ni protection, ce n’est pas une surprise qu’ils partent. «

À tous égards , le christianisme est sur le point de disparaître sur le lieu de sa naissance, y compris la scène de la Nativité – Bethléem .

Raymond Ibrahim , auteur du nouveau livre, Sword and Scimitar, Fourteen Centuries of War between Islam and the West , est un éminent chercheur émérite au Gatestone Institute, un Shillman Fellow au David Horowitz Freedom Center et une Judith Rosen Friedman Fellow à le Forum du Moyen-Orient.

© Traduction Europe Israël News

Leave a Reply

Translate »