was successfully added to your cart.

Attention, évangéliques et messianiques pas exclus des visées de l’ONU, etc

By 17 février 2014Lève-toi !

L’ONU attaque l’église catholique

Posted On 17 fév 2014
unnamed

L’Organisation des Nations Unies est devenue, on le sait, une monstruosité qui produit à la chaîne des textes ineptes, et qui vote en assemblée générale des décisions abjectes que n’arrêtent, pour l’heure, que le droit de veto des Etats Unis au Conseil de Sécurité. C’est aussi une monstruosité dévorante qui vise à annihiler ce qui ne lui ressemble pas et ne se plie pas à ses visées totalitaires proliférantes. Cette monstruosité est dotée d’un Conseil des droits de l’homme qui, dès lors qu’il relève des Nations Unies est une instance dirigée frontalement contre les droits de la personne humaine partout sur terre. Elle s’intéresse aux enfants, et est pourvue d’un Comité des Droits de l’enfant. On a vu siéger dans ce Comité jusqu’à l’année 2013 un représentant du régime syrien, dont on sait à quel point il se fait un point d’honneur de préserver les enfants syriens. Y siègent présentement des représentants d’autres régimes tout aussi impeccables dans leur traitement des enfants : la Russie, l’Equateur, le Sri Lanka, le Bahrein, ou l’Arabie Saoudite.

Ce Comité des droits de l’enfant est chargé de veiller sur le respect d’une Déclaration des droits de l’enfant, un texte grotesque et délétère publié et promulgué en 1990, et empli de droits créances clamant que tout enfant a droit à des parents, à la nourriture, à un toit, à une éducation, à la santé et à diverses autres choses parmi lesquelles ne manquent que les croissants au beurre au moment du petit déjeuner. Le Vatican a eu la très malencontreuse idée de signer ce texte.

Il se trouve aujourd’hui accusé par le Comité des Droits de l’enfant de le violer, et de couvrir des actes de pédophilie pratiqués au sein de l’Eglise catholique.

S’il est exact, hélas, que des cas de pédophilie se sont rencontrés dans l’Eglise catholique, ceux-ci ont été fort loin d’être généralisés, et accuser l’ensemble de l’Eglise catholique pour les crimes de quelques uns de ses membres est un procédé assez répugnant.

Voir que les accusations proviennent de pays où on marie parfois de force des petites filles à peine pubères, où les viols sur enfants et autres abus sont monnaie courante, donne aux accusations une dimension obscène. Voir que ces accusations, d’une manière plus large, viennent de l’ONU, incriminée pour d’innombrables affaires de viols, y compris des viols d’enfants, commis par des « casques bleus » sur divers continents au cours des dernières décennies donne aux accusations une dimension plus obscène encore.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Il s’agit là d’une attaque contre l’Eglise catholique elle-même et, au delà, contre le Christianisme qui, lorsque les Nations Unies se fatiguent de s’en prendre sans cesse à Israël, aux Juifs et au judaïsme, constitue une autre cible de prédilection.

L’Eglise catholique n’a pas à se plier aux demandes de l’ubuesque Comité des Droits de l’Enfant (qui lui demande aussi de revoir ses principes sur la famille, la contraception et l’avortement, en somme de jeter au panier tous les principes éthiques sur lesquels elle est fondée).

L’Eglise catholique n’aurait pas dû répondre, et surtout pas comme elle l’a fait : de manière défensive et maladroite en disant que le Comité n’avait pas tenu compte des documents transmis par le Vatican (comme s’il fallait attendre autre chose d’un comité de l’ONU).

Il est juste regrettable que les grands médias aient repris les accusations comme s’il s’agissait d’une « information » : mais il est vrai qu’ils prennent tout ce qui vient de l’ONU sur ce mode, ce qui est l’une des multiples preuves que ce ne sont pas des médias d’information.

L’Eglise catholique n’aurait pas du répondre, non, ou si elle tenait à répondre, aurait du le faire de manière plus forte.

Elle devrait envisager de prendre ses distances avec l’ONU et avec le Comité susdit. Ce serait un geste de courage. Ce serait un geste éthique. Ce serait un geste salubre que d’autres pourraient, ensuite, imiter.

Il est des gens qu’il vaut mieux ne pas fréquenter, ce qui permet aux propos de ces gens de rester dans le cloaque où ils ont leur place.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

A propos de l’auteur

Guy Millière, (spécialisation : économie, géopolitique). Titulaire de trois doctorats, il est professeur à l’Université Paris VIII Histoire des cultures, Philosophie du droit, Economie de la communication et Maître de conférences à Sciences Po, ainsi que professeur invité aux Etats-Unis. Il collabore à de nombreux think tanks aux Etats-Unis et en France. Expert auprès de l’Union Européenne en bioéthique, Conférencier pour la Banque de France. Ancien visiting Professor à la California State University, Long Beach. Traducteur et adaptateur en langue française pour le site DanielPipes.org. Editorialiste à la Metula News Agency, Israël Magazine, Frontpage Magazine, upjf.org. Membre du comité de rédaction d’Outre-terre, revue de géopolitique dirigée par Michel Korinman. Rédacteur en chef de la revue Liberalia de 1989 à 1992 Il a participé aux travaux de l’American Entreprise Institute et de l’Hoover Institution. Il a été conférencier pour la Banque de France, Il a participé à l’édition d’ouvrages libéraux contemporains comme La constitution de la liberté de Friedrich Hayek en 1994 dans la collection Liberalia, puis dans la collection « Au service de la liberté » qu’il a créée aux éditions Cheminements en 2007. Il a également été rédacteur en chef de la revue éponyme Liberalia de 1989 à 1992. Il a été vice-président de l’Institut de l’Europe libre ainsi que Président et membre du conseil scientifique de l’Institut Turgot. Il fait partie du comité directeur de l’Alliance France-Israël présidée par Gilles-William Goldnadel. Il est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages.

 

Leave a Reply

Translate »