Skip to main content

Au moins ainsi les choses sont « claires » (bien qu’elles le soient de toujours) ABBAS A APPELÉ À LA FIN D’ISRAËL ALORS QU’IL SE TENAIT À CÔTÉ DU PRÉSIDENT BIDEN

  4176 vues

Cet article a été initialement publié par  Palestinian Media Watch .

Se tenant aux côtés du président américain Joe Biden lors de leur conférence de presse conjointe la semaine dernière, le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé sans ciller à la fin de « 74 ans » d' »occupation ». En d’autres termes, Abbas a appelé à la fin d’Israël, qui a été créé en 1948, il y a 74 ans.

La télévision officielle de l’AP a rapporté le 15 juillet qu’Abbas avait déclaré : « Après 74 ans de  nakba  [la « catastrophe », comme les Palestiniens appellent l’établissement d’Israël], l’expulsion et l’occupation, le moment n’est-il pas venu de mettre fin à cette occupation, pour notre peuple qui tient bon pour obtenir sa liberté et son indépendance et pour que les souhaits de nos jeunes hommes et femmes… se réalisent dans un avenir prometteur sans occupation ?

Le site Internet de la Maison Blanche lui-même montre qu’Abbas a clairement exprimé ses intentions. « À cet égard », a-t-il déclaré, « nous disons que la clé de la paix et de la sécurité dans notre région  commence  par la reconnaissance de l’État de Palestine et la possibilité pour le peuple palestinien d’obtenir ses droits légitimes conformément aux résolutions de légitimité internationale, et de mettre fin à toutes les les questions de statut, y compris la question des réfugiés palestiniens » (nous soulignons).

« Et le chemin pour y parvenir commence par la fin de l’occupation israélienne de notre terre, la terre de l’Etat de Palestine, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur les frontières de 1967 », a ajouté Abbas.

Il faut dire que le discours d’Abbas était une démonstration inhabituelle de clarté et d’honnêteté.

La plupart du temps, lorsqu’il s’adresse à des auditoires et à des dirigeants étrangers, Abbas s’en tient au faux message selon lequel les Palestiniens ne cherchent qu’à créer un État palestinien composé de Gaza, de Judée-Samarie et de Jérusalem-Est, vivant côte à côte avec Israël en paix.

Par exemple, lors d’un entretien récent avec le représentant de l’Union européenne auprès de l’AP Sven Kuhn von Bergsdorff et d’autres ambassadeurs européens, Abbas a évoqué « la vision de la solution à deux États aux frontières de 1967 », une « Palestine » sur seulement 22 % de « la Palestine historique », au lieu d’exiger « 45 % » de cette zone, comme prévu par le plan de partition des Nations Unies de 1947 pour un « pays arabe ».

Contrairement aux messages conciliants conçus uniquement pour la consommation étrangère, Palestinian Media Watch a constamment montré que les messages nationaux de l’AP au peuple palestinien sont clairs et sans équivoque : Israël n’a pas le droit d’exister ; sa présence est éphémère ; et il sera remplacé par « l’État de Palestine ».

Comme Abbas l’a ouvertement déclaré, l’établissement de l’État palestinien composé de la Judée-Samarie, de Gaza et de Jérusalem-Est n’est pas la fin du jeu. Ce n’est que le début. Le début du chemin vers la réalisation du véritable objectif de détruire Israël et de libérer tout le soi-disant « territoire palestinien » qui a été « occupé » pendant 74 ans.

Alors que beaucoup de gens blâment souvent les actions d’Israël pour l’absence de paix, en réalité, du point de vue palestinien, l’absence de paix est due à l’existence même d’Israël. Tant que ces attitudes ne changeront pas et que les Palestiniens n’accepteront pas seulement l’  existence de facto d’Israël  , mais son droit moral, historique, juste et  de jure  à exister, aucune paix ne sera jamais réalisée.

Leave a Reply

Translate »