Skip to main content

Au secours, ils sont fous ! Aumônier dénoncé pour avoir dit aux élèves qu’ils peuvent être en désaccord avec l’enseignement LGBT

By 11 mai 2021AVERTISSEMENT
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 10 MAI 2021

Une école a secrètement signalé son aumônier au programme antiterroriste après que celui-ci ait prononcé un sermon défendant le droit des élèves à remettre en question l’introduction de nouvelles politiques LGBT.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Le révérend Dr Bernard Randall a déclaré aux élèves du collège indépendant Trent, près de Nottingham, qu’ils avaient le droit de ne pas être d’accord avec ces mesures, en particulier s’ils estimaient qu’elles allaient à l’encontre des principes de l’Église d’Angleterre.

Parmi ces mesures figurait un plan visant à « développer un programme scolaire complet incluant les LGBT+ ».

Ayant décidé que le sermon du Dr Randall était « préjudiciable aux élèves LGBT », l’école l’a signalé au programme Prevent, qui identifie les personnes présentant un risque de radicalisation.

La police a enquêté sur le signalement mais a informé l’école par email que le Dr Randall, 48 ans, ne présentait « aucun risque terroriste ou de radicalisation ».

La police du Derbyshire a confirmé que l’affaire « n’atteignait pas le seuil d’un renvoi au programme Prevent ».

Mais, fait troublant, le Dr Randall, ancien aumônier de l’université de Cambridge et diplômé d’Oxford, affirme que l’école lui a maintenant dit que tout sermon futur serait censuré à l’avance.

Il affirme également qu’on l’a averti que ses services de chapelle seraient surveillés « pour s’assurer que les exigences sont respectées ». Le Dr Randall a ensuite été licencié. Il a donc porté plainte pour discrimination, harcèlement, victimisation et licenciement abusif, et son affaire doit être entendue le mois prochain.

« Ma carrière et ma vie sont en lambeaux », a-t-il déclaré.

Les militants ont déclaré que cette affaire était l’une des plus extraordinaires de son genre et qu’elle soulevait des questions troublantes sur la liberté d’expression.

L’ancien ministre de l’éducation, Sir John Hayes, a déclaré que, si les allégations étaient prouvées, l’école s’était « comportée de manière épouvantable ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Join the discussion 4 Comments

  • Danielle25 dit :

    Cette affaire est aussi folle que celle de Mme Räsänen, hélas ! C’est vraiment grave d’en arriver à de telles extrémités. Mais cet aumônier, tout comme Mme Räsänen, a au moins la conscience d’avoir tenté d’alerter. De fait, la liberté d’expression n’existe plus quand il s’agit de s’opposer à la folie des hommes. Proverbes 19.3 : « La folie de l’homme pervertit sa voie, et c’est contre l’Éternel que son cœur s’irrite ».

  • Chantal Ch dit :

    Nous sommes vraiment dans les temps où le mal est appelé bien et le bien appelé mal, MAIS Esaïe 5 v 20 dit : Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume ! et 23 : Qui justifient le coupable pour un présent, Et enlèvent aux innocents leurs droits ! Dans quel monde vivons-nous ! C’est triste !

  • Aurélie dit :

    En plus de soulever la question de la liberté d’expression, cette affaire illustre aussi le conditionnement subi par les élèves. Ce qui se passe à l’école reflète (façonne ?) la société. Au nom de l’amour, de la tolérance et de la liberté, on doit être ouvert à tout pour accepter tout. Paradoxalement, ce « tout » discrimine les croyants qui veulent suivre les lois établies par D.ieu car on cherche à renverser celles-ci. Cela me rappelle un passage de la Parole où il est écrit qu’on appellera le mal bien et le bien mal.

    Dans mon quotidien d’enseignante auprès de jeunes en perte d’identité et souvent abandonnés à eux-mêmes, je constate avec regret certaines conséquences malheureuses dû au rejet des repères saints et sains établis par D.ieu. Il m’est d’ailleurs de moins en moins facile aujourd’hui d’exprimer ce que je pense devant mes collègues. Heureusement, je peux encore parler mais on préfèrerait que je me taise. On me dira qu’il faut vivre avec son temps…

    • Haïm Goël dit :

      Que s’opposent ton état d’esprit et celui de tes collègues est autant « bon signe » te concernant qu’inévitable les concernant. Tant de chrétiens se la « jouent » aimables et lâches en vue de garder une position confortable en milieu spirituellement hostile ! Une terrible erreur ! Car quand le pli est pris on va de complaisances en complaisances toujours plus et au final…
      Reste ferme sans provoquer, mais reste ferme. Après le jour grand et beau de mon salut, durant 7 ans j’ai travaillé dans trois postes différents. Chaque fois ferme dans mes convictions, j’ai perdu mon emploi mais chaque fois j’obtenais un nouvel emploi, meilleur que le perdu. D.ieu béni et garde ses enfants courageux. Inutile de te dire que D.ieu m’accompagnait chaque jour dans ma façon de gérer mon job. Que de miracles à tous niveaux ! Il y aurait tout un livre à écrire…Et ainsi tout les gens mondains autour de moi furent évangélisés par l’attitude avant tout du fait de D.ieu en premier dans le coeur. Avec le recul: une merveille car D.ieu m’accompagnait partout, tout le temps !

Leave a Reply

Translate »