Skip to main content

Bénédiction du Père, bénédiction des pères de H. Goël / Extrait N° 11 : Comprenons-nous mieux maintenant ce que signifie un très vieux chant hébreu qui dit « Shéma, Israël, Adonaï Eloheinou, Adonaï ehad. » « Ecoute, Israël, le Seigneur est notre D.ieu, le Seigneur est un. »? « Ehad » signifie « un » comme on  le trouve dans « un, deux, trois, quatre » (« ehad, shtayim, shalosh, arba » en hébreu). Mais « ehad » signifie surtout « unité ». Il faut donc entendre, quand on chante : « Ecoute, Israël, le Seigneur est notre D.ieu, le Seigneur est Unité ».

 

Comprenons-nous mieux maintenant ce que signifie un très vieux chant hébreu qui dit « Shéma, Israël, Adonaï Eloheinou, Adonaï ehad. » « Ecoute, Israël, le Seigneur est notre D.ieu, le Seigneur est un. »? « Ehad » signifie « un » comme on  le trouve dans « un, deux, trois, quatre » (« ehad, shtayim, shalosh, arba » en hébreu). Mais « ehad » signifie surtout « unité ». Il faut donc entendre, quand on chante : « Ecoute, Israël, le Seigneur est notre D.ieu, le Seigneur est unité ».

Unité d’amour parfait, où chacun est en tension permanente vers l’autre. Force, unité d’amour qui, en accélération, devient centripète – qui transmet lumière, énergie et création (c’est-à-dire, transmission d’un rêve, d’un plan divin, à tout l’Univers).Nous sommes ici en pleine dynamique paternelle.

Il est intéressant de voir, au verset 2 du chapitre 1 de la Genèse, que l’Esprit de D.ieu se mouvait au-dessus des eaux. Il s’agit ici de la mention du premier baptême, du premier mikvé (bain de purification chez les Juifs, et ancêtre du baptême chrétien, dont la manifestation se rattache toujours à un changement d’état, une transition). Et si l’Esprit de D.ieu se mouvait au-dessus des eaux, c’est que ces eaux représentaient un grand baptême pour une terre nouvelle. Une première création avait été atteinte et détruite lors de la chute de Satan. Et c’est pourquoi, au verset 2, il est écrit que la Terre était informe et vide, traduction approximative pour les termes « tohou vabohou », qui véhiculent une signification de désordre, de chaos, de dysharmonie.

L’Esprit de D.ieu accompagne toujours les grands mikvés de l’humanité. Il plane toujours au-dessus des eaux. C’est la colombe qui apparaît à Noé après le déluge. C’est aussi la colombe qui apparaît au-dessus de Jésus après qu’il soit sorti des eaux du baptême de Jean-Baptiste.

Ce n’est pas Yeshoua qui avait besoin d’un mikvé de repentance, bien sûr, mais à travers ce mikvé demandé par Jésus lui-même et pour lui-même au Jourdain, Yeshoua annonçait prophétiquement à l’humanité un important mikvé, un changement d’état.

Est-ce un hasard si cela se passait au Jourdain ? Non, puisqu’en passant ce même Jourdain, les Israélites, quelques siècles auparavant, passèrent de l’époque du désert à l’époque de la Terre promise – un autre changement d’état, un autre mikvé.            Quarante ans auparavant, sortant d’Egypte, ils traversaient une mer ouverte, à pieds secs, pour passer de l’esclavage de l’Egypte à la liberté – autre changement d’état, un autre mikvé.

Savez-vous où l’on retrouve ces choses, ce mystère de l’unité des trois personnes de la divinité ? Dans le dernier chapitre de l’Apocalypse, lorsque, ultime mikvé, ultime changement d’état, l’humanité va quitter le temps de l’Histoire des hommes pour entrer dans « le temps » de l’éternité avec… l’Eternel. Note: le mot mikvé signifie aussi « espoir » ayant la même racine que le mot Hatikva (l’espérance). Intéressant, non?

 

Lisons ensemble : Apocalypse 22, versets 1 et 2 :  « Et il me montra un fleuve d’eau de la vie,(attention l’idée et l’esprit du mikvé ne sont pas loin…) limpide comme du cristal, qui sortait du trône de D.ieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. »*

            Décortiquons quelque peu ces deux versets. Le premier élément qui apparaît fortement à la lecture, c’est : « un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de D.ieu et de l’Agneau. »

De toute évidence, l’élément « eau » que nous retrouvons ici a quelque chose à voir avec le Saint-Esprit, qui est une eau de la vie. Il y a donc ici la plénitude du Saint-Esprit qui nous révèle la plénitude de la vie divine, que seul D.ieu peut donner et qui sera rendue ici parfaitement visible, que nous verrons avec des yeux dépouillés des scories du mal qui nous aveugle.

 

* Faites le stupéfiant et très intéressant parallèle avec Ezechiel 47 qui est parole prophétique pour le Millenium. Donc Millenium = période pédagogique, transitoire, avant la finalité c’est à dire: D.ieu parmi les hommes. Voir Apocalypse 22: versets 1 à 5.

 

Cette vie de l’Esprit, dans ce passage, est « limpide comme du cristal ». Nous allons bientôt, dans quelques lignes, découvrir que c’est le même mystère de l’amour parfait qui réside dans cette portion d’Ecriture du dernier chapitre d’Apocalypse, comme nous l’avons déjà découvert dans les trois premiers mots de la Bible, en Genèse.

Notons que le chapitre 22 de l’Apocalypse commence par un élément eau qui se rapporte au Saint-Esprit (un fleuve d’eau de la vie). Mais ici l’élément eau, le Saint-Esprit, glorifie une oeuvre complètement achevée, à savoir la réconciliation de D.ieu avec les hommes.

Au chapitre premier de la Genèse, nous retrouvons l’Esprit de D.ieu qui se mouvait au-dessus des eaux (chapitre 1 verset 2).  L’Esprit de D.ieu est présent pour glorifier, magnifier,  un temps de changement d’état, un temps de mikvé, comme nous l’avons vu plus haut.

Il s’agit du premier mikvé de l’humanité après la chute de Satan et juste avant que D.ieu ne transforme le chaos provoqué par sa chute (Genèse 1:2 : « La terre était informe et vide », en hébreu « tohou vabohou » = « état chaotique ») en une nouvelle création.

Il y a donc un parallèle entre Genèse 1 et Apocalypse 22. En Genèse, il s’agit d’un « redémarrage » de la création. En Apocalypse, d’un redémarrage  terminal et absolu de la relation D.ieu-homme dans la perfection en même temps qu’un temps de guérison des nations (Apocalypse 22:2). Etonnant parallèle entre les deux « mystères » qui  ouvrent et ferment la Bible. Assurance que l’amour de notre Père est prééminent au « départ » comme à « l’arrivée ».

Entrons maintenant dans ce mystère en lisant ce verset 2 : « Au milieu de la place de la ville et sur les bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. »

            Le but ultime de l’opération qui se mène là est la guérison des nations. Faut-il commenter l’incroyable entrelacs de rancoeurs, haines, expressions de racisme, fautes nationales et donc collectives, qui caractérisent les nations entre elles aujourd’hui et depuis tant de siècles ?

L’O.N.U. est une pâle copie satanique, une mécanique humaniste qui tente, avec des moyens souvent bien ambigus d’ailleurs de voler à D.ieu son projet de réconcilier les peuples. A défaut de mieux, cette institution dispose de troupes armées pour tenter de faire aboutir ses projets de paix. Triste symbole !

En Apocalypse 22, verset 2, il est question d’un tout autre moyen, d’une tout autre méthode. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un arbre de vie produisant douze fois des fruits et produisant des fruits chaque mois.

Rappelons que nous sommes ici dans la nouvelle Jérusalem et que les nouveaux cieux et que la nouvelle terre ont été créés. Nous sommes dans une dimension de vie éternelle puisque le péché aura été éliminé. Mais la notion de temps n’aura pas disparu, puisque dans ce verset il est question de mois (« rendant son fruit chaque mois »).

Il est donc question ici d’un arbre de vie. Mais la lecture du verset 2 nous oblige à nous arrêter pour réfléchir un peu. Il est écrit, en effet : « Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie. »

Que signifie cela : « deux bords du fleuve » (le fleuve d’eau de la vie) et « un arbre de vie ? » Que signifie cette énigme? Eliminons tout de suite l’hypothèse d’un arbre sur chaque bord, puisqu’un peu plus loin il est écrit : « un arbre de vie produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois. » S’il avait été question d’un arbre sur chaque bord du fleuve de vie, il aurait été écrit : « rendant leur fruit chaque mois. » Mais il est écrit « son ». Il est donc bien question d’un seul et unique arbre sur les deux bords du fleuve.

Nous nous retrouvons donc en face d’une ambiguité réelle pour l’intelligence humaine. Comment un seul arbre peut-il se retrouver sur les deux bords du fleuve de la vie ?

J’ai achoppé quelques temps sur ce verset, imaginant diverses solutions. Par exemple, celle d’un de ces arbres comme on en voit dans la forêt amazonienne, dont le tronc serait supporté dans l’air au-dessus du fleuve par de puissantes racines qui

 

iraient, elles, se planter de part et d’autre du fleuve, à gauche et à droite. J’ai bien entendu tout de suite abandonné ce genre de spéculation.

J’ai prié intérieurement pour recevoir une révélation. Le Seigneur n’a pas tardé à me répondre d’une façon merveilleuse en me démontrant qu’il y avait ici le même mystère que celui qui existe en «Beréchit bara Elohim ». Mystère de l’amour parfait entre le Père et le Fils, et le Fils et le Père, amour ultra-dynamique, éternel, exalté par le Saint-Esprit. Amour parfait qui les identifie dans une unité absolue.

 

 

Join the discussion One Comment

  • Rivka dit :

    Merci Haïm pour ces explications qui montrent le parallèle entre Genèse 1 et apocalypse 22. Quelle profondeur ! Merci Seigneur de te révéler tant de merveilles pour nous les partager.

Leave a Reply

Translate »