was successfully added to your cart.

Bethlehem, 24 décembre : messe de minuit en présence de tueurs de Chrétiens et de Juifs

By 24 décembre 2013Etz Be Tzion

 

Posted On 24 déc 2013
unnamed-2

Je ne sais si des images de la messe de minuit, le soir de Noël seront retransmises depuis Bethlehem.

C’est très vraisemblable. Je ne sais si des commentaires accompagneront les images. Mais c’est très vraisemblable aussi, et il est très vraisemblable dès lors que les commentaires parleront de la « tristesse » des « Palestiniens » face à un « processus de paix » qui ne conduit jamais à la création d’un « Etat palestinien ». La description des « Palestiniens » comme des gens opprimés par Israël n’aura pas besoin de suivre : elle sera implicite. L’idée que les Chrétiens peuvent être libres de pratiquer leur foi dans les terres de Judée régies par l’Autorité Palestinienne n’aura pas à se trouver soulignée : l’existence d’une Eglise à Bethlehem, la présence de prêtres, de fidèles et d’une messe de minuit se passera de toute explication ultérieure. On apercevra sans doute Mahmoud Abbas ou quelques uns de ses acolytes en position de prière et de recueillement.

Nul de ceux qui verront les éventuelles images et qui entendront les commentaires qui les accompagneront ne discernera qu’il s’agit de propagande et de falsification, alors qu’il ne s’agira pourtant que de cela, et de rien d’autre.

La vérité est que si les « Palestiniens» ont des raisons d’être tristes, celles-ci tiennent à ce qui les maintient dans la condition qui est la leur, et qui en fait les otages d’une entité qui ne cesse d’injecter dans leurs esprits la haine, le racisme et l’appétit de destruction et qui, dès lors, les empêche de vivre une vie normale : l’existence même de l’Autorité palestinienne est un crime contre l’humanité. Non pas seulement parce que l’Autorité palestinienne ne cesse d’inciter au génocide anti-juif, mais aussi parce qu’elle réduit les « Palestiniens » à une vie toute entière tournée vers la perspective et le désir de ce génocide. Qui, si des images sont montrées, dira ce qu’est l’Autorité palestinienne et ce qui en fait une organisation criminelle ? Personne, bien sûr.

La vérité est qu’il n’y a (dois-je le rappeler encore ?) aucun processus de paix, mais une guerre contre l’existence d’Israël menée par d’autres moyens, et que cette guerre, on ne cesse de le voir, décennie après décennie, a pour but non pas la création d’un « Etat palestinien » à côté d’Israël, mais la destruction d’Israël. Qui dira qu’il n’y a jamais eu de processus de paix et que nul dirigeant « palestinien » ne veut d’un « Etat palestinien » à côté d’Israël ? Personne, cela va de soi.

La vérité est que les « Palestiniens » sont opprimés, oui, mais par leurs propres dirigeants, qui leur essorent le cerveau, les transforment en assassins suicidaires et en font des monstres face auxquels Israël doit prendre des mesures de défense.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Elle est que le nombre des Chrétiens ne cesse de diminuer sur les terres occupées par l’Autorité Palestinienne, tant les Chrétiens y sont persécutés, et elle est que le seul pays du Proche-Orient où les Chrétiens n’ont pas quotidiennement à craindre pour leur vie est précisément Israël.

Elle est que prêtres et fidèles « palestiniens » à Bethlehem sont des figurants pour touristes occidentaux et, par ailleurs, des dhimmis, mécréants à traiter comme tels et donc à humilier, harceler, persécuter.

Elle est que Mahmoud Abbas et ses acolytes sont autant à leur place dans une Eglise que Goebbels aurait pu l’être dans une synagogue alentour de 1930.

Les éventuelles images, et les commentaires qui les accompagneront, n’auront que faire de la vérité, je sais. Et ce sera logique puisqu’il s’agira de propagande et de falsification.

Dans son message concernant les fêtes de fin d’année, monseigneur Fouad Twal, officiellement « patriarche latin de Jérusalem », et officieusement second couteau de Mahmoud Abbas, a prononcé les mots venimeux et mensongers qu’on attendait de lui. Je cite : « A Gaza, notre peuple souffre des effets de l’embargo imposé par Israël… Les pourparlers israélo-palestiniens ont repris en juillet dernier, mais sont continuellement entravés par la construction dans les implantations israéliennes : tant que ce problème ne sera pas résolu, les populations de la région souffriront ».

Parvenir à décrire la situation à Gaza, en Judée Samarie et dans la région sans évoquer l’islam radical, en incriminant uniquement Israël, et en faisant de la construction de logements dans les villes et villages juifs de Judée Samarie la cause de tous les maux est une prouesse perfide dont peu de gens sont capables. Le principal représentant de l’Eglise catholique au Proche-Orient en est capable. Il ne sera pas désavoué par ses supérieurs. Ceux-ci n’ont d’ailleurs rien dit lorsqu’Omar Awadallah, l’un des dirigeants de l’Autorité palestinienne, en 2012, à Bethlehem, a déclaré que « Jésus est le prince palestinien de l’espoir ». Lors d’un synode au Vatican, en 2010, l’Eglise avait stipulé que « la notion de terre promise ne peut servir à justifier le retour des Juifs vers Israël et l’éviction des Palestiniens ».

L’Eglise catholique continue à se faire complice par son silence, et par les propos de certains de ses plus éminents représentants, des persécutions de Chrétiens dans le monde musulman, des crimes commis au nom de l’islam, du viol de l’identité juive, et de la diabolisation d’Israël.

Si cette complicité cessait le soir de Noël, ce serait une très bonne chose, mais ce ne sera pas le cas. Il est prévu, sauf changement, que Fouad Twal soit l’officiant de la messe de minuit à Bethlehem. Des tueurs de Chrétiens et de Juifs seront au premier rang.

Ce sera une bien belle cérémonie, conforme à la triste époque où nous vivons.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

A propos de l’auteur

Guy Millière, (spécialisation : économie, géopolitique). Titulaire de trois doctorats, il est professeur à l’Université Paris VIII Histoire des cultures, Philosophie du droit, Economie de la communication et Maître de conférences à Sciences Po, ainsi que professeur invité aux Etats-Unis. Il collabore à de nombreux think tanks aux Etats-Unis et en France. Expert auprès de l’Union Européenne en bioéthique, Conférencier pour la Banque de France. Ancien visiting Professor à la California State University, Long Beach. Traducteur et adaptateur en langue française pour le site DanielPipes.org. Editorialiste à la Metula News Agency, Israël Magazine, Frontpage Magazine, upjf.org. Membre du comité de rédaction d’Outre-terre, revue de géopolitique dirigée par Michel Korinman. Rédacteur en chef de la revue Liberalia de 1989 à 1992 Il a participé aux travaux de l’American Entreprise Institute et de l’Hoover Institution. Il a été conférencier pour la Banque de France, Il a participé à l’édition d’ouvrages libéraux contemporains comme La constitution de la liberté de Friedrich Hayek en 1994 dans la collection Liberalia, puis dans la collection « Au service de la liberté » qu’il a créée aux éditions Cheminements en 2007. Il a également été rédacteur en chef de la revue éponyme Liberalia de 1989 à 1992. Il a été vice-président de l’Institut de l’Europe libre ainsi que Président et membre du conseil scientifique de l’Institut Turgot. Il fait partie du comité directeur de l’Alliance France-Israël présidée par Gilles-William Goldnadel. Il est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages.

– See more at: http://www.dreuz.info/2013/12/bethlehem-24-decembre-une-messe-de-minuit-en-presence-de-tueurs-de-chretiens-et-de-juifs/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.CaftDTAY.dpuf

Leave a Reply

Translate »