Skip to main content

Chine : Le jeu du calmar en Chine ou comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ». par Qactus

By 20 octobre 2021Le mot du jour

Chine : Le jeu du calmar en Chine ou comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».
par Qactus

Ils prennent votre foie et vous ne le savez même pas.

Le jeu du calmar en Chine : comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».

Coeurs, reins, foies et cornées de 100 000 dissidents par an.

2/ Des milliers de prisonniers sont abattus pour leurs cœurs, leurs reins, leurs foies et leurs cornées.

Des experts de l’ONU ont récemment publié une déclaration sur le programme d’organes « tuer pour commander ».

Mais la communauté internationale est impuissante à mettre fin à ce commerce terrifiant.

‘They’ll take your liver and you won’t even know’: China’s real-life Squid Game: How organs are harvested from THOUSANDS every week for a ‘kill to order’ market – and why the world is powerless to stop it?https://t.co/AVg3KMrNL1#TakeDownTheCCP

— Aki愛琴海 (@Aki20200624) October 18, 2021

Le véritable jeu du calmar en Chine : Prélèvement d’organes sur 100 000 dissidents et prisonniers politiques.

Depuis son lancement sur Netflix le mois dernier, la série d’horreur sud-coréenne Squid Game a captivé le public de plus de 90 pays, devenant rapidement la série internationale la plus regardée de l’histoire de la plateforme de streaming.

Les téléspectateurs ont été captivés par ce thriller dystopique imbibé de sang qui oppose les joueurs dans des concours disputés jusqu’à la mort pour avoir une chance de gagner de l’argent.

Et si ce drame asiatique est évidemment fictif et constitue une critique acerbe de la vie moderne, l’une des intrigues secondaires de la série, dans laquelle des êtres humains sont prélevés et vendus pour leurs organes, est bien réelle.

Le Parti communiste chinois prélève chaque année le cœur, les reins, le foie et la cornée de 100 000 dissidents et prisonniers politiques. Selon des groupes de défense des droits de l’homme, le réseau de trafic d’organes « tuer sur commande » géré par le gouvernement fonctionne à grande échelle.

Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin à ce massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire.

One of the side plots in the smash hit Korean horror thriller Squid Game is a human organ-harvesting racket
L’une des intrigues secondaires du film d’horreur coréen à succès Squid Game est un racket de prélèvement d’organes humains.

But the international community remains powerless to stop the slaughter because the World Health Organisation is compelled to accept the totalitarian nation’s ‘inadequate and misleading’ hospital data without question. Pictured: Chinese medical staff in Wuhan on January 25, 2020
Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin au massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire. Sur la photo : Le personnel médical chinois à Wuhan, le 25 janvier 2020.

President Xi Jinping’s (pictured) Communist Party removes hearts, kidneys, livers and corneas from 100,000 dissidents and political prisoners every year
Le Parti communiste du président Xi Jinping (à droite) prélève chaque année les cœurs, les reins, les foies et les cornées de 100 000 dissidents et prisonniers politiques, grâce à un réseau gouvernemental de trafic d’organes « tué sur commande » qui s’apparente au violent film d’horreur sud-coréen Squid Game (le méchant de la série est illustré à gauche).

Les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies et les cornées – Bureau des droits de l’homme des Nations unies.

Une semaine à peine avant la sortie du film à succès de Netflix, Pékin a démenti avec véhémence l’existence d’un programme de prélèvement d’organes parrainé par l’État, après que le Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations unies a déclaré que la Chine « ciblait des minorités ethniques, linguistiques ou religieuses spécifiques détenues » et engrangeait un milliard de dollars par an.

Neuf rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ont passé plus d’un an à déterrer des témoignages et à examiner les taux très suspects de donneurs d’organes en Chine afin de jeter un nouvel éclairage sur le terrifiant marché du « tuer sur commande ».

Les experts des droits de l’homme des Nations unies ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine », indique le communiqué.

Ils ont reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens.

Les résultats de ces examens seraient enregistrés dans une base de données de sources d’organes vivants qui facilite l’attribution d’organes.

‘D’après les allégations reçues, les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies, les cornées et, plus rarement, des parties de foies. »

UN human rights experts said they were extremely alarmed by reports of alleged « organ harvesting » targeting minorities, including Falun Gong practitioners, Uyghurs, Tibetans, Muslims and Christians, in detention in China. Pictured: Uyghur protesters in Hong Kong
Les experts des droits de l’homme des Nations unies se sont dits extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine. En photo : Manifestants ouïghours à Hong Kong

The UN Human Rights Council received credible information that detainees… may be forcibly subjected to blood tests and organ examinations such as ultrasound and x-rays, without their informed consent; while other prisoners are not required to undergo such examinations
Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens

Ethnic Uygur women often subject to the terrifying practice of organ harvesting, protest as Chinese riot police move in at Urumqi in China’s far west Xinjiang province on July 7, 2009
Des femmes de l’ethnie ouïgoure, souvent soumises à la pratique terrifiante du prélèvement d’organes, protestent devant l’intervention de la police anti-émeute chinoise à Urumqi, dans la province du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine, le 7 juillet 2009.

La sinistre déclaration souligne également que cette forme de trafic présumé repose en grande partie sur des professionnels de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment « des chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation de divers professionnels du secteur public.

Certains prisonniers reçoivent des menaces de mort et des menaces de prélèvement d’organes de la part de la police, s’ils ne renoncent pas à leurs croyances ou refusent de coopérer avec la police », indique la déclaration.

L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des dates et dans des lieux précis.

Dans d’autres systèmes médicaux, cela ne se produit pas car les chirurgiens ne peuvent pas prédire quand une personne qui a choisi d’être un donneur d’organes va mourir.

Dans le cadre d’un processus « éthique » approuvé par l’OMS, les organes du défunt sont attribués au patient le plus urgent inscrit sur une liste de transplantation et se trouvant à proximité de l’hôpital.

Pour de nombreuses personnes désespérées, il faut parfois attendre des années avant de recevoir une greffe, car les receveurs doivent être du même groupe sanguin que le défunt et avoir un organe de la même taille.

One of the ‘red flags’ with China’s organ transplant system is that recipients can book surgeries at specific times and locations. Pictured: Police detain a man during a rally in Hong Kong on December 22, 2019 to show support for the Uighur minority in China
L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des heures et dans des lieux précis. Photo : La police détient un homme lors d’un rassemblement à Hong Kong le 22 décembre 2019 pour montrer son soutien à la minorité ouïgoure en Chine.

The alleged trafficking relies heavily on skilled health care workers sworn to protect their patients including ‘surgeons, anaesthetists and other medical specialists’ as well as participation from other public sector professionals. Pictured: A Uyghur re-education camp in Hotan China’s northwestern Xinjiang region
Le trafic présumé repose en grande partie sur des travailleurs de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment des « chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation d’autres professionnels du secteur public. Photo : Un camp de rééducation ouïghour à Hotan, dans la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine).

Plainclothes policemen watch as a female Falun Gong practitioner resists arrest while being forced by police towards a police van on May 11, 2000, in Beijing’s Tiananmen Square
Des policiers en civil observent une pratiquante du Falun Gong qui résiste à son arrestation alors qu’elle est poussée par la police vers un fourgon de police, le 11 mai 2000, sur la place Tiananmen à Pékin.

Un appel téléphonique secret à un hôpital militaire chinois montre à quel point il est facile de se procurer des organes humains.

La transcription suivante est un appel téléphonique passé sous couverture à l’hôpital n° 107 de l’Armée populaire de libération à Yantai, dans la province de Shandong, le 1er septembre 2019.

Elle montre comment les organes humains sont fournis à la demande en Chine.

EXTRAIT :

Enquêteur : Oh, si l’enregistrement est correct, dans le cas le plus rapide, combien de temps devons-nous attendre ?

Dr Feng Zhendong : Cela dépend si nous avons la source du foie. Si vous aviez appelé plus tôt, nous l’aurions eu aujourd’hui.

Enquêteur : Qu’est-ce que ça veut dire, si j’avais appelé plus tôt ?

Dr Feng Zhendong : Cela signifie que je l’aurais fait pour vous aujourd’hui.

Enquêteur : Donc cela peut être fait rapidement, n’est-ce pas ?

Dr Feng Zhendong : Exact… notre hôpital dispose généralement de sources de foie relativement abondantes, de nombreux organes donnés. Donc nos sources de foie sont relativement abondantes.

Enquêteur : Vous avez donc des [organes] presque tous les jours. Qu’ils correspondent ou non est une autre question. C’est ce que vous voulez dire ?

Dr Feng Zhendong : Pas presque tous les jours, mais nous avons essentiellement [des organes] presque tous les mois… dans les cas les plus rapides, nous avons essentiellement des organes toutes les semaines.

Mais les appels téléphoniques secrets passés aux hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du China Tribunal en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent être opérés dans le cadre du système « tuer sur commande ».

Dans un extrait, le Dr Feng Zhendong, d’un hôpital militaire de la province du Shandong, parle à l’enquêteur au téléphone de « l’abondance d’organes » qui arrivent « chaque mois ».

Bien que l’inquiétant trafic d’organes parrainé par l’État chinois soit bien documenté depuis des décennies, la communauté internationale ne peut pas faire grand-chose pour mettre fin à cet horrible commerce.

Pékin parvient à dissimuler ses violations des droits de l’homme en sous-déclarant les données relatives aux transplantations à l’Organisation mondiale de la santé, qui est obligée d’accepter les statistiques officielles des États membres.

Susie Hughes, directrice exécutive de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine, a déclaré que les affirmations de la Chine selon lesquelles elle réalise entre 10 000 et 20 000 transplantations ne tiennent pas la route.

Une analyse statistique récente du système actuel de transplantation d’organes en Chine a montré que les chiffres avancés par la Chine ont été falsifiés », a-t-elle déclaré au Daily Mail Australia.

Si l’on examine les revenus des hôpitaux, les taux d’utilisation des lits et le nombre d’équipes chirurgicales à partir des données officielles chinoises, il est plus probable que le chiffre se situe entre 60 000 et 100 000 transplantations par an.

Le tribunal chinois a constaté que la minorité musulmane ouïghoure, ainsi que les adeptes de la pratique spirituelle interdite du Falun Gong, sont essentiellement utilisés « comme une banque d’organes » pour les acheteurs nationaux et étrangers.

Jinato Liu, pratiquant du Falun Gong, qui a été incarcéré pendant plus de deux ans, a livré un témoignage terrifiant au groupe d’experts.

J’étais enfermé dans une cellule avec environ huit toxicomanes, qui étaient généralement incités à abuser des pratiquants de Falun Gong.

Ces toxicomanes étaient répartis en équipes pour me persécuter sur ordre des gardiens.

La cellule était équipée d’une caméra de surveillance, de sorte que les gardiens savaient tout ce qui se passait à l’intérieur.

Pictured: A contestant in the Squid Game show is covered in blood after another player’s head is blown off in a hellish version of a children’s game
En photo : Un participant à l’émission Squid Game est couvert de sang après que la tête d’un autre joueur a été arrachée dans une version infernale d’un jeu pour enfants.

Undercover phone calls made to Chinese hospitals as part of the independent China Tribunal hearings in 2019 show how fast patients can get surgery under the ‘kill to order’ system
Des appels téléphoniques secrets passés à des hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du Tribunal de la Chine en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent se faire opérer dans le cadre du système « tuer pour commander ».

« N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites… où seront pris votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons, vous ne le saurez même pas’ – Yu Xinhui, pratiquant de Falun Gong.

Un jour, un détenu toxicomane me frappait le dos et la taille et un autre détenu est arrivé de l’extérieur et lui a crié : « Ne blesse pas ses organes » !

La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré avoir été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés.

Ce n’est qu’après qu’ils aient retiré la capuche noire de ma tête que j’ai réalisé que j’étais dans un hôpital », a-t-elle déclaré dans son témoignage.

J’ai vu des policiers en uniforme partout, ainsi que des personnes portant des blouses blanches qui se promenaient, alors j’ai deviné que j’étais dans un hôpital.

Ils ont d’abord prélevé des échantillons de sang, puis ils ont radiographié mes organes internes ».

Un autre membre du Falun Gong, Yu Xinhui, qui a passé six ans derrière les barreaux, a déclaré qu’un médecin du système pénitentiaire avait essayé de le prévenir de l’horreur.

Uyghur prisoner Zumuret Dawut said she was taken to hospital to on the first day of her three months in detention to have her organs scanned. Pictured: Uighur woman in Urumqi China hold their missing relatives ID cards after they had been detained by authorities
La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré qu’elle avait été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés. Photo : Une femme ouïghoure à Urumqi, en Chine, tient les cartes d’identité de ses proches disparus après leur détention par les autorités.

Despite the findings, Beijing has repeatedly denied forced human organ harvesting is practiced in China, calling the UN’s statement ‘fabricated’ and ‘defamatory’. Pictured: Falun Gong practitioners in Taiwan
Malgré ces conclusions, Pékin a toujours nié que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ». En photo : Praticiens du Falun Gong à Taiwan

Un
Chine : Le jeu du calmar en Chine ou comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».
par Qactus

Ils prennent votre foie et vous ne le savez même pas.

Le jeu du calmar en Chine : comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».

Coeurs, reins, foies et cornées de 100 000 dissidents par an.

2/ Des milliers de prisonniers sont abattus pour leurs cœurs, leurs reins, leurs foies et leurs cornées.

Des experts de l’ONU ont récemment publié une déclaration sur le programme d’organes « tuer pour commander ».

Mais la communauté internationale est impuissante à mettre fin à ce commerce terrifiant.

‘They’ll take your liver and you won’t even know’: China’s real-life Squid Game: How organs are harvested from THOUSANDS every week for a ‘kill to order’ market – and why the world is powerless to stop it?https://t.co/AVg3KMrNL1#TakeDownTheCCP

— Aki愛琴海 (@Aki20200624) October 18, 2021

Le véritable jeu du calmar en Chine : Prélèvement d’organes sur 100 000 dissidents et prisonniers politiques.

Depuis son lancement sur Netflix le mois dernier, la série d’horreur sud-coréenne Squid Game a captivé le public de plus de 90 pays, devenant rapidement la série internationale la plus regardée de l’histoire de la plateforme de streaming.

Les téléspectateurs ont été captivés par ce thriller dystopique imbibé de sang qui oppose les joueurs dans des concours disputés jusqu’à la mort pour avoir une chance de gagner de l’argent.

Et si ce drame asiatique est évidemment fictif et constitue une critique acerbe de la vie moderne, l’une des intrigues secondaires de la série, dans laquelle des êtres humains sont prélevés et vendus pour leurs organes, est bien réelle.

Le Parti communiste chinois prélève chaque année le cœur, les reins, le foie et la cornée de 100 000 dissidents et prisonniers politiques. Selon des groupes de défense des droits de l’homme, le réseau de trafic d’organes « tuer sur commande » géré par le gouvernement fonctionne à grande échelle.

Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin à ce massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire.

One of the side plots in the smash hit Korean horror thriller Squid Game is a human organ-harvesting racket
L’une des intrigues secondaires du film d’horreur coréen à succès Squid Game est un racket de prélèvement d’organes humains.

But the international community remains powerless to stop the slaughter because the World Health Organisation is compelled to accept the totalitarian nation’s ‘inadequate and misleading’ hospital data without question. Pictured: Chinese medical staff in Wuhan on January 25, 2020
Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin au massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire. Sur la photo : Le personnel médical chinois à Wuhan, le 25 janvier 2020.

President Xi Jinping’s (pictured) Communist Party removes hearts, kidneys, livers and corneas from 100,000 dissidents and political prisoners every year
Le Parti communiste du président Xi Jinping (à droite) prélève chaque année les cœurs, les reins, les foies et les cornées de 100 000 dissidents et prisonniers politiques, grâce à un réseau gouvernemental de trafic d’organes « tué sur commande » qui s’apparente au violent film d’horreur sud-coréen Squid Game (le méchant de la série est illustré à gauche).

Les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies et les cornées – Bureau des droits de l’homme des Nations unies.

Une semaine à peine avant la sortie du film à succès de Netflix, Pékin a démenti avec véhémence l’existence d’un programme de prélèvement d’organes parrainé par l’État, après que le Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations unies a déclaré que la Chine « ciblait des minorités ethniques, linguistiques ou religieuses spécifiques détenues » et engrangeait un milliard de dollars par an.

Neuf rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ont passé plus d’un an à déterrer des témoignages et à examiner les taux très suspects de donneurs d’organes en Chine afin de jeter un nouvel éclairage sur le terrifiant marché du « tuer sur commande ».

Les experts des droits de l’homme des Nations unies ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine », indique le communiqué.

Ils ont reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens.

Les résultats de ces examens seraient enregistrés dans une base de données de sources d’organes vivants qui facilite l’attribution d’organes.

‘D’après les allégations reçues, les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies, les cornées et, plus rarement, des parties de foies. »

UN human rights experts said they were extremely alarmed by reports of alleged « organ harvesting » targeting minorities, including Falun Gong practitioners, Uyghurs, Tibetans, Muslims and Christians, in detention in China. Pictured: Uyghur protesters in Hong Kong
Les experts des droits de l’homme des Nations unies se sont dits extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine. En photo : Manifestants ouïghours à Hong Kong

The UN Human Rights Council received credible information that detainees… may be forcibly subjected to blood tests and organ examinations such as ultrasound and x-rays, without their informed consent; while other prisoners are not required to undergo such examinations
Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens

Ethnic Uygur women often subject to the terrifying practice of organ harvesting, protest as Chinese riot police move in at Urumqi in China’s far west Xinjiang province on July 7, 2009
Des femmes de l’ethnie ouïgoure, souvent soumises à la pratique terrifiante du prélèvement d’organes, protestent devant l’intervention de la police anti-émeute chinoise à Urumqi, dans la province du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine, le 7 juillet 2009.

La sinistre déclaration souligne également que cette forme de trafic présumé repose en grande partie sur des professionnels de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment « des chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation de divers professionnels du secteur public.

Certains prisonniers reçoivent des menaces de mort et des menaces de prélèvement d’organes de la part de la police, s’ils ne renoncent pas à leurs croyances ou refusent de coopérer avec la police », indique la déclaration.

L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des dates et dans des lieux précis.

Dans d’autres systèmes médicaux, cela ne se produit pas car les chirurgiens ne peuvent pas prédire quand une personne qui a choisi d’être un donneur d’organes va mourir.

Dans le cadre d’un processus « éthique » approuvé par l’OMS, les organes du défunt sont attribués au patient le plus urgent inscrit sur une liste de transplantation et se trouvant à proximité de l’hôpital.

Pour de nombreuses personnes désespérées, il faut parfois attendre des années avant de recevoir une greffe, car les receveurs doivent être du même groupe sanguin que le défunt et avoir un organe de la même taille.

One of the ‘red flags’ with China’s organ transplant system is that recipients can book surgeries at specific times and locations. Pictured: Police detain a man during a rally in Hong Kong on December 22, 2019 to show support for the Uighur minority in China
L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des heures et dans des lieux précis. Photo : La police détient un homme lors d’un rassemblement à Hong Kong le 22 décembre 2019 pour montrer son soutien à la minorité ouïgoure en Chine.

The alleged trafficking relies heavily on skilled health care workers sworn to protect their patients including ‘surgeons, anaesthetists and other medical specialists’ as well as participation from other public sector professionals. Pictured: A Uyghur re-education camp in Hotan China’s northwestern Xinjiang region
Le trafic présumé repose en grande partie sur des travailleurs de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment des « chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation d’autres professionnels du secteur public. Photo : Un camp de rééducation ouïghour à Hotan, dans la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine).

Plainclothes policemen watch as a female Falun Gong practitioner resists arrest while being forced by police towards a police van on May 11, 2000, in Beijing’s Tiananmen Square
Des policiers en civil observent une pratiquante du Falun Gong qui résiste à son arrestation alors qu’elle est poussée par la police vers un fourgon de police, le 11 mai 2000, sur la place Tiananmen à Pékin.

Un appel téléphonique secret à un hôpital militaire chinois montre à quel point il est facile de se procurer des organes humains.

La transcription suivante est un appel téléphonique passé sous couverture à l’hôpital n° 107 de l’Armée populaire de libération à Yantai, dans la province de Shandong, le 1er septembre 2019.

Elle montre comment les organes humains sont fournis à la demande en Chine.

EXTRAIT :

Enquêteur : Oh, si l’enregistrement est correct, dans le cas le plus rapide, combien de temps devons-nous attendre ?

Dr Feng Zhendong : Cela dépend si nous avons la source du foie. Si vous aviez appelé plus tôt, nous l’aurions eu aujourd’hui.

Enquêteur : Qu’est-ce que ça veut dire, si j’avais appelé plus tôt ?

Dr Feng Zhendong : Cela signifie que je l’aurais fait pour vous aujourd’hui.

Enquêteur : Donc cela peut être fait rapidement, n’est-ce pas ?

Dr Feng Zhendong : Exact… notre hôpital dispose généralement de sources de foie relativement abondantes, de nombreux organes donnés. Donc nos sources de foie sont relativement abondantes.

Enquêteur : Vous avez donc des [organes] presque tous les jours. Qu’ils correspondent ou non est une autre question. C’est ce que vous voulez dire ?

Dr Feng Zhendong : Pas presque tous les jours, mais nous avons essentiellement [des organes] presque tous les mois… dans les cas les plus rapides, nous avons essentiellement des organes toutes les semaines.

Mais les appels téléphoniques secrets passés aux hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du China Tribunal en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent être opérés dans le cadre du système « tuer sur commande ».

Dans un extrait, le Dr Feng Zhendong, d’un hôpital militaire de la province du Shandong, parle à l’enquêteur au téléphone de « l’abondance d’organes » qui arrivent « chaque mois ».

Bien que l’inquiétant trafic d’organes parrainé par l’État chinois soit bien documenté depuis des décennies, la communauté internationale ne peut pas faire grand-chose pour mettre fin à cet horrible commerce.

Pékin parvient à dissimuler ses violations des droits de l’homme en sous-déclarant les données relatives aux transplantations à l’Organisation mondiale de la santé, qui est obligée d’accepter les statistiques officielles des États membres.

Susie Hughes, directrice exécutive de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine, a déclaré que les affirmations de la Chine selon lesquelles elle réalise entre 10 000 et 20 000 transplantations ne tiennent pas la route.

Une analyse statistique récente du système actuel de transplantation d’organes en Chine a montré que les chiffres avancés par la Chine ont été falsifiés », a-t-elle déclaré au Daily Mail Australia.

Si l’on examine les revenus des hôpitaux, les taux d’utilisation des lits et le nombre d’équipes chirurgicales à partir des données officielles chinoises, il est plus probable que le chiffre se situe entre 60 000 et 100 000 transplantations par an.

Le tribunal chinois a constaté que la minorité musulmane ouïghoure, ainsi que les adeptes de la pratique spirituelle interdite du Falun Gong, sont essentiellement utilisés « comme une banque d’organes » pour les acheteurs nationaux et étrangers.

Jinato Liu, pratiquant du Falun Gong, qui a été incarcéré pendant plus de deux ans, a livré un témoignage terrifiant au groupe d’experts.

J’étais enfermé dans une cellule avec environ huit toxicomanes, qui étaient généralement incités à abuser des pratiquants de Falun Gong.

Ces toxicomanes étaient répartis en équipes pour me persécuter sur ordre des gardiens.

La cellule était équipée d’une caméra de surveillance, de sorte que les gardiens savaient tout ce qui se passait à l’intérieur.

Pictured: A contestant in the Squid Game show is covered in blood after another player’s head is blown off in a hellish version of a children’s game
En photo : Un participant à l’émission Squid Game est couvert de sang après que la tête d’un autre joueur a été arrachée dans une version infernale d’un jeu pour enfants.

Undercover phone calls made to Chinese hospitals as part of the independent China Tribunal hearings in 2019 show how fast patients can get surgery under the ‘kill to order’ system
Des appels téléphoniques secrets passés à des hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du Tribunal de la Chine en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent se faire opérer dans le cadre du système « tuer pour commander ».

« N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites… où seront pris votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons, vous ne le saurez même pas’ – Yu Xinhui, pratiquant de Falun Gong.

Un jour, un détenu toxicomane me frappait le dos et la taille et un autre détenu est arrivé de l’extérieur et lui a crié : « Ne blesse pas ses organes » !

La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré avoir été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés.

Ce n’est qu’après qu’ils aient retiré la capuche noire de ma tête que j’ai réalisé que j’étais dans un hôpital », a-t-elle déclaré dans son témoignage.

J’ai vu des policiers en uniforme partout, ainsi que des personnes portant des blouses blanches qui se promenaient, alors j’ai deviné que j’étais dans un hôpital.

Ils ont d’abord prélevé des échantillons de sang, puis ils ont radiographié mes organes internes ».

Un autre membre du Falun Gong, Yu Xinhui, qui a passé six ans derrière les barreaux, a déclaré qu’un médecin du système pénitentiaire avait essayé de le prévenir de l’horreur.

Uyghur prisoner Zumuret Dawut said she was taken to hospital to on the first day of her three months in detention to have her organs scanned. Pictured: Uighur woman in Urumqi China hold their missing relatives ID cards after they had been detained by authorities
La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré qu’elle avait été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés. Photo : Une femme ouïghoure à Urumqi, en Chine, tient les cartes d’identité de ses proches disparus après leur détention par les autorités.

Despite the findings, Beijing has repeatedly denied forced human organ harvesting is practiced in China, calling the UN’s statement ‘fabricated’ and ‘defamatory’. Pictured: Falun Gong practitioners in Taiwan
Malgré ces conclusions, Pékin a toujours nié que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ». En photo : Praticiens du Falun Gong à Taiwan

Un
Chine : Le jeu du calmar en Chine ou comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».
par Qactus

Ils prennent votre foie et vous ne le savez même pas.

Le jeu du calmar en Chine : comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».

Coeurs, reins, foies et cornées de 100 000 dissidents par an.

2/ Des milliers de prisonniers sont abattus pour leurs cœurs, leurs reins, leurs foies et leurs cornées.

Des experts de l’ONU ont récemment publié une déclaration sur le programme d’organes « tuer pour commander ».

Mais la communauté internationale est impuissante à mettre fin à ce commerce terrifiant.

‘They’ll take your liver and you won’t even know’: China’s real-life Squid Game: How organs are harvested from THOUSANDS every week for a ‘kill to order’ market – and why the world is powerless to stop it?https://t.co/AVg3KMrNL1#TakeDownTheCCP

— Aki愛琴海 (@Aki20200624) October 18, 2021

Le véritable jeu du calmar en Chine : Prélèvement d’organes sur 100 000 dissidents et prisonniers politiques.

Depuis son lancement sur Netflix le mois dernier, la série d’horreur sud-coréenne Squid Game a captivé le public de plus de 90 pays, devenant rapidement la série internationale la plus regardée de l’histoire de la plateforme de streaming.

Les téléspectateurs ont été captivés par ce thriller dystopique imbibé de sang qui oppose les joueurs dans des concours disputés jusqu’à la mort pour avoir une chance de gagner de l’argent.

Et si ce drame asiatique est évidemment fictif et constitue une critique acerbe de la vie moderne, l’une des intrigues secondaires de la série, dans laquelle des êtres humains sont prélevés et vendus pour leurs organes, est bien réelle.

Le Parti communiste chinois prélève chaque année le cœur, les reins, le foie et la cornée de 100 000 dissidents et prisonniers politiques. Selon des groupes de défense des droits de l’homme, le réseau de trafic d’organes « tuer sur commande » géré par le gouvernement fonctionne à grande échelle.

Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin à ce massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire.

One of the side plots in the smash hit Korean horror thriller Squid Game is a human organ-harvesting racket
L’une des intrigues secondaires du film d’horreur coréen à succès Squid Game est un racket de prélèvement d’organes humains.

But the international community remains powerless to stop the slaughter because the World Health Organisation is compelled to accept the totalitarian nation’s ‘inadequate and misleading’ hospital data without question. Pictured: Chinese medical staff in Wuhan on January 25, 2020
Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin au massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire. Sur la photo : Le personnel médical chinois à Wuhan, le 25 janvier 2020.

President Xi Jinping’s (pictured) Communist Party removes hearts, kidneys, livers and corneas from 100,000 dissidents and political prisoners every year
Le Parti communiste du président Xi Jinping (à droite) prélève chaque année les cœurs, les reins, les foies et les cornées de 100 000 dissidents et prisonniers politiques, grâce à un réseau gouvernemental de trafic d’organes « tué sur commande » qui s’apparente au violent film d’horreur sud-coréen Squid Game (le méchant de la série est illustré à gauche).

Les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies et les cornées – Bureau des droits de l’homme des Nations unies.

Une semaine à peine avant la sortie du film à succès de Netflix, Pékin a démenti avec véhémence l’existence d’un programme de prélèvement d’organes parrainé par l’État, après que le Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations unies a déclaré que la Chine « ciblait des minorités ethniques, linguistiques ou religieuses spécifiques détenues » et engrangeait un milliard de dollars par an.

Neuf rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ont passé plus d’un an à déterrer des témoignages et à examiner les taux très suspects de donneurs d’organes en Chine afin de jeter un nouvel éclairage sur le terrifiant marché du « tuer sur commande ».

Les experts des droits de l’homme des Nations unies ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine », indique le communiqué.

Ils ont reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens.

Les résultats de ces examens seraient enregistrés dans une base de données de sources d’organes vivants qui facilite l’attribution d’organes.

‘D’après les allégations reçues, les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies, les cornées et, plus rarement, des parties de foies. »

UN human rights experts said they were extremely alarmed by reports of alleged « organ harvesting » targeting minorities, including Falun Gong practitioners, Uyghurs, Tibetans, Muslims and Christians, in detention in China. Pictured: Uyghur protesters in Hong Kong
Les experts des droits de l’homme des Nations unies se sont dits extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine. En photo : Manifestants ouïghours à Hong Kong

The UN Human Rights Council received credible information that detainees… may be forcibly subjected to blood tests and organ examinations such as ultrasound and x-rays, without their informed consent; while other prisoners are not required to undergo such examinations
Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens

Ethnic Uygur women often subject to the terrifying practice of organ harvesting, protest as Chinese riot police move in at Urumqi in China’s far west Xinjiang province on July 7, 2009
Des femmes de l’ethnie ouïgoure, souvent soumises à la pratique terrifiante du prélèvement d’organes, protestent devant l’intervention de la police anti-émeute chinoise à Urumqi, dans la province du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine, le 7 juillet 2009.

La sinistre déclaration souligne également que cette forme de trafic présumé repose en grande partie sur des professionnels de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment « des chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation de divers professionnels du secteur public.

Certains prisonniers reçoivent des menaces de mort et des menaces de prélèvement d’organes de la part de la police, s’ils ne renoncent pas à leurs croyances ou refusent de coopérer avec la police », indique la déclaration.

L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des dates et dans des lieux précis.

Dans d’autres systèmes médicaux, cela ne se produit pas car les chirurgiens ne peuvent pas prédire quand une personne qui a choisi d’être un donneur d’organes va mourir.

Dans le cadre d’un processus « éthique » approuvé par l’OMS, les organes du défunt sont attribués au patient le plus urgent inscrit sur une liste de transplantation et se trouvant à proximité de l’hôpital.

Pour de nombreuses personnes désespérées, il faut parfois attendre des années avant de recevoir une greffe, car les receveurs doivent être du même groupe sanguin que le défunt et avoir un organe de la même taille.

One of the ‘red flags’ with China’s organ transplant system is that recipients can book surgeries at specific times and locations. Pictured: Police detain a man during a rally in Hong Kong on December 22, 2019 to show support for the Uighur minority in China
L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des heures et dans des lieux précis. Photo : La police détient un homme lors d’un rassemblement à Hong Kong le 22 décembre 2019 pour montrer son soutien à la minorité ouïgoure en Chine.

The alleged trafficking relies heavily on skilled health care workers sworn to protect their patients including ‘surgeons, anaesthetists and other medical specialists’ as well as participation from other public sector professionals. Pictured: A Uyghur re-education camp in Hotan China’s northwestern Xinjiang region
Le trafic présumé repose en grande partie sur des travailleurs de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment des « chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation d’autres professionnels du secteur public. Photo : Un camp de rééducation ouïghour à Hotan, dans la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine).

Plainclothes policemen watch as a female Falun Gong practitioner resists arrest while being forced by police towards a police van on May 11, 2000, in Beijing’s Tiananmen Square
Des policiers en civil observent une pratiquante du Falun Gong qui résiste à son arrestation alors qu’elle est poussée par la police vers un fourgon de police, le 11 mai 2000, sur la place Tiananmen à Pékin.

Un appel téléphonique secret à un hôpital militaire chinois montre à quel point il est facile de se procurer des organes humains.

La transcription suivante est un appel téléphonique passé sous couverture à l’hôpital n° 107 de l’Armée populaire de libération à Yantai, dans la province de Shandong, le 1er septembre 2019.

Elle montre comment les organes humains sont fournis à la demande en Chine.

EXTRAIT :

Enquêteur : Oh, si l’enregistrement est correct, dans le cas le plus rapide, combien de temps devons-nous attendre ?

Dr Feng Zhendong : Cela dépend si nous avons la source du foie. Si vous aviez appelé plus tôt, nous l’aurions eu aujourd’hui.

Enquêteur : Qu’est-ce que ça veut dire, si j’avais appelé plus tôt ?

Dr Feng Zhendong : Cela signifie que je l’aurais fait pour vous aujourd’hui.

Enquêteur : Donc cela peut être fait rapidement, n’est-ce pas ?

Dr Feng Zhendong : Exact… notre hôpital dispose généralement de sources de foie relativement abondantes, de nombreux organes donnés. Donc nos sources de foie sont relativement abondantes.

Enquêteur : Vous avez donc des [organes] presque tous les jours. Qu’ils correspondent ou non est une autre question. C’est ce que vous voulez dire ?

Dr Feng Zhendong : Pas presque tous les jours, mais nous avons essentiellement [des organes] presque tous les mois… dans les cas les plus rapides, nous avons essentiellement des organes toutes les semaines.

Mais les appels téléphoniques secrets passés aux hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du China Tribunal en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent être opérés dans le cadre du système « tuer sur commande ».

Dans un extrait, le Dr Feng Zhendong, d’un hôpital militaire de la province du Shandong, parle à l’enquêteur au téléphone de « l’abondance d’organes » qui arrivent « chaque mois ».

Bien que l’inquiétant trafic d’organes parrainé par l’État chinois soit bien documenté depuis des décennies, la communauté internationale ne peut pas faire grand-chose pour mettre fin à cet horrible commerce.

Pékin parvient à dissimuler ses violations des droits de l’homme en sous-déclarant les données relatives aux transplantations à l’Organisation mondiale de la santé, qui est obligée d’accepter les statistiques officielles des États membres.

Susie Hughes, directrice exécutive de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine, a déclaré que les affirmations de la Chine selon lesquelles elle réalise entre 10 000 et 20 000 transplantations ne tiennent pas la route.

Une analyse statistique récente du système actuel de transplantation d’organes en Chine a montré que les chiffres avancés par la Chine ont été falsifiés », a-t-elle déclaré au Daily Mail Australia.

Si l’on examine les revenus des hôpitaux, les taux d’utilisation des lits et le nombre d’équipes chirurgicales à partir des données officielles chinoises, il est plus probable que le chiffre se situe entre 60 000 et 100 000 transplantations par an.

Le tribunal chinois a constaté que la minorité musulmane ouïghoure, ainsi que les adeptes de la pratique spirituelle interdite du Falun Gong, sont essentiellement utilisés « comme une banque d’organes » pour les acheteurs nationaux et étrangers.

Jinato Liu, pratiquant du Falun Gong, qui a été incarcéré pendant plus de deux ans, a livré un témoignage terrifiant au groupe d’experts.

J’étais enfermé dans une cellule avec environ huit toxicomanes, qui étaient généralement incités à abuser des pratiquants de Falun Gong.

Ces toxicomanes étaient répartis en équipes pour me persécuter sur ordre des gardiens.

La cellule était équipée d’une caméra de surveillance, de sorte que les gardiens savaient tout ce qui se passait à l’intérieur.

Pictured: A contestant in the Squid Game show is covered in blood after another player’s head is blown off in a hellish version of a children’s game
En photo : Un participant à l’émission Squid Game est couvert de sang après que la tête d’un autre joueur a été arrachée dans une version infernale d’un jeu pour enfants.

Undercover phone calls made to Chinese hospitals as part of the independent China Tribunal hearings in 2019 show how fast patients can get surgery under the ‘kill to order’ system
Des appels téléphoniques secrets passés à des hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du Tribunal de la Chine en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent se faire opérer dans le cadre du système « tuer pour commander ».

« N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites… où seront pris votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons, vous ne le saurez même pas’ – Yu Xinhui, pratiquant de Falun Gong.

Un jour, un détenu toxicomane me frappait le dos et la taille et un autre détenu est arrivé de l’extérieur et lui a crié : « Ne blesse pas ses organes » !

La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré avoir été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés.

Ce n’est qu’après qu’ils aient retiré la capuche noire de ma tête que j’ai réalisé que j’étais dans un hôpital », a-t-elle déclaré dans son témoignage.

J’ai vu des policiers en uniforme partout, ainsi que des personnes portant des blouses blanches qui se promenaient, alors j’ai deviné que j’étais dans un hôpital.

Ils ont d’abord prélevé des échantillons de sang, puis ils ont radiographié mes organes internes ».

Un autre membre du Falun Gong, Yu Xinhui, qui a passé six ans derrière les barreaux, a déclaré qu’un médecin du système pénitentiaire avait essayé de le prévenir de l’horreur.

Uyghur prisoner Zumuret Dawut said she was taken to hospital to on the first day of her three months in detention to have her organs scanned. Pictured: Uighur woman in Urumqi China hold their missing relatives ID cards after they had been detained by authorities
La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré qu’elle avait été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés. Photo : Une femme ouïghoure à Urumqi, en Chine, tient les cartes d’identité de ses proches disparus après leur détention par les autorités.

Despite the findings, Beijing has repeatedly denied forced human organ harvesting is practiced in China, calling the UN’s statement ‘fabricated’ and ‘defamatory’. Pictured: Falun Gong practitioners in Taiwan
Malgré ces conclusions, Pékin a toujours nié que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ». En photo : Praticiens du Falun Gong à Taiwan

Un médecin de la prison qui avait de la sympathie pour les pratiquants de Falun Gong m’a dit secrètement, a déclaré M. Yu dans son tém
Chine : Le jeu du calmar en Chine ou comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».
par Qactus

Ils prennent votre foie et vous ne le savez même pas.

Le jeu du calmar en Chine : comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».

Coeurs, reins, foies et cornées de 100 000 dissidents par an.

2/ Des milliers de prisonniers sont abattus pour leurs cœurs, leurs reins, leurs foies et leurs cornées.

Des experts de l’ONU ont récemment publié une déclaration sur le programme d’organes « tuer pour commander ».

Mais la communauté internationale est impuissante à mettre fin à ce commerce terrifiant.

‘They’ll take your liver and you won’t even know’: China’s real-life Squid Game: How organs are harvested from THOUSANDS every week for a ‘kill to order’ market – and why the world is powerless to stop it?https://t.co/AVg3KMrNL1#TakeDownTheCCP

— Aki愛琴海 (@Aki20200624) October 18, 2021

Le véritable jeu du calmar en Chine : Prélèvement d’organes sur 100 000 dissidents et prisonniers politiques.

Depuis son lancement sur Netflix le mois dernier, la série d’horreur sud-coréenne Squid Game a captivé le public de plus de 90 pays, devenant rapidement la série internationale la plus regardée de l’histoire de la plateforme de streaming.

Les téléspectateurs ont été captivés par ce thriller dystopique imbibé de sang qui oppose les joueurs dans des concours disputés jusqu’à la mort pour avoir une chance de gagner de l’argent.

Et si ce drame asiatique est évidemment fictif et constitue une critique acerbe de la vie moderne, l’une des intrigues secondaires de la série, dans laquelle des êtres humains sont prélevés et vendus pour leurs organes, est bien réelle.

Le Parti communiste chinois prélève chaque année le cœur, les reins, le foie et la cornée de 100 000 dissidents et prisonniers politiques. Selon des groupes de défense des droits de l’homme, le réseau de trafic d’organes « tuer sur commande » géré par le gouvernement fonctionne à grande échelle.

Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin à ce massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire.

One of the side plots in the smash hit Korean horror thriller Squid Game is a human organ-harvesting racket
L’une des intrigues secondaires du film d’horreur coréen à succès Squid Game est un racket de prélèvement d’organes humains.

But the international community remains powerless to stop the slaughter because the World Health Organisation is compelled to accept the totalitarian nation’s ‘inadequate and misleading’ hospital data without question. Pictured: Chinese medical staff in Wuhan on January 25, 2020
Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin au massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire. Sur la photo : Le personnel médical chinois à Wuhan, le 25 janvier 2020.

President Xi Jinping’s (pictured) Communist Party removes hearts, kidneys, livers and corneas from 100,000 dissidents and political prisoners every year
Le Parti communiste du président Xi Jinping (à droite) prélève chaque année les cœurs, les reins, les foies et les cornées de 100 000 dissidents et prisonniers politiques, grâce à un réseau gouvernemental de trafic d’organes « tué sur commande » qui s’apparente au violent film d’horreur sud-coréen Squid Game (le méchant de la série est illustré à gauche).

Les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies et les cornées – Bureau des droits de l’homme des Nations unies.

Une semaine à peine avant la sortie du film à succès de Netflix, Pékin a démenti avec véhémence l’existence d’un programme de prélèvement d’organes parrainé par l’État, après que le Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations unies a déclaré que la Chine « ciblait des minorités ethniques, linguistiques ou religieuses spécifiques détenues » et engrangeait un milliard de dollars par an.

Neuf rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ont passé plus d’un an à déterrer des témoignages et à examiner les taux très suspects de donneurs d’organes en Chine afin de jeter un nouvel éclairage sur le terrifiant marché du « tuer sur commande ».

Les experts des droits de l’homme des Nations unies ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine », indique le communiqué.

Ils ont reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens.

Les résultats de ces examens seraient enregistrés dans une base de données de sources d’organes vivants qui facilite l’attribution d’organes.

‘D’après les allégations reçues, les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies, les cornées et, plus rarement, des parties de foies. »

UN human rights experts said they were extremely alarmed by reports of alleged « organ harvesting » targeting minorities, including Falun Gong practitioners, Uyghurs, Tibetans, Muslims and Christians, in detention in China. Pictured: Uyghur protesters in Hong Kong
Les experts des droits de l’homme des Nations unies se sont dits extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine. En photo : Manifestants ouïghours à Hong Kong

The UN Human Rights Council received credible information that detainees… may be forcibly subjected to blood tests and organ examinations such as ultrasound and x-rays, without their informed consent; while other prisoners are not required to undergo such examinations
Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens

Ethnic Uygur women often subject to the terrifying practice of organ harvesting, protest as Chinese riot police move in at Urumqi in China’s far west Xinjiang province on July 7, 2009
Des femmes de l’ethnie ouïgoure, souvent soumises à la pratique terrifiante du prélèvement d’organes, protestent devant l’intervention de la police anti-émeute chinoise à Urumqi, dans la province du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine, le 7 juillet 2009.

La sinistre déclaration souligne également que cette forme de trafic présumé repose en grande partie sur des professionnels de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment « des chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation de divers professionnels du secteur public.

Certains prisonniers reçoivent des menaces de mort et des menaces de prélèvement d’organes de la part de la police, s’ils ne renoncent pas à leurs croyances ou refusent de coopérer avec la police », indique la déclaration.

L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des dates et dans des lieux précis.

Dans d’autres systèmes médicaux, cela ne se produit pas car les chirurgiens ne peuvent pas prédire quand une personne qui a choisi d’être un donneur d’organes va mourir.

Dans le cadre d’un processus « éthique » approuvé par l’OMS, les organes du défunt sont attribués au patient le plus urgent inscrit sur une liste de transplantation et se trouvant à proximité de l’hôpital.

Pour de nombreuses personnes désespérées, il faut parfois attendre des années avant de recevoir une greffe, car les receveurs doivent être du même groupe sanguin que le défunt et avoir un organe de la même taille.

One of the ‘red flags’ with China’s organ transplant system is that recipients can book surgeries at specific times and locations. Pictured: Police detain a man during a rally in Hong Kong on December 22, 2019 to show support for the Uighur minority in China
L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des heures et dans des lieux précis. Photo : La police détient un homme lors d’un rassemblement à Hong Kong le 22 décembre 2019 pour montrer son soutien à la minorité ouïgoure en Chine.

The alleged trafficking relies heavily on skilled health care workers sworn to protect their patients including ‘surgeons, anaesthetists and other medical specialists’ as well as participation from other public sector professionals. Pictured: A Uyghur re-education camp in Hotan China’s northwestern Xinjiang region
Le trafic présumé repose en grande partie sur des travailleurs de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment des « chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation d’autres professionnels du secteur public. Photo : Un camp de rééducation ouïghour à Hotan, dans la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine).

Plainclothes policemen watch as a female Falun Gong practitioner resists arrest while being forced by police towards a police van on May 11, 2000, in Beijing’s Tiananmen Square
Des policiers en civil observent une pratiquante du Falun Gong qui résiste à son arrestation alors qu’elle est poussée par la police vers un fourgon de police, le 11 mai 2000, sur la place Tiananmen à Pékin.

Un appel téléphonique secret à un hôpital militaire chinois montre à quel point il est facile de se procurer des organes humains.

La transcription suivante est un appel téléphonique passé sous couverture à l’hôpital n° 107 de l’Armée populaire de libération à Yantai, dans la province de Shandong, le 1er septembre 2019.

Elle montre comment les organes humains sont fournis à la demande en Chine.

EXTRAIT :

Enquêteur : Oh, si l’enregistrement est correct, dans le cas le plus rapide, combien de temps devons-nous attendre ?

Dr Feng Zhendong : Cela dépend si nous avons la source du foie. Si vous aviez appelé plus tôt, nous l’aurions eu aujourd’hui.

Enquêteur : Qu’est-ce que ça veut dire, si j’avais appelé plus tôt ?

Dr Feng Zhendong : Cela signifie que je l’aurais fait pour vous aujourd’hui.

Enquêteur : Donc cela peut être fait rapidement, n’est-ce pas ?

Dr Feng Zhendong : Exact… notre hôpital dispose généralement de sources de foie relativement abondantes, de nombreux organes donnés. Donc nos sources de foie sont relativement abondantes.

Enquêteur : Vous avez donc des [organes] presque tous les jours. Qu’ils correspondent ou non est une autre question. C’est ce que vous voulez dire ?

Dr Feng Zhendong : Pas presque tous les jours, mais nous avons essentiellement [des organes] presque tous les mois… dans les cas les plus rapides, nous avons essentiellement des organes toutes les semaines.

Mais les appels téléphoniques secrets passés aux hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du China Tribunal en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent être opérés dans le cadre du système « tuer sur commande ».

Dans un extrait, le Dr Feng Zhendong, d’un hôpital militaire de la province du Shandong, parle à l’enquêteur au téléphone de « l’abondance d’organes » qui arrivent « chaque mois ».

Bien que l’inquiétant trafic d’organes parrainé par l’État chinois soit bien documenté depuis des décennies, la communauté internationale ne peut pas faire grand-chose pour mettre fin à cet horrible commerce.

Pékin parvient à dissimuler ses violations des droits de l’homme en sous-déclarant les données relatives aux transplantations à l’Organisation mondiale de la santé, qui est obligée d’accepter les statistiques officielles des États membres.

Susie Hughes, directrice exécutive de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine, a déclaré que les affirmations de la Chine selon lesquelles elle réalise entre 10 000 et 20 000 transplantations ne tiennent pas la route.

Une analyse statistique récente du système actuel de transplantation d’organes en Chine a montré que les chiffres avancés par la Chine ont été falsifiés », a-t-elle déclaré au Daily Mail Australia.

Si l’on examine les revenus des hôpitaux, les taux d’utilisation des lits et le nombre d’équipes chirurgicales à partir des données officielles chinoises, il est plus probable que le chiffre se situe entre 60 000 et 100 000 transplantations par an.

Le tribunal chinois a constaté que la minorité musulmane ouïghoure, ainsi que les adeptes de la pratique spirituelle interdite du Falun Gong, sont essentiellement utilisés « comme une banque d’organes » pour les acheteurs nationaux et étrangers.

Jinato Liu, pratiquant du Falun Gong, qui a été incarcéré pendant plus de deux ans, a livré un témoignage terrifiant au groupe d’experts.

J’étais enfermé dans une cellule avec environ huit toxicomanes, qui étaient généralement incités à abuser des pratiquants de Falun Gong.

Ces toxicomanes étaient répartis en équipes pour me persécuter sur ordre des gardiens.

La cellule était équipée d’une caméra de surveillance, de sorte que les gardiens savaient tout ce qui se passait à l’intérieur.

Pictured: A contestant in the Squid Game show is covered in blood after another player’s head is blown off in a hellish version of a children’s game
En photo : Un participant à l’émission Squid Game est couvert de sang après que la tête d’un autre joueur a été arrachée dans une version infernale d’un jeu pour enfants.

Undercover phone calls made to Chinese hospitals as part of the independent China Tribunal hearings in 2019 show how fast patients can get surgery under the ‘kill to order’ system
Des appels téléphoniques secrets passés à des hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du Tribunal de la Chine en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent se faire opérer dans le cadre du système « tuer pour commander ».

« N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites… où seront pris votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons, vous ne le saurez même pas’ – Yu Xinhui, pratiquant de Falun Gong.

Un jour, un détenu toxicomane me frappait le dos et la taille et un autre détenu est arrivé de l’extérieur et lui a crié : « Ne blesse pas ses organes » !

La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré avoir été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés.

Ce n’est qu’après qu’ils aient retiré la capuche noire de ma tête que j’ai réalisé que j’étais dans un hôpital », a-t-elle déclaré dans son témoignage.

J’ai vu des policiers en uniforme partout, ainsi que des personnes portant des blouses blanches qui se promenaient, alors j’ai deviné que j’étais dans un hôpital.

Ils ont d’abord prélevé des échantillons de sang, puis ils ont radiographié mes organes internes ».

Un autre membre du Falun Gong, Yu Xinhui, qui a passé six ans derrière les barreaux, a déclaré qu’un médecin du système pénitentiaire avait essayé de le prévenir de l’horreur.

Uyghur prisoner Zumuret Dawut said she was taken to hospital to on the first day of her three months in detention to have her organs scanned. Pictured: Uighur woman in Urumqi China hold their missing relatives ID cards after they had been detained by authorities
La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré qu’elle avait été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés. Photo : Une femme ouïghoure à Urumqi, en Chine, tient les cartes d’identité de ses proches disparus après leur détention par les autorités.

Despite the findings, Beijing has repeatedly denied forced human organ harvesting is practiced in China, calling the UN’s statement ‘fabricated’ and ‘defamatory’. Pictured: Falun Gong practitioners in Taiwan
Malgré ces conclusions, Pékin a toujours nié que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ». En photo : Praticiens du Falun Gong à Taiwan

Chine : Le jeu du calmar en Chine ou comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».
par Qactus

Ils prennent votre foie et vous ne le savez même pas.

Le jeu du calmar en Chine : comment les organes sont prélevés sur des MILLIERS de dissidents politiques chaque semaine pour un marché de la « mort sur commande ».

Coeurs, reins, foies et cornées de 100 000 dissidents par an.

2/ Des milliers de prisonniers sont abattus pour leurs cœurs, leurs reins, leurs foies et leurs cornées.

Des experts de l’ONU ont récemment publié une déclaration sur le programme d’organes « tuer pour commander ».

Mais la communauté internationale est impuissante à mettre fin à ce commerce terrifiant.

‘They’ll take your liver and you won’t even know’: China’s real-life Squid Game: How organs are harvested from THOUSANDS every week for a ‘kill to order’ market – and why the world is powerless to stop it?https://t.co/AVg3KMrNL1#TakeDownTheCCP

— Aki愛琴海 (@Aki20200624) October 18, 2021

Le véritable jeu du calmar en Chine : Prélèvement d’organes sur 100 000 dissidents et prisonniers politiques.

Depuis son lancement sur Netflix le mois dernier, la série d’horreur sud-coréenne Squid Game a captivé le public de plus de 90 pays, devenant rapidement la série internationale la plus regardée de l’histoire de la plateforme de streaming.

Les téléspectateurs ont été captivés par ce thriller dystopique imbibé de sang qui oppose les joueurs dans des concours disputés jusqu’à la mort pour avoir une chance de gagner de l’argent.

Et si ce drame asiatique est évidemment fictif et constitue une critique acerbe de la vie moderne, l’une des intrigues secondaires de la série, dans laquelle des êtres humains sont prélevés et vendus pour leurs organes, est bien réelle.

Le Parti communiste chinois prélève chaque année le cœur, les reins, le foie et la cornée de 100 000 dissidents et prisonniers politiques. Selon des groupes de défense des droits de l’homme, le réseau de trafic d’organes « tuer sur commande » géré par le gouvernement fonctionne à grande échelle.

Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin à ce massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire.

One of the side plots in the smash hit Korean horror thriller Squid Game is a human organ-harvesting racket
L’une des intrigues secondaires du film d’horreur coréen à succès Squid Game est un racket de prélèvement d’organes humains.

But the international community remains powerless to stop the slaughter because the World Health Organisation is compelled to accept the totalitarian nation’s ‘inadequate and misleading’ hospital data without question. Pictured: Chinese medical staff in Wuhan on January 25, 2020
Mais la communauté internationale reste impuissante à mettre fin au massacre, car l’Organisation mondiale de la santé est obligée d’accepter sans discussion les données hospitalières « inadéquates et trompeuses » de la nation totalitaire. Sur la photo : Le personnel médical chinois à Wuhan, le 25 janvier 2020.

President Xi Jinping’s (pictured) Communist Party removes hearts, kidneys, livers and corneas from 100,000 dissidents and political prisoners every year
Le Parti communiste du président Xi Jinping (à droite) prélève chaque année les cœurs, les reins, les foies et les cornées de 100 000 dissidents et prisonniers politiques, grâce à un réseau gouvernemental de trafic d’organes « tué sur commande » qui s’apparente au violent film d’horreur sud-coréen Squid Game (le méchant de la série est illustré à gauche).

Les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies et les cornées – Bureau des droits de l’homme des Nations unies.

Une semaine à peine avant la sortie du film à succès de Netflix, Pékin a démenti avec véhémence l’existence d’un programme de prélèvement d’organes parrainé par l’État, après que le Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations unies a déclaré que la Chine « ciblait des minorités ethniques, linguistiques ou religieuses spécifiques détenues » et engrangeait un milliard de dollars par an.

Neuf rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ont passé plus d’un an à déterrer des témoignages et à examiner les taux très suspects de donneurs d’organes en Chine afin de jeter un nouvel éclairage sur le terrifiant marché du « tuer sur commande ».

Les experts des droits de l’homme des Nations unies ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine », indique le communiqué.

Ils ont reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens.

Les résultats de ces examens seraient enregistrés dans une base de données de sources d’organes vivants qui facilite l’attribution d’organes.

‘D’après les allégations reçues, les organes les plus couramment prélevés sur les prisonniers seraient les cœurs, les reins, les foies, les cornées et, plus rarement, des parties de foies. »

UN human rights experts said they were extremely alarmed by reports of alleged « organ harvesting » targeting minorities, including Falun Gong practitioners, Uyghurs, Tibetans, Muslims and Christians, in detention in China. Pictured: Uyghur protesters in Hong Kong
Les experts des droits de l’homme des Nations unies se sont dits extrêmement alarmés par les informations faisant état de « prélèvements d’organes » présumés visant des minorités, notamment des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, en détention en Chine. En photo : Manifestants ouïghours à Hong Kong

The UN Human Rights Council received credible information that detainees… may be forcibly subjected to blood tests and organ examinations such as ultrasound and x-rays, without their informed consent; while other prisoners are not required to undergo such examinations
Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a reçu des informations crédibles selon lesquelles les détenus… peuvent être soumis de force à des analyses de sang et à des examens d’organes tels que des échographies et des radiographies, sans leur consentement éclairé, alors que d’autres prisonniers ne sont pas tenus de subir de tels examens

Ethnic Uygur women often subject to the terrifying practice of organ harvesting, protest as Chinese riot police move in at Urumqi in China’s far west Xinjiang province on July 7, 2009
Des femmes de l’ethnie ouïgoure, souvent soumises à la pratique terrifiante du prélèvement d’organes, protestent devant l’intervention de la police anti-émeute chinoise à Urumqi, dans la province du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine, le 7 juillet 2009.

La sinistre déclaration souligne également que cette forme de trafic présumé repose en grande partie sur des professionnels de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment « des chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation de divers professionnels du secteur public.

Certains prisonniers reçoivent des menaces de mort et des menaces de prélèvement d’organes de la part de la police, s’ils ne renoncent pas à leurs croyances ou refusent de coopérer avec la police », indique la déclaration.

L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des dates et dans des lieux précis.

Dans d’autres systèmes médicaux, cela ne se produit pas car les chirurgiens ne peuvent pas prédire quand une personne qui a choisi d’être un donneur d’organes va mourir.

Dans le cadre d’un processus « éthique » approuvé par l’OMS, les organes du défunt sont attribués au patient le plus urgent inscrit sur une liste de transplantation et se trouvant à proximité de l’hôpital.

Pour de nombreuses personnes désespérées, il faut parfois attendre des années avant de recevoir une greffe, car les receveurs doivent être du même groupe sanguin que le défunt et avoir un organe de la même taille.

One of the ‘red flags’ with China’s organ transplant system is that recipients can book surgeries at specific times and locations. Pictured: Police detain a man during a rally in Hong Kong on December 22, 2019 to show support for the Uighur minority in China
L’un des « signaux d’alarme » du système chinois de transplantation d’organes est que les receveurs peuvent réserver des opérations chirurgicales à des heures et dans des lieux précis. Photo : La police détient un homme lors d’un rassemblement à Hong Kong le 22 décembre 2019 pour montrer son soutien à la minorité ouïgoure en Chine.

The alleged trafficking relies heavily on skilled health care workers sworn to protect their patients including ‘surgeons, anaesthetists and other medical specialists’ as well as participation from other public sector professionals. Pictured: A Uyghur re-education camp in Hotan China’s northwestern Xinjiang region
Le trafic présumé repose en grande partie sur des travailleurs de la santé qualifiés qui ont juré de protéger leurs patients, notamment des « chirurgiens, des anesthésistes et d’autres spécialistes médicaux », ainsi que sur la participation d’autres professionnels du secteur public. Photo : Un camp de rééducation ouïghour à Hotan, dans la région du Xinjiang (nord-ouest de la Chine).

Plainclothes policemen watch as a female Falun Gong practitioner resists arrest while being forced by police towards a police van on May 11, 2000, in Beijing’s Tiananmen Square
Des policiers en civil observent une pratiquante du Falun Gong qui résiste à son arrestation alors qu’elle est poussée par la police vers un fourgon de police, le 11 mai 2000, sur la place Tiananmen à Pékin.

Un appel téléphonique secret à un hôpital militaire chinois montre à quel point il est facile de se procurer des organes humains.

La transcription suivante est un appel téléphonique passé sous couverture à l’hôpital n° 107 de l’Armée populaire de libération à Yantai, dans la province de Shandong, le 1er septembre 2019.

Elle montre comment les organes humains sont fournis à la demande en Chine.

EXTRAIT :

Enquêteur : Oh, si l’enregistrement est correct, dans le cas le plus rapide, combien de temps devons-nous attendre ?

Dr Feng Zhendong : Cela dépend si nous avons la source du foie. Si vous aviez appelé plus tôt, nous l’aurions eu aujourd’hui.

Enquêteur : Qu’est-ce que ça veut dire, si j’avais appelé plus tôt ?

Dr Feng Zhendong : Cela signifie que je l’aurais fait pour vous aujourd’hui.

Enquêteur : Donc cela peut être fait rapidement, n’est-ce pas ?

Dr Feng Zhendong : Exact… notre hôpital dispose généralement de sources de foie relativement abondantes, de nombreux organes donnés. Donc nos sources de foie sont relativement abondantes.

Enquêteur : Vous avez donc des [organes] presque tous les jours. Qu’ils correspondent ou non est une autre question. C’est ce que vous voulez dire ?

Dr Feng Zhendong : Pas presque tous les jours, mais nous avons essentiellement [des organes] presque tous les mois… dans les cas les plus rapides, nous avons essentiellement des organes toutes les semaines.

Mais les appels téléphoniques secrets passés aux hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du China Tribunal en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent être opérés dans le cadre du système « tuer sur commande ».

Dans un extrait, le Dr Feng Zhendong, d’un hôpital militaire de la province du Shandong, parle à l’enquêteur au téléphone de « l’abondance d’organes » qui arrivent « chaque mois ».

Bien que l’inquiétant trafic d’organes parrainé par l’État chinois soit bien documenté depuis des décennies, la communauté internationale ne peut pas faire grand-chose pour mettre fin à cet horrible commerce.

Pékin parvient à dissimuler ses violations des droits de l’homme en sous-déclarant les données relatives aux transplantations à l’Organisation mondiale de la santé, qui est obligée d’accepter les statistiques officielles des États membres.

Susie Hughes, directrice exécutive de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine, a déclaré que les affirmations de la Chine selon lesquelles elle réalise entre 10 000 et 20 000 transplantations ne tiennent pas la route.

Une analyse statistique récente du système actuel de transplantation d’organes en Chine a montré que les chiffres avancés par la Chine ont été falsifiés », a-t-elle déclaré au Daily Mail Australia.

Si l’on examine les revenus des hôpitaux, les taux d’utilisation des lits et le nombre d’équipes chirurgicales à partir des données officielles chinoises, il est plus probable que le chiffre se situe entre 60 000 et 100 000 transplantations par an.

Le tribunal chinois a constaté que la minorité musulmane ouïghoure, ainsi que les adeptes de la pratique spirituelle interdite du Falun Gong, sont essentiellement utilisés « comme une banque d’organes » pour les acheteurs nationaux et étrangers.

Jinato Liu, pratiquant du Falun Gong, qui a été incarcéré pendant plus de deux ans, a livré un témoignage terrifiant au groupe d’experts.

J’étais enfermé dans une cellule avec environ huit toxicomanes, qui étaient généralement incités à abuser des pratiquants de Falun Gong.

Ces toxicomanes étaient répartis en équipes pour me persécuter sur ordre des gardiens.

La cellule était équipée d’une caméra de surveillance, de sorte que les gardiens savaient tout ce qui se passait à l’intérieur.

Pictured: A contestant in the Squid Game show is covered in blood after another player’s head is blown off in a hellish version of a children’s game
En photo : Un participant à l’émission Squid Game est couvert de sang après que la tête d’un autre joueur a été arrachée dans une version infernale d’un jeu pour enfants.

Undercover phone calls made to Chinese hospitals as part of the independent China Tribunal hearings in 2019 show how fast patients can get surgery under the ‘kill to order’ system
Des appels téléphoniques secrets passés à des hôpitaux chinois dans le cadre des audiences indépendantes du Tribunal de la Chine en 2019 montrent à quelle vitesse les patients peuvent se faire opérer dans le cadre du système « tuer pour commander ».

« N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites… où seront pris votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons, vous ne le saurez même pas’ – Yu Xinhui, pratiquant de Falun Gong.

Un jour, un détenu toxicomane me frappait le dos et la taille et un autre détenu est arrivé de l’extérieur et lui a crié : « Ne blesse pas ses organes » !

La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré avoir été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés.

Ce n’est qu’après qu’ils aient retiré la capuche noire de ma tête que j’ai réalisé que j’étais dans un hôpital », a-t-elle déclaré dans son témoignage.

J’ai vu des policiers en uniforme partout, ainsi que des personnes portant des blouses blanches qui se promenaient, alors j’ai deviné que j’étais dans un hôpital.

Ils ont d’abord prélevé des échantillons de sang, puis ils ont radiographié mes organes internes ».

Un autre membre du Falun Gong, Yu Xinhui, qui a passé six ans derrière les barreaux, a déclaré qu’un médecin du système pénitentiaire avait essayé de le prévenir de l’horreur.

Uyghur prisoner Zumuret Dawut said she was taken to hospital to on the first day of her three months in detention to have her organs scanned. Pictured: Uighur woman in Urumqi China hold their missing relatives ID cards after they had been detained by authorities
La prisonnière ouïghoure Zumuret Dawut a déclaré qu’elle avait été emmenée à l’hôpital le premier jour de ses trois mois de détention pour que ses organes soient scannés. Photo : Une femme ouïghoure à Urumqi, en Chine, tient les cartes d’identité de ses proches disparus après leur détention par les autorités.

Despite the findings, Beijing has repeatedly denied forced human organ harvesting is practiced in China, calling the UN’s statement ‘fabricated’ and ‘defamatory’. Pictured: Falun Gong practitioners in Taiwan
Malgré ces conclusions, Pékin a toujours nié que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ». En photo : Praticiens du Falun Gong à Taiwan

Un médecin de la prison qui avait de la sympathie pour les pratiquants de Falun Gong m’a dit secrètement, a déclaré M. Yu dans son témoignage.

N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites, le moment venu, vous ne saurez même pas comment vous êtes mort.

Quand cela arrivera, vous ne saurez même pas où l’on prendra votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons ».

Malgré ces résultats, Pékin a nié à plusieurs reprises que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ».

Le gouvernement chinois a également décrit les témoignages déchirants comme provenant d' »acteurs ».

Source
Un médecin de la prison qui avait de la sympathie pour les pratiquants de Falun Gong m’a dit secrètement, a déclaré M. Yu dans son témoignage.

N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites, le moment venu, vous ne saurez même pas comment vous êtes mort.

Quand cela arrivera, vous ne saurez même pas où l’on prendra votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons ».

Malgré ces résultats, Pékin a nié à plusieurs reprises que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ».

Le gouvernement chinois a également décrit les témoignages déchirants comme provenant d' »acteurs ».

Sourceoignage.

N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites, le moment venu, vous ne saurez même pas comment vous êtes mort.

Quand cela arrivera, vous ne saurez même pas où l’on prendra votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons ».

Malgré ces résultats, Pékin a nié à plusieurs reprises que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ».

Le gouvernement chinois a également décrit les témoignages déchirants comme provenant d' »acteurs ».

Sourcemédecin de la prison qui avait de la sympathie pour les pratiquants de Falun Gong m’a dit secrètement, a déclaré M. Yu dans son témoignage.

N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites, le moment venu, vous ne saurez même pas comment vous êtes mort.

Quand cela arrivera, vous ne saurez même pas où l’on prendra votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons ».

Malgré ces résultats, Pékin a nié à plusieurs reprises que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ».

Le gouvernement chinois a également décrit les témoignages déchirants comme provenant d' »acteurs ».

Source médecin de la prison qui avait de la sympathie pour les pratiquants de Falun Gong m’a dit secrètement, a déclaré M. Yu dans son témoignage.

N’allez pas à l’encontre du Parti communiste. Ne leur résistez pas. Si vous le faites, le moment venu, vous ne saurez même pas comment vous êtes mort.

Quand cela arrivera, vous ne saurez même pas où l’on prendra votre cœur, votre foie, votre rate et vos poumons ».

Malgré ces résultats, Pékin a nié à plusieurs reprises que le prélèvement forcé d’organes humains était pratiqué en Chine, qualifiant la déclaration des Nations unies de « fabriquée » et de « diffamatoire ».

Le gouvernement chinois a également décrit les témoignages déchirants comme provenant d' »acteurs ».

Source

Join the discussion One Comment

  • Chantal Ch dit :

    Tout le monde sait, mais personne ne dit rien ! C’est une abomination ! A notre époque ! La Chine se croit tout permis, qui osera aller à l’encontre de ces abominables dirigeants qui sèment la terreur ? Que fait l’OMS ?

Leave a Reply

Translate »