Claude T. Nous communique un point de vue à scruter : NOTRE-DAME (2) : UNE PROPHÉTIE S’EST OUVERTE . Note de Haim G. : un ajout concernant ce que j’ai déjà souvent développé concernant les trois occasions solennelles (parmi d’autres « moindres ») de consécration du site de N-D dans l’Histoire de France: 1/ Sur le site, à l’époque druidique, sacrifices de vierges en l’honneur de la déesse de fertilité et des eaux Séquana. 2/ Au Moyen-âge, En dédiant le lieu à une église à la gloire de N-D. 3/ A la révolution française avec l’épisode scandaleux de la créature (une comédienne nue sous un voile) à adorer plus que le créateur, dans l’enceinte de N-D

6 MAI 2019

Qu’est-ce que regarder une cathédrale – debout ou ravagée –
sans considérer qu’existent tout autant
un Dieu vivant et des mauvais esprits !?
Le bâtiment a été écroulé – comme jadis le Temple de Jérusalem –
mais la croix est toujours debout
pour le salut de quiconque croit (l’ère de la Grâce divine
n’est pas encore tout à fait à son terme)…

(suite de l’article commencé ici)

AUTRE EFFET DE L’INCENDIE
« Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.29 Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.« 

Ce que Dieu cherche en laissant courir ses jugements, c’est nous ramener à lui ! Pas que nous disions encore comme des enfants idiots vexés : – Même pas mal !

LA PRIÈRE DES JUSTES A UNE EFFICACE
Si l’humilité et la repentance bien comprise ont publiquement manqué, cette catastrophe a cependant suscité une réaction de nombreux chrétiens qui (je pense et sans doute eux aussi) a pu empêcher que les murs et autres « twin towers » s’effondrent : la prière.

Prière qui a pu inclure la repentance. Prière dans tous les cas qui crie à Dieu pour que le mal ne l’emporte pas – ou pas trop. Prière qui peut stopper les démons qui ne cherchent qu’à relayer et amplifier une épreuve pour pouvoir mieux et longtemps « tourner le couteau dans la plaie » et en tirer quelques réactions pour le moins inappropriées…

LE MAL EST DÉCLENCHEUR… DE CE QUE NOUS SOMMES, AU PLUS PROFOND
On a pu voir à partir de cette épreuve que globalement le cœur du peuple français, des riches comme des moins nantis, reste sensible et généreux et jusqu’à étrangement solidaire – état retard de : même si la foi a été volatilisée comme une mère arrachée à son foyer (exactions progressives qui forment un grand fil route des trois derniers siècles en Occident), les enfants de la famille se trouvent une racine (chrétienne !) comme on a un terroir.

Lorsque survient un gros cataclysme ou une guerre, l.es liens sociaux abîmés par l’orgueil, l’esprit de partis, la politique ou la doctrine sournoise de la lutte des classes, se reforment.
Le cœur reprend vie.
Plus que d’euros parlons de cœur. Car on ne rachète pas une mauvaise conduite par de l’argent, mais par l’humilité, la contrition, et/ou l’humiliation du cœur.

Et plus que de voir un jugement comme un mal, comprenons-le comme un moyen d’accéder à plus de compréhension du Réel pour une meilleure insertion en Lui, que ce soit matériel (temporaire) ou spirituel (éternelle).

Et puis Dieu est au-delà du temps, et ici encore le prouve… par l’accomplissement d’une prophétie vielle de 2 500 ans !

UNE PROPHÉTIE VIEILLE DE 2 500 ANS VIENT DE S’ACTIVER

Lundi 15 avril 2019*, on a assisté en plus du feu physique d’un jugement, à l’ouverture d’une prophétie faite par le prophète Zacharie*. Elle donne le sens profond de cet événement.
C’est la prophétie du chapitre 5 :

« Je (Zacharie) levai de nouveau les yeux et je regardai, et voici, il y avait un rouleau qui volait.2 Il me dit : Que vois-tu ? Je répondis : Je vois un rouleau qui vole ; il a vingt coudées de longueur, et dix coudées de largeur.3 Et il me dit : C’est la malédiction qui se répand sur tout le pays ; car selon elle tout voleur sera chassé d’ici, et selon elle tout parjure (ceux qui font de faux serments) sera chassé d’ici.4 Je la répands, dit l’Éternel des armées, afin qu’elle entre dans la maison du voleur et de celui qui jure faussement en mon nom, afin qu’elle y établisse sa demeure, et qu’elle la consume avec le bois et les pierres.
5 L’ange qui parlait avec moi s’avança, et il me dit : Lève les yeux, et regarde ce qui sort là.6 Je répondis : Qu’est-ce ? Et il dit : C’est l’épha qui sort. Il ajouta : C’est ce que l’on voit d’eux dans tout le pays.7 Et voici, une masse de plomb s’éleva, et il y avait une femme assise au milieu de l’épha.8 Il dit : C’est la méchanceté. Et il la repoussa dans l’épha, et il jeta sur l’ouverture la masse de plomb.9 Je levai les yeux et je regardai, et voici, deux femmes parurent. Le vent soufflait dans leurs ailes ; elles avaient des ailes comme celles de la cigogne. Elles enlevèrent l’épha entre la terre et le ciel.10 Je dis à l’ange qui parlait avec moi : Où emportent-elles l’épha ?11 Il me répondit : Elles vont lui bâtir une maison dans le pays de Schinear ; et quand elle sera prête, il sera déposé là dans son lieu. »

PROPHÉTIE ET INTERPRÉTATION DE SES MYSTÈRES
Cette prophétie sous forme de parabole** (métaphorique donc) contient des mystères dont l’Esprit de Dieu me donna la signification que nous pouvons désormais en avoir dès que le toit de plomb de la cathédrale fut porté à notre connaissance (par son effondrement), et que de là je me dirigeais dans la Bible pour la consulter.

– Premier mystère : LE ROULEAU QUI VOLE
C’est la forme du support des écritures avant qu’on invente les pages et les livres. Plus précisément dans le contexte, c’est le symbole de la religion (le judaïsme) que Dieu a donnée par Moïse aux israélites (le peuple juif), et dont les articles de foi avec la connaissance du Dieu unique et les valeurs morales ont ensemencé la terre..

– Le mystère de L’ÉPHA
C’est un récipient qui ici est rond, alors qu’il devrait être, suite à la dimension rectangulaire du rouleau précédent, carré.
Entre les deux visions on a donc fait le saut de la Loi (devenant Ancien Testament) à l’Évangile de Grâce (Nouveau Testament). Mais là il y a un problème !…

– Le mystère du COUVERCLE DE PLOMB
Et donc voilà un couvercle de plomb – vil métal – sur l’épha que représente la cathédrale !
La dimension spirituelle de l’homme est précisément qu’il n’y ait plus de séparation entre les pécheurs pardonnés (quand nous le sommes) et le Dieu trois fois saint. Certes il faut un toit à cette cathédrale, mais le plomb est un symbole suffisamment compréhensible pour qu’il apparaisse là comme un ciel de plomb au dessus de la tête des personnes qui viennent là, priants ou simples touristes. On est lui du rideau déchiré de haut en bas dans le Temple de Jérusalem au moment où Jésus meurt, « ôtant (à la fois véritablement et potentiellement) le péché du monde »…

– Le mystère d’UNE FEMME
Une femme – plutôt que Jésus le rédempteur ! – au cœur de la cathédrale, c’est – Est-ce ? – une véritable surprise !?
Si les gargouilles et aux chimères sont présentes dans les hauteurs de Notre-Dame, ce n’est un mystère pour personne que parmi les représentations, peintes ou sculptées, l’image de (soit-disant) la Vierge Marie est des plus présentes… et disproportionnées si on compare ses mensurations à celle du Sauveur le plus souvent représenté dans ses grands et puissants bras en « petit Jésus » !

L’image féminine représente en réalité non pas bien sûr la véritable Marie (Myriam), humble servante du Seigneur que Jésus confia à la bienveillance de l’apôtre Jean , mais un démon certainement très puissant, de l’ordre des cavaliers ou vents spirituels des ténèbres dont parlent Daniel, Zacharie et encore l’Apocalypse, qui parcourent la terre et cherchent à établir le règne qui vient pour un peu de temps de l’Ante-christ.
La prophétie de Zacharie prédisait donc cet état de choses final, et il fallait bien que des croyants d’obédience chrétienne s’interroge encore sur le sens d’une telle présence féminine dans l’Église de Christ. L’incendie de la cathédrale est venue interpeler la foi et les consciences…

– Le mystère des DEUX (autres) FEMMES
Enfin, c’est en tout trois femmes qui paraissent avant la fin de la prophétie. Ce qui n’est pas sans rapport avec notre actualité de « fin du temps des nations » où les femmes montent au créneau comme jamais : sous couvert de concept d’égalité ou de parité, voilà que la bascule a été faite où les femmes s’imposent (ou sont imposées) dans des places les plus stratégiques ici en Occident, et à la suite au pays de Shinéar (aujourd’hui l’Iran et l’Irak) où la femme de l’épha est transportée (exportée) comme icône de cet éveil à une suprématie féminine…

De fait, en reprenant les termes successifs de la prophétie, on se trouve à la fin (du temps de la Grâce) essentiellement avec une Loi, une religion conquérante conduite par le mâle dans sa forme adamique non transformée par la rédemption, et d’autre part une force très largement dépouillée de morale et pareillement conquérante, de nature féminine mais qui s’arroge des attributs (et à des moyens) virils, autant dire séduisante. L’une allant, d’abord en catimini, dans la place forte de l’autre… ce qui, pour faire bref, ne pourrait se dénouer que dans une conflagration planétaire… que doit précéder pour les « vierges sages » le retour de Jésus venant soustraire à ce chaos, littéralement enlever, son Épouse (d’une part qu’il ressuscite et d’autre part qui est prête) pour la faire entrer dans son éternisation finale (corporelle).

L’article complet de cette prophétie révélée compte une trentaine de pages qui ne sera délivrée que par mail sur demande privée faite ici par le bouton Contact.

Soyez éclairé-e dans l’amour de la vérité qui sauve (Nouveau Testament, 2e lettre aux Thessaloniciens ch. 2; v. 10-12).

_____________________
** Zacharie est un prophète suscité par le Dieu véritable à partir de – 520 (avant J.-C.), au moment précis où – coïncidence !? – le Temple de Jérusalem est en travaux !
Et – autre coïncidence !? – ces travaux, qui conduisent à la reconstruction du Temple détruit, vont durer… 5 ans ! (de – 520 à – 516). Pourquoi le Président Macron dit-il qu’en 5 ans la vieille dame serait relevée ? Certes les J.O. de 2024, mais peut-être pas que… cela en 2024…

** La parabole (image métaphorique ou symbolique) est un moyen de connaissance à la fois ouvert (ouvrant) et fermé (fermant), pour que l’auditeur ait une place à part entière, une responsabilité propre quant à son insertion dans la connaissance et le Réel.

Elle se fonde sur une loi de correspondance entre les réalités formant notre environnement matériel immédiat (que nous connaissons facilement), et des réalités plus subtiles (non-immédiatement accessibles à notre conscience) qui sont de l’ordre de la spiritualité et du psychisme (de notre âme).
La parabole amorce donc, suggère et mobilise notre âme, à partir de choses qu’elle connaît, pour amener à notre conscience une connaissance (découverte et conclusion nouvelles, enrichissantes) du domaine de l’Esprit, de la spiritualité, de Dieu et/ou des mauvais anges ou démons.

On voit souvent Jésus parler ainsi avec son entourage.
« Jésus leur dit cette parabole (du semeur), mais ils ne comprirent pas la portée de ce qu’il leur disait. »
Après la parabole délivrée à « une grande foule » (Evangile selon Marc, ch. 4) il est encore dit: « Lorsque Jésus fut en particulier, ceux qui l’entouraient avec les douze l’interrogèrent sur les paraboles. Il leur dit : C’est à vous (à ceux qui cherchent auprès de Dieu le sens) qu’a été donné le mystère du royaume de Dieu ; mais pour ceux qui sont dehors tout se passe en paraboles, afin qu’en voyant ils voient et n’aperçoivent point, et qu’en entendant ils entendent et ne comprennent point… »

La parabole est donc comme sont une serrure et une clé. Et c’est par l’homme et non par Dieu, que s’actionne la clé, à partir de l’interprétation qu’en donne à l’un ou l’autre l’Esprit de Dieu.

Leave a Reply

Translate »