Colonialisme palestinien

By 12 janvier 2021Le mot du jour

Par le 3 septembre 2017

 

BESA Center Perspectives Paper No.577, 3 septembre 2017

RÉSUMÉ EXÉCUTIF: Le concept de «colonialisme des colons» a été appliqué avec une véhémence presque unique contre Israël. Mais le fait que les Juifs constituent la population indigène du Levant méridional peut être prouvé facilement. En revanche, les preuves historiques et généalogiques montrent que les Palestiniens descendent principalement de trois groupes principaux: les envahisseurs musulmans, les immigrants arabes et les convertis locaux à l’islam. La conquête musulmane de la Palestine byzantine au 7 e siècle de notre ère est un exemple classique de colonialisme de peuplement, tout comme l’immigration ultérieure, en particulier au cours des 19 e et 20 e siècles sous les empires ottoman et britannique. L’application du concept aux Juifs et au sionisme par les Palestiniens est à la fois ironique et inutile.

L’un des piliers de l’université moderne est l’idée du colonialisme de colonisation. Cela fait valoir que certaines sociétés sont nées par des colons implantés dans un territoire étranger, soit directement par ou avec le consentement d’une puissance impériale. Ces colons dominent alors et éradiquent la population indigène. Ils développent des cultures belliqueuses qui éliminent les indigènes des récits historiques, littéraires et autres. Les principaux exemples souvent cités sont les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et la Rhodésie, et Israël.

L’argument des colons contre Israël postule que le sionisme était un outil impérial de la Grande-Bretagne (ou, alternativement, que le sionisme a manipulé l’Empire britannique); que les Juifs représentent une population étrangère implantée en Palestine pour usurper la terre et déplacer le peuple; et qu’Israël a soumis les Palestiniens à un «génocide», réel, figuratif et culturel.

Selon cet argument, le «colonialisme des colons» d’Israël est une «structure, pas un événement», et s’accompagne d’un «héritage de violence fondamentale» qui remonte au premier congrès sioniste en 1897 ou même avant. Le sionisme étant ainsi imprégné de deux formes de péché originel indéracinable, l’opposition violente à Israël est légitimée et toute forme de compromis, même de négociation, est « malavisée et malhonnête parce que le« dialogue »ne s’attaque pas au statu quo asymétrique. « 

Mais l’histoire du Moyen-Orient ne se prête pas à ces formulations. Parmi les nombreux concepts abusés et pervertis par les Palestiniens, les accusations de «génocide» israélien sont les plus élevées pour l’audace flagrante et pour la calomnie et l’odieux jumelées. L’idée coloniale mérite l’attention pour trois raisons: son adoption relativement récente par les Palestiniens et leurs défenseurs; sa devise plus large dans l’académie; et sa fausseté évidente et ironique.

L’idée que les Juifs sont des «colons-colonialistes» est facilement réfutée. Une multitude de preuves démontre que les Juifs sont la population indigène du Levant méridional; la documentation historique et maintenant génétique place les Juifs là-bas il y a plus de 2 000 ans, et il existe des preuves incontestables de la résidence continuelle des Juifs dans la région. Les données montrant la continuité culturelle et génétique des communautés juives locales et mondiales sont également abondantes. Les preuves étaient si abondantes et si incontestables, même pour les historiens de l’Antiquité et les écrivains de textes religieux, dont certains étaient judéophobes, que la déconnexion des Juifs du Levant méridional n’était tout simplement pas conçue. Les juifs sont la population indigène.

Quant au soutien impérial, le mouvement sioniste a commencé sous l’Empire ottoman, qui était au mieux timide envers les Juifs et mal à l’aise avec l’idée de souveraineté juive. Pour sa part, l’Empire britannique a initialement offert son soutien sous la forme de la déclaration Balfour, mais pendant son règne obligatoire (1920-1948), le soutien au sionisme a vacillé. La construction d’infrastructures a énormément aidé le Yishouv, mais le soutien politique à l’immigration et au développement juifs, tel que stipulé par le mandat de la Société des Nations, a augmenté et diminué jusqu’à ce que, comme on le sait, il soit retiré à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Ce n’est guère du «colonialisme de colonisation».

Ironiquement, on ne peut pas en dire autant des Arabes palestiniens. Une analyse récente de Pinhas Inbari a passé en revue l’histoire de la Palestine (dérivée du terme romain Palaestina, appliqué en 135 CE comme punition à une révolte juive). Plus particulièrement, il examine les traditions d’origine des tribus palestiniennes, qui continuent encore aujourd’hui de se considérer comme des immigrés d’autres pays. L’examen d’Inbari, ainsi que de nombreuses sources d’informations supplémentaires qu’il n’a pas abordées, démontre que les Palestiniens modernes sont, en fait, issus de deux courants principaux: les convertis des juifs et des chrétiens indigènes prémodernes qui se sont soumis à l’islam, et les tribus arabes originaires du Moyen-Orient qui a migré vers le Levant méridional entre la fin de l’Antiquité et les années 1940. Les épisodes les mieux documentés ont été les conquêtes islamiques du 7e siècle et ses conséquences, et les périodes de la fin de l’Empire ottoman et du mandat britannique.

Même des exemples notables comme le négociateur palestinien Saeb Erekat, qui a ridiculement affirmé que «je suis le fier fils des Cananéens qui étaient là 5 500 ans avant que Joshua bin Nun n’incendie la ville de Jéricho», retrace sa véritable lignée familiale à la tribu Huwaitat, migré d’Arabie vers la Jordanie. Le rare aveu du ministre du Hamas Fathi Ḥammad selon lequel «la moitié des Palestiniens sont des Égyptiens et l’autre moitié des Saoudiens» est plus honnête.

Faisant écho à Inbari, il ne faut pas affirmer ici qu ‘«il n’y a pas de Palestiniens» qui ne méritent donc pas des droits politiques, y compris l’autonomie et un État. Agir ainsi serait à la fois logiquement et moralement faux. Les Palestiniens ont le droit de se définir comme ils l’entendent et doivent être négociés de bonne foi par les Israéliens. Ce que les Palestiniens ne peuvent pas prétendre, cependant, c’est qu’ils sont la population indigène de Palestine et que les Juifs sont des colons coloniaux.

Les généalogies palestiniennes qui montrent leurs propres tribus originaires de l’extérieur du Levant méridional sont des preuves prima facie du colonialisme des colons arabes. Et si les récits des conquêtes arabes de la Palestine byzantine et de l’Afrique du Nord ne peuvent être pris au pied de la lettre, ils sont de pures expressions idéologiques du colonialisme de peuplement. En 634-37 CE, les armées musulmanes commandées par le calife Umar ont conquis l’ensemble du Levant avant d’envahir l’Arménie et l’Anatolie en 638 et Chypre en 639.

L’islamisation et l’arabisation ultérieures du Levant ont été un processus impérial long et complexe qui a nécessité de réorganiser la région en provinces administratives, d’instituer de nouvelles catégories sociales à des fins d’imposition et de contrôle, d’implanter des colons et de redistribuer les terres en domaines et d’encourager la conversion à l’islam. Au fil des siècles, d’autres colons ont émigré et ont été intentionnellement implantés, y compris, au 19ème siècle seulement, des Egyptiens fuyant et importés par Muhammad Ali de la fin des années 1820 aux années 1840 , ainsi que des Tchétchènes, des Circassiens et des Turkmènes relocalisés par les Ottomans. Empire dans les années 1860 après ses guerres avec la Russie. Tribus de bédouins, Des Algériens, des Yéménites et bien d’autres ont également immigré au cours de ce siècle.

En ce qui concerne l’immigration moderne, Inbari aurait bien pu signaler les augmentations bien documentées des chiffres du recensement palestinien de 1922 à 1931 , produites par l’immigration illégale stimulée par le développement de l’infrastructure et de l’économie de la région. Selon une estimation, environ 37% de l’augmentation de la population palestinienne entre 1922 et 1931, soit plus de 60 000 personnes, résultent de l’immigration illégale. Une autre étude a révélé que de 1932 à 1946, 60 000 autres immigrants illégaux de sexe masculin sont entrés dans le pays, avec un nombre incalculable de femmes importées comme épouses. Celles-ci s’ajoutaient au grand afflux de travailleurs arabes de 1940 à 1945 en relation avec l’effort de guerre.

Pour répéter, ces arguments ne se résument pas à l’argumentation «d’une terre sans peuple pour un peuple sans terre», ou que la Palestine ottomane était «vide» lorsque le mouvement sioniste a commencé. Il était effectivement peuplé, quoique de manière inégale, mais ces populations avaient immigré dans le pays au cours des siècles précédents, un processus qui s’est accéléré précisément à cause du mouvement sioniste et du mandat britannique. Le colonialisme des colons palestiniens s’est déroulé, ironiquement, sous l’égide d’un empire à la fois musulman et chrétien.

Enfin, il y a la question d’une conscience ethno-nationale palestinienne distincte et de sa relation avec le colonialisme des colons. Prétend trouver une identité ethnique palestinienne distincte aussi loin que le 17 esiècle sont peu convaincants. Au lieu de cela, l’idée s’est développée comme un concept d’élite dans les années immédiatement avant et surtout après la Première Guerre mondiale, rivalisant avec des identités tribales et religieuses beaucoup plus profondes et plus résistantes. La nationalisation des masses s’est faite progressivement au cours des prochaines décennies, propulsée en partie par des tragédies largement imposées à eux par leurs dirigeants, notamment la «révolte arabe» de 1936-39, le rejet de la partition en 1947, la guerre d’indépendance israélienne. 1948-1949, et la dispersion ultérieure, plutôt locale, des réfugiés dans les années 1950. Le nationalisme et l’identité palestiniens sont en grande partie réactifs et secondaires, indiquant le fait que l’identité coloniale des colons était principalement tribale et religieuse, cette dernière impériale par définition.

Au cours des 19 e et 20 e siècles, une mythologie des Palestiniens «intemporels» a pris racine. Au cours de la période antérieure, il s’agissait d’un trope orientaliste européen: les Palestiniens en tant que «fossiles» vivants qui reflétaient les modes de vie de la Bible. Il a ensuite été adopté pour des raisons stratégiques par les Palestiniens eux-mêmes comme une réplique politique et culturelle au retour sioniste sur le territoire. Cet usage était peut-être compréhensible, quoique ironique; mais il atteint une reductio ad absurdum dans la prétention d’Erekat d’avoir eu des ancêtres du Paléolithique supérieur.

Ce sont donc les Palestiniens qui sont les colons-colonialistes, et non les Juifs ou même les sionistes. Cette prise de conscience change-t-elle quelque chose? La suppression d’un terme de la boîte à outils rejetiste rapproche-t-elle la cause de la négociation et de la paix? Cela semble peu probable. Mais à plus long terme, faire face à certaines vérités sera nécessaire pour les Palestiniens comme pour les Israéliens. La première est que le rejet d’Israël, au fond, n’est pas une fonction du nationalisme palestinien et de l’identité locale mais de l’opposition religieuse islamique à l’autonomie et à la souveraineté juives. Un autre est que les catégories tendancieuses comme le «colonialisme de colons», qui saper ironiquement les revendications palestiniennes au statut d’autochtone, devraient être abandonnées au profit d’évaluations honnêtes de l’histoire.

Afficher le PDF

Alex Joffe est archéologue et historien. Il est membre Shillman-Ginsburg du Middle East Forum.

Les articles du centre BESA Perspectives sont publiés grâce à la générosité de la famille Greg Rosshandler

Leave a Reply

Translate »