Skip to main content

COPAINS – COQUINS / Extrait N° 11 : Il y a dans notre génération un manque stupéfiant de virilité. L’amour véritable est d’une toute autre « carrure ». Il est viril, il prend des risques, il ne s’abandonne ni à la lâcheté, ni à l’amour excessif de soi, ni aux turpitudes psychologiques qui en découlent. Celui qui pratique l’amour véritable n’abandonne jamais un frère, une sœur quand l’heure de l’épreuve est là pour cet homme ou cette femme. Et CHAPITRE 7 : Galets et ricochets

By 17 novembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

Il y a dans notre génération un manque stupéfiant de virilité. L’amour véritable est d’une toute autre « carrure ». Il est viril, il prend des risques, il ne s’abandonne ni à la lâcheté, ni à l’amour excessif de soi, ni aux turpitudes psychologiques qui en découlent.

Celui qui pratique l’amour véritable n’abandonne jamais un frère, une sœur quand l’heure de l’épreuve est là pour cet homme ou cette femme.

 

L’épreuve de la calomnie révélera si ceux qui vous entourent sont des frères, des sœurs ou des copains-coquins, voire des lâches. Prenons garde ! Les désillusions sont grandes. Mais réjouissons-nous, parce que par la force du Christ nous pourrons quand même nous sortir de l’épreuve et aimer ceux qui nous ont trahis, sans aimer pour autant leur triste comportement.

 

CHAPITRE 7

 

Galets et ricochets

 

 

Qui n’a pas, enfant, fait des ricochets sur l’eau avec deux ou trois galets polis, plats et plus ou moins ronds ? Qui ne s’est pas émerveillé à les voir rebondir sur la surface d’un étang ? Qui ne s’est pas intérieurement enorgueilli de les voir quelquefois franchir des distances importantes, dix, quinze, vingt mètres ?

 

Qui n’a pas poussé un « Oh ! » de dépit en voyant finalement mourir l’élan de la pierre et le galet disparaître à tout jamais au fond de l’eau ?

 

Alors que je vais vers la fin de ce petit livre, le Seigneur a fait monter à mon esprit cette scène de toutes nos enfances, car elle contient en ses éléments une symbolique qui décrit très exactement la stratégie du diable à travers la calomnie. Examinons ces éléments les uns après les autres.

 

1) Le galet, la pierre lancée.

 

Dans l’ancienne alliance, c’est avec des pierres que l’on pratiquait la justice selon la loi et que l’on mettait à mort dans certaines circonstances.

Jésus a clairement rendu cette méthode caduque, qui n’est d’ailleurs plus pratiquée dans le judaïsme actuel, nulle part. Nous avons tous en mémoire l’épisode de la femme adultère amenée devant Jésus, le silence suivi des paroles extraordinaires du Messie : « Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. » (Jean 8.7).

Nous avons tous en mémoire aussi l’épisode d’Actes 6 et 7 où nous voyons Etienne massacré à coups de pierre par l’esprit religieux (Actes 7.51-60) : « Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles ! vous vous opposez toujours au Saint-Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi. Lequel des prophètes vos pères n’ont-ils pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers, vous qui avez reçu la loi d’après des commandements d’anges, et qui ne l’avez point gardée !… En entendant ces paroles, ils étaient furieux dans leur cœur, et ils grinçaient des dents contre lui. Mais Etienne, rempli du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de D.ieu et Jésus debout à la droite de D.ieu. Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de D.ieu. Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui, le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent. Les témoins déposèrent leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme nommé Saul et ils lapidèrent Etienne, qui priait et disait : Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! Puis, s’étant mis à genoux, il s’écria d’une voix forte : Seigneur, ne leur impute pas ce péché ! Et, après ces paroles, il s’endormit. »

 

Au chapitre 6, du verset 7 au verset 15, nous sommes dans un contexte de réveil et nous voyons aussi que des hommes religieux utilisent les pierres de la calomnie, du mensonge, pour tenter de tuer le témoignage d’Etienne (Actes 6.11-14). Nous y reviendrons plus tard.

 

Les pierres, les galets du mensonge, de la calomnie, ont donc un but très clair : tuer. Tuer d’abord la réputation, tuer ensuite le corps, si tuer la réputation n’est pas suffisant. Le discours d’Etienne en Actes 7.51-52 est éloquent à ce sujet. Il est important que ceux qui acceptent les vêtements du ministère prophétique soient avertis et qu’ils acceptent d’en payer le prix de souffrances inévitables. Il semble malheureusement que bien des ministères aujourd’hui manifestent un caractère pour le moins souffreteux…

 

 

2) L’eau, l’étendue d’eau sur laquelle se font les ricochets.

 

Nous savons tous que les étendues d’eau représentent symboliquement le monde, les nations. La prostituée assise sur les eaux, dans le livre de l’Apocalypse, par exemple, représente bien évidemment un principe de corruption, un principe démoniaque, qui règne sur la grande mer des nations (Apoc. 17.1-6). Dans ce passage bien connu, cette femme nous est présentée comme ivre du sang des saints. Ce n’est pas un hasard. Il y a bien entendu quelque chose de Jézabel chez cette femme et nous savons que Jézabel hait la vérité, l’autorité de Christ et l’unité de ses enfants par-dessus tout.

 

Leave a Reply

Translate »