Skip to main content

Copains-Coquins / Suite et fin ! : Qu’arriva-t-il ? Dans les deux ou trois mois qui suivirent, le président du conseil d’administration qui avait « piloté » les vœux de l’ecclésiastique mourut brutalement. La secrétaire, à peine la dissolution effectuée, fut hospitalisée de longs mois, avec d’affreuses douleurs rénales dont l’origine semblait indécelable. Le prêtre qui m’avait menacé se mit à fréquenter et animer un cercle spirite. Il y eut scandale. Il fut démis de son poste de prêtre par son évêque. Je ne sais à ce jour ce qu’il est devenu…

By 23 novembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

Qu’arriva-t-il ?

Dans les deux ou trois mois qui suivirent, le président du conseil d’administration qui avait « piloté » les vœux de l’ecclésiastique mourut brutalement. La secrétaire, à peine la dissolution effectuée, fut hospitalisée de longs mois, avec d’affreuses douleurs rénales dont l’origine semblait indécelable. Le prêtre qui m’avait menacé se mit à fréquenter et animer un cercle spirite. Il y eut scandale. Il fut démis de son poste de prêtre par son évêque. Je ne sais à ce jour ce qu’il est devenu…

 

Quant à moi, je ne restai pas sans travail, puisque je retrouvai immédiatement un emploi, mieux payé, dans un contexte culturel bien plus intéressant de la région de Liège, en Belgique.

Là, D.ieu me prévint, par ces paroles : – Dans un an, tu seras à temps plein pour moi. Ceci est ton dernier emploi.

Plein succès durant les six premiers mois ! Je priais tout particulièrement chaque jour à mon bureau, le matin, avant le début du travail.

 

Il me fut demandé un jour de participer à une émission réalisée par une radio locale qui couvrait un rayon assez vaste. Entre autres, mes prestations de responsable culturel au niveau d’un centre d’exposition d’art contemporain avaient été remarquées. L’animateur de radio avait cependant vu un petit autocollant « Jésus est Seigneur » sur ma voiture et il commença l’interview en relevant la chose. Il faut signaler que j’évoluais professionnellement dans la banlieue « rouge » de Liège et que mon « patron » était un homme politique bien connu en Belgique. Il était franc-maçon et socialiste.

 

A la première question de l’interview, il n’y eut qu’une réponse, mais une réponse de vingt-cinq minutes, tout le temps de l’émission. L’interviewer, les larmes aux yeux, ne pouvait m’interrompre. En effet, je donnai durant ces vingt-cinq minutes le témoignage de ma conversion qui commence ainsi : – Je me réveillai un jour dans ma chambre d’artiste, tout seul, désespéré. Quelqu’un était présent et j’entendis sa voix (tout à fait audible) me dire : Je suis ton Père et JE T’AIME… Ce quelqu’un bien qu’invisible était bien présent.

 

Il est inutile que je vous explique quel accueil me fut fait dès le lendemain à mon bureau, car tout le monde était obligatoirement adepte du petit livre rouge… de MAO ! Tous mes dossiers me furent repris. Je commençai à végéter et, au terme de mon contrat à l’essai d’un an, un conseil d’administration fut réuni dans un cadre et une méthode de totale illégalité pour décider de mon éviction.

 

Je commençai alors à vivre immédiatement par la foi, de manière puissante et extraordinaire, au service du Seigneur.

 

Savez-vous ce qu’il advint ? L’ex-ministre fut assassiné en rue quelques temps après et j’appris bien des années plus tard que mon collègue qui avait largement contribué à mon éviction s’était suicidé par pendaison. Tout cela est terrible…

 

Je suis convaincu aujourd’hui, à travers ces expériences, et plusieurs autres hélas, que lorsqu’on s’attaque à un enfant de D.ieu vivant avec authenticité l’on doit s’attendre à de terribles « retours de flammes ». Le verset 27 du chapitre 26 des Proverbes ne nous dit-il pas en effet : « Celui qui creuse une fosse y tombe, et la pierre revient sur celui qui la roule. » ?

 

C’est sans complaisance que je rapporte ici ces choses, car en fait elles m’effraient et me peinent. La mort ou la souffrance d’un « ennemi » ne peut réjouir qu’un cœur pervers.

 

Permettez-moi de terminer avec la petite phrase qui se trouve en première page de Copains-coquins : La purification est la clé véritable du réveil.

 

Après des années d’expectative prudente à ce sujet, je crois aussi, parce qu’enfin on se met à prier à ce sujet un peu partout en France, maintenant, qu’un réveil va venir. Car le désir profond du Seigneur est de faire grâce. Nous voyons en plusieurs endroits du monde naître et se développer d’authentiques réveils. Réjouissons-nous ! Pourquoi la France serait-elle exclue d’une puissante visitation du Saint-Esprit ? Ce réveil qui vient mettra en jeu, en action, des hommes, des femmes, des jeunes gens, des enfants, des vieillards, aux mains et aux cœurs propres.

 

Le Seigneur parle aujourd’hui par Son Esprit et par toutes sortes de signes (certains de ces signes ne sont pas très agréables…). C’est un avertissement. Purifions nos mains et nos cœurs. Commençons par accepter l’idée que nous sommes peut-être bien coupables de quelque chose et plaçons-nous ensuite devant D.ieu pour qu’Il réveille nos consciences si elles ont été endormies. Ecoutons tant qu’il en est temps le son du grand Shoffar de Yom HaKippourim (Jour des expiations). Car si nous refusons de nous laisser interpeller, nous ne pourrons participer à ce projet de moisson dans le réveil qui vient.

Peut-être même ne serons-nous plus là pour voir cette œuvre merveilleuse, tout simplement.

 

 

 

 

NB : C’est à l’occasion de Rosh HaShana (littéralement « tête de l’année ») ou Nouvel An juif, en réalité appelé « Yom Teroua » (jour de la sonnerie), que l’on sonne du Shoffar, en signe d’appel à la repentance et en signe d’appel au retour des exilés. La fête de Yom Kippour (jour des expiations) clôture ces jours dits « redoutables », signe que nos noms sont écrits ou non dans le Livre de Vie, par une sonnerie solennelle du Shoffar également. N’y a-t-il pas ici un parcours spirituel extraordinaire ? L’an neuf – une nouvelle ère peut commencer avec… la repentance et le retour des exilés…, ceux qui se sont éloignés des préceptes de base : cœurs purs, cœurs simples…

 

 

 

Join the discussion 2 Comments

  • Brigitte Pelletier dit :

    Très beau texte,
    oui, Dieu vient nous chercher dans nos solitudes.
    Quelle chose magnifique que cette rencontre avec le Maître,
    Yeshua Mashias.

  • Danielle25 dit :

    Merci Haïm parce que tu es toujours sur la brèche pour nous exhorter, nous montrer notre réalité, nous amener ou nous faire rester sur le chemin étroit.
    Puisse ce livre porter du fruit pour le Seigneur. Je souhaite que cette moisson dont tu parles naisse partout où tu seras, partout où nous serons.
    Que nous acceptions de nous laisser interpeler et que notre sanctification permette cette moisson très bientôt.

Leave a Reply

Translate »