was successfully added to your cart.

« Dans un monde assailli par la plus atroce barbarie, la généreuse tradition des prophètes hébreux, que le christianisme, en ce qu’il eut de plus pur, reprit pour l’élargir, ne demeure-t-elle pas une de nos meilleures raisons de vivre, de croire et de lutter ? »  MARC BLOCH

By 17 mars 2018 Le mot du jour
www.lesprovinciales.fr
•  Sur deux grandes pages du Monde, JEAN BIRNBAUMveut absolument nous faire croire que BAT YE’OR n’est qu’une affabulatice. « De livre en livre, finalement, Bat Ye’or aura théorisé cette expérience d’inquiétude et de vulnérabilité, la radicalisant peu à peu jusqu’à l’universaliser dans un grand récit aux prétentions scientifiques douteuses, mais aux effets politiques explosifs. Si ses premiers textes relevaient d’un travail de recherche historique, ses pamphlets comme Eurabia s’apparentent davantage à la fable conspirationniste. Ainsi l’intellectuelle britannique a-t-elle renoué, consciemment ou non, avec ce qu’elle présente comme sa vraie passion, la fiction. » Il conclut donc en se demandant si MICHELHOUELLEBECQ « n’aurait pas déjà rédigé une version romanesque de ses pamphlets politiques ». L’histoire s’achèverait-elle dans la fiction ? (LIEN.)

 Résolument cela ne tient aucun compte de l’effort de lecture loyalement proposé par ALEXIS LACROIX dansL’Express : « Depuis près d’un demi-siècle, avec une opiniâtreté méthodique, certains détracteurs de l’œuvre de Bat Ye’or ont cherché à expulser cette historienne britannique hors du cercle de la scientificité, à l’entourer d’un halo sulfureux, à la déconsidérer comme un esprit irrationnel. Jusqu’à un certain point, ils y sont parvenus. » Ils ont réussi à brouiller la réception du travail de BAT YE’OR : « Leur dénigrement vertueux a installé dans les esprits l’idée que la spécialiste de la “dhimmitude”, c’est-à-dire du statut des non musulmans en terre d’islam, aurait glissé vers un bord-à-bord avec les théories du complot. À la lire, pourtant, on s’aperçoit qu’il n’en est rien. » (LIEN).

• NADIA LAMM, dans Tribune juive l’a bien relevé : « Jean Birnbaum choisit un angle d’attaque qui, on en conviendra pour l’auteur d’Un silence religieux, la gauche face au djihadisme, ne manque pas de sel : voilà un auteur (Bat Ye’or), qui dérogeant  à la loi du silence qui prévaut – selon Birnbaum lui-même ! – à gauche, a placé au centre de sa réflexion… le djihadisme islamiste, précisément, et que Birnbaum, sans faire ni une ni deux, mais en obéissant au réflexe conditionné que lui-même dénonce, tente de dissuader de penser et d’écrire en la renvoyant, selon les codes en vigueur que lui-même a longuement décryptés dans son livre,  à… l’islamophobie ! » (LIEN.)

• « En identifiant Bat Ye’or aux “nouveaux croisés”, Le Monde fait de Bat Ye’or une cible pour les islamistes », note d’ailleurs GUY MILLIÈRE dansDreuz (LIEN) 

•  Mais si BAT YE’OR publia son Autobiographie, ce n’était pas d’abord pour se justifier : « Je portais l’Étoile jaune de mes livres » – mais parce que la paix ne peut pas être fondée sur le mensonge historique, ni le respect sur une forme de complaisance : la mission des victimes du jihad et de la dhimmitude ne s’arrête pas à leur libération, mais doit conduitre à une prise de conscience historique des oppresseurs eux-mêmes. (LIEN.)

• Comme l’écrit JÉRÔME BESNARD dans L’Incorrect : « L’œuvre de Bat Ye’or possède la force des analyses nées de la connaissance intime des manifestations du sujet étudié. Loin de troubler la pertinence de ses travaux sur l’islam, la tragédie intime qu’elle a vécu dans l’Orient compliqué, à l’âge des plaisirs et de l’insouciance, leur confère un souffle prophétique dont on rêve de voir s’emparer les jeunes générations pour que les mêmes erreurs et les mêmes renoncements ne reproduisent une nouvelle fois les mêmes effets tragiques. » (LIEN)

• DOMINIQUE DECHERF l’affirme justement dans France catholique : « Les faits ont donné raison à Bat Ye’or ». (LIEN).

www.lesprovinciales.fr

 

Leave a Reply

Translate »