Délai américain pour une décision sur la souveraineté

Morton Klein, président de la puissante organisation Zionist Organisation of America (ZOA) a annoncé que le délai d’ici lequel l’Administration Trump donnera son avis définitif sur la loi de souveraineté est de 45 jours au maximum. Il a reçu cette information de sources à l’intérieur de la Maison-Blanche avec laquelle ZOA a de très bons rapports. Par ailleurs, Morton Klein indique que les chances qu’un feu vert américain soit donné à Israël dépassent les 50%.

Les discussions sur ce dossier au sein de l’Administration américaine reprendront dans les jours qui viennent, après les festivités liées au 224e anniversaire de l’Indépendance des Etats-Unis. Pour Morton Klein, « l’application de la souveraineté israélienne en Judée-Samarie se justifie sur le plan rationnel, humain, juridique, historique  et sécuritaire ».

Il également dénoncé l’attitude des organisations de la gauche juive américaine qui proposent en fait sans le dire ouvertement une « épuration ethnique de centaines de milliers de Juifs qui vivent en Judée-Samarie, berceau de la nation juive ». « Cette opposition provient de milieux ‘progressistes’ et gauchisants juifs américains qui ne cessent d’insuffler la peur et causent sans cesse des dégâts », a déclaré Morton Klein.

Pressions croissantes des milieux évangéliques américains

A quatre mois de l’élection présidentielle américaine, la pression sur Donald Trump augmente de la part des groupes chrétiens évangéliques pro-israéliens qui constituent une large base électorale du Parti républicain.

Mike Evans au musée des « Friends of Zion à Jérusalem – Photo Nati Shohat/Flash90

Mike Evans, président de l’organisation « Friends of Zion » et fondateur du musée des Amis de Sion à Jérusalem avertit qu’une décision finalement négative de Donald Trump quant à la loi de souveraineté en Israël entraînera une forte défection des électeurs républicains évangéliques au mois de novembre.

Mike Evans a remis récemment au secrétaire d’Etat Mike Pompeo la distinction « Friends of Zion » pour son soutien constant à l’Etat d’Israël alors que jusqu’à présent le State Department a toujours été le maillon faible dans le soutien américain à l’Etat d’Israël. Lors de la cérémonie, il a relevé avec satisfaction l’attitude nettement pro-israélienne de l’Administration Trump, avec le président Trump mais aussi grâce à des personnalités-clé issus des milieux évangéliques telles que Mike Pompeo ou le vice-président des Etats-Unis Mike Pence.

Mais Mike Evans a aussi émis une menace à peine voilée : « La question est de savoir si Donald Trump souhaite être réélu. La communauté évangélique lui a accordé le pouvoir en 2016 pour deux raisons : la politique en faveur de la vie (opposition à l’avortement) et le soutien à Israël. Nous n’oublions pas à qui appartient la terre d’Israël et quelles sont les bases théologiques de cette appartenance. Nous considérons que cette terre appartient au peuple juif car il s’est agi d’une décision divine qui figure dans la Bible juive, et on ne peut pas dire que ce qui dit la Bible est illégal! Ainsi, si le président américain ne reconnaît finalement pas la souveraineté souhaitée par Binyamin Netanyahou et s’oppose à ce que la terre d’Israël appartienne au peuple juif, je le dis avec peine, cela lui ôtera le vote des chrétiens évangéliques. Toutes les choses merveilleuses que le président Trump a fait jusqu’à présent pour Israël montrent quelle est la direction qu’il souhaite prendre. C’est pour quoi je suis convaincu qu’il ne rompra pas sa promesse envers Israël. Un président républicain ne peut être élu sans les voix des évangéliques (…) Il y a des conseillers du président qui l’induisent en erreur ou le conseillent dans la mauvaise direction. Il doit se ressaisir, car la force électorale est chez nous et pas chez eux, et si nous devons choisir entre le président et la Bible nous choisirons la Bible (…) Nous avons 73 millions de personnes pro-israéliennes qui nous suivent et qui veulent que Donald Trump tienne sa promesse et nous ferons en sorte d’écarter ceux qui tentent de le dissuader car le président tiendra davantage à sa réélection qu’à eux! ».

Photo Illustration

Leave a Reply

Translate »