was successfully added to your cart.

DES SEMI-CHRETIENS

By 26 février 2015Le mot du jour

David Wilkerson

Salomon a compartimenté sa vie : à moitié pour Dieu et à moitié pour ses plaisirs. La Parole de Dieu ne l’avait convaincu qu’à moitié. Il n’a expérimenté qu’à moitié la tristesse pour le péché, qu’à moitié la repentance… ce qui a produit seulement des semi-changements ! Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais Salomon n’a été qu’à moitié convaincu qu’il ne devait pas vivre avec sa femme païenne dans le lieu saint, à proximité de l’arche. Alors, il a décidé de la déménager à moitié, à l’autre bout de la ville ! “Salomon fit monter la fille du pharaon de la ville de David jusque dans la maison qu’il lui avait construite, car il dit : « Ma femme n’habitera pas dans la maison de David, parce que les lieux où est entrée l’arche de l’Éternel sont saints. »” (2 Chroniques 8:11)

La vérité, c’est que Salomon ne voulait pas renoncer à elle ! Il savait dans son cœur que c’était mal, et ça le travaillait intérieurement. Je peux l’entendre dire : “Oui, je dois faire quelque chose à ce sujet. Je vais montrer au Seigneur que je veux faire ce qui est bien.” Mais l’a-t-il renvoyée en Égypte ?

Nos églises, aujourd’hui, sont pleines de semi-chrétiens : à moitié convaincus par la Parole et à moitié repentants, faisant des demi-changements dans leur vie. Il y a très peu de “tremblements à la Parole.” J’entends tant de gens qui vivent encore dans des péchés flagrants, qui font encore les mêmes choses qu’avant. Ils disent : “Dieu sait que je veux bien faire. Il voit mon cœur. J’aime réellement le Seigneur. J’ai déjà opéré quelques changements et je m’améliore.” Ce n’est pas suffisant de vouloir bien faire. Nous devons le faire !

Salomon avait terminé le temple et avait fini tous ses projets de construction. Mais il vivait encore dans la désobéissance dans certains aspects, n’y voyant pas de danger. Mais Dieu était tellement miséricordieux qu’Il a continué à répondre à ses prières. Salomon continuait à aller offrir des sacrifices trois fois par an et il était joyeux et heureux dans la présence du Seigneur.

Je crois que c’est la position la plus dangereuse dans laquelle un chrétien peut se retrouver : ses prières sont encore exaucées et il y a de la joie et du bonheur. Mais il reste cependant des zones de désobéissance, où la Parole ne fait pas autorité de façon absolue, et le croyant est aveugle à la détérioration qui commence.

Dieu est apparu à nouveau à Salomon avec un sermon fort, une Parole puissante : “Marche dans l’intégrité. Obéis à Ma Parole.” Pendant tout ce temps, Salomon glissait peu à peu loin de Dieu, s’endurcissant et devenant insensible à la Parole, aveuglé par Ses bénédictions et Ses grâces. Combien de chrétiens sont bénis, ressentent la présence de l’Esprit de Dieu, se réjouissent en Lui et se disent : “Tout va bien puisque Dieu me bénit”?

Join the discussion 2 Comments

  • Michelle dit :

    Justement, je me pose la question de savoir si je ne fais pas partie de cette « catégorie » de semi-chrétiens, d’autant plus qu’après une trentaine d’année dans la philosophie du bouddhisme, j’ai tout à apprendre du Seigneur Jésus, car mes convictions et certitudes engrangées jusque là se sont toutes écroulées autour de moi, une mise à nu qui m’a
    laissé dans une tristesse abyssale !!
    Je me pose donc encore la question de savoir pourquoi je me retrouve devant Lui à bientôt 60 ans pendant ces temps de prières, avec mille interrogations, me demandant si je suis dans le juste milieu de mon cœur et de mes pensées, sans faux semblants ni hypocrisies dans la recherche de cette maturité spirituelle ; car quand je pense que je suis enfin sur la bonne voie, tout s’effondre de nouveau lors d’une prédication entendue ou d’un verset qui m’a interpellé ; ai-je une quelconque utilité dans Son plan compte tenu de mon ignorance, de toutes ces années perdues…, Dieu n’a sans doute pas de temps à perdre avec une ingrate créature comme moi malgré la meilleure volonté à chercher Sa face.
    La soumission à la repentance est rude justement, vaut elle la peine de relever ce challenge hors du commun puisque de toute façon je me dis qu’il y aura peu d’élus alors moi forcément, je suis bonne pour la trappe surtout que la crainte de la fosse reste effrontément épinglée dans ma tête et vu le nombre de mes transgressions.
    Mais surtout, entre colère, silence, prière, réflexion, doute, joie, détermination, pleurs, tristesse….….je ne peux m’empêcher d’être émerveillée de cette vie qui palpite en moi, un vrai paradoxe intellectuel! Aussi, envers et contre tout, je m’accroche au Seigneur Jésus avec un amour qui grandit chaque jour davantage.
    Amen

Leave a Reply

Translate »