Skip to main content

Des troupes suédoises et américaines s’exercent sur une île remilitarisée dans le cadre d’un exercice de l’OTAN

By 13 juin 2022AVERTISSEMENT
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 13 JUIN 2022
Des troupes suédoises et américaines s’exercent sur une île remilitarisée dans le cadre d’un exercice de l’OTAN

La nécessité de défendre Gotland contre une invasion étrangère semblait une idée si farfelue aux décideurs suédois au début du siècle, qu’ils ont démilitarisé l’île de la mer Baltique.

Aujourd’hui, dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine, l’idée n’est plus farfelue du tout, depuis la Suède, et les forces armées suédoises sont de retour. Elles s’entraînent avec les troupes américaines, non seulement à défendre cette île de 58 000 habitants, mais aussi à la reprendre à un agresseur étranger.

Les Marines américains ont effectué des parachutages et des débarquements amphibies à Gotland dans le cadre d’un exercice de l’OTAN en mer Baltique. Ce n’est pas la première fois, ce n’est pas une nouveauté, qu’on ne s’y trompe pas.

L’exercice BALTOPS a lieu annuellement. Cependant, bien qu’il ne soit pas organisé en réponse à une menace spécifique, l’édition de cette année intervient dans le contexte des tensions accrues avec la Russie, suite à son invasion de l’Ukraine.

De fait, environ 7 000 militaires et 45 navires de 14 pays de l’OTAN, ainsi que de la Suède et de la Finlande, y ont participé !

Malgré leur statut de non-alignés, les deux pays Nordiques pratiquent régulièrement ces exercices avec les pays de l’OTAN. Nous savons que les deux gouvernements ont décidé de devenir membre à part entière de l’alliance militaire occidentale.

« Je me sens vraiment préparé. Je veux dire, nous avons fait un grand déploiement sur Gotland, et nous allons défendre Gotland », a déclaré le colonel suédois Magnus Frykvall, commandant du régiment de l’île, alors que du matériel militaire était déployé sur la côte. « C’est une tâche très difficile de prendre une île défendue ».

Stratégiquement située au milieu de la partie sud de la mer Baltique, Gotland a connu des invasions étrangères tout au long de son histoire.

  • La plus récente date de 1808, lorsque les forces russes l’ont brièvement occupée.
  • Après la fin de la guerre froide, la Suède a estimé que le risque d’une agression russe était si faible, qu’elle a recentré ses forces armées sur les opérations étrangères de maintien de la paix, plutôt que sur la défense de son territoire. Le régiment de Gotland a été fermé en 2005 alors que la Suède réduisait ses effectifs militaires.
  • L’annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014 a conduit à une remise en question, et un nouveau régiment a été créé à Gotland en 2018.
  • Il y a maintenant environ 400 soldats suédois basés en permanence sur l’île.
  • D’autres renforts ont été programmés à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Néanmoins, de nombreux habitants de Gotland estiment que la Suède ne serait pas en mesure de défendre l’île à elle seule en cas de nouvelle invasion.

« Si nous devions être envahis, nous n’aurions aucune chance car notre défense est trop faible et trop petite. Nous avons une défense vraiment moderne et bonne, mais elle est trop petite », a déclaré Lars Söderdahl, un chef cuisinier de 33 ans de la ville principale de l’île, Visby.

Pendant la période de candidature à l’OTAN, la Finlande et la Suède ont demandé des garanties de sécurité aux États-Unis et à d’autres pays membres.

Lors du lancement des exercices BALTOPS le week-end dernier à Stockholm, le général américain Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées, a déclaré qu’il était important que les alliés de l’OTAN « fassent preuve de solidarité avec la Finlande et la Suède ».

Leur adhésion à l’alliance placerait la Russie dans une position militaire difficile, la mer Baltique étant encerclée par les membres de l’OTAN, à l’exception de l’enclave balte russe de Kaliningrad et de la ville russe de Saint-Pétersbourg et de ses environs.

L’importance stratégique de Gotland, un lieu de vacances estivales très prisé des Suédois, est souvent considérée par rapport aux pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie), qui s’inquiètent particulièrement de toute agression russe après l’invasion de l’Ukraine, la Lituanie, notamment, dont l’indépendance est remise en question au parlement russe.

« Le fait est qu’à partir d’ici, l’approvisionnement et le soutien des États baltes est beaucoup plus facile ou beaucoup plus difficile, selon qui contrôle l’île », a déclaré à l’Associated Press Mikael Norrby, un universitaire de l’université d’Uppsala.

Parallèlement aux exercices de l’OTAN, la flotte russe de la Baltique a lancé ses propres exercices militaires cette semaine. Le service de presse de la flotte a qualifié les manœuvres de mardi d’exercice programmé axé sur « divers types de tâches de sécurité », notamment la localisation et la destruction de sous-marins ennemis.

« Il y a plus de 20 navires de guerre et bateaux dans les zones maritimes de la flotte de la Baltique, qui effectuent des tâches de combat à la fois individuellement et dans le cadre de groupes de recherche et de frappe de navires et de groupes de frappe de navires », a déclaré le service de presse dans un communiqué.

Il a ajouté que des corvettes, des patrouilleurs, des petits porteurs de missiles, des navires anti-sous-marins, des dragueurs de mines et des aéroglisseurs de débarquement figuraient parmi les navires participant aux exercices.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Leave a Reply

Translate »