Skip to main content

EHAD-UNITE de H. Goël / Extrait N° 31 : La chair engendre la chair et Caïn devint meurtrier de son propre frère. Laissez-moi vous dire que l’esprit de Caïn est extrêmement répandu aujourd’hui dans le monde, mais aussi dans l’Eglise. Croyez-moi, le choix des armes est vaste et raffiné dans l’arsenal : la course au succès, à l’estrade par exemple, ouvre à toutes les lâchetés, les cruautés, … même dans nos milieux. Et comme me le disait quelqu’un récemment, si l’on voyait autant de prédicateurs dans les rues que sur les estrades…

By 1 septembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

La chair engendre la chair et Caïn devint meurtrier de son propre frère. Laissez-moi vous dire que l’esprit de Caïn est extrêmement répandu aujourd’hui dans le monde, mais aussi dans l’Eglise. Croyez-moi, le choix des armes est vaste et raffiné dans l’arsenal : la course au succès, à l’estrade par exemple, ouvre à toutes les lâchetés, les cruautés, … même dans nos milieux. Et comme me le disait quelqu’un récemment, si l’on voyait autant de prédicateurs dans les rues que sur les estrades…

 

Un autre aspect du caractère de Caïn qui apparaît en Genèse 4 : 9 est l’entêtement, l’endurcissement et la solitude.

 

    « L’Eternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas ; suis-je le gardien de mon frère ? »

 

Caïn a été conçu et élevé dans un moment de rébellion (dans le chef de sa mère Eve). Rébellion et orgueil vont de pair. D.ieu résiste aux orgueilleux et aux fruits de l’orgueil. Caïn doit être perçu ici comme un type que nous livre l’Ecriture plus que comme personnage pris pour lui-même, si nous voulons comprendre ce que l’Ecriture a à nous dire. Le personnage de Caïn doit nous interpeller tous.

La récolte des graines semées par Eve dans le coeur de son enfant est évidente : insensibilité notoire, effronterie, défi, mensonge et, bien entendu, absence de toute repentance. Si nous étudions attentivement l’histoire de Caïn et de sa postérité, nous serons tristement édifiés. Déjà au verset 6 :

 

« Et l’Eternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ? » et 7 : « Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage ; et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui. »

 

La mansuétude de l’Eternel se porte vers Caïn pour le redresser, mais homme à l’identité charnelle il ne comprend rien à la bonté de D.ieu et devient, (dès le verset 8), un assassin.

D.ieu lui annonce que la terre qui appartient à D.ieu et qui est soumise à la justice de D.ieu ne pourra plus accueillir favorablement ses pas, puisqu’il l’a souillée du sang de son frère.

 

Verset 12 : « Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus sa richesse. Tu seras errant et vagabond sur la terre. »

 

Si nous observons la postérité de Caïn, nous retrouvons entêtement, rébellion et orgueil.

Nous voyons au verset 17 Caïn enfanter Hénoc et bâtir ensuite une ville à laquelle il donne le nom de son fils : Hénoc. Que d’orgueil !

 

Il est évident que Caïn qui n’est jamais passé par la repentance manifeste ici un état d’esprit que l’on retrouvera dans toute sa descendance : défier D.ieu et établir sa propre « vision ». Il est en cela un fils de Satan et il inaugure un grand principe de rébellion, l’idée de la Cité en tant que lieu de défi. Ce principe culminera avec Babel et Babylone dans la Bible. Plus tard, avec Nimrod dont l’Histoire nous apprend qu’il ira jusqu’à épouser sa propre mère, Sémiramis. Une illustration paroxystique des schémas n°2 et 3.

Ce qu’il y a de Caïn en nous nous lie psychiquement à notre mère.

 

Nimrod en est une illustration parfaite. Toutes les cultures et toutes les civilisations exalteront à des degrés divers ce principe de la Cité (Babylone, Athènes, Rome, Paris, New York, Moscou, Pékin…) et ce principe de la liaison psychique à la femme idolâtrée. Toute l’humanité depuis la préhistoire jusqu’à aujourd’hui a été marquée par le culte originel de la déesse terre-mère appelée selon la tradition Gaïa, et dont le culte s’est perpétué, culture après culture, civilisation après civilisation jusqu’à et y compris la Marie « immaculée conception », déesse-mère officielle de l’église romaine.

Citons quelques noms pour l’exemple : Sémiramis, Ishtar, Isis, Kali, toutes les divinités de la fécondité au Moyen-Orient, la Diane d’Ephèse, Vénus, Aphrodite, la Fréa des Germains, la déesse-mère des Gaulois, etc. (voir les illustrations en fin d’ouvrage).

Revenons à la postérité de Caïn.

Est-ce un hasard si dans sa descendance nous voyons apparaître avec Jubal la harpe et le chalumeau, lointains ancêtres des arts ? Et avec Tubal-Caïn la forge des instruments d’airain et de fer, lointains ancêtres des industries ?

Mal utilisées, ces choses (les arts et l’industrie) ne sont-elles pas les fondements de nos sociétés tournées vers le plaisir et la consommation ?

Les divinités grossières et planétaires de ce vingtième siècle finissant. Moloch monstrueux qui écrase tout sous ses pieds… et dévore tant d’hommes dans ses entrailles de feu (avec « art », plaisirs et séduction s’il vous plaît !).

 

Est-ce un hasard si nous trouvons à l’entrée de la cité la plus affairiste et peut-être la plus pervertie du monde d’aujourd’hui la statue immense d’une femme tenant un flambeau et pompeusement appelée « Statue de la Liberté » ? Mais de quelle liberté s’agit-il ? Et de quelle lumière ce flambeau nous éclaire-t-il à l’entrée du port de New York ? Ma pauvre soeur Eve, quels monuments Satan n’a-t-il pas élevés en mémoire de ton éphémère et triste égarement ?

 

Comment nous empêcher de nommer ici tous ces cultes à la déesse-mère ? Celui de la Madone, (Madone, faisons-en le rappel, signifiant Mère de toutes les femmes), dont le culte dans l’Eglise catholique romaine, faut-il encore s’en persuader, est tellement proche de celui d’une déesse terre-mère.

Pauvre Myriam, lointaine descendante d’Abraham, humble vierge d’Israël, servante du Seigneur, qu’a-t-on fait de ton témoignage ? Il fallait qu’il en soit ainsi afin que se perpétue l’autre vision. La diabolique, jusqu’à la fin.

 

Pour clore avec la descendance de Caïn, « Lémec prit deux femmes, l’une était Ada et l’autre Tsilla ». Toutes deux engendrèrent les fils qui furent à l’origine pour l’un : des arts, pour l’autre : des industries.

Savez-vous ce que signifiaient les noms Ada et Tsilla ? Ils signifiaient « ombre et désir ». « Ombre et désir », ne sont-ce pas là les décors et l’arrière-plan spirituel de notre société matérialiste hédoniste et perverse ?

 

 

Venons-en maintenant au verset 25 du chapitre 4 de la Genèse (où Eve s’exprime tout à fait différemment…)

 

    « Car, dit-elle, D.ieu m’a donné un autre fils à la place d’Abel que Caïn a tué. »

 

D’emblée ici, l’Auteur de toutes vies est à sa place et la bouche d’Eve le proclame. Elle n’a pu s’exprimer ainsi, sans qu’Adam n’ait été à ses côtés, ayant retrouvé quelque peu sa position d’époux, de couverture spirituelle qu’il devait avoir aussi lorsqu’il engendra Abel, le deuxième fils assassiné par Caïn.

Que constatons-nous ? Le nom de Caïn signifie littéralement « acquisition ». Seth, en hébreu signifie « désigné », et dérive d’un mot qui signifie « placer, mettre ». Seth est donc un don de D.ieu placé à la place d’Abel tué par Caïn. Seth est un don de D.ieu.

D.ieu délaisserait-il ce qu’Il a donné ? Jamais. De même qu’Il veillera jalousement sur tout ce qu’Il a mis en nous par Son Esprit. D.ieu a veillé sur Seth qui eut un fils du nom d’Enosh, et « c’est alors que l’on commença à invoquer le nom de l’Eternel » Genèse 4 : 26).

Postérité autrement plus positive que celle de Caïn ; Enosh signifie littéralement « mortel ». Mortel comme le grain de blé mourant en terre.

 

Si nous parcourons ensuite toute la descendance de Seth, nous arrivons à Noé, juste avant Sem, Cham et Japhet. Noé signifie littéralement « repos ou consolation ». Associons maintenant ces trois noms : Seth – Enosh – Noé (donné – mortel, repos -consolation).

Quand nous savons que l’arche de Noé est une préfiguration du salut en Jésus-Christ, ne pouvons-nous clairement lire dans l’alignement des noms Seth – Enosh – Noé une préfiguration : Yeshoua, le Messie, donné et mort pour notre consolation dans la Résurrection ?

 

Lorsqu’Eve parle ici, il est évident qu’elle se trouve en position relationnelle impeccable au sein du couple. Ceci est pleinement confirmé par le verset 3 du chapitre 5 : « Adam âgé de 130 ans engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et lui donna le nom de Seth. »

Il s’agit bien sûr du même Seth que celui des versets 25 et 26 du chapitre 4 de la Genèse. Adam, de manière magistrale, est ici présenté comme un homme éminemment relationnel, père et mari, communiquant identité.

 

C’est la part (éminemment relationnelle) qui fait qu’Adam a été créé à l’image de D.ieu qui est à nouveau manifestée ici. Et lorsqu’il est écrit qu’Adam engendra un fils à sa ressemblance et selon son image, il est question ici de dynamique relationnelle. La voie était ouverte pour que D.ieu parle à cette descendance-là, Seth et sa descendance.

Notons au passage que ce devait déjà être le cas pour Abel, en remplacement duquel Seth a été donné. Seth est donc une résurrection spirituelle d’Abel.

Ceci ouvre la voie à une nouvelle piste de réflexion : race d’Abel (ou de Seth) – race de Caïn.

Est-ce que Yeshoua, tué à cause de nous, comme Abel le fut par Caïn, a ouvert la voie pour la naissance de Seth (qui signifie : don) en nous ? Est-ce qu’à travers le sang de Jésus, nous avons vraiment été réidentifiés sous le regard du Père ?

 

 

Race de Caïn – race d’Abel.

 

De quelle sphère d’influence spirituelle dépendons-nous ? Si nous parcourons la Bible, nous voyons le conflit entre Caïn et Abel qui se perpétue : Esaü contre Jacob, Jacob contre Esaü, jouent tour à tour le rôle de Caïn et d’Abel. Nous verrons que pour Jacob, le côté Abel finira par prendre le dessus, mais pas avant que ne lui ait été révélée une nature relativement fourbe, dont il subira longuement les conséquences. L’émergence de la nature d’Abel en lui lui coûtera le prix d’une hanche brisée, pour qu’il puisse enfin s’appeler « Israël », ce qui veut dire vainqueur pour D.ieu, prince de D.ieu.

Que dire de la nature profondément caïnique d’Esaü qui vend son droit d’aînesse pour un brouet de lentilles ?

 

Le conflit latent de ces deux frères les suivra loin dans l’Histoire, puisque les Edomites qui s’opposeront à Israël sont les descendants d’Esaü. La Jordanie actuelle est le berceau d’Edom.

 

Que dire d’Isaac, père en phase démissionnaire, flattant l’amour de la chasse chez son fils qu’il aurait dû éduquer pour d’autres tâches, et cela pour satisfaire son seul goût du gibier ?

Que dire d’un autre conflit entre Ismaël et Isaac ?

Ne voyons-nous pas, à l’origine de ce dérapage, Sara, épouse d’Abraham, supplanter la volonté défaillante et à ce moment démissionnaire d’Abraham, pour lui proposer une solution toute charnelle ? La récolte est amère ; aujourd’hui encore le sang coule… Et selon l’aveu d’un jeune musulman intervenant spontanément et courageusement dans une émission radiophonique que nous avons écoutée il y a quelques jours, il y aurait une forme de jalousie, une forme de frustration, (compréhensible, si l’on y réfléchit), dans le coeur des descendants d’Ismaël face aux descendants d’Isaac.

Jésus a manifesté le profil d’Abel à la perfection. Judas, le profil de Caïn. On retrouve toujours chez les êtres du type Caïn, (que nous sommes tous un peu), cette soif du résultat rapide, immédiat. L’appel à la victoire politique et terrestre, qui habitait le coeur de Judas…

Le monde israélite qui, après l’avoir entendu, n’accepta pas les enseignements du rabbi Yeshoua, était caïnique. A l’inverse, le monde hébreu – et il fut bien plus important que ce qu’on nous laisse entendre généralement – qui accepta les enseignements de Jésus, avait en lui une nature Abel prépondérante.

Esaü, pour satisfaire son désir du moment, vendit son droit d’aînesse, son appel, comme Judas vendit son seul « tout » « disponible » : Yeshoua, et par là son destin…

Nous retrouvons encore ce conflit entre Joseph et ses frères. Joseph, parlant trop tôt sans doute, de la vision qu’il avait reçue, manifesta une nature quelque peu caïnique, charnelle, avide de résultats, nerveuse, réactive. O combien notre monde francophone marqué par la Révolution française (où, comme nous le verrons plus loin, le culte de la femme – reine fut revitalisé de manière redoutable), est « nerveux », réactif ! Une simple conversation y devient pour un esprit posé et serein un exercice hautement redoutable quelquefois.

Il faudra une longue période de décantation et de brisement pour qu’enfin l’Eternel puisse extraire de sa gangue caïnique le personnage disponible, malléable, qu’est devenu en fin de parcours Joseph, alors deuxième personnage d’Egypte.

Le sublime, ici, dans l’histoire de Joseph, est que nous assistons à une épuration des uns par les autres clôturée par une oeuvre de pardon. Les frères de Joseph, au spectacle de la douleur de leur père Israël, se sont laissés interpeller et au fil des années se sont assagis. N’est-il pas remarquable que, de part et d’autre, D.ieu ait agi pour briser chez tous les fils de Jacob, peu à peu, la nature de Caïn, au point qu’ils prospéreront ensemble et deviendront un peuple durant quatre cents ans sur la terre d’Egypte ? Oh, si dans le corps de Christ, nous pouvions admettre que tous nous avons en nous un peu et quelquefois beaucoup de la nature de Caïn, et si nous acceptions que D.ieu agisse comme Il le fit à travers tous les fils de Jacob-Israël, quel spectacle de prospérité ne donnerions-nous pas TOUS ENSEMBLE à un monde devenu jaloux !

 

A n’en pas douter, l’Eglise des tous premiers temps ressemblait à ce peuple, provoquant la jalousie de ceux qui choisissaient alors très nettement, ou de se joindre à elle ou de la persécuter.

 

Leave a Reply

Translate »