Skip to main content

EN LISANT DANS LE TETE EN HEBREU ET EN GREC / Extrait N°23 : Jean 12.3 « Lazarre était un de ceux qui étant allongé (anakeimenôn) à table avec lui… » Encore un petit coup d’œil sur les us et coutumes de l’époque : on mangeait allongé ! En Judée comme à Rome et dans le monde méditerranéen. D’ailleurs tous ont déjà vu les nombreux péplums qui ont été produits par Hollywood (Ben Hur, etc.) où l’on peut voir des assemblées de convives couchés dans une salle, en train de festoyer.

By 26 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

Jean 12.3
« Lazarre était un de ceux qui étant allongé (anakeimenôn) à table
avec lui… »
Encore un petit coup d’œil sur les us et coutumes de l’époque : on
mangeait allongé ! En Judée comme à Rome et dans le monde
méditerranéen. D’ailleurs tous ont déjà vu les nombreux péplums
qui ont été produits par Hollywood (Ben Hur, etc.) où l’on peut voir
des assemblées de convives couchés dans une salle, en train de
festoyer.
Des peintures telles que la Cène de Leonard de Vinci, Rubens,
Philippe de Champaigne, Dirk Bouts ou Hans Holbein, pour ne citer
que les plus célèbres, ne sont donc pas conformes à la réalité de
l’époque.
58
Jean 13.37
« La vie de Moi pour Toi Je déposerai. » (Titèmi = je dépose.)
(Traduction littérale depuis le texte grec.) Voyez Jean 10.17, 13.38
et Jean 15.13 qui utilisent également le même verbe titèmi (je
dépose, il dépose) en parlant de sa propre vie, mais en utilisant le
mot âme (tèn psu’hèn mou – mon âme).
Le verbe je donne, utilisé dans la Nouvelle Edition de Genève, la
Segond, etc., pour ces passages, se dit en fait normalement didômi
en grec. On le retrouve dans Jean 14.27 : « Je vous donne ma
paix », ou Jean 13.29 : « … afin qu’il donne (dô) quelque chose aux
pauvres ».
Déposer sa vie est un acte d’abandon total, volontaire, un lâcherprise, une offrande volontaire sur l’autel. C’est exactement ce que
Yeshoua a fait sur la Croix. Il s’agit ici d’une image très parlante.
Jean 15.2-3
Quelques différences de traduction :
Traduction littérale du texte grec : « Tout sarment en moi ne pas
portant de fruit Il enlève (aïrei) Lui, et tout du fruit portant Il purifie
(kataïrei) Lui, pour que du fruit plus il porte ». (Voyez Tite 2.14 et
Actes 15.9.)
Verset 3 : « Déjà vous êtes purs (kataroï) à cause de la parole que
J’ai dite à vous ».
La Nouvelle Edition de Genève dit : 1) Il le retranche. 2) Il l’émonde.
3) Déjà vous êtes purs.
La TOB : 1) Il l’enlève. 2) Il l’émonde. 3) Déjà vous êtes émondés.
La Bible en français courant : 1) Il enlève. 2) Il purifie. 3) Déjà rendus
purs.
Versets 1 et 5 : « Je suis la vigne » (ampelos). (Traduction littérale
du texte grec.)
Nouvelle Edition de Genève : « Je suis le cep ».
59
Verset 11 : « Cela j’ai prêché (lelalèka) à vous ». (Traduction
littérale du texte grec.)
Nouvelle Edition de Genève : « Je vous ai dit ces choses ». (legô =
dire. Voir par exemple Matthieu 5.2 ou Matthieu 6.25.)
Jean 15.15b
Nouvelle Edition de Genève : « … tout ce que j’ai appris de mon
Père ».
Traduction littérale du texte grec : « … tout ce que j’ai entendu
(èkousa > akouô) auprès de mon Père ».
Jean 17 (la prière sacerdotale)
Verset 6 :
« J’ai manifesté de Toi le nom aux humains que Tu as donnés à moi
du milieu du monde. À Toi ils étaient et à moi eux Tu as donné et la
parole de Toi ils ont gardée. » (Traduction littérale du texte grec.)
La parole, ici dans le texte, s’écrit ton logon (> logos).
Versets 7 et 8
« Maintenant, ils ont connu que tout ce que Tu as donné à moi,
d’auprès de Toi est ; parce que les paroles (ta rhèmata = les
paroles révélées) que Tu as données à moi, j’ai donné à eux, et
eux reçurent et ils connurent vraiment que d’auprès de Toi je suis
sorti, et ils crurent que Toi moi Tu as envoyé. » (Encore une fois la
traduction littérale du texte.)
Il est intéressant de noter que Jean utilise deux façons différentes
d’écrire le mot parole : logos et rhèma. Parce que Yeshoua a
vraiment reçu du Père une vraie révélation, Il a pu transmettre à Ses
disciples ces paroles révélées qui leur a permis de connaître qu’Il
était véritablement issu du Père.
Par contre, lorsqu’Il cite le mot logos, Il déclare que les disciples
vont garder la parole de D.ieu dans son ensemble.
60
Verset 12
« Quand j’étais avec eux, moi je gardais eux dans le nom de Toi
que Tu as donné à moi, et j’ai veillé… » (Traduction littérale.)
« Lorsque j’étais avec eux, je les gardais en Ton nom. J’ai gardé
ceux que tu m’as donnés… » (Nouvelle Edition de Genève)
On remarque ici que la traduction de la Nouvelle Edition de Genève
ne fait pas mention de « que Tu as donné à moi », c’est-à-dire Son
Nom (YHWH). Pourtant le texte est clair en grec. L’Éternel a donné
Son Nom à Son Fils, et c’est dans ce Nom qu’Il a gardé les
disciples, pas dans un quelconque autre nom.
Mais la traduction de la Nouvelle Edition de Genève fait « sauter »
le « que tu m’as donné » au début de la phrase suivante, induisant
que l’Éternel a donné à Yeshoua des disciples et qu’Il les a gardés
en Son nom. Le sens n’est donc pas le même.
Verset 13
Traduction littérale depuis le texte grec : « … pour qu’ils aient la joie
la mienne ayant été rendue complète (peplèrômenèn) en euxmêmes ». Plèréô signifie être plein, entier, complet.
Nouvelle Edition de Genève : « … afin qu’ils aient en eux ma joie
parfaite ».
Le mot « parfaite » déforme le sens du verset car, en fait, Yeshoua
souhaite que ses disciples aient Sa joie. Mais Il ne dit pas que Sa
joie est parfaite, Il dit souhaiter qu’elle soit rendue complète en eux,
du fait qu’Il s’en va vers le Père.
La TOB : « … ma joie dans sa plénitude ». (Déjà un peu plus proche
du texte.)
Versets 21-22-23
Nous trouvons à plusieurs reprises dans ces versets la mention du
mot « un » (qu’ils soient un…).
Le mot un en grec se dit eis, qui est au masculin. Or, dans le texte,
on trouve la forme neutre (èn).
61
Le dictionnaire Bailly nous dit ceci, à propos de ce mot : « Utilisé par
emphase, pour marquer plus fortement l’idée d’unité ».
Dans le Nouveau Testament interlinéaire grec/français, èn est
traduit par unité. (Verset 21, par ex. : « afin que tous soient unité,
comme Toi, Père, en moi, et moi en Toi, pour qu’eux aussi soient
en nous, afin que le monde croie que Toi moi Tu as envoyé ».)
C’est la même chose en hébreu : e’had = un, mais surtout dans le
sens d’unité. (Voyez le livre E’had – Unité, de mon mari, qui parle si
bien de cette vérité fondamentale.)
Verset 23
« … moi en eux, et Toi en moi, afin qu’ils soient ayant été parfaits
(teteleiômenoï > teleioô) dans l’unité, pour que connaisse le monde
que Toi moi Tu as envoyé et Tu as aimé eux comme moi Tu as
aimé. » (Traduction littérale du texte grec.)
Nouvelle Edition de Genève : « … afin qu’ils soient parfaitement
un ».
Teleioô signifie accomplir, achever, mener à terme, réaliser,
exécuter, arriver à maturité, parvenir à la perfection.
Donc, on pourrait traduire ainsi : « afin qu’ils parviennent à la
perfection (ou à la maturité) dans l’unité ».
N’est-ce pas merveilleux et bien plus fort que « afin qu’ils soient
parfaitement un » ?

Leave a Reply

Translate »