Skip to main content

En lisant dans le texte en hébreu et en grec / Extrait N°10 : Devarim (Deutéronome) 21.22-23 « Et si un homme a commis une faute passible de mort, il sera mis à mort et tu le pendras au gibet (en hébreu : et tu le pendras sur le bois – talita al-haetz. Le mot etz signifie : le bois).

By 10 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

Devarim (Deutéronome) 21.22-23
« Et si un homme a commis une faute passible de mort, il sera
mis à mort et tu le pendras au gibet (en hébreu : et tu le
pendras sur le bois – talita al-haetz. Le mot etz signifie : le bois).
Son cadavre ne passera pas la nuit sur la potence (en hébreu :
son cadavre ne passera pas la nuit sur le bois – lo talin nivlato
26
al-haetz), car tu l’enterreras assurément ce jour-là, car un pendu
est une malédiction de D.ieu et tu ne souilleras pas la terre que
l’Éternel ton D.ieu te donne en héritage. » (Bible Zadok Kahn).
Ce passage est à mettre en relation avec Galates 3.13 : « Christ
nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu
malédiction pour nous – car il est écrit : Maudit est quiconque est
pendu au bois. » (Nouvelle Edition de Genève)
Il est à noter ici que la traduction française rencontrée dans la
Nouvelle Edition de Genève semble plus proche du texte en
hébreu. Dans la Bible Zadok Kahn, on lit le mot gibet et le mot
potence. Parce qu’en réalité il est écrit que le coupable est tout
d’abord mis à mort par lapidation et ensuite pendu au bois.
S’agissait-il d’un gibet, d’une potence, ou ce bois avait-il l’aspect
de la croix utilisée par les Romains ? Je ne le sais pas, il faudrait
effectuer une recherche sur le sujet.
Ce qui est certain, en tout cas, c’est que dans la Torah il est fait
mention du fait qu’il faut enterrer le condamné avant la tombée
de la nuit (« Son cadavre ne passera pas la nuit sur la
potence. »). Les rabbins déclarent que l’âme humaine, quelle
qu’elle soit, même maudite, est créée à l’image de D.ieu et qu’il
serait dégradant de laisser le corps pendre de façon
déshonorante pendant une nuit entière, après l’avoir exposé pour
raison d’idolâtrie ou de blasphème contre D.ieu (selon le
‘Houmash).
C’est la raison pour laquelle Yeshoua a été réclamé aux Romains
par Joseph d’Arimathée avant la tombée de la nuit, afin de
pouvoir l’enterrer dans le tombeau qu’il avait réservé pour lui,
pour respecter la tradition biblique.
Juges 6.1
Cette portion des Écritures nous donne dès le premier verset la
cause cachée de l’abandon des Israélites entre les mains de
leurs ennemis.
27
« Les enfants d’Israël ayant de nouveau mécontenté l’Éternel, Il
les abandonna pendant sept ans au pouvoir des Madianites. »
Certes, ils mécontentèrent l’Éternel, mais de quelle manière ?
Si l’on cherche quelque peu, on découvrira que le nom Madian
signifie disputes. On peut donc en déduire que le peuple d’Israël,
comme il le fut durant des siècles, et aujourd’hui encore hélas,
était profondément divisé. La division, la discorde, les disputes,
ouvrent la porte à l’ennemi.
Un peu plus loin dans le texte, il est fait mention d’Amalek,
l’ennemi juré d’Israël, que D.ieu lui a recommandé de vaincre et
d’anéantir (le Livre d’Esther en est un exemple, Haman étant un
descendant d’Amalek). Le nom Amalek signifie guerrier. Et c’est
bien ce qu’il est, cherchant toujours, comme aujourd’hui encore
l’Iran, à détruire Israël.
Gédéon, le héros de ce célèbre passage biblique, porte un nom
indiquant qu’il a reçu de D.ieu une mission et un caractère d’une
grande autorité, même s’il est au demeurant un homme humble
et petit (ainsi se définit-il lui-même). Son nom signifie : qui
coupe, qui fait tomber.
Jerubbaal, surnom qui lui fut donné, signifie il contestera
contre Baal.

Leave a Reply

Translate »