was successfully added to your cart.

Enlèvement ou tribulation?

Bien chers amis,

C’est encore une fois le sujet de l’enlèvement qui me conduit à rédiger cet article. Non que j’y tienne car de très, très  longue date (sur conviction venue de D.ieu), j’ai décidé que l’important n’est vraiment pas de spéculer sans cesse ou de produire toutes sortes de calculs « complexivores » à ce sujet, mais que l’important réside bien plus dans une forme de sainte ingénuité qui consiste à  se préoccuper chaque jour d’entendre la voix du Maître comme « un enfant » (rappelons-nous : « Si vous ne devenez pas comme des enfants,… » disait un certain Yeshoua) et de progresser sans cesse dans la voie de la sanctification. Il y a quelques semaines, on nous annonçait encore une fois l’enlèvement entre fin décembre et les premiers jours de janvier. Bien entendu rien n’est venu. Il paraît aussi qu’on nous l’annonce, sûr, sûr et  « preuves à l’appui » pour fin 2015. A ce rythme, annonçons, annonçons. Le dernier qui annoncera aura fatalement raison ou plus ou moins raison.

S’il y a un chemin pour vivre l’enlèvement quand il devra avoir lieu c’est bien celui de la sanctification, de l’obéissance qui commence dans la crainte de D.ieu. Enoch fut enlevé CAR IL PLUT A D.IEU. Ce ne fut pas une question de dates mais de dispositions correctes. Je sais, je sais, il est possible sans doute de formuler quelque théorie chiffrée, mystique qui  serait à même de démontrer que le jour de cet enlèvement correspond à ceci ou cela et que bien entendu D.ieu qui est omniscient connaissait d’avance cet instant. Oui mais voilà, nous ne sommes pas omniscients et ces efforts pour concurrencer D.ieu commencent à ressembler furieusement aux efforts que font tant de mages, gourous ou faux prophètes pour percer à jour les temps de D.ieu. Nous pouvons juste nous aligner sur l’Ecriture au niveau des temps et des choses annoncées. Concernant l’enlèvement il est quand même écrit que nul ne connaît le jour ni l’heure et qu’il y a là un discours qui dit tout simplement : « Ne vous en occupez pas car JE m’en occupe ». Affaire privée, personnelle, du Maître du monde, seul. Simple, non ? Que notre Adonaï sache quand un groupe de croyants nommés chrétiens nés de nouveau ressusciteront en premiers et suivis d’autres en vie iront à la rencontre du  Seigneur dépend avant tout du regard et du coeur satisfait du Seigneur observant sa kala, son épouse.

Je parierais même que nous mêler tellement de savoir quand IL le fera doit LUI déplaire au plus haut point, vu sous cet angle-là. Je vais le dire : le jour de cet enlèvement pour des  noces ne nous regarde pas ! L’enlèvement correspond dans le mariage juif traditionnel de jadis au moment nocturne où le fiancé vient chercher sa fiancée  pour l’emmener dans la maison de son père où il est allé préparer une chambre. Jamais la fiancée ne savait exactement à quelle heure son fiancé devait venir. Grand test de vérité car à heure fixe elle eut composé un personnage artificiel et risqué de voir le fiancé faire demi-tour. Non, elle attendait soucieuse d’être parée, prête, d’une grâce vraie, non construite, émanation indiscutable de son moi profond sanctifié POUR L’EPOUX. Mais il n’y avait pas de timing prévu, préparé, ni même envisageable pour la fiancée. Le fiancé décidait quand il avait la conviction que tout était prêt (par exemple que tout était au point dans la chambre nuptiale préparée dans la maison de son père. Et j’espère que je n’ai pas ici à vous expliquer le rapport symbolique flagrant entre ces choses et les noces de l’Agneau précédées de l’enlèvement ?).

Seul l’époux est concerné et a autorité sur ces choses et que nous importe au fond que ce soit demain ou après. Le fiancé venait de nuit quand il le jugeait bien et il était accompagné de ses meilleurs amis, image des anges qui d’une façon ou d’une autre accompagneront sans doute Yeshoua le jour du grand appel pour l’enlèvement. Préférons vivre dans la crainte de n’être pas prêts et vivons avec un certain silence solennel, une intériorité dont notre temps est si avare, ce sera bien plus sage et sûr.

Je  continue depuis des années à être troublé par cette recherche du moment de l’enlèvement  qui résonne en moi comme une impolitesse pour notre Fiancé céleste alors qu’il est entendu que la fiancée attend patiemment, fébrile intérieurement, joyeuse certes mais pas au-delà. Je continue depuis des années a être troublé par cette « impolitesse » de certains alors que dans le même temps on peut observer que la sanctification n’est pas toujours au rendez-vous là où précisément on parle beaucoup d’enlèvement.  C’est hélas vérifiable. J’ai honte de cette préoccupation qui me fait penser que pour beaucoup cet enlèvement est perçu comme un coup de baguette magique qui va nous soustraire aux difficultés, aux souffrances du temps présent, ou à venir. Le point de vue est au fond égoïste ou au minimum très immature. Voilà en maints lieux le fond de la chose. Paresse spirituelle, engagement bancal, sanctification toute relative mais, s’il te plaît, D.ieu, soit chic, offre-nous une échappée « Disneyland », utopique. Hop là!

Ultime point sur le sujet de la nuit de l’enlèvement et de l’attente de la jeune fille. Elle représentait, cette nuit dans l’attente, le grand moment de réflexion sur la nature de son union. Et le don de soi sans retenue aucune et à tout  niveau pour engendrer un couple et une famille,  un monde nouveau avec le fiancé, était là médité, vécu à fond, dans l’attente. Chers amis, que croyez-vous qui nous attend au ciel ? Un banquet, des vacances éternelles ? Que non, une union célébrée avec le Fiancé qui devient Epoux alors que nous devenons épouse dans un élan de don inconditionnel et dans le but de revenir et d’engendre durant le Millenium un nouveau monde. Ce don inconditionnel de nos vies doit être préparé. Est-ce le cas ?

Il est un fait que depuis quelques mois passe en maints lieux un appel de l’Esprit à se sanctifier.

Je l’ai perçu et y ai pris garde avec sensibilité, comme vous peut-être. Dans la foulée, cette année 2014 sera placée pour nos frères et soeurs dans l’oeuvre sous le signe du jeûne et de la prière, d’une consécration accrue. Evidemment beaucoup interprètent cet appel à la consécration que l’Esprit fait passer dans nos rangs comme le signe que l’enlèvement est proche. Nous avons tellement envie d’y aller, là-haut. Savons-nous seulement ce qui nous y attend comme programme ? Ce qui nous y attend est au prorata de ce que nous aurons vécu vraiment de la part de D.ieu sur la terre.

Bien ! Et si ce souffle d’appel à la sainteté, souffle qui passe depuis un certain temps en divers lieux n’avait rien à voir avec l’enlèvement, mais était en fait un effet de la grâce de D.ieu qui veut nous préparer, nous fortifier en prévision de temps TRES DIFFICILES en 2014 ? Voilà, vous l’aurez deviné, ma compréhension de la chose et je souhaite, d’autant plus que cet enlèvement est peut-être proche, en faire encore un maximum autour de moi bien plus que de préparer mon matelas gonflable, ma couette et ma petite valise pour l’enlèvement. Allez, je termine avec la conviction que c’est cela plaire à D.ieu et qu’en cela insensiblement je m’approche, bien qu’encore très loin, de l’état d’Enoch qui plut à D.ieu… et fut enlevé.

Meilleur Shalom et je suggère à plusieurs de reprendre l’ascenseur pour la terre. Ils sont montés un peu trop vite.

Haïm Goël

Leave a Reply

Translate »