Espagne : un musulman brûle et dégrade deux églises – les médias couvrent son acte

By 18 septembre 2016mai 13th, 2020Monde
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 17 SEPTEMBRE 2016

la-imagen-de-la-dolorosa-y-el-nino-jesus-han-quedado-reducidos-a-ceniza

Un raciste musulman marocain a été arrêté après avoir mis le feu à l’église de Fontellas, dans la province de Navarre. Relâché, il a recommencé, et a été de nouveau arrêté pour avoir dégradé une autre église, détruit la croix et l’imagerie religieuse à Ribaforada, toujours en Navarre.

Les médias sont restés silencieux, alors qu’ils ne perdent pas un instant pour rapporter tout incendie de mosquée.

Les rarissimes journaux qui en ont parlé ont protégé l’islam de toute accusation en affirmant que le coupable est un pyromane – ils n’en savaient rien – et surtout, ils ont « oublié » de rapporter la seconde attaque qui dénonce leur désinfo.

D’où vous vient, chers confrères, cette obsession à ne pas faire votre métier ?

Selon le diocèse de Navarre, après avoir mis le feu aux Vierges de Fontellas, le coupable a avoué avoir commis son acte en défense du jihad, et il n’a montré aucun regret.

Le feu de l’église Fontelles a principalement détruit l’image de la vierge du Rosaire, patronne de la ville, ainsi que deux autres images de la vierge.

Le prêtre, ayant senti des odeurs de brûlé, a alerté les pompiers, qui sont très rapidement arrivés sur les lieux et ont éteint l’incendie. Selon les médias locaux, une partie de la décoration du plafond de la chapelle est tombé, et la nef est noire de suie.

« Le coupable a été arrêté (une première fois) puis remis en liberté avec une interdiction de s’approcher de plus de 10 mètres de tout édifice et lieu catholique », cependant, « quelques jours après, il a recommencé contre une autre église catholique » indique le rapport de police.

Sa cible suivante était Ribaforada, au nord de l’Espagne.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

csdnhnkxeaa1-gs

Le diocèse de Navarre précise que l’attaque s’est produite le soir du 14 septembre, et que le prêtre José María Garbayo, ayant entendu du bruit, est venu voir ce qu’il se passait. Il a découvert la croix de l’église de San Blas jetée au sol en mille morceaux.

la-cruz-de-la-iglesia-vieja-de-ribaforada-de-400-anos-de-antiguedad-destrozada-en-el-suelo
La croix de l’église de Ribaforada qui a été détruite a 400 ans

« Le prêtre a déclaré que la croix, datant du XVIe siècle, est irréparable, mais il entend immédiatement en installer une autre car il n’acceptera que personne interdise cet important symbole ».

Après ces attaques racistes et christianophobes, le conseil municipal de la ville de Ribaforada a demandé une minute de silence en faveur de la coexistence, et a dénoncé ce qui s’est produit dans les deux églises comme un « acte de vandalisme », ce qui est un mensonge, puisque l’auteur lui-même a déclaré avoir agi pour le jihad, et que le rapport de police mentionné par le site actuall.com précise que « l’incendie contre la vierge par ce marocain répond strictement à des motifs idéologiques à caractère religieux. »

La question qui se pose, naturellement est celle-ci : pourquoi le conseil municipal protège-t-il des islamistes ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pourDreuz.info.

Leave a Reply

Translate »