was successfully added to your cart.

Etienne nous communique: RETOUR DES DÉESSES PAÏENNES  

By 11 janvier 2018Monde

Par Bob Unruh – Le 2 janvier 2018

L’Organisation des Nations Unies ramènent l’image de la troisième déesse païenne.

La restauration de la déesse des « relations extraconjugales » suit les images d’Athéna, dans l’Arche de Baal.

Les dirigeants religieux en Israël craignent que l’Organisation des Nations Unies ne fassent la promotion de l’idolâtrie après la publication de l’information selon laquelle l’organisation aide à financer la reproduction d’une troisième déesse païenne, la déesse des « relations extraconjugales ».

Premièrement, l’organisme mondial faisait partie du financement de la recréation de l’arc de triomphe romain qui accueillait jadis les voyageurs au Temple de Baal.

Puis, ce fut la reconstitution d’une statue de la déesse Athéna qui se trouvait autrefois à Palmyre.

Maintenant, Breaking Israel News rapporte qu’un troisième projet touche à sa fin, et il présente à nouveau un thème sur les dieux païens.

Breaking Israel News a rapporté un projet financé par l’UNESCO qui  « reproduit une statue d’un lion, le troisième projet de ce genre qui a été soutenu par l’organisation ».

Joe Kovacs, auteur de « Ébranlé par la Bible 2 », dit que le triste spectacle fait partie d’une vieille histoire.

« La promotion des dieux païens n’est certainement pas une nouveauté, et cela montre à nouveau que nous vivons tous dans ce que j’appelle un monde opposé », a-t-il expliqué.  « C’est un monde où la plupart des gens font l’action très opposée à ce que Dieu nous instruit.  Notre Créateur nous dit de n’avoir d’autres dieux que Lui, mais les gens font le contraire en honorant les faux dieux ».

« La Bible dit que Salomon, un des hommes les plus sages qui ait jamais vécu, a construit des sanctuaires pour les dieux païens, comme Moloch, un dieu païen à qui les gens allaient brûler leurs enfants vivants dans des feux.  C’est juste écoeurant.  Même les Chrétiens qui craignent Dieu ne se rendent pas compte aujourd’hui qu’ils font exactement le contraire des instructions de Dieu lorsqu’ils décorent les arbres avec de l’argent et de l’or et qu’ils les dressent dans leurs maisons et leurs églises chaque année durant le mois de décembre.  Dieu dit personnellement dans le dixième chapitre de Jérémie de ne pas faire cette coutume païenne précisément, et pourtant les gens ont été trompés en décorant les arbres avec toutes sortes de guirlandes d’argent, des guirlandes d’or et des ornements suspendus, et ils n’ont aucune base scripturaire pour le faire.  Pour ceux qui s’intéressent à la vie éternelle, nous avons besoin de nous réveiller et de commencer à obéir aux instructions de notre Créateur, et d’arrêter toute ces inutilités païennes. »

Un rabbin, selon le Breaking Israel News, conclut que le véritable objectif de l’Organisation des Nations Unies est de « promouvoir un programme qui a toujours été l’ennemi juré d’Israël : L’idolâtrie ».

Le troisième projet est le Lion de al-Lat, une statue de 11 pieds de haut qui était dans le temple de la « déesse pré-islamique al-Lat à Palmyre, en Syrie », qui a été endommagée par l’État Islamique.

Plus tard, la statue de 15 tonnes a été déplacée au Musée National de Damas pour sa reconstruction.

Le rapport explique : « Une partie de la reconstruction de la statue de lion a été réalisée en utilisant un équipement de projection laser à haute intensité adapté pour l’impression 3D à grande échelle dans la pierre par l’Institut d’Archéologie Numérique (IDA) à Oxford.  Une grande partie du projet Lion a été souscrite par l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) à travers son Fonds d’urgence pour le patrimoine et par l’Union Européenne ».

Il y a plusieurs courants de pensée concernant al-Lat.

« Il a été conjecturé que al-Lat était correspondant pré-islamique du dieu arabe, Allah.  Une autre théorie est que al-Lat a été utilisé comme un titre pour les déesses Asherah et Athirat.  On pense que al-Lat était la continuation de la déesse Mésopotamienne, Ishtar Inanna ; La déesse du sexe et, en particulier, des relations extra-conjugales », a déclaré Breaking Israel News.

Le rabbin Daniel Assur, du Sanhédrin qui a récemment été reconstitué en Israël, a parlé à Breaking Israel News au sujet de la séquence alarmante des événements.

« Toute la mission de l’organisation est de brouiller les différences entre les nations afin de les rassembler sous un même toit et une seule autorité dans un Nouvel Ordre Mondial », a-t-il déclaré.  « La vérité est, comme le dit la Bible, qu’il y a 70 nations distinctes.  L’Organisation des Nations Unies croit qu’elle peut créer des nations à partir de rien.  Une fois cela fait, ils peuvent dire qu’il y a aussi beaucoup de dieux, même ceux qui peuvent être créés par l’impression 3D ».

Il a souligné le préjugé anti-israélien dominant de longue date de l’Organisation des Nations Unies.  Après tout, l’organisation a voté pour condamner l’État d’Israël plus que tous les contrevenants aux droits de l’homme dans tout le monde réuni.

« Parce qu’Israël est la preuve de ce qu’est une nation et le concept d’un Dieu unique, l’Organisation des Nations Unies a une vendetta contre Israël et est irrationnellement biaisée contre nous », a expliqué le rabbin Daniel Assur à Breaking Israel News.

« Ils ont une vision messianique d’un gouvernement unifié qui fixera le monde sans Dieu et sans la Torah.  Cela a toujours été l’objectif de l’idolâtrie, en commençant par l’Égypte et en poursuivant avec les tentatives de Rome et de la Grèce de répandre le paganisme à travers le monde.  Maintenant, nous voyons sa manifestation moderne. »

Il a averti : « Le Nouvel Ordre Mondial fait la promotion que tout est un, les genres sont tous les mêmes, il n’y a pas de frontières entre les nations.  Ils croient que tout est un, sauf Dieu ».

En décembre, il a été rapporté que les Émirats Arabes Unis, la mission italienne auprès de l’Organisation des Nations Unies et l’Institut d’Archéologie Numérique avaient recréé une statue d’Athéna.

Elle était également connue sous le nom de « Athéna Promachos », une déesse guerrière, et la statue recréée la représente tenant une lance.  L’exposition, intitulée « L’esprit dans la pierre », était organisée au siège de l’Organisation des Nations Unies à New York.

Les organisations mondialistes ont honoré la reconstruction de l’Arche de Baal, qui a fait l’objet d’une tournée mondiale, notamment à l’extérieur de la réunion du G7 des pays les plus industrialisés du monde.

« La plupart des gens aujourd’hui ne se rendent pas compte à quel point une croyance, une pratique et une image païennes ancestrales influencent encore leur vie », a déclaré Joseph Farah, auteur de « La restitution de toutes choses : Israël, chrétiens et la fin des temps ».  En fait, les valeurs et les traditions païennes ne nous ont jamais quittés.  Même les Juifs et les Chrétiens sont touchés par elles.  Et, ils ne sont pas innocents parce que les dieux du paganisme sont en fait des démons, selon la Bible.  Ce n’est pas quelque chose avec qui on peut jouer sans conséquence.

La question à laquelle nous sommes confrontés en ce moment est la suivante : Pourquoi l’Organisation des Nations Unies serait-elle impliquée dans la résurrection de ces images occultes et de ces icônes du passé ?  Ne comprennent-ils pas ce que cela représente ; Les faux dieux du sacrifice des enfants et toutes sortes d’abominations et de perversions ?

Le rabbin messianique, Jonathan Cahn, mieux connu pour son best-seller du New York Times, « The Harbinger », a expliqué plus tôt qu’il croyait que cette étrange reprise dans la promotion des dieux païens a une signification théologique profonde.

Il fait remarquer qu’Athéna était associée à la déesse mère sémitique Asherah, dont Dieu a ordonné la destruction des sanctuaires dans Deutéronome 12.  Jonathan Cahn prétend aussi que la déesse était parfois fusionnée avec Ashtoreth, la femme de Baal dans certaines traditions.  Ainsi, il y a une relation entre la nouvelle statue exposée à l’Organisation des Nations Unies et la sinistre Arche de Baal qui a été présentée partout dans le monde

« La réapparition des dieux est un phénomène étonnant », a-t-il dit.  « Il n’y a pas si longtemps, l’image du dieu hindou de la destruction, Kali, est apparue sur l’Empire State Building.  Ensuite, l’Arche du Temple du dieu Baal a été construite dans la ville de New York.  Récemment, une idole massive du dieu Shiva a été exposée sur le Washington Mall avec celle d’un dragon à sept têtes. Et maintenant, l’idole d’Athéna apparaît à l’Organisation des Nations Unies ».

« Le mystère de ‘The Paradigm’ et ‘The Harbinger’ est ce qui s’est passé dans les derniers jours de l’ancien Israël, avant son jugement, est ce qui se manifeste maintenant devant nos yeux.  Nous rejouons un ancien cycle de jugements.  Une des manifestations qui a eu lieu dans l’ancien Israël, avant sa destruction, était l’apparition dans le pays des dieux, de leurs idoles, de leurs autels, de leurs images.  Que les images de ces dieux se manifestent maintenant à travers l’Amérique est un signe inquiétant.  Nous rejouons le drame du jugement. »

« Quand Israël s’est détourné de Dieu, il s’est tourné vers de faux dieux et leurs idoles.  Ainsi, quand une nation qui a déjà connu Dieu se détourne de Lui, elle se tourne toujours vers d’autres dieux.  Ils ne peuvent pas les appeler des dieux ou des idoles, mais, la réalité est la même.  L’Amérique a été fondée sur la parole de Dieu.  Et, dans la mesure où ils ont suivi les voies de Dieu, ils ont été bénis au-dessus de toutes les autres nations dans le monde moderne.  Mais, dans la mesure où ils se sont détournés de leur Dieu et de Ses voies, ils se sont tournés vers d’autres dieux et d’autres idoles.  Et, à moins qu’ils ne retournent vers Dieu, à moins qu’ils ne voient le réveil, ils progresseront vers le jugement. »

Source : WND

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Join the discussion 2 Comments

  • Olivier dit :

    Le paragraphe concernant le sapin de Noël est excessif ; Jérémie 10 ne parle pas expressément de cela et personne n’idolâtre un sapin décoré à ce que je sache !
    Il s’agit d’une tradition qui peut avoir son utilité dans un monde sans repère et qui n’annule pas forcément la parole de Dieu ; ça dépend qui la pratique, comment et dans quel but.
    On n’est pas obligé d’y voir systématiquement un symbole païen ni même phallique… mais juste un objet de décoration pour un temps de fête consacré à Jésus.
    Ok pour le reste.

    • Haïm Goël dit :

      Je prends en compte votre commentaire et en comprends et le sens et la portée. Il n’en est pas moins vrai que le sapin de Noël à une origine occulte puisque selon certaines explications crédibles il serait la reprise syncrétique d’une tradition ancienne par laquelle l’arbre était divinisé et que l’on y accrochait des torques et autres bijoux en or aux branches de façon superstitieuse chez les anciens païens nordiques, celtes et germains. Cela a été démontré par l’archéologie, donc quelque chose de scientifique. De façon syncrétique les torques et bijoux en or ont été remplacé via un christianisme trouble, en perte de vitesse par les boules, bougies et cadeaux de Noël avec les « bontés » du Père Noël qui reprend ainsi la superstition initiale sensée apporter bonheur, exaucement, protection, etc. Personnellement voici 40 ans au moins que le Saint-Esprit m’a clairement donné un malaise très profond, suite à quoi avec mon épouse nous avons supprimé totalement la pratique de cette fête. Je crois donc plus utile et nécessaire d’avertir, expliquer à tous la signification occulte de cette fête plutôt que la tolérer comme possible outil…Quant à ce que vous nommez un temps de fête consacré à Jésus, il faut quand même noter que la période choisie par l’Eglise appostasiée correspond « curieusement » à la période du solstice d’hiver, période hautement satanique en traditions païennes. On aurait pu choisir mieux et cela d’autant que tout le monde sait que ce n’est absolument pas la période de la naissance de Ieshoua.
      Très aimablement et avec SHALOM
      H. Goel

Leave a Reply