was successfully added to your cart.

Évangile de prospérité ou évangile de pauvreté ? Pour Alliance-CH Kurt Buehlmann,

Évangile de prospérité ou évangile de pauvreté ?
Chers amis d’Alliance-CH,
Chères connaissances,

Un échange d’emails avec des amis domiciliés près de Paris m’a encouragé à rédiger cet article. Ce couple m’a informé qu’une conférence intitulée  » l’onction « , animée par le célèbre évangéliste Benny Hinn, aurait lieu à Paris le 25 avril. Je m’étais alors permis une petite mise en garde avec les mots suivants : « Soyez puissamment bénis pour la rencontre avec Benny Hinn. Nous espérons vivement que ce serviteur se soit détourné de son « évangile de prospérité », car Dieu peut changer les cœurs ».

Le lendemain de cette rencontre, nous avons reçu le  feedback suivant de nos amis.  Ceci est un exemple très concret de ce qu’est l’évangile de prospérité (à outrance même), sans gêne – et de plus totalement non-biblique :
« Hier, Benny Hinn a expliqué « l’onction » et c’était très bien. A la fin, il a pris des enveloppes, il les bénissait puis il a demandé aux gens de semer dans l’enveloppe en disant : Si vous voulez récolter grand (une grande moisson) alors il faut semer beaucoup !!! J’ai toute de suite pensé à toi !!! J’étais sous le choc, puis j’ai dit à mon mari « Moi je ne prendrai pas d’enveloppe ». Nous étions trois amis et aucun de nous n’a pris l’enveloppe. Et puis mon mari m’a dit « Peut-être que ces enveloppes remplacent l’offrande ». J’ai alors répondu « Ok, je vais prendre une enveloppe et y mettre une offrande ». SURPRISE !!! Sur l’enveloppe était indiqué « 1500€, payable en 1 ou 2 fois et jusqu’à 10 fois » ! J’ai alors compris que c’est cela l’évangile de prospérité. Moi, quand je prie pour les malades, je ne demande rien, rien car je sais que c’est Dieu mon rémunérateur et que ma rémunération n’est pas forcément la monnaie : ma rémunération c’est une vie de couple épanouie, la réussite de mes enfants.
La Bible dit dans Matthieu 10:8 « Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». Merci Kurt pour cette révélation. »

Ceci étant dit, je me demande s’il n’y a pas un peu de vrai dans ce dicton : « En Grèce, le christianisme est arrivé comme une philosophie, à Rome comme une institution, en Europe comme une culture et aux Etats-Unis comme un business »

Cet exemple de pur évangile de prospérité me dirige sur un sujet très controversé : « Prospérité ou pauvreté ? ». Pour y répondre, prenons tout simplement la Bible, le meilleur « manuel » en relation avec les finances et l’économie. Nous y découvrons 2’350 versets parlant de finances (biens, richesses et argent) contre « seulement » 200 en relation avec la foi et un même nombre en relation avec le salut. Nous y trouvons donc presque 12 fois plus de versets en relation avec ce sujet très terre-à-terre. Pourquoi ? Ce n’est pas que Dieu accorde plus d’importance aux richesses matérielles qu’aux autres sujets mentionnés, mais Sa Parole veut nous rendre attentifs aux dangers liés à l’argent et son maître, l’esprit de Mammon.
Alors la question se pose : Dieu veut-il que nous soyons pauvres ou « riches » ? Permettez-moi la réflexion suivante : dans la parabole des talents selon l’Evangile de Matthieu 25 v.14-30, nous pouvons voir combien notre Dieu est un « redoutable » homme (Dieu) d’affaires. Le serviteur qui a reçu un talent n’a rien fait avec, si ce n’est de l’enterrer. Du moins, il ne l’a pas perdu, pourrait-on dire…Les deux autres avec 2, respectivement 5 talents, ont fait fructifier ce qu’il leur avait été confié. Celui avec 2 talents a rendu compte pour 4 et celui avec 5 pour 10. Quelle était la réaction du maître ? Celui avec le talent enterré s’est fait destituer du bien confié tandis que les deux autres ont reçu les éloges du propriétaire. Et que fait Dieu par la suite ? Il enlève le talent au premier pour le remettre – à qui ?

Suite à la lecture de ce passage je me pose la question si nous, les « gentils chrétiens », nous n’aurions pas eu tendance à remettre ce talent à celui avec initialement deux talents afin qu’il puisse progresser en tant que gérant… Mais non, Dieu remet ce talent au serviteur qui a fait prospérer les 5 talents… à 10 ! Voici un exemple concret de Dieu en tant que « Dieu d’affaires ». Quel était alors son plan stratégique dans cette histoire ?
Je le dis souvent – et je le redis encore : des temps nettement plus difficiles sont au-devant de nous. Une multitude de gens se trouveront dans des situations impossibles, voir invivables, aussi dans notre pays. Les stratégies développées par Alliance-CH (investissements dans l’homme, dans l’agriculture, dans l’immobilier, dans des entreprises gérées selon les principes bibliques ainsi que dans la ‘monnaie de Dieu’ que sont l’argent et l’or) ne sont jamais en relation avec un enrichissement personnel, ni avec une mise à l’abri égoïste ! L’exemple biblique dans Luc 12 v.16-21 doit nous servir d’avertissement. Ce paysan riche n’a pas été puni pour avoir construit des greniers plus grands. C’est son égoïsme (« …mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve… ») qui a profondément déplu à Dieu.

Chez Alliance-CH, nous sommes de l’avis que nous, les enfants de Dieu, devons être des gérants non seulement fidèles mais aussi fructueux. Nous devons être la tête et non pas la queue (Deutéronome 28 v.13). Nous sommes invités à faire prospérer ce que Dieu nous a confié (capacités, finances, biens, famille, etc.) dans le but de devenir des instruments de bénédictions puissants au bénéfice des plus faibles ! Les temps (difficiles) devant nous seront une occasion unique pour le peuple de Dieu de pouvoir jouer le rôle d’instruments de bénédictions entre les mains de Dieu – et le résultat sera très certainement une grande moisson d’âmes !
Pour conclure, passons au message de l’évangile de pauvreté que je déteste profondément. A la fin d’un séminaire finances bibliques, un ancien d’église est venu me voir en disant : « Ton message est certes intéressant, mais personnellement je ne me vois pas m’engager dans cette stratégie d’avenir. Je ne me sentirais pas à l’aise de faire des provisions pendant que d’autres meurent de faim. De plus, je pense que l’enlèvement nous fera sortir avant l’arrivée des tribulations annoncées ». Je n’ai rien répondu, mais en moi la pensée est venue: Mon Dieu, quelle attitude pauvre et égoïste!

En espérant que cet article puisse développer en vous l’envie de devenir un bon gérant pour le compte de Dieu, un instrument de bénédictions pour d’autres et un moissonneur d’âmes, recevez mes salutations fraternelles.

Pour Alliance-CH
Kurt Buehlmann, président du conseil

Leave a Reply

Restez informés

Restez informés

Get a daily email of all new posts.

Email address