Farhoud, le massacre islamo-nazi oublié…

By 1 juin 2020Monde

Les Juifs originaires d’Irak ont commémoré à Chavouout le 79e anniversaire des terribles massacres qui eurent lieu à Bagdad les 1er et 2 juin 1941, connus sous le nom de « Farhoud » synonyme de « progrom ».

Profitant du laps de temps entre la fuite du Premier ministre pro-allemand Rashid Ali A-Gallini et l’arrivée des troupes britanniques, des foules galvanisées de haine et imbibées de propagande antisémite nazie se livrèrent durant deux jours à des horreurs envers les Juifs qui rentraient de la synagogue ou se promenaient en famille. Les scènes racontées par les survivants soulèvent le coeur : hommes, femmes, enfants et vieillards battus à mort ou abattus, femmes violées, membres d’enfants arrachés, personnes écrasées ou jetées depuis les toits des maisons, enfants jetés dans des puits ou le fleuve etc. Le bilan oscille selon les versions entre 200 et 600 tués, des centaines de blessés ainsi qu’un nombre impressionnant de magasins et de maisons détruits et pillés. Ce fut le signal de la fin d’une prestigieuse communauté présente depuis plus de vingt siècles dans ce pays.

Cette rencontre entre le mufti de Jérusalem et Adolf Hitler eut lieu quelques mois après le Fahroud

Ce massacre ne fut pas le fruit d’une initiative spontanée mais le résultat de nombreux mois de propagande antisémite instillée quasi quotidiennement par le gouvernement irakien pro-nazi installé en 1940 et surtout, par le mufti de Jérusalem Hadj Amin Al-Husseini, l’un des instigateurs principaux de cet antisémitisme meurtrier.

Recherché par les Britanniques pour sa responsabilité dans la Grande révolte arabe en Palestine de 1936, cet admirateur de Hitler, partisan de la Solution Finale et inventeur du mouvement nationaliste « palestinien » avait fui la Palestine mandataire en 1937 pour le Liban. Recherché ensuite par les Français, il avait fui le pays du Cèdre en 1939 pour se réfugier en Irak où il fut accueilli en héros national. Jusqu’à sa nouvelle fuite vers l’Iran après la victoire britannique sur l’Irak en mai 1941, le mufti eut l’occasion de diffuser sa propagande nazie dans les médias irakiens et à orchestrer le massacre du Farhoud, notamment avec des fonds venus d’Allemagne.

Lors d’une émission télévisée dimanche soir, la question s’est posée de savoir pourquoi ce massacre qui s’est déroulé en Orient durant la Shoah n’a pas été retenu dans l’historiographie israélienne comme conséquence de la propagande nazie et qu’il est si méconnu de la jeunesse. La réponse la plus pertinente qui a été donnée est qu’il ne fallait pas mettre en évidence le lien ontologique entre le nazisme et le mouvement national palestinien qui s’en est pourtant grandement inspiré. Ce n’était pas « politiquement correct ». Il y a encore aujourd’hui en Israël une réticence coupable à insister sur les passerelles établies entre le nazisme et les mouvements islamiques entre les années 1920 et 1940 et sur les liens étroits, structurels même, entre le nazisme et la naissance du nationalisme arabe dit « palestinien ».

Cette occultation aux conséquences politiques très graves se double d’une injustice criante envers les familles des victimes: tout comme en mars 2019, la Cour suprême a rejeté cette année un recours déposé par des organisations représentant des Juifs originaires d’Irak qui demandaient à ce que les victimes de ces progroms ou leurs descendants soient reconnus comme victimes des persécutions nazies. Bien que reconnaissant que l’Allemagne nazie était en partie responsable des émeutes du Farhoud, les juges ont interprété de manière restrictive la loi de compensations de 1957, excluant de son champ les victimes du « Farhoud »!

Photo Illustration

Leave a Reply

Translate »