France: la loi sur le séparatisme sera un remède au risque de « guerre civile », selon G. Darmanin. Belle intention, mais trop tard ?

By 18 juillet 2020Le mot du jour

AFP

 2 min

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lors d'une séance à l'Assemblée nationale, le 16 juillet 2020.
FRANCOIS GUILLOT / AFPLe ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin lors d’une séance à l’Assemblée nationale, le 16 juillet 2020.

« Le pays est malade d’un islam politique qui veut renverser les valeurs de la République »

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin agite le spectre de la « guerre civile » pour justifier la future loi sur le séparatisme, en jugeant la France « malade de son communautarisme », dans un entretien à paraître samedi dans la Voix du Nord.

« La France est un pays où aucune religion n’est supérieure à une autre. La première des choses que l’on peut faire, c’est d’éviter la guerre civile. Et la pire de toutes : celle née des religions », a-t-il déclaré au quotidien.

« Je pense qu’il y a des faits importants qui démontrent que nous sommes dans un moment de confrontation entre communautés extrêmement violent », a-t-il ajouté, en faisant référence aux violences survenues en juin à Dijon.

Sans dévoiler le contenu du futur projet de loi contre le séparatisme, M. Darmanin a fait valoir que ce texte qui sera présenté à la rentrée, fera office de remède contre les maux censés rendre « malade » le pays.

« Quand on est malade, soit vous considérez que vous ne l’êtes pas et votre espérance de vie est limitée, soit vous en prenez conscience et il faut mettre un nom sur la maladie et trouver une médication. Le pays est malade de son communautarisme et désormais d’un islam politique qui veut renverser les valeurs de la République. »

Le ministre a par ailleurs fustigé « les financements étrangers, la façon dont l’islam est représenté sur le territoire, la façon dont certains élus, associations ou commentateurs sont dans l’accommodement ».

Leave a Reply

Translate »