was successfully added to your cart.

Gaza/Marche du retour: « Israël n’hésitera pas à intensifier sa riposte si nécessaire » (armée)

Gazans flee as Israeli troops on the other side of the border launch dozens of tear gas canisters at a demonstration east of Gaza City on March 30, 2018
MAHMUD HAMS (AFP)
« Cinq des Palestiniens tués vendredi appartenaient à notre branche armée » (Hamas)

De nouvelles manifestations sont attendues samedi près de la barrière de sécurité séparant l’Etat hébreu de la bande de Gaza, au lendemain d’une journée d’affrontements entre soldats israéliens et manifestants gazaouis lors desquels 16 Palestiniens ont été tués.

Samedi matin, quelque 200 personnes manifestaient près de la clôture à l’est de Gaza, d’après des sources palestiniennes.

Selon ces sources, l’armée israélienne a ouvert le feu sur des protestataires à l’est de Khan Younès et blessé deux personnes.

L’armée a de son côté fait savoir que si la violence persistait à la frontière de Gaza, Israël n’hésiterait pas à intensifier sa riposte.

« Si cela continue, nous n’aurons d’autre choix que de répondre à l’intérieur de la bande de Gaza contre les cibles que nous croyons être derrière ces événements », a déclaré samedi le général de brigade Ronen Manelis à la presse, qualifiant les affrontements de la veille d' »activité terroriste organisée ».

Manelis a précisé que les 16 victimes palestiniennes « avaient entre 18 et 30 ans », et que « la plupart » d’entre elles étaient actives « dans des organisations terroristes ».

Le groupe Hamas a lui-même confirmé que « cinq des Palestiniens tués vendredi appartenaient à notre branche armée ».

Jour de deuil et grève à Gaza et en Cisjordanie

Des milliers de personnes ont participé aux funérailles des manifestants tués vendredi, certains portant des drapeaux palestiniens et scandant des slogans de « vengeance ».

Une grève générale est également en cours dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

L’armée israélienne avait ouvert le feu sur des Palestiniens qui s’étaient approchés à quelques centaines de mètres d’une barrière ultra-sécurisée séparant Israël de la bande de Gaza, régulièrement le théâtre de heurts sanglants.

Elle a affirmé avoir tiré par nécessité contre les manifestants qui lançaient des pierres, des cocktails Molotov et des pneus enflammés contre les soldats. Selon elle, certains ont également tenté d’endommager la clôture, de s’infiltrer en Israël, et essayé d’attaquer des militaires le long de la frontière.

De plus, trois tentatives d’attaque à la roquette contre d’Israël ont eu lieu depuis l’enclave palestinienne; les engins se sont toutefois écrasés dans la bande de Gaza.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé une « enquête indépendante et transparente » sur ces affrontements.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies, Danny Danon, a pour sa part accusé vendredi le Hamas pour les violences commises, tandis que le président palestinien Mahmoud Abbas déclarait qu’il tenait Israël pour pleinement responsable de ces morts.

« Le grand nombre de martyrs et de personnes blessées dans ces manifestations populaires pacifiques prouve que la communauté internationale doit intervenir pour assurer la protection de notre peuple », a-t-il déclaré dans un discours.

Leave a Reply

Translate »