Il y a 90 ans: le terrible massacre de Hevron

Shabbat 24 août 1929 – Shabbat 24 août 2019. Il y a cent ans jour pour jour fur commis l’horrible massacre de Hevron. Chauffés à blanc par le mufti de Jérusalem Hadj Amin Al-Husseini, qui fit allégance plus tard avec l’Allemagne nazie, des hordes d’Arabes ivres de sang se ruèrent sur la communauté juive de Hevron, installée depuis des siècles dans la Ville des Patriarches.

Les scènes furent terribles: viols, tortures, mutilations à vif ou de cadavres et assassinats de diverses manières les plus sauvages, sans parler des maisons et des synagogues pillées et incendiées. Soixante-sept personnes, hommes, femmes , enfants et vieillards périrent ce jour-là et plus de cinquante furent blessés.

L’un des premiers actes de ce jour noir fut un scénario particulièrement vicieux: une femme arabe s’était présentée à la porte d’un pharmacien juif , Gershon Ben Tzion hy »d, qui soignait depuis des années Juifs comme Arabes. La femme « pleurait » et demandait de l’aide, mais lorsque le pharmacien ouvrit la porte, une horde d’Arabes emplis de haine se précita à l’intérieur de la maison. Esther hy »d, 20 ans, la fille du pharmacien fut violée et assassinée, la mère Zehava fut mutilée vivante et abandonnée agonisante dans d’atroces souffrances. Gershon hy »d, qui avait assisté à toute la scène fut également assassiné.

Le progrom de Hevron est resté dans la mémoire collective comme signe de la versatilité de la population arabe face à des voisins juifs avec lesquels elle vivait pourtant en bonne entente depuis des siècles,  ainsi que sa perméabilité à la propagande diffusée par ses chefs religieux et politiques.

Malheureusement, rien n’a changé depuis 90 ans. Les thèmes employés à l’époque par le mufti antisémite sur « les menaces qui pèsent sur la mosquée Al-Aqsa » sont exactement les mêmes qui sont employés aujourd’hui par le Hamas, l’Autorité Palestinienne, les mouvements islamiques arabes israéliens et les députés arabes à la Knesset. Les images du lynchage de Ramallah d’octobre 2000 ne furent pas sans rappeler le massacre de Hevron dans l’ivresse de sang juif manifestée par la foule.

Contrairement à 1929, il y a aujourd’hui Tsahal, le Shin Bet et tous ceux qui travaillent jour et nuit pour notre sécurité et qui déjouent des centaines d’attentats. Mais 90 ans après, l’incitation est quotidienne, la jeunesse est éduquée à la haine du Juif, et le passage à l’acte est considéré comme un précepte religieux et un acte héroïque. S’il n’y a plus de massacres de l’ampleur de celui de Hevron ce n’est pas par manque de motivation mais par difficulté de mettre en pratique les harangues et messages diffusés par la propagande.

Dans certains clips-vidéos, le Hamas appelle ses « combattants » à « arracher le coeur des Juifs et de les manger », et certains imams, dans la mosquée Al-Aqsa, lieu du Temple, appellent ouvertement au meurtre des Juifs, qualifiés de « descendants de porcs et de singes ».

Au jour souvenir de cette terrible tragédie qui commença le 24 août 1929,  il est d’autant plus triste et révoltant de constater qu’une partie de la population israélienne, minoritaire certes mais bien active – par aveuglement idéologique –  reste encore et toujours indulgente ou incrédule face au caractère foncièrement antisémite et meurtrier de toutes les organisations ‘palestiniennes’ – y compris les pseudo-modérés de Ramallah – et s’imagine qu’elles ne souhaitent que créer un petit Etat qui vivrait en paix à côté de l’Etat d’Israël.

Le massacre des Juifs de Hevron a eu lieu presque 40 ans avant la Guerre des Six Jours et la fameuse question des « territoires ». Il est la la preuve éclatante que le conflit qui oppose Israël à une partie du monde arabe et à son appendice « palestinien » n’est pas territorial mais bel et bien un conflit de civiliation et de rivalité.

Vidéo:

Photo Archives

Leave a Reply

Translate »